Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Le Mouton d'Ouessant Elevage des Lutins
  • : Le bonheur est dans le pré. Cours-y vite, cours-y vite....... Merci de venir visiter mon blog qui a pour but de vous faire découvrir le mouton d'Ouessant et de partager au moins un instant ma passion pour cet animal singulier et ce qui l'entoure.
  • Contact

Recherche

6 novembre 2019 3 06 /11 /novembre /2019 09:39

Peu d'articles publiés sur le blog des Lutins ces derniers temps. D'ailleurs rien depuis une quinzaine de jours.

Si le berger est toujours vivant, il est vrai que depuis quelques mois il s'interroge.

Continuer ou pas?

Onze ans à présent que le blog des Lutins existe.

Créé en 2008 en sorte de prolongement à ma passion pour le type ovin Ouessant, le blog des Lutins se voulait aussi faire découvrir la réalité de ce mouton au travers de mes connaissances et expériences acquises, animé par un désir de partage face au flou et à l'ignorance autour de cet animal constatés depuis 23 ans. 

Au fil des ans, il s'avérait qu'avec cent, deux cents, trois cents (jusqu'à 350) visiteurs par jour, beaucoup venaient y prendre mais que proportionnellement rares étaient ceux qui donnaient en retour.

Bon c'est ainsi. D'une part l'humanité est ainsi faite. D'une autre, les réels passionnés par le Ouessant de manière saine et durable sont peu nombreux et plus rares encore sont ceux animés d'un désir de connaissance doublé de quête de réflexion.

Lassé également par le temps passé à répondre par mail aux uns et aux autres se trouvant dans le souci (voire leur téléphoner à leur demande) sans toujours forcément un retour ou un simple merci, l'humeur n'est plus aux publications. Pourtant les idées ne manquent pas et bien des écrits au stade de brouillon attendaient leur tour pour voir le jour. 

Tout ayant une fin, l'heure est peut-être venue de tourner la page quand le désir n'y est plus.

Le blog des Lutins n'est pas totalement mort pour autant et continuera à exister, malheureusement comme un fossile sur une étagère. Je n'ai pas fait tout ce travail pour rien et continuerai à payer pour que ces pages demeurent accessibles à tous sur le net … et qui sait, un jour peut-être désir de bafouille débouchant sur publication reviendra.

Un grand merci tout de même à toutes celles et ceux qui, au moins une fois, ont fait "l'effort" d'un commentaire, d'un échange… et plus particulièrement (elles/ils se reconnaîtront) aux quelques fidèles d'une période donnée ou sur toute l'existence de ce blog...

Comme chez la mésange ou le loup, le merveilleux dans le Ouessant est qu'il n'a nul besoin de dieux, de portable, de foot, de foie gras ... de conquête de Mars ...

Comme chez la mésange ou le loup, le merveilleux dans le Ouessant est qu'il n'a nul besoin de dieux, de portable, de foot, de foie gras ... de conquête de Mars ...

Je retourne à mes merveilleux moutons, poursuivant le travail conservatoire engagé dont a grandement besoin le Ouessantin.

Partager cet article
Repost0
23 octobre 2019 3 23 /10 /octobre /2019 15:32
Un record chez les Lutins

La nouvelle du jour...

Un record chez les Lutins

Princesse, née dans l'après-midi.

Un record chez les Lutins

Cette agnelle est le fruit d'une passion tardive et féconde entre une Ouessantine "de château" et un Ouessantin "de château", c'est à dire des animaux de souches très anciennes, dans la forme où elles furent retrouvées il y a cinquante ans sur les parcs de certains châtelains, représentant alors sur le continent les derniers descendants de la population dite du Mouton d'Ouessant disparue de son île au début du 20ème siècle.

Un record chez les Lutins

Princesse est une agnelle "blanche", plus exactement, d'un point de vue génétique et si on souhaite s'exprimer correctement, de coloration Agouti blanc bronzé (Agouti white tan).

En effet, peu d'éleveurs de moutons sont conscients que leurs moutons blancs sont en fait des animaux de pigmentation totale phéomélanique (coloration roussâtre), le plus souvent totalement décolorée avant la naissance même ou comme dans le cas de Princesse, qui se décolorera presque totalement en cours de croissance.

Un record chez les Lutins

Tartine, la mère, est une vieille brebis de dix ans et demi,  mise à la retraite depuis plusieurs années.

Il y a plus de vingt ans déjà, chez les Lutins, avait eu lieu une naissance en octobre, mais pas aussi tardive, issue d'une vieille brebis elle-aussi, considérée stérile depuis longtemps.

Naissance un 23 octobre chez les Lutins est un record en rapport aux naissances normales habituelles de printemps.

Un record chez les Lutins

Le troupeau des brebis n'avait rien remarqué jusqu'à ce que je fasse moi-même cette découverte. Ce qui alerta les dames.

Un record chez les Lutins

Inutile de dire que l'information se propagea rapidement sur les prés, bien plus vite que sur les réseaux sociaux.

Un record chez les Lutins

Chacune, parmi les brebis, y allant de son commentaire, en chuchotant ou même bêlant un peu haut pour que la malheureuse mère entende...

"Si c'est pas une honte, à son âge!"

"Mieux vaut pour elle que pour moi!"

"Quelle idée en cette saison!"

"Pauvre agnelle, une grand-mère pour mère!"

"Même dans "la haute" on ne sait pas se retenir!"

...

Et bien d'autres que je ne peux m'autoriser à rapporter ici...

Un record chez les Lutins

Il faut le voir pour le croire. Interloquée!

Un record chez les Lutins

Vraiment incroyable. Choquée!

Si on n'en parlera pas au journal de vingt heures ce soir, assurément le sujet sera à la une bien longtemps encore sur les prés et de mémoire de Ouessant on se racontera sans doute l'anecdote dans bien des générations encore chez les Lutins.

Déjà demain au parloir, à travers le grillage, ces dames vont s'empresser de tout raconter à ces messieurs réunis dans leur parc d'hiver et… en dernier probablement, au principal intéressé.

Epilogue:

Hubot, père logique de Princesse.

Hubot, père logique de Princesse.

La surprise n'était en fait pas totale pour moi. En effet depuis deux semaines, j'étais étonné de voir Tartine avec de la mamelle. Je soupçonnais bien le futur événement mais hier encore je m'y attendais pour novembre, ne décelant pas un ventre si rebondi que cela.

Ma surprise fut par contre de pouvoir identifier le père parmi la troupe de béliers chez les Lutins. La coloration de Princesse, sa taille, son allure… c'est bien là une version féminine de Sieur Hubot, seul "coupable" logique parmi les mâles blancs présents avec les brebis fin mai dernier.

Je ne me fais aucun souci pour cette naissance tardive d'automne, la météo ne pouvant guère être pire que ce qu'elle fut ce printemps dernier jusque début mai.

Princesse est lourde et solide. En bon Ouessantin nouveau né, avec l'aide de sa mère, elle est apte à vivre, puis grandir et se construire d'ici l'hiver.

Partager cet article
Repost0
10 octobre 2019 4 10 /10 /octobre /2019 12:01
Du jaune au vert

Après bientôt trois semaines d'humidité, la Creuse retrouve sa couleur habituelle, le vert.

Du jaune au vert

Cette année la sécheresse n'aura duré "que" trois mois, un mois et demi de moins que l'an dernier, mais n'en aura pas moins été éprouvante.

Du jaune au vert

Chez les Lutins, les Ouessant ont donc retrouvé également de la verdure à s'en remplir la panse. Finies les longues heures, de jour comme de nuit, à errer à la recherche ici d' un miraculeux brin d'herbe qui a survécu, là d' une feuille pas trop roussie tombée d'un arbre.

Du jaune au vert

Comme souvent, les secteurs à végétation rase, sortes de restaurants gastronomiques, sont prisés pour leur regain goûteux entretenu par les dents des convives eux mêmes, les prairies à herbe plus dense et haute étant davantage fréquentées pour se remplir la panse en restauration rapide.

Des glands tout de même, malgré le gel du printemps, et beaucoup de minuscules châtaignes, faute d'eau, agrémentent le menu quotidien automnal, au point d'éviter au berger la corvée de distribution de céréales devenue inutile (voire dangereuse). Le bon foin de l'année à volonté, pour qui en veut, permet apport de matière sèche et d'équilibrer les rations.

Tout est bien dans le meilleur des mondes chez les Lutins, pour être en parfaite forme à quelques semaines du début des accouplements dès novembre.

Partager cet article
Repost0
26 septembre 2019 4 26 /09 /septembre /2019 15:28
Blou berger

Blou a à présent dix mois et demi. Il s'étoffe physiquement autour d'un mental toujours jeune et turbulent. 

Blou berger

Néanmoins, il est devenu partiellement utile pour les quelques manipulations qu'impose un troupeau de moutons, bien qu'évidemment il lui reste encore beaucoup à apprendre et à acquérir de l'expérience, ce que, sur ce point, seul le temps forgera.

Blou berger

Le regroupement par sexes des Lutins début septembre a permis d'envisager cours quotidiens sur le noyau de Ouessant constitué par les mâles.

Ce groupe d'une quinzaine de béliers dont pas mal de jeunes est idéal. En effet, déjà, en général, les béliers sont plus dociles et plus proches de l'humain que les brebis beaucoup plus vives. Les anciens sont habitués à être menés par des chiens; les jeunes dynamisent un peu plus le groupe et en même temps leur énergie et leur inquiétude se trouvent canalisées par la sagesse des adultes. Un bon mélange qui permet aussi de diversifier les réactions du groupe.

Blou berger

Blou est d'une stature un peu grande à mon goût pour mes Ouessant, mais c'est ainsi.

Blou n'a travaillé qu'une semaine au cercle, c'est à dire les moutons contenus dans un espace clos par un filet.

Le temps pour lui d'assimiler la gauche et la droite tout en travaillant la position "midi", c'est à dire position du chien à l'opposé de celle du berger, les moutons entre eux deux.

Ensuite, la situation devenant vite ennuyeuse, pour le berger comme pour le chien qui ne se privait pas de le manifester par de grands baillements de démotivations, il fallait passer aux choses plus sérieuses en travaillant sans filet (c'est le cas de le dire).

Blou berger

Le travail sur troupeau ne s'engageant que lorsque le chien est équipé d'un frein, l'obéissance à la consigne du "stop", et de la possibilité de point mort par le "pas bouger" ou/et "couché", travailler sans contention du groupe est envisageable.

Ici Blou, couché, attend mes paroles (une recherche par la gauche dans mon intention).

Blou berger

Entendant son nom, comme avant chaque consigne, Blou s'est redressé mais attend que je prononce la consigne avant de s'élancer. Je lui ai appris le respect de cette petite pause, pour être bien à l'écoute et sous mon influence.

Blou berger

"Va à gauche" a été prononcé dans la seconde et Blou est donc parti contourner les moutons par la gauche, dans le sens des aiguilles d'une montre.

Blou berger

En cas de besoin de réactivité dans une situation d'urgence, le "gauche, gauche, gauche" me permet d'enclencher la vitesse supérieure et faire ressentir l'urgence d'action au chien.

Blou berger

Même travail pour une recherche par la droite.

Blou berger

Et c'est parti, dans le sens contraire des aiguilles d'une montre.

Blou berger

Forcément, le "droite, droite, droite" existe aussi dans l'entente de notre équipe.

Le "va loin" ou encore "écarte", "recule" … font partie également des réglages d'action, si nécessaire.

Blou berger

L'approche. Blou est en fait en action de chasse quand il travaille sur le troupeau, action canalisée par l'apprentissage avec son maître et le rapport de dominant imposé par ce dernier, au risque sinon que le chien ne travaille que pour lui-même, n'en faisant qu'à sa tête.

Blou berger

Blou a un tempérament à chercher trop le contact, comme son père quand je l'ai vu travailler, alors que la mère avait au contraire une recherche de très large rayon d'action. Je lui ai fait perdre le réflexe de morsure, sans pression mais tout de même dérangeant, de jeune chien fougueux, par le "non" sec de l'interdit, suivi d'un "calme" posé lors de la prononciation.

Si cette attitude de bousculeur peut être utile face aux paresseux et aux "j'm'enfoutistes" (oui il en existe aussi chez les moutons), c'est un point qu'il faut modérer et n'autoriser que sur demande du berger en cas d'obligation (charge d'un animal par exemple), au risque de mauvaises habitudes...

Blou berger

… et au risque de créer débandade, l'idéal étant de travailler dans le calme avec assurance, sans énervement.

Blou berger

Dans le même temps, Blou a une très bonne recherche face au(x) mouton(s) dissipé(s) (ça existe également) ou isolé(s) et au "va chercher" ne se fait pas prier, tant la jeunesse aime l'action, faisant rentrer rapidement le(s) effronté(s) dans les rangs.

Blou berger

Beaucoup de travail attend Blou pour lui faire prendre plus de recul tout en impulsant le mouvement. Cela prendra du temps puisque cela va à l'opposé de sa nature personnelle.

Blou berger

La bonne chose est qu'il sait intimider les moutons, n'étant pas timide lui-même (bien qu'assez peureux dans la vie ordinaire).

Ici contention du groupe des béliers le long d'une haie.

Si les erreurs sont sanctionnées par un "Non", les réussites sont récompensées d'un "oui, c'est bien" pendant les exercices.

Blou berger

Les meilleures choses ont une fin. Une vingtaine de minutes de travail d'apprentissage quotidien suffit, en terminant par des caresses verbales et physiques sur des réussites dans une nouvelle étape ou un exercice que le chien maîtrise bien (l'école de la réussite motive). De plus pas question pour moi de faire des pauvres béliers des boucs émissaires ( après ces misères, ils sont récompensés ensuite par leur ration de céréales).

Blou berger

Le message de cessation d'activité par un "Blou c'est fini", tout en mettant mes bras en croix lorsqu'il me regarde, débranche mon équipier de son obsession du moment. Message utilisé à d'autres occasions d'ailleurs dans notre vie commune.

Blou berger

Après les caresses finales et le "c'est bien, t'as bien travaillé", j'offre toujours à Blou le petit verre de l'amitié...

(Bon, il faut bien avouer que j'ai dérogé à certaines règles habituelles pendant cette séance de travail, mais c'était pour la bonne cause, pouvoir faire les cadrages nécessaires pour les photos que je prenais dans le même temps.)

Partager cet article
Repost0
24 septembre 2019 2 24 /09 /septembre /2019 11:56

Le blog des Lutins a eu 11 ans récemment.

L'occasion d'un petit bilan chiffré, avec en l'instant  434 484 visiteurs uniques passés par ce blog pour 931 989 pages visitées.

Le record de 350 visiteurs uniques sur une journée n'a pas été battu depuis.

Sinon à savoir que 105 personnes abonnées ont ainsi le privilège d'être averties de chaque nouvelle parution.

Onze ans!! ça nous rajeunit pas tout cela ...!!

Onze ans!! ça nous rajeunit pas tout cela ...!!

L'occasion de rappeler que si je ne réponds pas à un courrier qui m'a été envoyé en lien "contact", c'est logiquement suite à un souci technique que j'ignore …. possibilité alors d'utiliser la voie "commentaire" (que je ne publierai pas évidemment puisque discussion privée), en me précisant votre adresse mail si vous souhaitez réponse...

La technologie du net est vraiment formidable … quand elle fonctionne.

Par contre, je rappelle que commentaires et  discussions publiques sont possibles, en "commentaire", pour celles et ceux qui osent s'exprimer, pour le plaisir d'échanger...

Partager cet article
Repost0
22 septembre 2019 7 22 /09 /septembre /2019 09:32

Hier, 21 septembre, avait lieu le concours annuel du GEMO, au Mans.

Ceux qui me connaissent, savent à quel point je suis réticent face à ce genre d'événement, pour les travers que cela entraîne pour ce type ovin, comme j'ai parfois pu l'exposer en d'autres articles. Revers de la médaille (c'est le cas de le dire!) pour un type ovin pour lequel, seule la construction de la conservation devrait primer.

Mais bon, après trois mois de sécheresse catastrophique, après avoir tout essayé pour faire revenir la pluie (y compris danser nu dans les prés par ces dernières nuits de pleine lune), j'ai fait un écart de conduite en me rendant à ce rassemblement, sorte d'ultime sacrifice offert aux dieux des éléments pour qu'ils m'envoient de l'eau… D'ailleurs, certains éleveurs me voyant se sont dit: "il va pleuvoir!"

Et cela a marché, puisqu'au moment où je rédige, il tombe des cordes (pour combien de temps?)

Blague à part, comme cela faisait neuf ans que je n'avais pas fréquenté un concours du Mouton d'Ouessant, j'ai saisi l'occasion d'une toute relative proximité de ce dernier en rapport à ma région, pour y passer la journée, en simple visiteur.

Quelques moments saisis par le berger en rapide balade sur les lieux ...

D'abord un petit tour par les enclos où les petits groupes d'animaux sont contenus par élevage.

Brebis de toisons eumélaniques, forme noire et sa mutation brune.

Brebis de toisons eumélaniques, forme noire et sa mutation brune.

Diversité de béliers eumélaniques.

Diversité de béliers eumélaniques.

Les animaux de toison eumélanique noire sont dits "noirs".

Les animaux de toison eumélanique noire sont dits "noirs".

Moutons de forme génétique Agouti blanc bronzé, dits communément "blancs" et qui sont en fait des animaux phéomélaniques, c'est à dire à pigmentation roussâtre décolorée en grande partie.

Moutons de forme génétique Agouti blanc bronzé, dits communément "blancs" et qui sont en fait des animaux phéomélaniques, c'est à dire à pigmentation roussâtre décolorée en grande partie.

Parmi ces béliers eumélaniques noirs, un sujet décoloré par la présence d'un double allèle spécifique.

Parmi ces béliers eumélaniques noirs, un sujet décoloré par la présence d'un double allèle spécifique.

Oh les belles noires! ... qui seraient du plus bel effet sur mes prairies, dont celle du centre que j'aurais voulu ramener sous le bras ...

Oh les belles noires! ... qui seraient du plus bel effet sur mes prairies, dont celle du centre que j'aurais voulu ramener sous le bras ...

Oh la belle blanche!

Oh la belle blanche!

Pour les animaux, une paire de jours à patienter dans l'espoir de retrouver leurs prairies.

Pour les animaux, une paire de jours à patienter dans l'espoir de retrouver leurs prairies.

Le concours débute, les moutons concernés par une même section sont rassemblés et doivent attendre avant leur entrée en scène.

Rassemblement
Rassemblement

Les Ouessant à l'attache ensuite, en attendant le jugement (en le leur souhaitant non le "dernier") ...

Rassemblement
Rassemblement
Rassemblement
Rassemblement
Rassemblement
Rassemblement
Rassemblement

Quelques résultats en ces trios d'animaux les plus appréciés par les trois personnes chargées de les analyser:

Béliers blancs antenais (c'est à dire en seconde année civile).

Béliers blancs antenais (c'est à dire en seconde année civile).

Béliers blancs adultes, etc ....

Béliers blancs adultes, etc ....

Rassemblement
Rassemblement
Les primés tenus par leur propriétaire.

Les primés tenus par leur propriétaire.

La route m'attendait, je n'ai pas pu suivre les choses totalement.

Des travers? Oui j'en ai noté comme à chaque fois, tout en demeurant silencieux ...

Je ne suis pas concours en soi car une fois encore, je trouve dommage que, parce que mouton, le Ouessantin se retrouve réduit à un objet de compétition (type comice agricole) alors que l'aspect et le souci conservatoires devraient primer pour ce mouton "primitif", les travers qui se cachent derrière une hypothétique beauté/qualité ne rendant pas service à l'avenir de ce type ovin, occultant l'importance primordiale des aptitudes, en particulier à l'intérieur du noyau des animaux prisés.

Je passerai sous silence, au niveau humain, déceptions, jalousies, rancoeurs, tensions, conflits, qu'engendre à chaque fois toute compétition, en coulisses et au delà.

Mais les éleveurs sont-ils capables et suffisamment motivés pour se rassembler autrement, uniquement pour s'unir et travailler autour du souci de la sauvegarde? 

Cependant pas question d'avoir l'air de cracher dans la soupe, c'est en soi, pour moi, uniquement l'aspect rassemblement d'hier qui avait bien tout son intérêt, me permettant de voir "du Ouessant". Beaucoup! ils étaient 175 si mes oreilles ont bien compris et retenu.

Trop? Il est vrai que je ne savais plus où donner de la tête et que mon regard se perdait, ne pouvant s'attarder comme je l'aurais voulu. 

Mais il est toujours intéressant de noter les caractéristiques qui se dessinent en chaque élevage, phénomène aboutissant à une sorte de carte d'identité de chacun. De noter aussi les tendances au fil des ans par certains liens établis par certains éleveurs entre eux … et plus globalement l'évolution d'allure du cheptel depuis vingt trois ans que je fréquente, à l'occasion, ce genre de manifestation.

Je voulais voir du Ouessantin, j'en ai vu, encore et encore. C'est ce qui m'intéressait et je n'ai pas été déçu, déjà sur ce point, sans oublier le plaisir de retrouver certains éleveurs ou d'en découvrir d'autres.

Avec en plus les effluves grisantes du Ouessantin qui macère un peu, étrangement, cela me donna une forte envie d'élever des Ouessant ...

Ainsi, le plaisir fut double à retrouver les miens aujourd'hui, avec, cerise sur le gâteau, un peu d'une pluie tant attendue depuis trois mois.

Partager cet article
Repost0
17 septembre 2019 2 17 /09 /septembre /2019 07:14

Ambiance Lutins fin août, par cette sécheresse persistante qui, avec un mois de plus à présent, n'a fait qu'amplifier une situation déjà difficile.

Merci à Dominique L, le réalisateur talentueux, pour ce superbe document souvenir pour le berger, sa caméra ayant su s'attarder sur la meute, le troupeau aussi forcément, avec ses phénomènes, dont quelques doyens/doyennes en fin de vie qui fatalement risquent fort de ne plus être de l'équipe l'an prochain... 

Partager cet article
Repost0
8 septembre 2019 7 08 /09 /septembre /2019 18:48
Et les biques?

Danette se porte bien et a rajeuni. Petit passage chez l'esthéticienne, d'abord pour tailler la barbe qui n'était pas très féminine (surtout quand ça trempait dans le seau d'eau), mais aussi ses longs poils de c...roupe qui ne muaient pas, vieux de plusieurs années et de couleur pisseuse.

Etonnement par contre de la voir perdre ses incisives à seulement quatre ans! Faut-il y voir lien avec une certaine consanguinité que j'ai cru deviner en son élevage d'origine? 

Concernant ses triplés de presque cinq mois et demi à présent, je suis plutôt satisfait, percevant que j'avance dans le sens de la construction souhaitée de ma troupe caprine, en taille comme en morphologie et que mon choix de l'amoureux de Danette était le moins mauvais.

Et les biques?

Orionne se dessine en chevrette élégante et vive.

Et les biques?

Tout comme la minuscule Manta.

Et les biques?

Domino, le plus petit de la portée, est devenu à ce stade le plus costaud des triplés, alors qu'il était le minus à la naissance. Il faut dire que les hormones sexuelles doivent y être pour beaucoup dans sa croissance. Dès trois mois à peine, un véritable obsédé sexuel … comme son père! Il demeure néanmoins, au même âge comparativement, le plus petit des boucs chez les Lutins.   

Et les biques?

La belle Enola (ici en juin) a malheureusement mis bas de deux chevrettes, début juillet, avec quinze jours d'avance. Pour cause, l'une était morte en matrice … L'autre, véritable prématurée donc, n'était pas en mesure d'accomplir les premières étapes de la vie, téter et se tenir.

L'allure assez osseuse de cette chèvre demeure malgré les divers vermifuges ingurgités (y compris contre les deux douves et le ténia). Ce qui ne me rassure pas pleinement, la percevant toujours affamée à trainer sur les restes de céréales des distributions.

Et les biques?

Lilli va bien, pleine de tonus et ronde, mais, à seulement sept mois, elle a déjà rattrapé en taille les deux autres biquettes adultes, ce qui m'interroge pour la suite de sa croissance.

Les plans que je tirais il y a un an dans mes projets de construction d'une troupe caprine en accord avec la taille et la morphologie des Ouessant Lutins, avec qui elle se mêle, s'en trouvent pas mal chamboulés (du côté des boucs également).

Ovin ou caprin, l'élevage en sélection avec objectifs précis est un travail de patience qui se mène sur l'observation et la réflexion face à ses animaux pour calculer les meilleures associations supposées des patrimoines génétiques. 

Partager cet article
Repost0
31 août 2019 6 31 /08 /août /2019 11:24

Flocon n'a pas fondu malgré ces derniers mois torrides.

Tout au contraire, il s'est développé de façon impressionnante, présentant, à presque cinq mois à présent, une allure de grande maturité.

Le cas Flocon

Il n'y a pas cependant à se méfier du Flocon qui dort, doux comme un agneau.

Le cas Flocon

C'est le jeune mâle du printemps qui arbore le plus de virilité globale. C'est en cela que c'est le cas de l'année chez les Lutins.

Le cas Flocon

Seule interrogation, comment sera-t-il dans trois ans, une fois sa croissance terminée?

Cette dernière est-elle appelée à lui donner une taille finale maximale s'il devait continuer à se construire à ce rythme? (Ce qui serait d'autant plus insolite, ses parents se situant à peine au bas du standard taille)

Ou au contraire faut-il y deviner un animal qui a tant bien démarré les premiers mois qu'il ralentira finalement ensuite cette croissance?

Le cas Flocon

Flocon ne laisse pas insensible qui le découvre. On aime ou on n'aime pas cette allure du fameux "rectangle parfait".

Personnellement, à ce stade, je considère qu'il lui manque un centimètre dans les antérieurs, à moins que ce soit l'équivalent en trop en colonne … ou les deux. Pour le reste, tout y est.

Toujours est-il qu'il est d'un charme dérangeant.

Le cas Flocon

D'autant quand on voit à quel point, pour son jeune âge, il est déjà bien équipé pour participer au tournoi des six nations...

Le cas Flocon

Aujourd'hui est son dernier jour avec maman, comme avec les autres femelles. Comme pour tous les mâles, demain est jour d'isolement. Demain est jour de séparation des sexes chez les Lutins, jusqu'au printemps prochain.

Partager cet article
Repost0
30 août 2019 5 30 /08 /août /2019 12:28
Le noir est indémodable

Qu'il soit encore assez soutenu chez Proxima en son deuxième été.

Le noir est indémodable

Qu'il soit tout nouvellement marqué de canitie en sa repousse de troisième été chez Poupoupidou.

Le noir est indémodable

Qu'il soit fortement brunissant sous les UV chez Nixie.

Le noir est indémodable

Qu'il soit de longue date fortement touché par la canitie à laquelle se mêle léger brunissement chez la vieille Guanine.

Le noir est indémodable

Qu'il soit encore peu brunissant chez Wizz en première toison.

Le noir est indémodable

Qu'il soit un peu plus brunissant chez Rollon en première toison estivale.

Le noir est bien indémodable. Les noirs devrait-on dire … que ce soit en pointes externes de mèches ou à la racine même de la fibre.

Partager cet article
Repost0