Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Le Mouton d'Ouessant Elevage des Lutins
  • : Le bonheur est dans le pré. Cours-y vite, cours-y vite....... Merci de venir visiter mon blog qui a pour but de vous faire découvrir le mouton d'Ouessant et de partager au moins un instant ma passion pour cet animal singulier et ce qui l'entoure.
  • Contact

Recherche

7 mars 2009 6 07 /03 /mars /2009 23:01
Ce seront les trois béliers de base qui m'ont permis de construire mon troupeau pour lui donner ses caractèristiques et une certaine qualité. Une façon pour moi de leur être reconnaissant.Le petit Dakné....


...le bel Ocelot et sa ramure....

...l'architectural Ouessantin.

Et merci bien sûr à leurs éleveurs qui m'ont permis de les acquérir. Dans l'ordre Edmond Vaillant, Gilles Delorme, Alain Blancher.
Partager cet article
Repost0
5 mars 2009 4 05 /03 /mars /2009 23:01
Un autre abri encore pour les Lutins, sur une autre parcelle.

Son aspect bas, avec seulement moins de deux faces libres, ne permet pas une bonne circulation de l'air.

Malgré un certain confort, il me faudra créer des ouvertures sur les faces construites pour mieux ventiler les lieux.
Partager cet article
Repost0
3 mars 2009 2 03 /03 /mars /2009 23:01
Le type d'abri avec une face ouverte, ce qui permet à l'air d'y circuler, et possèdant un râtelier, mais réquisitionné pour stocker en cas de besoins hivernaux...
Partager cet article
Repost0
2 mars 2009 1 02 /03 /mars /2009 00:01
Les Lutins du Montana disposent de trois hectares et demi de pâtures, mais dispersés en plusieurs parcelles parfois éloignées.

Soucieux du bien être de mes animaux, je ne conçois pas de ne pas les faire bénéficier d'un abri même sommaire, un enclos, aussi beau et vaste soit-il demeurant toujours une prison dont on ne peut sortir pour choisir ce qui nous conviendrait mieux.

Voici donc une petite installation qui permet à ses animaux de disposer de foin et de s'abriter au sec.
Un conseil: ne pas commettre l'erreur, comme ici, de vouloir trop fermer son abri car l'air y stagne chargé d'humidité. Un ou deux côtés ouverts, c'est bien préférable.  
Partager cet article
Repost0
28 février 2009 6 28 /02 /février /2009 23:01
Un autre bélier de mon élevage, mais aujourd'hui disparu, Ouessantin.

Ce bélier noir de 45 cm a gagné en son temps au concours annuel du GEMO. Né chez un des pionniers de l'association, le choix de Ouessantin fut un bon choix.
J'y ai trouvé un équilibre parfait entre la hauteur et la longueur de l'animal, une poitrine et un tronc larges, sans oublier un cornage comme je les aime, beau et sans excès. Ds caractèristiques que je retrouve dans ses descendants , comme pour Dakné (Un dimanche, un bélier (15). ).
Partager cet article
Repost0
27 février 2009 5 27 /02 /février /2009 23:01
Lorsque la pâture ne dispose pas de haies brise-vent, un simple tas de bois à demeure permet de créer une zone avec un micro-climat où les Ouessant aiment venir. Que ce soit pour s'abriter du vent (et un peu de la pluie selon l'orientation) ou se chauffer au soleil dans cette zone d'insolation.
Sans parler de l'aubaine que cela représente pour les bandes d'agneaux qui l'utilisent comme aire de jeux et d'escalade.
Partager cet article
Repost0
25 février 2009 3 25 /02 /février /2009 23:01
Régulièrement, lorsque je rentre dans le parc de mes Ouessant et que je ne les ai pas encore aperçus, je suis interpelé par quelques empreintes qui, une fraction de seconde, me font croire qu'un chevreuil est passé par là.

Ce moment d'égarement passé, je reprends mes esprits pour réaliser que ce ne sont que mes moutons qui ont laissé leurs traces.


Selon la zone de mon cerveau activée dans ces instants, naturaliste ou éleveur, la méprise est régulière. Quand je raconte cela, d'autres préfèrent plaisanter en insinuant qu'avec les années passant,....

Malgré tout, de taille et forme proches, on peut s'y tromper un instant. 
Partager cet article
Repost0
23 février 2009 1 23 /02 /février /2009 23:01
Février, c'est reparti pour une nouvelle période de pousse du cornage chez le bélier, et ce jusqu'à l'hiver prochain.

Les nouveaux anneaux de croissance qui se forment semblent bien neufs.On notera la base du cornage abimée durant le repos de pousse par quelques affrontements entre mâles au moment de la lutte.

Bien irriguée par le sang, la corne en construction a une teinte rosée chez ce sujet blanc.
Merci à Grichka des Lutins du Montana pour sa coopération à cet article.
Partager cet article
Repost0
21 février 2009 6 21 /02 /février /2009 23:01
Un bélier de mon élevage, mais aujourd'hui disparu, Dakné "le petit  -outon blanc" (pour ceux qui percevront l'humour)...Issu de l'élevage Vaillant, ce petit bélier de 43 cm remporte plusieurs fois le titre au concours annuel du GEMO, dans la fin des années 90.
Malgré un cornage qui paraît aujourd'hui moyen, j'ai profité dans mon élevage de sa petite taille, de sa solidité générale avec une allure en forme d'obus.
Ce fut un très bon choix. Ses résultats en concours  ainsi que ceux en temps que géniteur dans mon élevage me le prouvent chaque jour quand je regarde mon troupeau et l'y retrouve d'une certaine façon.
Partager cet article
Repost0
20 février 2009 5 20 /02 /février /2009 23:01
Un peu comme pour les stries de croissance sur un tronc d'arbre, on peut avoir une idée de l'âge d'un bélier en observant son cornage.
Mais avant tout, il faut comprendre que sur une même saison la corne pousse par anneaux et est donc plus ou moins annelée. Un anneau ne correspond donc pas à une année car alors nos béliers seraient plus que centenaires.
Il faut savoir que par contre, en hiver, la corne ne pousse plus ou que peu, ce qui forme une zone de rupture. Après la lutte, les accouplements, vers février en général, le cornage se remet à pousser pour une nouvelle saison.
  Grichka des Lutins du Montana s'offre à la démonstration.
Le premier été, la corne a poussé jusqu'à ralentir dans la zone qui correspond sur cette photo à la zone au niveau de la pointe de l'oreille.
L'année suivante, la pousse reprend avec d'ailleurs des anneaux plus larges, pour s'arrêter enfin ces derniers mois à l'actuelle racine du cornage. Attention malgré tout à ne pas prendre, comme ici au niveau de la boucle d'oreille, pour une nouvelle année, une petite rupture qui peut correspondre à une petite forme de l'animal parfois malade ou fatigué par ses ébats et l'hiver.
Cette vue montre un bélier qui a connu deux étés, et qui donc va avoir deux ans.
Partager cet article
Repost0