Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Le Mouton d'Ouessant Elevage des Lutins
  • : Le bonheur est dans le pré. Cours-y vite, cours-y vite....... Merci de venir visiter mon blog qui a pour but de vous faire découvrir le mouton d'Ouessant et de partager au moins un instant ma passion pour cet animal singulier et ce qui l'entoure.
  • Contact

Recherche

20 mars 2016 7 20 /03 /mars /2016 09:22

Il est un incontournable dans la panoplie du berger. Les bottes!

Bien dans ses b...

Indispensables du 1er janvier au 31 décembre.

En toutes les saisons, pour parcourir les prés, accompagner les moutons, marcher dans la m..., faire face à la rosée, la pluie, la neige, la boue ... se protéger des ronces, orties et surtout des tiques comme des aoûtats, voilà un équipement incontournable.

Elles ne me quittent jamais au quotidien ou plutôt je ne les quitte jamais ... ou presque, car il est vrai que sous la douche ce n'est pas pratique, bien que cela permette de les laver.

Du matin au soir, la botte me chausse. Et la nuit en période d'agnelage, je dors avec*, il est plus pratique d'être déjà chaussé que de sauter dedans à toute alerte.

La botte! que voilà une belle invention!

(* humour)

Partager cet article
Repost0
18 mars 2016 5 18 /03 /mars /2016 20:17

Face à l'avancement perceptible de sa gestation, j'observais Brina du coin de l'œil depuis une semaine.

Ah tout de même!

Et puis en début d'après midi ... enfin! Des bêlements d'inquiétude et d'agitation. Des contacts sonores avec un petit non encore apparu mais dont la brebis perçoit l'existence en sentant les pertes qu'elle commence à évacuer.

Ah tout de même!

L'événement, première naissance de l'année, ne passe pas inaperçu et toute la troupe des brebis vient observer.

Comme chez les humains, dès qu'il se passe quelque chose de peu ordinaire, c'est l'attroupement.

Ah tout de même!

La position "sous les contractions je pousse debout" semble bien efficace.

Ah tout de même!

En effet, cinq minutes après la perte des eaux, le petit apparaît.

Ah tout de même!

Se redresser permet l'évacuation sous l'effet du poids.

Ah tout de même!

Immédiatement, le toilettage habituel.

Ah tout de même!

Une sage-femme, pardon "sage-brebis", vient s'en inquiéter. En fait, elle vient identifier, sentir, le petit nouveau...qui est une nouvelle.

Ah tout de même!

Cette année encore, Brina est la première à ouvrir le bal des naissances.

Ah tout de même!

Aubine commence une nouvelle étape de la vie, celle à l'air libre.

Ah tout de même!

Aubine n'est pas sèche, mais déjà le berger remarque des caractéristiques d'allure nouvelles en cette agnelle, comparativement à celles habituelles du troupeau. Petit moment déstabilisant et plein d'interrogations, comme à chaque fois qu'un bélier extérieur apporte sa part de génétique, bouleversant un peu les schémas installés. Caractères morphologiques alors nouveaux en héritage, phénomène qu'on observe effectivement déjà chez les tout jeunes agneaux.

En reprenant mes fiches, par cette naissance, j'ai confirmation que Brina était bien en chaleurs le 19 octobre dernier, comme je l'avais soupçonné et noté.

Voilà la dernière naissance de sa carrière, puis ce sera la retraite pour elle.

Le berger devrait pouvoir dormir tranquille cette nuit.

Cette année, la saison d'agnelage commence plus tard bien qu'un lot de reproduction ait été programmé une semaine avant les autres et même une semaine avant par rapport aux autres années.

De plus, à l'allure actuelle des brebis, cela ne devrait pas se bousculer au portillon de si tôt. Seule une future mère est sous surveillance étroite dans l'immédiat.

L'avenir dira si ma perception de la situation est juste...

Partager cet article
Repost0
13 mars 2016 7 13 /03 /mars /2016 18:25
Tout en douceur

Après deux ans et demi de restauration et d'aménagement, la prairie non encore utilisée par les Lutins est presque opérationnelle.

Tout en douceur

C'est le groupe des béliers qui a la chance de la découvrir.... tout en douceur.

Tout en douceur

En effet, pour éviter tout choc alimentaire aux conséquences parfois très graves, ils profitent des lieux progressivement depuis une semaine, afin d'habituer graduellement leur système digestif à la nouvelle végétation, d'autant qu'en cette période une herbe bien grasse repousse.

Tout en douceur

Une heure de pâturage en début de semaine, puis deux....pour arriver aujourd'hui à une journée.

Tout en douceur

Demain sera le grand jour puisque ces béliers y séjourneront dès lors jour et nuit.

Début avril, les brebis y accéderont à leur tour, sans que le berger se fasse trop de soucis puisque les mâles auront déjà alors bien exploité le lieu.

Mieux vaut prévenir que guérir, voire pleurer animaux perdus, et donc prendre toutes les précautions de base qui s'imposent lors d'un changement de pâture engendrant une alimentation nouvelle plus riche et abondante (y compris pour des animaux vaccinés....et donc plus encore s'ils ne le sont pas).

Tout en douceur

Les gars sont d'ailleurs bien repus, la panse pleine de regain.

Si le fond de l'air était plus doux, me joindre à eux pour une petite sieste me tenterait bien.

Tout en douceur

Seul Roussin se montre contrarié. Heureusement pas pour un souci digestif!

Après vérification, un simple souci de caillou dans une de ses chaussures...

L' "inauguration" progressive de la nouvelle parcelle semble donc bien une réussite.

Partager cet article
Repost0
10 mars 2016 4 10 /03 /mars /2016 19:21

La neige est bien restée durant la nuit après cette chute subite en toute fin de journée. Le thermomètre qui devait, d'après les prévisions, descendre à moins un degré a affiché moins cinq.

Heureusement, aucune naissance. Je craignais le pire, les futures mères ne choisissant pas toujours le meilleur endroit pour donner naissance, aimant s'isoler et donc éviter alors la promiscuité dans les abris.

Les folles

La situation météo nocturne n'a par ailleurs pas perturbé certaines brebis dans leurs habitudes à dormir en plein air.

Au lever du jour, j'en retrouve une dizaine couchée sur la neige. Les folles!

Un peu engourdies, encore endormies, elles finissent par se lever, laissant découvrir leur placette dégivrée.

C'est en ces circonstances que leur toison, véritable sac de couchage, leur est bien utile.

Le beau temps semble revenir depuis et la semaine à venir devrait être belle.

J'espère que les premiers agneaux saisiront l'occasion pour montrer leur nez.

Partager cet article
Repost0
7 mars 2016 1 07 /03 /mars /2016 19:59

Non! Pas une naissance, mais la neige.

La première de l'année

Cette giboulée de mars insolite s'est abattue en fin d'après-midi alors que la température descendait à zéro.

La première de l'année

En une heure, 17 à 18, tout est devenu blanc.

La première de l'année

Cette saloperie féérique n'est pas la bienvenue, alors que depuis quelques jours, je suis sur le pied de guerre, à l'affût des premières naissances possibles.

La première de l'année

Comme pour ces personnes qui débarquent chez vous à l'improviste et semblent vouloir prendre pension, ou encore celles (parfois les mêmes) qui vous bloquent au téléphone des heures étalant leur Moi à n'en plus finir, l'ambiance nordique va s'installer pour la nuit et il va falloir subir, là non par simple politesse mais pure fatalité.

La première de l'année

Les filles sont un peu surprises, surtout les antenaises, mais certaines partent à la découverte de cette chose étrange.

La première de l'année

D'autres préfèrent ne pas quitter le coin bergerie.

La première de l'année

C'est là que la combinaison de ski est bien utile....

La première de l'année

... quelle que soit la coloration choisie. Celle-ci très tendance dans les stations cet hiver est du plus bel effet en la circonstance.

La première de l'année

La formule de l'imperméabilisant est au point.

La première de l'année

C'est l'occasion de jouer un peu...

La première de l'année

...voire de répéter la figure finale du prochain spectacle gymnique.

La première de l'année

"Fais pas attention, ma gamine! Il est parfois un peu bizarre notre berger. J'ai moi-même souvent un peu de mal à saisir tout son humour!"

La première de l'année

En attendant, pour l'herbe, il faut utiliser le système D.

La première de l'année

Ben oui mes belles, il va falloir malheureusement faire avec, pour cette nuit au moins!

Quelle poisse! Des soucis nocturnes pour le berger attentif aux agneaux qui pourraient naître...

Partager cet article
Repost0
13 février 2016 6 13 /02 /février /2016 19:37
Vie du moment

Depuis ce 1er février, toutes les femelles sont enfin regroupées, les reproductrices comme les non reproductrices.

Vie du moment

Volontairement, un mois de retard en ce regroupement, contrairement aux autres années.

Ceci afin de tenter des fécondations tardives de brebis qui auraient été encore non gestantes en janvier.

Vie du moment

Depuis une semaine, la troupe profite régulièrement des accalmies sous un ciel tempétueux pour sortir pâturer, se précipitant maintes fois à l'abri à chaque déluge soudain.

Vie du moment

Les sols sont saturés en eau depuis longtemps. Sur les hauteurs, le terrain n'est pas boueux et les filles aiment s'y rendre.

Vie du moment

Néoténie, l'agnelle 2 en 1 au niveau de la sortie de son cheminement digestif, apprécie ce déplacement, elle dont le ventre est bien près du sol...

Vie du moment

Sur la colline, c'est également l'occasion pour les dames d'apercevoir les messieurs, voire de leur rendre une petite visite au parloir.

Vie du moment

Pour certains des béliers, les filles passeront après, tout occupés qu'ils sont à marquer de leur odeur un branchage de chêne tombé au sol dans leur parc sous un coup de vent.

Vie du moment

Puis finalement, des deux côtés des barreaux, on s'agglutine. On se murmure à l'oreille des propos qui resteront secrets et on se glisse peut-être quelques billets doux dans l'espoir de tisser des liens pour la future saison de reproduction. Qui sait?

Vie du moment

Mais bon, seul le sexe crée du lien étroit, et, comme de sexe plus question en cette période, les filles prennent le large pour retourner satisfaire leur panse.

Vie du moment

Elles laissent derrière elles des garçons déconcertés par tant d'indifférence.

Vie du moment

Ces derniers tentent bien de les suivre pour retrouver le contact au bas de leur prairie.

Vie du moment

Mais l'averse naissant, l'ensemble des brebis décide de regagner ses appartements pour se mettre à l'abri.

Les béliers espèrent déjà la prochaine éclaircie n'ayant plus qu'à rêver aux futures retrouvailles passagères....

Aimer est plus fort que d'être aimé.....

Ainsi va la vie des Lutins ces dernières semaines.

Partager cet article
Repost0
11 février 2016 4 11 /02 /février /2016 14:52
Economies de papier toilette

Néoténie, née au printemps, était bien petite pour son âge à l'entrée dans l'automne. Depuis, elle semble avoir grandi un peu, un peu.

Economies de papier toilette

Un peu! Car elle demeure encore à ce jour bien petite comparée à une agnelle "normale" de 38/39 cm vers six mois.

Je l'ai manipulée bien des fois et l'ai auscultée régulièrement en ces endroits précis qui me permettraient éventuellement de vérifier à l'occasion si elle ne présenterait pas des traces de ténia du mouton.

Aussi incroyable que cela puisse paraître, c'est seulement dernièrement, en lui coupant quelques brindilles emmêlées dans la croupe que je fis LA découverte....

Néoténie n'a pas d'anus!

Cela vous en bouche un coin? Moi aussi quand je fis ce constat...

Pourquoi faire compliqué quand on peut faire simple? C'est ce que semble s'être dit Dame Nature quand elle dut fabriquer cette petite Néoténie...

La vulve, d'aspect tout à fait normal extérieurement, sert également d'anus, sans doute sorte de cloaque à l'image de celui des oiseaux. Le tout fonctionne correctement jusque là, au point que cette anomalie m'était passée totalement inaperçue, n'ayant jamais songé un seul instant, bien évidemment, à vérifier si elle avait été livrée avec l'option anus.

Il est légitime de supposer que le souci global de croissance de cette agnelle est parallèle à ce défaut néonatal de fabrication.

Economies de papier toilette

Pour autant, Néoténie, cette agnelle trouduc non moins ravissante, vit tout à fait normalement et est en bonne forme.

Sa taille amenait déjà interrogations quant à une future vie de reproductrice, mais cette découverte raye d'un coup toute perspective en ce sens. Bien que tout fonctionne bien peut-être par ailleurs, je ne pense pas tenter le diable. Le mystère de sa réelle construction interne émerge à présent.

"Pourquoi faire compliqué quand on peut faire simple?"

Partager cet article
Repost0
3 février 2016 3 03 /02 /février /2016 13:24

Merci une fois encore à Jordi, fidèle visiteur, pour la réalisation de ce superbe bélier d'Ouessant.

Jordi le talentueux

Néanmoins, remarques importantes, contrairement à ce qui est écrit, on ne rencontre plus la petite forme ovine sur l'île d'Ouessant. Ce type Ouessant ancien y disparaissait voilà à peu près un siècle, remplacé progressivement par des races plus lourdes et plus grandes.

(Depuis quelques décennies, quelques particuliers résidents de l'île ont rapatrié parfois de petits moutons d'Ouessant de type ancien sauvegardés sur le continent, mais ces derniers n'entrent pas dans le système d'élevage traditionnel qui s'opère à présent sur de gros moutons.)

De plus si un Ouessant de type ancien mesure bien moins de 50 cm (au garrot, l'épaule), la taille de 35cm concerne seulement les agneaux de quelques mois.

C'était l'occasion de repréciser les choses...

Splendide réalisation malgré ces précisions!

Partager cet article
Repost0
31 janvier 2016 7 31 /01 /janvier /2016 14:26

L'eau est un bien précieux.

C'est également vrai en élevage, y compris celui des ovins. Car oui, les moutons boivent, contrairement à ce qu'on entend parfois. S'ils boivent peu il est vrai en certaines périodes, par contre en d'autres, ils boivent énormément. C'est selon leur alimentation. Plus cette dernière est sèche, plus évidemment les moutons ont besoin de s'hydrater, comme tout animal.

Pouvoir facilement abreuver ses animaux, qui plus est sans travail de ravitaillement obligatoire, est un luxe. J'essaie donc en premier lieu que, sur chaque parc, les Lutins puissent boire en situation naturelle, en particulier en prévision de la période d'accouplements durant laquelle les lots de Ouessant sont dispersés ... et à défaut il faut se contraindre au seau rempli régulièrement.

Depuis deux ans, le berger restaure et aménage deux prairies dont les Ouessant profiteront dans quelques mois.

Dans chacune, après étude de la situation lors des périodes de pluie, j'avais envisagé la création d'un point d'eau.

C'est chose faite et le projet s'avère bien calculé puisque dès le lendemain l'eau faisait son apparition.

En moins de 24 heures c'est déjà prometteur.

En moins de 24 heures c'est déjà prometteur.

Cette première mare est même totalement remplie à présent en moins d'une semaine.

Et glou, et glou ....

La seconde (ici le lendemain), un peu plus lente, n'atteint ce jour que la moitié de son niveau maximum. Mais la pluie qui reprend, après quinze jours de beau temps, devrait permettre le remplissage d'ici la fin de l'hiver.

Bien évidemment, les éventuelles sécheresses estivales auront leur mot à dire, les mares étant sujettes à variations de niveau selon la météo. On avisera alors s'il faut revenir provisoirement au bon vieux seau et au robinet.

Et glou, et glou ....

Des pentes pas trop raides, pour permettre aux moutons de descendre en période de basses eaux et également de remonter facilement en cas d'accident, en particulier pour les agneaux.

Et puis ces pentes douces sont importantes pour que la vie végétale et animale s'installe en ces mares, afin que sur une structure artificielle au départ le naturel prenne ses marques.

D'ailleurs, moins de 72 heures après le creusement du point d'eau ci-dessus, une salamandre y avait libéré ses larves le 23 janvier. Depuis d'autres sont venues y donner la vie à leur tour.

Et glou, et glou ....

Introduction de poissons interdite en ces nouveaux écosystèmes en cours d'élaboration. Ce serait en effet une catastrophe pour la petite faune aquatique de ces plans d'eau trop peu importants en volume et surface. Si ces milieux étaient d'origine naturelle, il n'y aurait d'ailleurs aucun poisson, ces mares n'étant pas situées en zone inondable, autant donc laisser la Nature s'organiser elle-même et s'emparer du lieu à sa guise.

Ainsi, pas de canards d'ornement ou de basse-cour non plus qui transformeraient ces mares en cloaques. Seuls les oiseaux du ciel, colverts et autres palmipèdes pourront y passer à l'occasion et c'est bien normal...

Dès le lendemain le merle s'y baignait pendant que le ramier buvait, les premiers insectes aquatiques arrivaient et aujourd'hui la grande aigrette est venue en curieuse. Les cycles de la vie vont se mettre en place et ses acteurs sauront provoquer bien des émerveillements.

Petit conseil à ceux qui voudraient implanter un point d'eau en leur prairie si elle devait se prêter à ce type d'aménagement, mieux vaut faire les choses en règles en demandant autorisation aux services préfectoraux concernés (milieux aquatiques) et en informant sa mairie, certaines contraintes pouvant exister concernant les lois sur l'eau. On est également ainsi tranquille face à un éventuel voisin râleur...

Oui, je bois (de l'eau!)...qu'on se le dise!

Oui, je bois (de l'eau!)...qu'on se le dise!

Partager cet article
Repost0
22 janvier 2016 5 22 /01 /janvier /2016 17:14

Comme chaque année, lorsque l'automne a été doux et généreux en herbe, la complémentation alimentaire n'arrive chez les Lutins qu'à partir du premier janvier.

Il ne fait pas froid non plus cet hiver jusque là, mais l'herbe est moins nourrissante. Les châtaignes et les glands au sol deviennent denrée plus rare. Le foin est bien là à volonté comme en toute période, mais deux mois avant leur naissance les agneaux vont fortement se développer dans les ventres maternels et les brebis doivent bénéficier de ressources suffisantes.

Le rituel

Ainsi les femelles ont leur ration de céréales quotidienne.

Cela évitera certains soucis de mise bas et permettra un développement correct des fœtus.

Et puis ces brebis auront besoin d'être dans une forme optimale au moment où elles devront assurer leur travail de pourvoyeuse du meilleur lait possible à leur agneau.

Le rituel

Côté béliers, on profite également d'une distribution, la prairie dont ils disposent dans l'attente de retrouver les femelles en avril n'étant pas aussi nourrissante que d'autres, bien que le foin soit également là en permanence au râtelier.

Bon appétit!

Partager cet article
Repost0