Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Le Mouton d'Ouessant Elevage des Lutins
  • : Le bonheur est dans le pré. Cours-y vite, cours-y vite....... Merci de venir visiter mon blog qui a pour but de vous faire découvrir le mouton d'Ouessant et de partager au moins un instant ma passion pour cet animal singulier et ce qui l'entoure.
  • Contact

Recherche

17 mars 2009 2 17 /03 /mars /2009 23:01
Enfin! Depuis deux jours, Ibex s'autorise à me donner des coups dans le creux du genou lorsque je lui tourne le dos. C'est le signe qu'il me considère comme un des siens et j'apprécie particulièrement cet honneur. Je pourrais même dire que cela me touche (dans les deux sens du mot) beaucoup.

En effet, comme je l'ai déjà expliqué en d'autres occasions, les béliers aiment vivre ensemble et s'apprécient énormément (sauf pour une histoire de brebis...). Ma présence régulière avec mes animaux font que je fais partie du décor et suis assimilé à un membre du troupeau,  jusqu'à un certain point pour les brebis, mais de façon plus conséquente pour les béliers.

Cette sympathie avec ces derniers fait qu'ils viennent frotter leur front et leur larmier à la jambe afin d'y déposer leur odeur et dire, en quelque sorte, "tu fais partie de mon territoire et tu m'appartiens". C'est d'ailleurs ce que fait un chat lorsqu'il se frotte à nos jambes.

Là où le problème commence, c'est que le front est armé de cornes bien dures que nos tibias n'apprécient guère, surtout si le bélier prend un peu d'élan.

Pour Ibex, le temps est donc venu de l'éduquer et lui "expliquer" les choses pour des relations réussies avec les humains. A chaque coup, je lui tends la main pour lui montrer que s'il veut venir à moi, il le peut. Alors, je le caresse sous le menton pour lui faire percevoir que mon contact est une situation et une relation agréable et qu'il peut me faire confiance. S'il tente un coup, je lui mets une PETITE baffe sur le côté du museau. Nouvelle approche, nouvelle caresse....et ainsi de suite...ou baffe. Le tout dans le calme, pour installer cette confiance malgré tout.
Ne pas poursuivre l'animal qui se sent menacé alors, mais au contraire le laisser venir à soi de lui même quand il est d'humeur. Et puis toujours réagir comme expliqué auparavant pour qu'un coup ne reste pas un coup sans suite d'éducation, car alors le bélier peut comprendre que c'est un comportement qu'il peut s'autoriser quand vous passez . Je n'ignore pas non plus l'animal qui vient à moi et lui montre au contraire qu'il existe et que je le considère par une petite caresse sous le maxillaire, même rapide si je suis pressé.

Par contre, ne jamais jouer avec lui ou le  caresser sur le front. Ce geste est assimilé aux coups que les béliers se donnent entre eux, même par sympathie. Car alors, à ce jeu, l'humain sera toujours perdant puisqu'il est moins bien armé et surtout de mauvaises habitudes risquent de se créer avec des problèmes de coups violents et réguliers . Et dans ce dernier cas, on accuse toujours l'animal bien sûr et on finit toujours par s'en séparer d'une façon ou d'une autre alors que le responsable est l'éleveur.

A noter qu'un bélier qui n'a pas d'autres mâles avec lui pour se défouler de temps à autre a plus de chance de chercher à le faire avec son éleveur ou encore avec l'agneau nouveau né de l'unique brebis. Content d'avoir enfin un copain ou un jouet cela peut tourner mal.

Et puis cetains béliers ont plus de caractère et nécessitent un peu plus de poigne et patience. Mais il faut toujours définir que le chef c'est "moi" (soi) même si cela demande un peu plus de temps.

Au passage, le décompte des segments de pousse du cornage est facile sur Ibex, avec celui de première saison jusqu'à la partie claire, puis de seconde jusqu'à la fin de partie sombre au niveau du crâne, et enfin un anneau clair rosé de la nouvelle pousse. Un bélier de deux ans donc.

Ce dimanche soir, avant d'écrire ces quelques lignes, je me suis assis au soleil couchant au milieu du troupeau. Les brebis indifférentes ont continué leur vie. Une ou deux curieuses, toujours les mêmes, sont venues grignoter les plis de mon pantalon. Les jeunes mâles ont poursuivi leur rumination
Par contre, un, puis deux, puis trois.... six béliers adultes sont venus au contact dans la douceur pour savourer quelques caresses et s'ennivrer de nos instants d'émotions réciproques, pour finir par se coucher à mes pieds après s'être bousculés de l'épaule afin d' avoir chacun sa dose de caresses. Les minutes semblent alors interminables et trop courtes à la fois, mais une chose est sûre, magiques.
Ibex qui a déjà pas mal compris que, finalement, les béliers c'est comme les enfants ou les gens: on les apprécie véritablement quand ils sont bien élevés, est venu chercher quelques secondes d'osmose en passant par là.

La pénombre et le froid tombant, je me suis relevé et ai enjambé tous ces copains qui n'ont pas bougé d'un centimètre, un signe de confiance de plus. Heureux de ces instants, j'ai laissé les Lutins couchés à la place qu'ils avaient choisie pour la nuit, et ai regagné la maison en espèrant pouvoir en vivre d'autres tout aussi magiques pendant longtemps encore...  
Partager cet article
Repost0
16 mars 2009 1 16 /03 /mars /2009 23:01
Comme ça saute dans ce ventre là!

L'agneau ou l'agnelle qui y finit de grandir semble vouloir s'exercer déjà grandement aux futures cabrioles qu'il fera bientôt avec les copains...
Nuxi, de son côté, qui m'avait donné son jeune au 26 février l'an passé n'a toujours pas libéré son ventre distendu .
Déjà trois semaines de retard par rapport à l'an dernier, mais cela sera malgré tout sans doute la première mère de l'année. Après avoir regardé mes notes d'observations d'accouplements, ce fut bien elle la première à accepter le bélier le 22 octobre dernier. J'étais trop impatient. Il n'y a pas, les cinq mois approximatifs se terminent. Mais comme je n'étais pas là pour "tenir la chandelle" en octobre, un accouplement plus précoce aurait pu avoir lieu.
Et puis après pas mal d'années d'élevage maintenant, je me méfie à présent des ventres énormes qui donnent la vie plus tard qu'on l'imagine, alors que de petits ventres aux mamelles sans grande montée de lait peuvent donner un jeune  qu'on n''attendait pas de si tôt. 
Partager cet article
Repost0
15 mars 2009 7 15 /03 /mars /2009 23:02
L'herbe la plus mauvaise de l'année est en train de repousser. Ce regain de printemps est tout aussi appétant  que mauvais pour le système digestif des animaux habitués durant l'hiver à une nourriture moins riche en certains éléments  et surtout moins hydratée.

Après avoir éliminé d'autres causes possibles de diarrhées (parasites ou maladies), dans la mesure du possible, il vaut mieux remettre l'animal atteint de coliques à un régime plus sec à base de foin. Ce dernier lestera la panse tout en réensemençant  la flore microbienne digestive. Il est d'ailleurs bon et judicieux que les moutons puissent avoir tout au long de l'année du foin à leur disposition afin de réguler d'eux-mêmes leur alimentation.

Ces diarrhées ne peuvent qu'être ponctuelles et ne pas durer bien longtemps, mais en cas contraire on s'en inquiètera, surtout si les animaux ne sont pas vaccinés (entérotoxémie).
Une remise à l'herbe progressive sur plusieurs jours s'impose quand les animaux en ont été privés ou  encore en cas de changement de pâture.

Enfin certains Ouessant ont "le ventre" plus ou moins solide et quelques sujets peuvent présenter des diarrhées chroniques dues à une sensibilité particulière à l'herbe verte.

Une fois le problème réglé, il faut nettoyer la croupe en coupant la laine souillée avec de bons ciseaux. On évitera ainsi les mouches, leurs pontes et d'autres problèmes graves qui pourraient suivre: miyase....(asticots dévorant l'animal).
Partager cet article
Repost0
14 mars 2009 6 14 /03 /mars /2009 23:01
Bon anniversaire pour tes deux ans, Grichka des Lutins du Montana.
Père d'au moins 20 agneaux et agnelles que je vais découvrir durant ces mois qui viennent, Grichka va devenir "un grand" cette année, en atteignant sa taille définitive et en élaborant son cornage encore une fois de façon conséquente pour lui donner son allure future.
41,5 cm à ce jour: il devrait donc franchir la barre des 42 cm "règlementaires". 
Partager cet article
Repost0
13 mars 2009 5 13 /03 /mars /2009 23:02
Notre étoile, celle du berger, qu'il le soit toute la semaine ou le dimanche seulement...
Ce soir de février, elle est apparue la première comme à l'ordinaire, mais la Lune, comme pour veiller sur la planète, était venue se placer sous elle en lui offrant son croissant comme berceau au cas où elle viendrait à tomber...
Partager cet article
Repost0
12 mars 2009 4 12 /03 /mars /2009 23:01
Se complaire entouré du vivant c'est aussi devoir se trouver confronté à la mort, les deux étant intimement liés.

Les nouveaux-nés sont là ou arrivent, mais d'autres nous quittent pour une raison ou une autre. Et  plus il y a d'animaux dans le troupeau plus la probalité de la mort rôde et plane: maladie, vieillesse ou encore comme ici accident.

Roussine qui était gestante s'est  retrouvée étouffée, en faisant tomber sur elle au niveau du cou le banc de pierre auquel elle s'est frotté avec sans doute trop d'acharnement. Depuis treize ans ce banc était là et tout se passait bien.
Aujourd'hui Roussine n'est plus là pour embellir la troupe de sa personne et avec elle s'en va l'espoir qui germait en son ventre.....le banc de pierre n'est plus là non plus!
Partager cet article
Repost0
11 mars 2009 3 11 /03 /mars /2009 23:01
Outre la montée de lait dans le dernier mois de gestation, un signe qui indique que l'on approche de la fin de cette période c'est la courbure de la colonne vertébrale qui s'affaisse.

Mais quand aura lieu exactement l'évènement? Cela n'est pas possible de le savoir précisément.

Murinette des Lutins du Montana pliant sous le poids  d'une gestation dont elle voudrait bien voir la fin, c'est du moins ce que semble évoquer son expression de brebis bien fatiguée par tout cela.

Mais, en ce 11 mars, toujours pas de petit nouveau ou petite nouvelle chez les Lutins bien que pas mal de brebis semblent vouloir exploser. Quinze jours de retard par rapport à l'an dernier alors qu'un bélier adulte a toujours été présent avec  les dames...Ce n'est pas plus mal, les sept jours qui sont annoncés semblent comme il faut pour que les agneaux profitent de journées ensoleillées pour leurs premiers pas.
Partager cet article
Repost0
10 mars 2009 2 10 /03 /mars /2009 23:02
Comme j'ai souvent pu y faire allusion ou le mentionner, la laine présente bien des inconvénients chez le mouton et peut-être plus chez le Ouessant avec sa toison à longues mèches.

Tout s'y accroche du moment que aspérité existe, quand ce n'est pas le mouton qui se retrouve accroché lui-même au risque de périr dans cette denière situation.

Quenouille et sa traîne se demande ce que je lui veux. L'aider tout simplement.

Depuis plusieurs jours, un branchage, qui devait traîner sur la prairie et qui ne présentait pas spécialement de rameaux crochus ou épineux puisque c'est du charme, s'est retrouvé emmêlé dans la laine.

Après capture, il s'avèrait que l'intervention était indispensable car jour après jour, cela n'a fait que s'entortiller davantage.
Comme quoi, il est bon de visiter le plus souvent et régulièrement possible son troupeau car, parfois (les anecdotes que je pourrais racontées sont nombreuses), un animal peut vite se trouver en difficulté voire périr...

Dans le phénomène velcro, il faut particulièrement craindre les ronces (à couper systèmatiquement car en plus appétantes pour leur feuillage), les épineux, les pointes de fil métallique des grillages,....La pluie peut arriver suivie du froid et, dans l'immobilité et la fatigue après avoir voulu se libérer, le mouton d'Ouessant piégé peut mourir si on ne le découvre pas assez tôt, et en particulier pour un jeune animal. 
Partager cet article
Repost0
9 mars 2009 1 09 /03 /mars /2009 23:02
Dans cette catégorie du suivi d'un jeune bélier, déjà un mois supplémentaire de passé.
Le voilà à 10 mois et une semaine. Encore du changement...

"Oui! C'est bien de toi dont je parle!"

Je ne l'ai pas mesuré mais il doit faire maintenant ses 40 cm au garrot en comparaison à d'autres du troupeau maintenant adultes.
Trois beaux et grands anneaux de croissance pour cette nouvelle année sont déjà perceptibles. (Nouvelle pousse. )
Partager cet article
Repost0
8 mars 2009 7 08 /03 /mars /2009 23:01
Sur les parcelles où mes animaux stationnent de façon provisoire, ceux-ci disposent de ce type d'abri de conception simple sur piquets d'acacia (robinier) ou châtaignier.

Que ce soit en tôle fibro-ciment....

...ou en tôle métallique......quelle que soit  la surface de l'abri, il est bon de créer une inclinaison à ces toitures sur pieds en songeant à faire déverser les eaux de pluie de façon à ce que celles-ci ne ruissèlent pas ensuite sous le refuge (ce qui ne serait pas vraiment bénéfique au final).
Partager cet article
Repost0