Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Le Mouton d'Ouessant Elevage des Lutins
  • : Le bonheur est dans le pré. Cours-y vite, cours-y vite....... Merci de venir visiter mon blog qui a pour but de vous faire découvrir le mouton d'Ouessant et de partager au moins un instant ma passion pour cet animal singulier et ce qui l'entoure.
  • Contact

Recherche

19 mai 2018 6 19 /05 /mai /2018 09:30

La voie mâle des "élagueuses de haies en bordure de clôtures" est arrivée chez les Lutins.

Des Griffes de Feu

Il y a Orion des Griffes de Feu. De très belle conformation, y compris pour les cornes. Il sera accouplé à Minie  à l'automne afin de prévoir une toute première naissance caprine en Terre de Lutins, en avril/mai 2019.

Outre le fait que ce soit un joli mâle, du côté de sa mère Mystique des Tourelles, je connais le pedigree sur plusieurs générations de son grand père maternel. Ce qui est un plus en démarche de reproduction calculée.

Des Griffes de Feu

Œdipe des Griffes de Feu. Joli, bien que moins bien construit que le précédent, mâle "wild" foncé à barrettes (panaché de blanc) qui devra attendre encore une paire d'années, pour être en droit éventuellement de se reproduire.

Il me reste à découvrir pour ces deux chevreaux leur évolution de croissance et de construction.

Sans chercher le plus petit possible, ce qui serait ridicule, ces animaux devant pouvoir demeurer des animaux d'herbage et non d'appartement, j'espère simplement qu'une fois boucs adultes (à trois ans donc), ils ne toiseront pas à plus de 44/45 cm au garrot, afin d'être en accord visuellement avec l'allure des plus grands béliers Ouessant de type ancien reproducteurs chez les Lutins.

Comme je l'ai déjà expliqué, cette démarche se veut complémentaire au travail de pression sur le végétal opéré par le Ouessantin.

J'envisage très peu de naissances, mais de façon tout aussi réfléchie qu'avec mes Ouessant.

Une nouvelle aventure commence.

(Je suis toujours à la recherche d'une femelle pouvant correspondre à mon cadre de travail en sélection…. qu'on se le dise! Merci!)

Partager cet article
Repost0
18 mai 2018 5 18 /05 /mai /2018 08:45
Champagne

Les dernières naissances traînent chez les Lutins.

Pourtant je savais que Hermeline devait bientôt agneler, d'après sa physionomie et du fait que j'avais suspecté accouplement le 20/12 dernier.

C'est chose faite. Au lever, je la trouvais avec sa progéniture qui avait vu le jour quelques heures avant à en voir l'allure.

Champagne

Un agneau mâle brun s'ajoute à la troupe. Champagne! La probabilité était au plus faible pour que  ce gène récessif s'exprime, surtout de par la coloration de la mère. Et pourtant ...

Voilà un animal tant attendu non seulement cette saison mais depuis 2003.

En effet ce jeune devient unique de par une mère porteuse de brun la plus bretonnisante qui soit (bretonnisante: souche de composante des Ouessant supposés bretons d'origine et de "sang" ouessantin ancestral en particulier, lors de la relance de ce type ovin il y a 40 ans) et un père résultat de travail choisi également en ce sens.

Si donc le génotype global est des plus réussis après 15 ans de travail, demeurent l'inquiétude du morphotype qui ne semble pas trop séduisant à ce stade et une crainte de manque de qualité au final.

De plus, Champagne semble homozygote pour le gène "faded", ce qui n'est pas forcément le mieux que d'utiliser par la suite un sujet apportant deux gènes récessifs en reproduction, ceux-ci risquant d'être associés lorsqu'ils pourront s'exprimer, ce qui n'est pas forcément le but recherché, bien que cette association demeure intéressante en terme de diversité d'expression .

Mais bon, on ne va pas se plaindre. Une "belle" naissance tout de même, car il ne faut pas oublier que dans un travail conservatoire, ce n'est pas l'apparence qui doit primer ( et être primée!) mais d'abord ce qu'est réellement l'animal en lui, qui de plus doit confirmer également par la suite les réelles aptitudes attendues en ce type ovin "primitif" dit rustique.

L'essentiel est bien d'avoir la matière qui elle si elle était perdue le serait pour toujours, alors que le morphotype, dont le tape "à l'œil", peut toujours se travailler par sélection, sur le temps.

( Ce que beaucoup de monde a du mal à comprendre, en particulier face au fait de ne pas faire du cornage LA priorité, y compris quant à la conformation du sujet, mais tout au contraire le détail après tout le reste, je dis bien "tout" le reste) 

Alors donc Champagne pour tout le monde aujourd'hui chez les Lutins, quitte à devoir se rouler dans l'herbe un peu plus que d'ordinaire et ne pas se lever demain de suite avec le soleil ...

Partager cet article
Repost0
3 mai 2018 4 03 /05 /mai /2018 08:56
En novembre 2017.

En novembre 2017.

Le minuscule Granion 2017 n'a pas vraiment grandi après une année de croissance difficile (36 cm à ce jour).

Il est assurément appelé à être un Ouessant de très petite taille (trop petite!).

En avril, cinq mois plus tard ...

En avril, cinq mois plus tard ...

Néanmoins, bien que petit et léger, la croissance de son cornage fut plutôt normale (elle) bien que tardive, et comme je le présageais, c'est un animal de jolie prestance qui n'a pas fini de m'émerveiller. (On peut lire en cliché la belle dynamique de pousse printanière en racine de corne).

Un air de Hobbit son grand père. Un air de Grichka son arrière grand père.

Un air de Hobbit son grand père. Un air de Grichka son arrière grand père.

Hobbit (adulte, plus de trois ans)

Hobbit (adulte, plus de trois ans)

Grichka (second été)

Grichka (second été)

La tonte dans un mois (si la météo le veut bien) ne fera que renforcer sa belle allure.

Sa seconde année sera peut-être l'occasion pour Granion de rattraper un peu de son retard et prendre un peu "de la laine de la bête"...

Granion 2018

Cette année encore, le petit Michoco ne devrait pas finir bien grand lui non plus, bien que pour l'instant il montre une croissance normale simplement en rapport à son gabarit. Par contre je doute que le cornage puisse être comparable.

Mais bon, il n'est pas encore démarré, donc il faut savoir attendre pour se prononcer.

Partager cet article
Repost0
30 avril 2018 1 30 /04 /avril /2018 17:31
Erreur

Découverte hier au lever, cette agnelle née de Parcimonie avait été baptisée Zeus durant plusieurs heures avant que je découvre mon erreur sur son sexe.

La trouvant en prairie aux côtés de sa mère sous la pluie, après déjà être née par une nuit d'orage, dans son allure de rat mouillé, j'avais cru percevoir pivot gigantesque sur son crâne de profil. 

Erreur

A l'occasion d'une capture en journée j'ai pu découvrir ma grossière erreur et de là corriger sa fiche d'identité et de suivi déjà rédigée.

Après la journée pourrie de ce dimanche, aujourd'hui, je découvre enfin la réelle allure de mon Erreur sèche et bien dodue. 

Partager cet article
Repost0
29 avril 2018 7 29 /04 /avril /2018 12:12

Depuis plus de deux mois je me suis mis en tête de trouver quelques chèvres miniatures pour intégrer au troupeau Ouessant de type ancien des Lutins. Ceci afin d'exercer une pression sur le végétal complémentaire à celle des moutons, les caprins consommant certaines plantes que les ovins délaissent et ayant un impact plus important sur les ligneux.

Vraiment très difficile de trouver des animaux entrant dans mon cadre d'exigences, dont la première celle de la taille pour qu'elle corresponde à la tendance en ma troupe Ouessant.

Une puis deux pour commencer

Petit miracle tout de même avec Minie accueillie depuis un mois déjà. Un an et demi, 38 cm au garrot pour l'instant. Au-delà de mes espérances!

Taille, morphologie et coloration me conviennent bien.

Animal identifié, bien qu'en ce domaine je constate que comme pour les Ouessant, les amateurs (comme aussi bon nombre de commerciaux) ne posent pas les boucles auriculaires face aux divers problèmes que cela provoque (avec parfois des administrations compréhensives qui ferment les yeux face à ces animaux d'agrément).

Une puis deux pour commencer

Si Minie devait se contenter des Ouessant pour toute compagnie jusque là, il me fallait lui trouver une compagne de son espèce.

Une puis deux pour commencer

C'est chose faite depuis quelques jours avec Danette.

Si à 43 cm à 3 ans, cette chèvre me convient bien en rapport à ce que je conçois côté taille, son morphotype n'est pas ce que je recherche. Ainsi je ne prévois pas de la faire reproduire par la suite, d'autant que l'éleveuse me l'ayant cédée n'en est pas la naisseuse et que je connais son élevage d'origine. Ce dernier fut le premier que j'ai pu visiter et je n'y ai rien vu de séduisant, toute la troupe fort consanguine ayant sculpté et fixé une allure particulière. Mais, "faute de grive on mange du merle...", il me fallait trouver une adulte (et c'est si difficile!) pour tenir compagnie à la première et aussi une meneuse rassurante pour les quelques chevreaux que je dois encore accueillir.

Une puis deux pour commencer

Danette est très proche et s'avère très sympa, me faisant oublier ce que je peux lui reprocher par ailleurs.

Sa barbiche à la Florent Pagny 2018 n'est pas mon truc, surtout lorsqu' elle se retrouve à baigner dans la soupe herbeuse à la rosée du petit matin (nous sommes loin des régions méditerranéennes arides d'origine de ses ancêtres du début de la domestication).  Mais heureusement, comme je le recherche, tout comme Minie, elle possède un minimum de cornes et n'a pas de pendeloques (pampilles).

Ces derniers mois de recherches m'ont confirmé tout le flou, le marché du mensonge autour de la chèvre miniature et la difficulté non seulement à trouver caprins dans le cadre que je me suis fixé mais aussi animaux correspondant à ce qui peut être annoncé. Ne serait-ce que pour la taille, les éleveurs ne mesurent pas leurs animaux et quand ils le font c'est rarement dans de bonnes conditions, ni avec le bon matériel ... sans parler des annonces avec taille sur simple impression du regard... ou encore avançant une taille de l'animal correspondant à un âge antérieur non adulte, taille alors plus valable lorsque l'animal est en vente (et ce chez les particuliers comme pour des commerciaux gravitant autour de cette forme caprine...)

Bref, il y a un sacré ménage à faire.

J'ai hâte de posséder et voir évoluer les chevreaux que je dois encore accueillir dans les semaines qui viennent, afin de savoir si mes choix furent judicieux pour la suite... Ce que je ne manquerai pas de commenter pour en remettre une petite "couche" sur l'univers impitoyable de la chèvre miniature qui me rappelle étrangement celui du Ouessantin....

Partager cet article
Repost0
26 avril 2018 4 26 /04 /avril /2018 12:45

La suite des naissances de ce printemps se fait attendre.

Durant ce temps, les nouveaux Lutins qui ont vu le jour explorent le vaste monde, s'émerveillent, s'inquiètent, jouent avec la diversité des éléments ludiques qu'ils rencontrent sur leur domaine.

De découverte en découverte.

Certaines mères demeurent attentives, mais de moins en moins.

De découverte en découverte.

Elles savent leur rejeton quelque part avec copines et copains.

De découverte en découverte.

C'est à qui découvrira le premier tout nouvel endroit mystérieux, y entraînant les autres.

De découverte en découverte.

Ce ne sont pas les jeux qui manquent pour offrir plaisir de l'escalade.

Partager cet article
Repost0
24 avril 2018 2 24 /04 /avril /2018 11:10
Noiraude

Noiraude est née de Ribambelle, il y a trois jours.

Cette naissance vient un peu bouleverser une suite d'agnelage un peu calme chez les Lutins en ce moment.

Partager cet article
Repost0
18 avril 2018 3 18 /04 /avril /2018 16:40
Farine

Cet après-midi, Pica a donné Farine.

Farine

Premiers pas de cette agnelle. Enfin! Me voilà rassuré.

En effet sa naissance fut un épisode assez compliqué.

Vers 14 h 30, je découvrais cette brebis en contractions.

Je décidai de rester pour observer la naissance.

15 h, perte des "eaux". Une bonne chose, de là j'imaginais déjà la suite comme à l'habitude.

Mais quand partie de l'agnelle apparut, je remarquai que, si museau et tête étaient bien en place, aucune extrémité de patte avant ne se présentait. 

A 16 h, la situation me semblant bloquée et me disant qu'il n'était peut-être pas nécessaire de laisser cette femelle dans la difficulté, je choisis d'intervenir. Mais impossible de faire progresser l'agnelle à chaque contraction, n'ayant comme prise que le cou bien fragile de la petite.

Finalement je ramenai la femelle vers la maison puisque j'avais besoin du gel pour tenter de réussir sortir sa fille (J'avais pu déterminer le sexe à l'absence de pivots sur le crâne).

Après un temps indéterminé, je réussis, mais comme je l'observais depuis un moment, l'agnelle s'avérait morte. Plus de respiration, plus de réactions, le regard vitreux...

Durant plusieurs minutes qui semblèrent bien longues, j'ai énergiquement balancé le petit corps en le tenant tête en bas par les postérieurs. J'ai entrecoupé ces séquences par des frictions tout aussi énergiques et du massage thoracique...

Et finalement comme par miracle, une suffocation et le corps qui se tend, puis une autre qui interrogent si ce ne sont des derniers spasmes. Encore du massage, accompagné instinctivement de paroles d'encouragement ... et encore et encore... et la respiration qui progressivement reprend, pour finir rapide, tonique, avec un petit cœur qui bat.

La mère dans tout cela est à mes côtés, "sonnée". Elle ne s'est pas encore relevée.

Je décide de lui laisser prendre le relais pour le séchage et pour que l'ordre des choses reprenne son cours.

J'abandonne le duo pour aller me laver et vérifier plus tard que tout va bien.

Mais à 17 h, Farine n'est toujours pas debout. Je tente de l'aider mais aucun tonus, surtout pour le postérieur. Je crains des séquelles de cet épisode inquiétant. Dans le même temps, je note que les membres sont mobiles et qu'elle arrive à les replier sous elle en position naturelle.

Puisqu' elle ne peut pas aller téter et qu'il est bon qu'elle le fasse au plus vite et reprenne des forces, je lui prépare 25 ml de colostrum reconstitué (une chose à toujours avoir chez soi en période d'agnelage, comme le gel de "vêlage"). Ce qui correspond exactement à la quantité qu'elle était en mesure de boire, ne rechignant pas sur le biberon proposé.

Je laisse tout le monde se reposer. Il n'y a d'ailleurs rien d'autre à faire dans l'immédiat.

A 18 h, je reviens voir mon équipe gagnante. Farine est toujours couchée. Je tente de la mettre sur ses pattes... et surprise, elle tient. Durant mon absence, elle a donc retrouvé toutes ses capacités. Il n'y a plus qu'à vérifier qu'elle saura téter correctement.

Farine

Une bonne nuit enfermée à l'abri avec sa mère et demain Farine gambadera à la découverte du monde, dans l'herbe verte, par une ambiance printanière.

Partager cet article
Repost0
14 avril 2018 6 14 /04 /avril /2018 17:18
Souprousse

Ce matin, au lever du jour, Razmotte venait juste de donner vie à Souprousse.

Souprousse

Cette très jolie agnelle noire est homozygote pour le gène "faded" qui diluera la couleur de sa toison, comme maman.

Partager cet article
Repost0
14 avril 2018 6 14 /04 /avril /2018 17:06
Sépia

Hier soir, je découvrais Sépia, née de Pistrelle.

Sépia

La probabilité était au plus faible pour qu'une agnelle brune naisse de cette brebis.

Ce fut pourtant le cas.

Sépia

Cette jeune est donc de coloration brune. Elle est de plus homozygote pour le gène "faded" qui diluera la couleur de sa toison.

Elle est toute mignonne.

Sépia

Mais à en voir la longueur de ses pattes, il me faudra bien songer en couper deux bons centimètres ...

Partager cet article
Repost0