Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Le Mouton d'Ouessant Elevage des Lutins
  • : Le bonheur est dans le pré. Cours-y vite, cours-y vite....... Merci de venir visiter mon blog qui a pour but de vous faire découvrir le mouton d'Ouessant et de partager au moins un instant ma passion pour cet animal singulier et ce qui l'entoure.
  • Contact

Recherche

25 avril 2011 1 25 /04 /avril /2011 09:04

 

L'animal-pont Animal-pont, animal-abouti (1)  est donc très important pour moi pour tenter de franchir une étape dans les orientations que je me suis fixées. Ce qui n'est pas toujours compris comme j'ai pu le remarquer, certains éleveurs n'étant pas prêts aux concessions, voulant franchir l'arrivée avant d'avoir fait le parcours...

 

Quant à l'animal-abouti, qu'il soit primé ou pas, c'est celui qui, bien que jamais parfait, apporte toute satisfaction et dont je souhaite fortement tenter de conserver la composante génétique (génotype) tout autant que la morphologie (phénotype),  en le faisant reproduire régulièrement.

 

Là encore, quelques exemples d'animaux-aboutis (pour moi) parmi les brebis qui ont bien voulu se laisser photographier.  

 

 

avril 11 141

 

 

 

avril 11 143

 

 

avril 11 147

 

 

 

avril 11 144

 

 

 

avril 11 148

 

 

 

avril 11 150

 

 

 

avril 11 155

 

Toutes différentes, heureusement, mais elles me satisfont pleinement bien que moi-même je puisse y apporter quelques petites critiques. Je n'ai donc pas fait de commentaires sur chacune.

 

  Seule remarque, avec le temps, je compte tendre pour l'ensemble du troupeau vers un type de toison de celui de la première brebis présentée qui, toujours pour moi, ne présente ni trop d'uniformité ni trop de longueur comme certaines races primitives, tout en étant rustique.

 

  Quand je dis que ma vie ne sera peut-être pas suffisante pour franchir Mon arrivée...!

(Surtout quand on ne sait pas quand le Berger Suprême me rappellera à lui...)

Partager cet article
Repost0
23 avril 2011 6 23 /04 /avril /2011 20:39

 

L'animal-pont est celui qui ne correspond pas forcément à ce que je recherche globalement dans mes orientations, mais qui possède certains points qui en font un grand intérêt et le rendent incontournable.

L'animal-pont est en quelque sorte le compromis nécessaire pour tenter d'avancer en franchissant une étape supplémentaire.

 

Parmi les brebis qui ont bien voulu poser spécialement pour cet article, voici quelques exemples d'animaux-ponts. 

 

 

avril 11 142

 

 Petite taille, bon physique, possède le gène gris et le brun. Cette brebis mérite de reproduire malgré une tête que je juge fine dans mes critères.

 

avril 11 149

 

 Taille correcte, belle laine grise, possède le gène brun...bien utile au troupeau malgré mon reproche pour sa masse.

 

avril 11 152

 

 Petite taille, possède le gène gris et brun, mais la laine est assez uniforme et le corps gracile.

 

avril 11 145

 

 Taille correcte avec un postérieur encore un peu surélevé à deux ans mais possède le gène gris et éventuellement le gène brun. 

 

avril 11 153

 

 Taille correcte, laine à mèches, couleur brune, mais construction crânienne assez longiligne.

 

avril 11 154

 

Toison grise mais laine uniforme et disproportion entre membres antérieurs et postérieurs.

 

Tous ces jugements ci-dessus ne sont que les miens dans des orientations qui sont miennes.

 

L'animal-pont c'est le risque de transmettre le défaut (ou les défauts) qu'on lui trouve, mais l'espoir de faire apparaître ce pour quoi on l'emploie, ses qualités. Animal qui mérite le même respect que l'on peut porter à d'autres qui caressent plus le regard. Ce type d'animal est capable du mieux, comme cette dernière brebis qui a su produire une fille devenue championne l'an passé. Et puis, il ne faut pas oublier l'importance du bélier associé aux brebis reproductrices. 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
22 avril 2011 5 22 /04 /avril /2011 20:04

 

 Ce matin avant que le soleil ne soit levé, je découvre un petit rayon de lumière sur la prairie parmi une Série noire.

 

avril 11 157

 

 Aurore des Lutins, petit cadeau offert par Quenouille et Grichka.

 

avril 11 160

 

Enfin une quatrième agnelle (pour treize garçons malgré tout...)

 

 

Partager cet article
Repost0
20 avril 2011 3 20 /04 /avril /2011 22:01

 

 

Printemps noir mais pas sombre pour autant chez les Lutins. En effet, hormis un jeune brun, tous les agneaux du moment sont noirs (du moins provisoirement puisque dans deux mois quelques uns seront gris). Cela s'explique par le fait que toutes les naissances passées sont le fruit d'accouplements dans lesquels aucun parent n'est blanc.

Bientôt naîtront les jeunes des cinq brebis blanches qui elles sont, par hasard, encore gestantes et deux ou trois issus d'un bélier blanc. Dans la loterie de la génétique, quelques agneaux blancs (ou agnelles, j'espère) peuvent donc encore arriver chez les Lutins.

 

avril 11 156 

 

Une partie des jeunes blousons noirs de chez les Lutins qui comme chaque soir partent en bande faire les quatre cents coups dans des cavalcades effrénées et jeux divers. Ils sont pourtant bien sympathiques.

Leurs mères s'occupent de l'ambiance sonore, ne leur ayant semble-t-il pas donné l'autorisation de sortir et les cherchent désespèrément.

 

 

Partager cet article
Repost0
20 avril 2011 3 20 /04 /avril /2011 15:20

 

Surprenant cette rencontre avec la salamandre tachetée, en plein après-midi par 25 degrés à l'ombre et sur le sol de la cour pierreuse aussi sec que l'air..

 

 

avril 11 095

 

 D'ordinaire cet amphibien est nocturne. Devant éviter le soleil qui dessèche, il part alors en exploration pour attraper vers et autres petits invertèbrés et rejoint sa cache diurne avant l'aube. Ce n'est qu'après les périodes de sècheresse qu'il profite parfois du retour de la pluie pour se risquer même en plein jour dans sa quête de nourriture. Mais là, je me trouve face à un comportement totalement atypique.

La seule explication est qu'après toutes ces journées chaudes et sans eau, son abri ne lui permet plus de survivre et que plutôt que mourir cachée, son instinct a amené cette salamandre à se lancer dans la quête d'un hypothétique endroit plus favorable.

 

 

avril 11 098

 

Juste pour la pose, avant de la placer dans un endroit ombragé et plus humide troué de cavités.

 

Il est justement bon de savoir qu'il ne faut jamais mettre une salamandre dans l'eau, elle s'y noierait ne sachant pas nager. Habitante des zones boisées et du bocage, elle est bien terrestre. A  la sortie de l'hiver, seule la femelle va jusqu'à la rive d'un point d'eau pour y libérer ses larves qui ont grandi dans son ventre. (Alors que les tritons ont une vie aquatique durant la période de reproduction puis terrestre)

 

Ces animaux sont classés espèces protégées. On ne peut ni les capturer, ni les détenir captifs, ni les détruire, ni transporter, ni vendre....et autres comportements déplacés. Pour résumer, on doit les laisser vivre tranquilles (ce que ne comprennent pas les pneus des voitures lorsque les salamandres et autres batraciens traversent les routes dans leur lenteur)

 

Dernier petit truc pour info, la répartition et la forme des dessins jaunes sur fond noir est différente sur chaque individu. Ce qui fait que chaque salamandre est unique. Ses taches sont une véritable carte d'identité et au cours des années, lors de rencontres, on peut ainsi suivre la vie et survie des individus qui vivent sur son domaine (ainsi que comprendre leurs habitudes sur leur territoire en les localisant), à condition de les avoir photographiés ou dessinés pour se constituer une banque de données.

 

 

Partager cet article
Repost0
20 avril 2011 3 20 /04 /avril /2011 07:58

 

  Parfois avant de m'endormir, je rêve éveillé d'un beau brun,...

 

 

avril 11 133

 

 

  ...mais pas d'un grand brun aux yeux ténèbreux....

 

 

avril 11 136

 

 

  Hathor saura-t-il avoir raison de moi...

 

 

avril 11 128

 

 

  ...s'il ne s'avère pas plus grand que je ne le voudrais...

 

avril 11 131

 

...et que son cornage se montre acceptable?

 

 

Partager cet article
Repost0
18 avril 2011 1 18 /04 /avril /2011 20:00

 

Si Boudu fut sauvé "des eaux" hier-midi Hic du jour , je le retrouve en bien petite forme aujourd'hui en fin d'après-midi. Il y a un truc! Quelque chose ne va pas. Agneau triste, manque de vie et de tonus, pas d'énergie... ne joue ni ne cherche à découvrir le monde comme le ferait un jeune de plus de 24 heures. Pleure faiblement sans raison apparente et va chancelant vers un peu tout mouton.

Ce que je crains se vérifie après avoir attrapé Framboise la mère. Elle n'a pour ainsi dire pas de lait et les tétons semblent ne pas avoir été vraiment sollicités.

Boudu crève de faim et se trouve proche d'un déclin alarmant, d'où ce manque d'énergie associé à une forte déshydratation. De plus cette forte chaleur estivale n'arrange pas son état, bien que dans un sens ce soit mieux pour lui que de se refroidir.

 

Hier, après l'avoir sauvé dans sa naissance à issue sans doute fatale, mon enthousiasme qui suivit à le voir pouvoir marcher et aller sous la mère me détourna du réflexe de regarder les mamelles de Framboise. Aux différents moments de la journée, je trouvais pourtant étrange de ne jamais le surpendre à téter comme le fait fréquemment un tout jeune agneau. Je pensais simplement au hasard n'imaginant pas qu'en plus du problème de la veille un autre se déroulait à mon insu.

 

Réaction immédiate. Une première absorbtion forcée de colostrum à la seringue pour l'énergie. Un peu de lait tiède pour agneau pour réhydrater. Moins d'une heure après deux autres seringues de 2,5 ml de colostrum et encore un peu de lait. Quand je vois que tout cela commence à faire son effet en reconstruisant un agneau vivant, cette fois c'est le biberon de lait à volonté pour qu'il se réhydrate selon ce que son corps lui dicte, d'autant que le réflexe et la force de téter sont correctement retrouvés. D'autres biberons suivront dans la soirée et je le quitte en pleine forme comme si de rien n'avait été. (Farfadet le Titi Premier grain de sable  me colle aux talons ne comprenant pas que la bouteille magique soit pour un autre que lui...).

 

 Les nuits étant de plus en plus douces et le lien avec la mère demeurant étroit malgré tout, je décide  laisser ensemble Framboise et Boudu. Ce qui n'empêche pas que cet agneau aura ses biberons pour tout le reste de sa croissance. 

 

 

avril 11 094

 

Un Boudu sauvé pour une seconde fois et qui a retrouvé bonne allure. D'ailleurs après le clic de l'appareil, il viendra à moi, ayant bien reconnu la machine distributrice que je représente dorénavant.

Framboise, une seconde primipare sans lait suffisant. Pourquoi? Toutes les mères ont pourtant bénéficié du même régime. Il faut chercher du côté du "Cela arrive..."

 

 

Partager cet article
Repost0
17 avril 2011 7 17 /04 /avril /2011 14:08

 

  Midi. Depuis le temps que j'attendais cette naissance, là voilà qui se prépare enfin "avant que la mère n'explose".

 

avril 11 075

 

  Framboise des Lutins vient de perdre le liquide amniotique. Sous l'effet des contractions et douleurs, elle gratte rageusement sa couche de mise-bas.

 

avril 11 076

  

  Depuis plusieurs jours, je gardais un oeil curieux sur cette brebis de deux ans qui attendait son premier petit. Comme on le voit tout s'annonçait bien jusqu'alors...museau et sabots antérieurs qui pointent.

 

Pourtant, grâce à l'objectif de l'appareil photographique, je m'aperçois qu'après une rétraction de l'agneau durant une phase de repos, un des membres antérieurs n'apparaît plus. Je comprends maintenant pourquoi le travail me semblait si long. Il n'y a pas, je vais devoir relever les manches. Après palpation interne à l'aide d'un doigt, la situation est bien celle que je pensais. Le second membre s'est replié et bloque la situation. Peu de possibilité pour repousser l'agneau et replacer le tout correctement. La brebis apeurée au début du contact finit par reprendre confiance et semble apprécier mon aide qui s'applique à suivre le rythme de ses contractions. Le tout est de réussir à passer cette tête et ce membre, ensuite tout ira rapidement. Pendant longtemps je doute de la réussite mais la nature prévoyant plutôt bien les choses en général, l'élasticité de la zone chez la mère fait qu'elle ne subira aucun dégât. Quant à la tête du petit, j'évite les pressions sur les yeux ainsi que les tractions sur le maxillaire inférieur qui n'y résisterait pas. Ouf! Je laisse faire la brebis pour la suite, le temps d'aller me laver et reprendre les prises de vues. 

 

avril 11 077

 

  J'avais déjà perçu que c'était un "garçon". Les réactions de la mère sont normales et elle se montre bien attentionnée.

 

avril 11 079

 

  De forts pivots de cornage d'ailleurs!

 

avril 11 080

 

 Frisé comme un agneau, Boudu des Lutins, fils de Buffon des L., met un temps anormalement long avant de pouvoir prendre appui sur ses antérieurs. Compréhensible, autant celui que j'ai dû tirer en forçant avec mesure que l'autre qui se trouvait replié ont souffert d'avoir été quelque peu malmenés...mais il le fallait.

 

avril 11 083

 

  Heureusement, bien que laborieusement, la position sur quatre pattes sera trouvée et surtout deviendra possible. De plus la mère accepte la tétée, ce qui est parfait car certaines brebis nouvellement mères refusent ce comportement de leur agneau  qu'elles assimilent à une agression.

Un petit bélier de plus!

 

Partager cet article
Repost0
17 avril 2011 7 17 /04 /avril /2011 07:26

 

 

Dès le début de l'élevage des Lutins, j'avais compris, parfois à contre courant, qu'au delà de l'image légitime mais seulement folklorique du Ouessant petit mouton noir du patrimoine breton, il importait de sauvegarder la diversité des toisons possibles dans ce type ovin. Ces variétés de couleurs, qu'elles soient fruit des étapes dans l'histoire du Ouessant type ancien jusqu'à nos jours, reliques génétiques issues des ancêtres communs des races primitives nordiques (auxquelles se rattache notre petit mouton)  et pourquoi pas farces de la génétique ou (rêvons) rares mutations, sont une immense richesse sous l'angle du potentiel génétique de cet ovin. Il convient de ne pas l'appauvrir par une pratique de sélection réductrice. 

Et c'est bien la richesse de ce mouton de type ancien (race française la plus primitive) qu'il m'importe de sauvegarder dans l'élevage des Lutins "du Montana". C'est pourquoi depuis près de quinze ans, je travaille à construire mon troupeau autour de tout ce potentiel en créant des animaux de différentes toisons et génétiquement porteurs du maximum de gènes des autres colorations afin d'assurer leur réapparition recherchée ou fortuite.

Tout ce travail ne se fait pas sans oublier la morphologie des animaux en me référant sur ce point au standard du GEMO (Groupement des éleveurs du mouton d'Ouessant). Le nombre de mes animaux primés par cette association lors des rares concours auxquels j'ai pu participer montre que je ne me suis pas trompé dans mes orientations.  

 

 

avril 11 066

 

Faire naître amène à la problèmatique du nombre. Dans cette activité d'élevage loisir et conservatoire, mon respect pour mes animaux fait qu'aucun ne finit à la marmite (Ce qui serait de plus une grosse perte de par leur rareté).

Si je ne fais pas commerce en soi de mes Ouessant, dans mes orientations de sélection, je me vois contraint de songer parfois à me séparer d'animaux. Pourtant mon élevage-loisir à buts conservatoire et scientifique coûte beaucoup puisque ne résulte jamais aucun bénéfice de mon activité.

 

La séparation est difficile; je me console de la perte de compagnons en me disant qu'il est important également que mon travail profite au présent et à l'avenir de ce type ovin qui m'est cher, en apportant mes pierres à l'édifice de sa sauvegarde. Que mes Ouessant essaiment ici et là est une forme de garantie pour que mon travail n'ait pas été vain. La survie des Lutins doit dépasser le principe qu'elle ne dépend que de celle de leur berger.

 

Si donc vous portez un intérêt particulier à mes démarches et que vous souhaitez acquérir un Lutin, que vous soyez éleveur expérimenté, nouveau passionné ou simple sympathisant, il y a peut-être un animal qui peut correspondre à votre recherche ( toujours généalogie disponible sur plusieurs générations)...et si ce n'est pas le cas ce sera peut-être pour une autre fois...

 

Pour cela n'hésitez pas à me contacter (zone "contact" de ce blog) et tenter régulièrement votre chance, car je le précise encore je ne tiens pas commerce mais suis simplement contraint de temps à autre à gérer le nombre de mes animaux. 

(Et puis je peux peut-être vous orienter vers des collègues qui pourraient possèder l'animal que vous recherchez)  

 

Partager cet article
Repost0
14 avril 2011 4 14 /04 /avril /2011 19:41

 

Au lever je découvre la quinzième naissance, un douzième bélier...Il pleurniche et je n'ai pas réalisé tout de suite qu'il n'avait pas encore vu le jour la veille du fait qu'il est bien sec, a une démarche correcte et  le cordon parfaitement déshydraté. C'est en ne voyant aucune mère réagir à ses pleurs que je m'intrigue, d'autant que toutes lui donnent des coups de tête lorsqu'il tente de s'en approcher. Je raisonne sur les naissances normalement encore attendues et décide de faire le tour des futures mères. Je finis par découvrir, très loin dans le pré, une brebis salie par sa mise-bas de la nuit. En lui rapportant l'agneau, il est manifeste qu'elle n'en a absolument rien à faire et encore moins quand le petit tente de la téter. Après contrôle des mamelles, il apparaît qu'elle n'a que très peu de lait et les tétons sont encore petits. Je tente tout de même de faire prendre un peu de colostrum à ce jeune, mais c'est vraiment dérisoire et de toute façon la suite de l'allaitement normal est compromise même si je faisais en sorte de contraindre la mère de se laisser téter en les enfermant dans un petit espace.

Il faut s'y résoudre, le berger va devoir biberonner quelques mois. Cela faisait quelques années que ce n'était pas arrivé.

 

 

avril 11 071

 

 

Farfadet des Lutins (dit inévitablement Titi dans l'intimité) fait son entrée dans le monde des humains. Né de Clarice de l'élevage Wynant et de Buffon des L.

Gavé du colostrum (de chez le véto cette fois), il récupère, se calme et se réchauffe aux premiers rayons du soleil d'une belle journée ensuite.

 

 

avril 11 072

 

 Son malheur fait une heureuse, une mère(de compagnie) "aux poils" qui n'en est pas à son premier agneau à materner. Une véritable passion pour Perle qui saura le nettoyer, le défendre, l'emmener dans ses excursions...l'humain n'ayant plus qu'à intervenir pour remplir le ventre de lait et l'emmener cotoyer ceux de son espèce à laine pour en faire un véritable bélier et lui permettre de retrouver une vie normale dans le troupeau peu à peu.

"Tu dors mais ne t'inquiète pas, je ne te quitte pas des yeux".

 

 

avril 11 073

 

Clarice a décidé de mener une vie de jeune fille, soit.

 Le hasard veut qu'hier je l'avais auscultée pour vérifier qu'elle était bien gestante. Petit ventre rond mais sans plus, mais heureusement des mamelles qui pour moi ne faisaient que se construire dans leur lactation. J'estimai une semaine ou deux de patience encore et étais tout de même heureux de ce constat. J'étais loin d'imaginer qu'en fait quelques heures plus tard Clarice donnerait la vie. Mais primipare de deux ans, tout le processus n'était pas au point en elle pour être mère jusqu'au bout des sabots. Ainsi vont les aléas de l'élevage.

 

A l'instant où je tape sur le clavier, Titi ne se doute pas que je raconte son épopée. Il s'est réveillé de son carton placé près du lit pour la nuit (pas dans le lit) et avait besoin de compagnie. Il termine couché sur mes genoux devant l'ordinateur ... mais finit par s'agiter... Un biberon à préparer? Non, le doux agneau  dans toutr son innocence finit par s'abandonner à l'empathie du bipède. 

Partager cet article
Repost0