Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Le Mouton d'Ouessant Elevage des Lutins
  • : Le bonheur est dans le pré. Cours-y vite, cours-y vite....... Merci de venir visiter mon blog qui a pour but de vous faire découvrir le mouton d'Ouessant et de partager au moins un instant ma passion pour cet animal singulier et ce qui l'entoure.
  • Contact

Recherche

27 avril 2019 6 27 /04 /avril /2019 16:21
Toujours du mâle

Ce 24 avril, Poupoupidou donnait un agneau.

Toujours du mâle

Son petit bélier, Pistil, de coloration Non agouti en base noire.

Toujours du mâle

Ce 25 avril, c'était au tour de Mirlaine de donner un mâle, encore.

Toujours du mâle

Avec Kezako (en position "pipi"), de coloration Non agouti en base noire et homozygote "faded".

Partager cet article
Repost0
24 avril 2019 3 24 /04 /avril /2019 07:23
Vu et revu

Vu et revu mais toujours captivant.

Une naissance en images hier après-midi, grâce à Pica.

Vu et revu

Pica est le genre de brebis qui devient une outre bien longtemps avant le jour j, alors que d'autres vous font un petit alors que la veille vous vous demandiez si, à les voir, elles étaient bien gestantes.

Vu et revu

De plus c'est également le genre de brebis qui, une paire de jours avant l'événement, manifeste une contrariété plus que notable qui vous vous fait craindre naissance à gros problème ou avortement. Alors que d'autres brebis mènent vie normale jusqu'au dernier moment et vous laissent découvrir dans le quart d'heure suivant qu'elles viennent d'avoir un petit.

Mais là tout se présente bien. On notera la langue du jeune qui sort, les contractions "l'écrasant". C'est une épreuve pour lui aussi.

Vu et revu

Museau posé sur les pattes avant, la position normale.

Vu et revu

Première respiration. Le petit fait des bulles sous la membrane qui lui recouvre les naseaux.

Vu et revu

Tout s'est bien passé. Le plus difficile est fait, le passage du crâne. Le temps suspend son vol, mère et jeune trouvant repos après l'épreuve.

Vu et revu

La mère n'a plus la force de se lever pour achever le travail par la rupture du cordon ombilical par étirement.

Vu et revu

Pas de pivots de futures cornes notables sur le crâne. Ouf! Normalement une agnelle.

Vu et revu

Premiers contacts accompagnés d'échanges vocaux, toujours en position repos.

Vu et revu

En pleine forme, Pirouette (de coloration Non agouti en base noire) foule désormais le plancher des Lutins.

L'heure du grand nettoyage s'impose.

Vu et revu

J' abandonne finalement le duo à sa vie, tout se passant parfaitement. La suite se fera sans besoin de ma présence. La vitalité est là.

Je réalise que d'autres accouplements datant du 26/11 dernier, comme pour Pica, pourraient être à l'origine d'autres naissances, ce jour, sur les prés. Une petite prospection s'impose 

Partager cet article
Repost0
23 avril 2019 2 23 /04 /avril /2019 20:51

Ce matin, je trouvai un nouvel agneau bien vif et tonique derrière sa mère. Sans doute né précocement dans la nuit, à moins qu'il soit passé inaperçu hier.

Kafka

C'est Arolla qui l'a produit.

Kafka

Kafka est un jeune mâle de coloration Agouti swiss markings sur couleur de base noire, comme sa mère.

Kafka

Sans être aussi complet qu'il pourrait l'être, ce bélier possède un patron ("dessin"), correspondant à cet allèle du locus Agouti, plus marqué et plus étendu que celui de Brome, sa demi soeur de même coloration. 

Partager cet article
Repost0
21 avril 2019 7 21 /04 /avril /2019 13:26
Entourloupe à un an (mais aujourd'hui trois ans).

Entourloupe à un an (mais aujourd'hui trois ans).

Hier, Entourloupe donnait naissance à une minuscule agnelle de 490 g (!!!). Jamais jeune à terme aussi léger n'avait vu le jour chez les Lutins. Une Miette de Lutins! Une Miette de Ouessantin!

Miette après séchage, se réchauffe sur bouillotte.

Miette après séchage, se réchauffe sur bouillotte.

Miette est de coloration Agouti blanc bronzé (comme maman), énormément tachetée, "comme une hyène".

Cette minuscule agnelle est toujours vivante en cet instant, à bientôt vingt-quatre heures, grâce au hasard de ma présence.

En effet, cette saison, c'est seulement la première naissance à laquelle j'ai eu chance d'assister.

Je prenais donc plaisir à observer ces moments magiques quand au bout d'une heure je compris que les choses n'allaient pas se passer aussi facilement que souhaité.

Je finis par voir apparaître un antérieur et un seul, ce qui n'est pas forcément un problème, voyant ensuite le museau pointer dans le prolongement.

Devant une situation bien trop statique, comme c'était une première naissance pour Entourloupe, je décidai de l'aider, équipé de gants et de gel pour l'opération.

Je m'aperçus que la brebis était très peu dilatée et qu'il y avait peu de chance que la suite s'enchaîne rapidement naturellement. Je finis par réussir à sortir la tête et c'est alors que dans le même temps, d'un coup d'un seul, tout l'agneau tombait au sol … Et pour cause, un minuscule "chat écorché" et trempé venait de naître.

J'eus du mal à comprendre comment si petit pouvait poser tant de soucis à la mère, mais se confirmait de fait ma première impression de brebis très peu dilatée imposant un passage trop étroit.

Je laissai la mère lécher sa petite car il n'y a rien de mieux pour le plus gros du séchage. Au stade deux, je compris que l'agnelle était trop faible pour entrer dans la vie normalement. Impossibilité de se dresser, voix rare et faible. D'ailleurs je notai début de refroidissement le soir venant d'une journée pourtant bien printanière.

Si petit volume se refroidit vite. Aussi le sèche-cheveux (une fois encore) fit des miracles. Ensuite repos sur bouillotte en caisson de réchauffement… et au bout de deux heures, une Miette pleurnicharde, comme il se doit, se mettait sur ses pattes. Le moment était venu, face à plus de vitalité, de lui faire absorber un peu de colostrum reconstitué, déjà pour lui donner plus d'énergie, puis songer à amorcer son système immunitaire.

Voyant que cette agnelle avait surtout, et seulement, besoin d'un bon coup de pouce au seuil de sa vie et d'un peu de temps pour se remettre de tout cela, j'ai pu envisager la placer avec sa mère en local, sous lampe, pour la nuit.

Le duo restera enfermé quelques jours, le temps que Miette soit plus solide car de par sa fragilité et sa taille minuscule, elle serait bien vulnérable tant les dangers peuvent être nombreux. Chat qui prendrait "ça" pour un rat, bousculade, piétinement au milieu de la troupe ...

Miette sous lampe chauffante apparaissant orangée.

Miette sous lampe chauffante apparaissant orangée.

Face à de tels cas, on parle souvent d'agneau prématuré. A tort à mon avis car un véritable prématuré ne peut marcher ni survivre sans interventions lourdes.

Je pense que Miette est tout simplement une agnelle très petite, légère et chétive pour des raisons x ou y. Pour argumenter ma vérité (sur laquelle j'ai déjà consacré un article par le passé), je préciserai que j'ai noté accouplement de sa mère le 19/11 dernier, ce qui correspond parfaitement avec la date de naissance. Si de plus la fécondation réelle n'avait eu lieu qu'aux chaleurs suivantes d'Entourloupe, c'est à dire presque trois semaines après, l'agnelle serait véritablement prématurée … et non viable sans grosses interventions, comme a déjà pu me le confirmer un vétérinaire avec lequel j'ai pu échangé sur ces sujets par le passé et qui approuvait mon point de vue.

Ce qui est d'autant plus étonnant, c'est qu'Entourloupe, brebis extérieure à mon troupeau, avec ses 44 cm à deux ans, un volume et une masse en correspondance, ait pu donner ce genre de naissance (et avec autant de difficultés), même si le bélier qui lui fut offert en noces (Hobbit) fait partie des plus petits mâles de ce type ovin Ouessant de forme ancienne.

Je croise tout de même les doigts pour ces premiers jours, puis ces premières semaines de ma Miette s'il y a, même si tout semble aller, la tétée, l'attention de la mère, ...

Finalement Miette n'aura vécu (survécu) qu'une quarantaine d'heures. Ce n'est pas une réelle surprise mais pendant une journée j'y ai cru.

Outre le fait qu'elle était sans doute vouée à mourir, j'ai noté que sa taille ne lui permettait pas de téter facilement. Les biberons n'auront pas suffi en complément du fait qu'elle perdait appétit et ingurgitait peu. Peut-être aurais-je dû la garder près de moi, mais dans ces moments on fait les choix qui semblent les meilleurs. Mais avec des si … ! L'essentiel est d'avoir essayé de l'accompagner face à sa problématique.

Partager cet article
Repost0
21 avril 2019 7 21 /04 /avril /2019 12:59

Les dernières naissances s'équilibraient dernièrement dans la guerre des sexes.

Mais voilà que les mâles semblent vouloir prendre le dessus, en nombre.

Que de mâles en pis!

D'abord avec le cadeau d'Anicroche ce 18 avril.

Que de mâles en pis!

Un Hängel de coloration Agouti blanc bronzé.

Que de mâles en pis!

Le lendemain, le 19 avril, Pastille donnait également un agneau.

Que de mâles en pis!

Blop, de coloration Agouti blanc bronzé, avec petite marque noire en front, ce qui s'avère sans aucune importance pour l'animal, ni pour son avenir ni celui de sa population ovine, ni pour le berger, mais qui au contraire montre les possibilités d'expressions non morbides du vivant (mais qui contrarie parfois les personnes s'amusant autour du Ouessant qui voient en cela un drame). Bon nombre de marques noires sur les animaux dits communément "blancs" disparaissant ou s'estompant au fil de la croissance et l'avancement en âge de l'animal.

Que de mâles en pis!

Toujours ce 19 avril, Ribambelle (avec sa superbe canitie autrefois argentée brunissant à présent à la veille de sa retraite) offrait pour dernière naissance de sa carrière, un mâle encore.

Que de mâles en pis!

Wizz, de coloration Non agouti en base noire.

Cette année, je me vois contraint, face à un nombre déjà important de jeunes nouveaux mâles, d'envisager de me séparer de certains qui, je sais déjà, ne présentent pas d'utilité pour moi dans le sens de mes travaux d'élevage futurs. L'arrivée de l'été m'amènera à faire bilan sur ces nombreux gars.

Partager cet article
Repost0
17 avril 2019 3 17 /04 /avril /2019 16:31
La suite du moment

Aux dernières heures de ce 14 avril, Anaphore donnait un agneau.

La suite du moment

Rollon, de coloration Non agouti en base noire.

La suite du moment

Cette nuit vers deux heures, Ecume donnait une agnelle.

La suite du moment

Oriole, de coloration Non agouti en base noire.

La suite du moment

Puis, toujours cette nuit passée, vers quatre heures, c'est Cochlée qui donnait naissance à une agnelle, sa première.

La suite du moment

Fantoche, de coloration Non agouti en base noire.

Tout ce petit monde a pu profiter ce jour d'une météo plus que printanière.

Enfin des conditions agréables pour naître ...

Partager cet article
Repost0
16 avril 2019 2 16 /04 /avril /2019 11:56

Blou vient d'avoir cinq mois.

Une bonne dizaine de kilos en plus depuis son arrivée à l'âge de deux mois, cela vous change un chiot.

Blou, cinq mois.

Il est toujours en pleine construction physique … et mentale.

Côté oreilles, après bien des hésitations à gauche comme à droite, il semble avoir définitivement opté pour la fière allure façon Anubis.

Pour mon plus grand bonheur, s'il ne change pas d'avis, appréciant l'image renvoyée par les chiens aux oreilles normales, dressées.

Blou, cinq mois.

Comme ici, jusque là, son intérêt pour les moutons portait sur leurs délicieuses crottes.

Blou, cinq mois.

Mais le mental évoluant, l'attitude de mon lycaon adoré indique que le mouvement commence à le captiver. Bientôt les Ouessant devraient l'intéresser comme "proies" potentielles et non plus pour les gourmandises qu'ils distribuent sur les prairies.

Blou, cinq mois.

Une nouvelle étape semble donc approcher, celle de l'éducation au troupeau comme bras droit du berger.

Partager cet article
Repost0
15 avril 2019 1 15 /04 /avril /2019 10:46

Les triplés non d'Ouessant se portent bien.

Côté "brochette"

Durant une dizaine de jours, j'ai observé la situation sans intervenir, si ce n'est matin et soir en doublant la ration d'orge et d'avoine de la mère pour l'aider à produire du lait.

Tout allait bien, le plus petit n'étant pas le dernier, au contraire, à trouver sa place sous les mamelles. C'est en fait lui qui m'inquiétait face au nombre dans cette portée, la nature n'ayant prévu qu'un service pour deux couverts lors de l'allaitement.

Au bout de dix jours, ses grandes frangines grandissant, je remarquai que le minuscule bouc avait plus de mal à téter, d'autant qu'une fois la tétée pour deux effectuée, Danette ne comptait pas autoriser un second service dans la foulée. 

J'ai alors entrepris de compenser le manque évident, d'autant que le froid s'installait, en offrant dès lors quelques biberons quotidiens au petit Domino. Ce qu'il ne refusa pas; ce qui indiquait bien un besoin de complémentation. L'habitude est prise. Il en sera ainsi le temps d'arriver au sevrage, si besoin s'avère nécessaire jusque là. Dans le même temps, cela profite aux deux sœurs pour qui la part du gâteau sera plus grosse.

Côté "brochette"

Comme me l'expliquait une collègue éleveuse de chèvres des fossés, le chevreau a plus le comportement des jeunes cervidés de nos bois, se gîtant dans l'attente du retour de la mère partie s'alimenter, plus qu'en l'accompagnant dès les premières heures à la façon des Ouessant. J'ai effectivement constaté cette attitude, même si parfois la brochette accompagne maman assez loin, voire très loin (presque 1 km!)

J'ai eu aussi l'occasion de noter un autre comportement de petit animal sauvage chez une des chevrettes qui, au passage surprise d'un chat domestique, s'aplatit au sol membres écartés (façon faon) face au danger (dans son esprit …) afin de passer inaperçue. Attitude qui me fit sourire, d'autant que la tenue blanche marquée de noir n'est pas ce qu'il y a de mieux pour passer inaperçue...

Enfin, surprenant et amusant de voir ces chevreaux ruminer dès l'âge de 15 jours dans l'attitude sérieuse qu'impose cette pratique. Signe que la consommation d'herbe se fait au-delà de la simple curiosité de découverte par la gueule du monde environnant.

Partager cet article
Repost0
14 avril 2019 7 14 /04 /avril /2019 17:00

Temps sec, excellent pour les agneaux.

Nuits froides, inquiétant pour les naissances.

La météo de ces dernières semaines avec vent du nord et froid nocturne crée bien des tracas et impose des périodes de sommeil limitées à deux heures entre les rondes régulières du berger.

Cette nuit passée, moins deux degrés encore. Les risques d'hypothermie chez les nouveaux nés planent au quotidien. 

Formidables agnelles, formidables brebis.

Pourtant cette nuit, entre quatre et cinq heures, Hailey donnait une agnelle en pleine forme.

Alors que l'herbe gelée de la prairie crissait sous la semelle de mes bottes et que les frissons parcouraient ma colonne, je découvris cette naissance sous le clair de lune, debout, presque sèche (par moins deux) … 

Formidables agnelles, formidables brebis.

Brome est de la coloration de maman, Agouti swiss markings en couleur de base noire. Dans son cas, le patron de cet allèle du locus Agouti est assez peu marqué. Comme pour les autres allèles de ce locus présents chez le Ouessantin (Agouti white tan, Agouti grey ou encore Agouti rusty midesides), il existe en effet une grande variabilité d'expressions des patrons concernés.

Formidables agnelles, formidables brebis.

Brome fut tout de même placée à l'abri avec sa mère pour sa fin de nuit afin de lui éviter tout souci.

Formidables agnelles, formidables brebis.

En matinée, malgré la fraîcheur du jour, le duo retrouvait liberté d'action.

Formidables agnelles, formidables brebis.

Peu avant le lever du jour, c'était au tour de Géotrupe de donner naissance.

La brebis Ouessant est habituellement silencieuse dans la douleur, mais aux pleurs manifestés depuis trop longtemps pendant ses contractions, j'imaginais vraiment gros souci. Le temps de revenir équipé pour l'aider, elle venait juste de mettre bas, s'occupant de suite de son jeune.

Fétuque (de coloration Non agouti en base noire… et "faded") et sa mère furent mises à l'abri, puis là encore, retrouvèrent liberté d'action en matinée.

Action, il y eut peu durant les premières heures. Brebis et agnelle étant ko, c'était bien une naissance difficile dont l'issue fut heureuse tout naturellement, sans aide.

Formidables agnelles, formidables brebis.

Aussi le photographe ne dérangea pas plus cette situation attendrissante. Droit au repos!

Toute mon admiration petites et grandes filles!

Partager cet article
Repost0
12 avril 2019 5 12 /04 /avril /2019 05:59
Merci pour la cour

C'est fait pour Minie. Fécondée le 11 ou 12 novembre, elle donnait une chevrette ce 10 avril. Une seule, ouf ! (et une fille, ouf!).

Ainsi la cour déjà pleine ne déborde pas.

Merci pour la cour

Hunik, la petite rondouillarde (comme maman) à tout juste vingt quatre heures.

(Hunik est disponible en trio avec maman et un bouc castré (Œdipe) pour bonne nouvelle famille amatrice de chèvres naines. Me contacter.)

Partager cet article
Repost0