Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Le Mouton d'Ouessant Elevage des Lutins
  • : Le bonheur est dans le pré. Cours-y vite, cours-y vite....... Merci de venir visiter mon blog qui a pour but de vous faire découvrir le mouton d'Ouessant et de partager au moins un instant ma passion pour cet animal singulier et ce qui l'entoure.
  • Contact

Recherche

27 juin 2018 3 27 /06 /juin /2018 09:11
Réjouissant

Chez le Ouessantin mâle de coloration Agouti blanc bronzé (dit communément "blanc"), la construction d'un cornage à l'image de ceux des plus réussis de ses "frères" noirs (Non agouti de couleur de base noire) est relativement rare (hormis en souches néerlandaises ou sous cette influence) et donc réjouissante lorsqu'elle se dessine en ce sens dans nos souches "bretonnisantes".

Réjouissant

En effet, l'expression d'un gène transmis (des gènes, pour ce qui concerne l'allure d'une corne) se fait à l'intérieur d'un "paysage" génétique vaste, sans compter que pour un gène donné d'autres caractères peuvent s'y trouver associés.

Le Ouessant n'avait jamais été une race en soi, mais un type ovin, représentant de cette ancienne population géographique soumise à l'occasion au cours de son histoire (tout autant insulaire qu'ensuite continentale) à diverses influences connues et reconnues (mais en toute logique également inconnues, d'autant quand on se perd dans un passé insulaire lointain ou dans la complexe aventure continentale qui perdure).  Sans compter à présent les multitudes de micro-populations que représentent les milliers d'élevages du Ouessant en France et en Europe, de par ces facteurs et en particulier les divers métissages avec des animaux blancs issus d'autres populations ovines (pour se limiter à cette coloration qui nous intéresse ici), on observe une très large expression des morphotypes chez le mouton d'Ouessant de type ancien. Cette grande diversité de morphologies peut surprendre, voire dans certains cas faire douter (à tort) d'une réelle même appartenance de certains animaux à cette identité génétique ovine ouessantine.

Ainsi dans les formes blanches du Ouessantin, on rencontre assez souvent des cornages de construction plutôt "mérinisante" (tendant vers l'image du mérinos, mais heureusement améliorée vers un profil plus archaïque) , c'est à dire sans beaucoup d'envergure, à rayon d'enroulement faible pouvant conduire, d'autant plus si la pousse de corne est importante, à une allure "tire-bouchonnée" à l'âge adulte. 

Réjouissant

Ce n'est pas le cas chez ce jeune 2017 des Lutins, Granion. Tout au contraire: bonne envergure, rayon de courbure large … Belle expression de pousse qui ne fera que s'amplifier d'ici l'âge de trois ans et plus. Restera à en découvrir alors l'épaisseur ou encore le profil de la section.

Bien qu'il s'exprime des béliers blancs avec cette forme de cornage, de temps à autre dans mon troupeau, le phénomène y étant plutôt rare, c'est toujours réjouissant pour moi de découvrir un de mes animaux blancs évoluant en cette qualité de cornes .

Réjouissant

En forme blanche, cette année encore, cet agneau, Placo, exprime une pousse de cornes qui devrait être remarquable et lui donner un cornage d'exception pour un Ouessant blanc.

Pour ce jeune qui me quitte, je ne manquerai pas d'en demander des nouvelles en photos à son nouvel éleveur, tout au long de sa croissance.

Réjouissant

Justement, de Popcorn, un autre Lutin 2017 parti également sous d'autres cieux, j'avais reçu quelques nouvelles en photos de la part de son nouvel éleveur. Ce demi-frère de Placo, ici durant son premier hiver, montre une belle qualité de cornage (pour un Ouessant blanc) similaire à celle des animaux précédents.

Le fait de pratiquer une reproduction calculée dans mon cheptel et de tenir généalogies longues pour chacun de mes Ouessant me permettent de comprendre ou du moins suspecter, en particulier, l'influence de mon bélier Hobbit (de forme noire lui!), en terme de construction de ce type de cornage chez certains de ses descendants mâles pourtant de forme blanche. 

Cet aspect des choses est toujours intéressant pour qui cherche à comprendre ses animaux.

Néanmoins, comme toujours, je terminerai cet article en faisant tout de même remarquer que quelle que soit sa coloration, un Ouessantin ne se résume pas uniquement à un cornage, aussi séduisant soit-il.

J'essaie souvent d'être bref dans ces colonnes sans toujours y réussir, afin de ne pas trop lasser, passant ainsi sous silence certains détails dans l'écrit qui pourraient avoir leur importance (ce que certains visiteurs  pourraient me reprocher).

Mais en forme de prolongement en ce discours, j'espère amener une fois de plus à réflexion sur l'importance du brassage génétique entre les diverses formes de coloration dans la population Ouessant de type ancien actuelle ( sauf programme d'élevage ponctuel spécifique), l'identité génétique du Ouessant devant être UNE... Ce à quoi ne contribue pas la ségrégation systématique par coloration en reproduction (principe communément pratiqué quand je découvrais ce type ovin en 95 et malheureusement encore d'actualité, comme je le constate parfois, bien que de façon moindre, les esprits se fermant moins à la réflexion....) 

Partager cet article
Repost0
25 juin 2018 1 25 /06 /juin /2018 13:18

Un travail bien torché.

Jeune sittelle proche de l'envol.

Jeune sittelle proche de l'envol.

Ayant pour principe de ne pas placer de nichoirs en milieu "naturel", je réserve ces derniers à l'artificiel des bâtiments. L'artificiel avec l'artificiel ...

Il y a cependant une seule exception sur le domaine des Lutins, avec ce nichoir dit "à huppe" plaqué au tronc d'un gros chêne. 

Jusque là seuls frelons ou guêpes l'utilisaient certaines années et j'avais fini par convenir de leur laisser cet aménagement pour compenser un peu les persécutions subies par ces insectes..

Ce printemps, un couple de sittelles torchepot le trouva tout de même à son goût, non sans envisager quelques modifications à cet appartement.

Comme à son habitude, mais seulement si nécessaire, cette espèce cavicole entreprit de réduire le trou d'entrée au nid pour s'en réserver l'usage. Un peu de maçonnerie réalisée par les oiseaux assura ainsi protection, confort et réussite à la nichée qui put atteindre l'âge de l'envol….

Partager cet article
Repost0
22 juin 2018 5 22 /06 /juin /2018 09:37

L'épreuve de l'année est passée. Tranquille avec la tonte pour un an.

Il a fallu saisir la fenêtre météo favorable de ces derniers jours pour déshabiller l'ensemble des animaux, exceptés les agneaux du printemps bien entendu.

Vingt et une heures de labeur tout confondu: tonte à proprement parler, préparatifs et rangements sans oublier le nettoyage du matériel ni la gestion des toisons ou encore la manipulation des animaux et le tri pour ne faire patienter que les sujets concernés.

Bref, une bonne chose de faite et juste comme il se doit pour entrer dans l'été.

Chose faite une fois encore

Plaisir pour toute la troupe d'avoir retrouvé une allure normale.

Plaisir pour le berger de retrouver la réalité de ses animaux.

Chose faite une fois encore

Manifestement cette antenaise savoure la vie en sa nouvelle tenue.

Chose faite une fois encore

Mais la vie peut se savourer également à deux, entre mère et fiston.

Chose faite une fois encore

Cette vie peut se savourer également à deux entre copines sans agneaux. (Ici deux brebis Non agouti, une noire et une brune, toutes deux homozygotes faded pour ce gène récessif de décoloration de la toison)

Chose faite une fois encore

Moment de découverte des animaux après leur première tonte.

Chose faite une fois encore

Vérification de l'état général des mères allaitantes.

Chose faite une fois encore

Vérification de la qualité de la tonte. Les mèches rebelles, elles, partiront avec la mue.

Chose faite une fois encore

Une antenaise que je découvre minuscule sans sa toison.

Chose faite une fois encore

Les béliers adultes font du lard.

Chose faite une fois encore

Ce jeune voit son élégance naturelle accentuée suite à sa première tonte.

Chose faite une fois encore

Pour la génération 2018, il faudra attendre encore un an pour pouvoir savourer la vie estivale sans cette satanée toison.

Mais je ne suis pas du tout pressé de devoir tondre à nouveau ...

Partager cet article
Repost0
14 juin 2018 4 14 /06 /juin /2018 12:19

Aucune urgence à tondre ses moutons bien qu' habituellement l'heure arrive de devoir bientôt s'y consacrer.

Y a pas le feu au lac

La météo de ces dernières semaines, avec averses orageuses presque quotidiennes, empêche de toute façon toute initiative.

Y a pas le feu au lac

L'herbe est haute, humide et les températures loin d'être durablement excessives.

Y a pas le feu au lac

L'habit d'hiver milieu juin n'est donc pas un luxe.

Estive, brebis Non agouti Noire homozygote "faded", et derrière Pistrelle en même type de toison non tondue.

Estive, brebis Non agouti Noire homozygote "faded", et derrière Pistrelle en même type de toison non tondue.

Ce fut par contre un handicap pour Estive ce dimanche passé.

Ayant avorté en journée, sa laine souillée et humide en croupe avait attiré les mouches et dès le lendemain je notais cinq à six zones de myiase bien vite avancée.

La brebis fut nettoyée et débarrassée des milliers d'asticots.Par sécurité, j'ai dû envisager de la tondre pour contrôler ainsi l'ensemble de la toison et éviter d'autres soucis.

Y a pas le feu au lac

Le choc thermique qui lui fut imposé n'était pas forcément le bienvenu dans son état d'affaiblissement et il fallut l'isoler à l'abri pour lui éviter de souffrir du froid. Dans le même temps, cet emprisonnement passager permit de lui prodiguer les soins nécessaires pour lutter contre toute infection.

Aujourd'hui, avec le retour du soleil et d' un peu plus de chaleur, elle a retrouvé ses prés et les siens. C'est bon pour son moral.

Partager cet article
Repost0
9 juin 2018 6 09 /06 /juin /2018 13:27

Trouver un mouton d'Ouessant est un parcours du combattant.

Trouver une chèvre miniature en est un autre.

Je cherche mais ne trouve point en une taille correspondant au standard taille du Ouessant pour une femelle.

A titre de remarque, malgré mon appel passé en ces colonnes, malgré les (jusqu'à) 335 personnes différentes visitant chaque jour le blog des Lutins, personne ne m'a encore contacté pour me mettre en relation avec un(une) éleveur(éleveuse) de sa connaissance pouvant répondre à mon attente.

Je poursuis donc ma quête, tout seul, comme un grand, depuis plusieurs mois.

Que d'anecdotes à pouvoir raconter suite à ces recherches et que de personnes étonnantes (dans le mauvais sens du terme) rencontrées.

J'ai sans doute déjà évoqué:

cette éleveuse se présentant comme une professionnelle mais en fait ne l'étant pas, ayant en réalité tout simplement déclaré son troupeau (comme il se doit), annonçant (de façon mensongère) des tailles minuscules mais ne mesurant pas ses animaux (tous plus horribles les uns que les autres et présentant les caractères d'un groupe très consanguin) …. sans parler des prix excessifs ne correspondant pas à la valeur des chèvres d'après leur profil ... 

ce couple de retraités qui m'avait fait faire cinq heures de route, se déclarant également en "pro" alors que là encore simplement avec troupeau déclaré (une fois encore, comme il se doit d'ailleurs), annonçant des chèvres à 41 cm alors qu'une des plus petites en faisait déjà 48, vendant les naissances sans se résoudre à séparer les fratries et sans se soucier pour autant de la formation ainsi de couples de frère et sœur ...

cet éleveur chez qui j'avais pris un animal pour découvrir à l'arrivée qu'il était couvert de poux, qui ne m'a jamais remercié pour l'information que je lui communiquai gentiment en retour (sans reproches) afin de lui être utile pour son élevage, dans son intérêt … (mais peut-être savait-il sa situation d'infestation) ...

et bien d'autres encore ...

 

Mais la palme d'or revient assurément au cas suivant:

Femelle vendue pour animal de 4 mois et demi, comme "toy" (c'est à dire comme morphotype ne dépassant pas 42 cm au garrot à l'âge de 3 ans) annoncée à 31 cm... pour découvrir qu'elle en fait 46... et qu'elle semble être née l'année précédente ...

Femelle vendue pour animal de 4 mois et demi, comme "toy" (c'est à dire comme morphotype ne dépassant pas 42 cm au garrot à l'âge de 3 ans) annoncée à 31 cm... pour découvrir qu'elle en fait 46... et qu'elle semble être née l'année précédente ...

C'est un peu long à raconter mais je vais essayer d'être bref sans trop rentrer dans les détails tant ils sont denses.

Evidemment depuis des mois je parcours le net de long en large et en travers, consultant les blogs, les sites, les annonces et les divers liens dérivant de tout cela.

J'avais noté annonces fréquentes évoquant vente sur le secteur de Limoges, annonces concernant des chèvres dites "toy" qui ne restaient pas en ligne très longtemps.

Je finis par envoyer mails à plusieurs reprises, recevant toujours en retour l'information que les animaux étaient déjà vendus. A une annonce suivante, je finis par téléphoner et un monsieur parlant plutôt bien, bien que se racontant beaucoup, m'expliqua une fois encore que justement il était sur trajet de livraison pour l'animal en question, d'ailleurs pas très loin de chez moi. Je lui expliquai ma quête et le fait que les animaux qu'il indiquait en annonces semblaient correspondre à ce que je recherchais… Ce qu'il confirma forcément, m'expliquant même que LUI "faisait du toy" alors que les professionnels chez qui j'avais réservé mes jeunes boucs ne m'apporteraient pas satisfaction, mais qu'il ne pouvait pas en dire du mal car ils étaient ses amis par ailleurs. 

Alors que je croyais avoir affaire avec un particulier qui sortait quelques naissances de sa troupe, il m'expliqua que non que c'était un professionnel, qu'il vendait surtout différentes volailles et donc en plus des chèvres miniatures, etc … et blablabla, que sa femme était vétérinaire…. son grand domaine….qu'il livrait souvent sur mon département... et j'en passe. Bref, tout à fait le genre de beau parleur qui vous endort, comme nous en connaissant tous au moins un de ce genre en ce type de profil psychologique, assez nombriliste sur son activité, étalant son Moi au-delà du sujet de mon appel (et au final qui vous embrouille, comme je le découvrirai plus tard).

J'ai encore envoyé mails et coups de téléphone à d'autres de ses annonces… et à chaque fois, même chute, plus de disponibilité en animaux...

Il me fait miroiter alors de futures naissances proches. Je pars sur cette idée, lui demande par contre de pouvoir le visiter pour découvrir son élevage, le type d'animaux, voir les parents de mes éventuelles acquisitions comme il se doit quand on achète sérieusement. Pour réponse alors: oui, qu' il me contactera la semaine suivante. Je le relance faute de retour. Finalement il annonce que ce sera la semaine de vacances des enfants car ce sera plus facile pour lui… "mais vous savez, on n'est pas une grosse structure…"... Bon, donc j'attends, encore et encore…mais aucun rappel. Me voilà qui retombe sur une annonce nouvelle lui correspondant. Ne comprenant plus, je retéléphone… Il noie le poisson, et au bout d'un moment comme par miracle, dans son discours, il sort de son chapeau proposition d' une chevrette noire de cinq mois, de 25 cm (!!??? je ne l'ai pas repris pensant qu'il avait voulu dire 35 cm).

Je propose de passer voir les animaux… Il se dit non disponible de suite. Il me demande un acompte. Sans doute bien hypnotisé depuis des semaines de contact, j'accepte, me résignant à devoir lui faire confiance, mais lui demande des clichés de l'animal et des parents dans l'attente de pouvoir passer… Il doit me les envoyer dans la journée (je les attends toujours).

Je souhaite passer chez lui récupérer ma réservation... il me propose livraison… (bien oui forcément à 50 ct du km et me trouvant à 1h30 de route de son supposé chez lui) … je refuse.

Le temps passant, je veux obtenir un rendez-vous. Pas de chance! Mail de sa supposée femme qui m'annonce que de la veille il serait hospitalisé pour appendicite! Elle me propose la semaine suivante. La semaine s'écoule, pas de nouvelles. Je m'en inquiète ... pas possible, convalescence.

Je finis par demander de mettre ma réservation à ma disposition même sans le rencontrer lui s'il est véritablement malade. Il est convenu que le beau-frère me recevra.

Je fais donc le voyage. Je suis reçu en une commune différente du lieu évoqué en annonces. Le dit beau-frère m'apporte une chèvre gigantesque qui assurément n'est pas une jeune "toy". Je n'ai pas ma toise mais je lui fais remarquer la chose. Il finit par convenir qu'elle fait facilement 45 cm. Suis dans l'embarras, lui aussi. J'ai versé un acompte; il est désemparé, m'explique que si il y a un souci que j'en parle avec l'intéressé qu'il présente comme arrangeant… Dans mon esprit comme ce dernier me disait souvent venir en mon département, j'envisage qu'il la reprenne ou l'échange.

 

Une fois à la maison avec ma toise, je confirme les 46 cm au garrot pour une jeune chèvre qui ne semble pas de l'année mais de la précédente (d'après déjà l'anneau de rupture de croissance en cornes), qui ne peut à aucun moment être même une dite "toy" adulte (3 ans et plus), cette catégorie ne devant pas dépasser 42 cm croissance terminée...

De plus, une seule paire de boucles d'identité sortant d'on ne sait où (au lieu de deux) et aucun document de vente, ni document sanitaire ni de circulation. De la part d'un dit professionnel qui se dit de plus être marié à une vétérinaire, c'est le comble, si c'est vrai, car celle-ci doit connaître la législation… (à moins d'un véritable trafic dans le milieu)

J'envisage donc de mettre tout cela au point avec l'intéressé dès mon retour. Tout à coup changement de refrain, le personnage me dit ne pas venir régulièrement par chez moi (?! tout le contraire du baratin initial), qu'il ne reprendra pas l'animal car d'ailleurs depuis la veille il cesse son activité dans les chèvres pour cause de santé, qu'il ne comprend pas car la semaine précédente sa chèvre mesurait 31 cm !!!! (et non 46)...

J'ai appris que les professionnels chez qui j'ai acquis mes boucs et qu'il disait être ses amis, en fait ne le connaissent pas, étant d'ailleurs eux-mêmes nouveaux sur ma région.

Bref je suis tombé sur un véritable escroc, sans doute aussi un bel ignorant concernant le domaine des chèvres, mais un charlot pas totalement idiot pour ce qui est d'arnaquer.

Depuis un mois après cette péripétie, je note que le personnage sévit toujours régulièrement  sur le net. Il continue toujours de vendre sans numéro de société professionnelle, passant annonces sur deux voire trois communes du secteur de Limoges, en changeant de pseudo à l'occasion.

Quant à la malheureuse chèvre bien sympathique qui n'y est pour rien dans tout cela, j'ai dû m'inquiéter de bien la placer, ne pouvant envisager d'introduire un animal sans identité réelle ni origines officielles comme l'exige la règlementation face à un élevage déclaré comme le mien… et ne correspondant pas d'abord au type de reproducteurs que je recherche.

Un véritable parcours du combattant! je confirme.

Toujours est-il qu'au festival de carnes que j'ai pu rencontrées, il n'y a aucune hésitation pour l'attribution de la palme d'or.

Partager cet article
Repost0
7 juin 2018 4 07 /06 /juin /2018 18:33
La moisson en vert

La moisson a commencé chez les Lutins.

D'ordinaire les moutons consomment essentiellement les feuilles des graminées.

Cependant Mai étant passé, ces dernières ont donné des épis qui ont fleuri et les graines "laiteuses" qu'ils renferment sont devenues suffisamment goûteuses, charnues et nourrissantes pour intéresser les papilles et les ventres. 

L'heure est donc venue de s'attaquer à cette provende saisonnière.

Tout le monde s'y met.

Les agneaux de l'année...

La moisson en vert

Tout autant que les brebis, d'autant quand elles ont déjà allaité quelques mois ce printemps, ou que les béliers.

La moisson en vert

Il est toujours intéressant d'observer ses animaux herboriser au fil des mois. Ce qui est délaissé un temps, une plante particulière ou une partie de celle-ci, peut devenir un mets des plus prisés quand le végétal en question a atteint un certain stade ou encore selon les autres ressources environnantes disponibles …  D'où l'intérêt de pouvoir éviter le surpâturage des prairies qui ainsi fournissent abondance et diversité alimentaires.

Partager cet article
Repost0
28 mai 2018 1 28 /05 /mai /2018 12:02

En Avril ne te découvre pas d'un fil.

En Mai fais ce qu'il te plaît.

Alors durant le mois passé, par dizaines, par centaines selon les jours, elles décidaient de changer d'habit, sous le nez des Lutins venant se désaltérer sur les mares.

Prendre l'air

Finie la vie aquatique, prisonnière dans une carapace d'Alien, la libellule troque sa vieille et terne tenue pour une de fête gaie et colorée, pour une vie à l'air libre sous le soleil.

Capturer alors ses proies en vol, s'accoupler puis pondre, de nouvelles et toutes dernières étapes de vie pour ces insectes étonnants d'une grande diversité en espèces.

Prendre l'air

La métamorphose demande d'abord de se hisser au sommet d'une plante aquatique ou de rive, bien au- dessus de l'eau afin de pouvoir au final prendre son envol. Beaucoup d'échecs, de pertes (orages, prédation) mais elles seront normalement suffisantes, les chanceuses, pour assurer l'avenir de leur propre espèce.

Certaines tiges de "décollage" sont si attrayantes qu'elles servent à de nombreuses larves pour se hisser hors de l'eau. Les mues qui s'y entassent successivement sont là pour témoigner de ces nombreuses secondes naissances qui sans cela passent inaperçues. 

Découvrir le monde des odonates….

Partager cet article
Repost0
26 mai 2018 6 26 /05 /mai /2018 15:59

Alors que quelques Lutins 2018 n'ont pas encore décidé de mettre les onglons dehors, toujours dans le cocon du ventre maternel, les autres jeunes Lutins déjà apparus construisent leur allure de petit mouton.

Dans l'ordre des rencontres, quelques bouilles volées dans l'après-midi.

Sobriquet

Sobriquet

Suie

Suie

Farine

Farine

Ocelle

Ocelle

Pam

Pam

Sépia

Sépia

Placo

Placo

Champagne

Champagne

Poum

Poum

Océanite

Océanite

Michoco

Michoco

Proxima

Proxima

Incognito

Incognito

Noiraude

Noiraude

Partager cet article
Repost0
23 mai 2018 3 23 /05 /mai /2018 17:29
La prairie vivante

Une prairie vivante est d'abord une prairie qui n'est pas surpâturée.

Pour le bonheur de tous, y compris d'abord les Ouessant qui peuvent sélectionner les plantes consommées parmi la diversité qui s'offre à eux, mais aussi pour toutes les petites merveilles du monde souvent insoupçonnées du fait de leur absence dans des milieux rendus stériles (dans le sens de pauvres, réduits à leur plus simple expression).

Partager cet article
Repost0
19 mai 2018 6 19 /05 /mai /2018 09:30

La voie mâle des "élagueuses de haies en bordure de clôtures" est arrivée chez les Lutins.

Des Griffes de Feu

Il y a Orion des Griffes de Feu. De très belle conformation, y compris pour les cornes. Il sera accouplé à Minie  à l'automne afin de prévoir une toute première naissance caprine en Terre de Lutins, en avril/mai 2019.

Outre le fait que ce soit un joli mâle, du côté de sa mère Mystique des Tourelles, je connais le pedigree sur plusieurs générations de son grand père maternel. Ce qui est un plus en démarche de reproduction calculée.

Des Griffes de Feu

Œdipe des Griffes de Feu. Joli, bien que moins bien construit que le précédent, mâle "wild" foncé à barrettes (panaché de blanc) qui devra attendre encore une paire d'années, pour être en droit éventuellement de se reproduire.

Il me reste à découvrir pour ces deux chevreaux leur évolution de croissance et de construction.

Sans chercher le plus petit possible, ce qui serait ridicule, ces animaux devant pouvoir demeurer des animaux d'herbage et non d'appartement, j'espère simplement qu'une fois boucs adultes (à trois ans donc), ils ne toiseront pas à plus de 44/45 cm au garrot, afin d'être en accord visuellement avec l'allure des plus grands béliers Ouessant de type ancien reproducteurs chez les Lutins.

Comme je l'ai déjà expliqué, cette démarche se veut complémentaire au travail de pression sur le végétal opéré par le Ouessantin.

J'envisage très peu de naissances, mais de façon tout aussi réfléchie qu'avec mes Ouessant.

Une nouvelle aventure commence.

(Je suis toujours à la recherche d'une femelle pouvant correspondre à mon cadre de travail en sélection…. qu'on se le dise! Merci!)

Partager cet article
Repost0