Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Le Mouton d'Ouessant Elevage des Lutins
  • : Le bonheur est dans le pré. Cours-y vite, cours-y vite....... Merci de venir visiter mon blog qui a pour but de vous faire découvrir le mouton d'Ouessant et de partager au moins un instant ma passion pour cet animal singulier et ce qui l'entoure.
  • Contact

Recherche

12 novembre 2015 4 12 /11 /novembre /2015 13:14

Au matin, en visitant le groupe des béliers, j'aperçois un chevreuil qui semble se chauffer couché au soleil au pied d'une haie.

La chevrette

Finalement, je réalise que c'est une femelle et qu'elle n'est pas dans le parc, mais de l'autre côté de la clôture.

La chevrette

Bien que cet ongulé apprécie insolation après une nuit fraîche, son comportement en cet endroit est quelque peu étrange.

La chevrette

La chevrette finit par se lever tout de même, inquiétée par ma présence et je m'aperçois alors qu'elle a trouvé moyen de se glisser entre l'ancienne basse clôture et la nouvelle plus haute installée pour accueillir les Lutins.

La chevrette

Je n'avais pas laissé d'espace entre les deux, justement attentif aux soucis que je pourrais poser à la faune par mes installations, mais la chasse, en ce jour férié de la veille, l'aura sans doute poussée à se précipiter en cet endroit improbable.

Elle s'est blessée aux deux pattes du côté gauche mais sans gravité apparente. Peut-être dans le piège des mailles en cherchant à s'extraire depuis longtemps.

La chevrette

Je n'ai que la solution de la rejoindre pour l'aider alors qu'elle pleure un peu dans l'angoisse.

La chevrette

Finalement l'affolement lui fait retrouver des forces qu'elle ne soupçonnait plus et elle réussit à progresser en la bonne direction.

La chevrette

Un dernier mouvement de panique salvateur et elle retrouve la liberté.

La chevrette

Elle ne demande pas son reste sous le regard interrogateur des vaches qui se demandent pourquoi cet empressement.

La voilà libre et vivante pour 48 heures encore au moins, avant que, ce week-end, la campagne ne résonne à nouveau des sons des canons.

Je m'imagine déjà au premier tir ce samedi, me demandant si ce ne sera pas ma belle aux yeux de biche à qui l'on viendra de ravir la vie...

Partager cet article
Repost0
10 novembre 2015 2 10 /11 /novembre /2015 13:15

FCO

Les éleveurs de moutons d'Ouessant ont heureusement de fortes chances que leur troupeau ne soit pas touché. Par contre ils peuvent être concernés par le souci des contraintes de circulation de leurs animaux.

Vous trouverez dans le lien suivant, infos sur la situation et en particulier carte mise à jour régulièrement.

Il existe deux zones actuellement à connaître si vous deviez faire circuler vos moutons. En découlent contraintes selon sa situation si le voyage devait se faire d'une zone à l'autre.

Partager cet article
Repost0
29 octobre 2015 4 29 /10 /octobre /2015 12:46
Savoir lâcher prise

Cet automne, seulement trois lots de reproduction chez les Lutins.

Savoir lâcher prise

Parmi ceux-ci, deux se trouvent être mitoyens.

Savoir lâcher prise

En l'instant, d'un côté, Monsieur veille sur ses brebis.

Savoir lâcher prise

Alors que de l'autre, Monsieur sait prendre du bon temps.

Savoir lâcher prise

Finalement, des deux côtés, les mâles s'autorisent du repos.

Savoir lâcher prise

Les garçons ont compris que tout comme l'herbe n'est pas forcément plus verte dans le pré du voisin, les filles ne sont pas forcément plus belles dans ce même pré du voisin....

Et puis il n'y a pas que le sexe dans la vie!

Partager cet article
Repost0
26 octobre 2015 1 26 /10 /octobre /2015 18:01

Jean Dorst, Konrad Lorenz, Théodore Monod, Paul Géroudet, Robert Hainard,....quelques uns parmi bien d'autres. Des disparus aujourd'hui dont le nom est gravé dans la mémoire de tous ceux qui comme moi ont penché très tôt leur regard sur le monde du vivant, dans la seconde moitié du siècle dernier (déjà!).

Des hommes, des scientifiques, des naturalistes qui par leurs travaux, par leurs ouvrages, ont ouvert les yeux, ont instruit, ont sensibilisé sur les réalités de la Nature et du monde animal, tout autant que sur les menaces qui pesaient déjà sur eux et qui, malheureusement, ne sont bien souvent que toujours plus d'actualité face à l'expansion de l'Humanité.

Le Ouessant dans tout cela? Pas vraiment concerné?... puisque "simple" animal domestique relique d'une des nombreuses ramifications, prolongements au phénomène de l'Humanité.

Pourtant, pour moi, on ne peut comprendre pleinement le mouton et le Ouessant en l'occurrence, si on ne le voit pas comme unité animale prise dans le fleuve du vivant, fusse-t-il domestique, puisqu'en cette forme il n'en prend pas moins racines dans le vivant naturel, celui de ses lointains ancêtres mouflons.

C'est pourquoi, dans ce blog, à l'occasion, je présente un peu du vivant qui entoure les Lutins.

Parce que cet autre monde non ovin m'intéresse tout autant, sinon plus encore. Parce que j'ai toujours espoir que cela amènera d'autres éleveurs à se pencher sur "ce qui" (la petite faune en particulier assez souvent) entoure leurs moutons, à y voir le merveilleux, le comprendre, lui reconnaître ses droits à exister et donc au moins le respecter à défaut de chercher à le protéger.

La rubrique "Autour des Lutins" n'est pas aussi souvent alimentée que je le voudrais; je n'y consacre pas assez de temps.

Pour réparer un peu les choses, je ne peux qu'inviter les curieux de nature et de l'animal à découvrir le travail de ces hommes que je cite en début de cet article, lire leurs ouvrages.

Si je ne devais en présenter qu'un, ce serait sans doute Robert Hainard. Tout autant artiste que naturaliste, par cette double entrée, il devrait pouvoir inviter ceux qui ne le connaissent pas à accéder à son monde, monde qui est pourtant le nôtre également, mais dont beaucoup d'entre nous se sont bien éloignés.

Elle séduit et instruit, l'œuvre de Robert Hainard. Une entrée en lien vidéo pour découvrir l'œuvre et le maître.... en espérant que de là chacun en quête de découverte cherchera à en savoir plus...

(c'est chose facile aujourd'hui avec le net!)

Partager cet article
Repost0
22 octobre 2015 4 22 /10 /octobre /2015 14:35

Les lots de reproduction sont constitués depuis une semaine chez les Lutins et les premiers accouplements ne se sont pas fait attendre.

Chambres d'amour

L'éclatement du troupeau des femelles est toujours délicat.

Les affinités et les liens font que les animaux ont tendance à vouloir demeurer proches les uns des autres de chaque côté des clôtures. Il faudra du temps pour que chaque groupe soit amené à vivre sa vie sans qu'il n' y ait plus tentative de regroupement, comme le soir en particulier au moment du coucher. Certains moutons préférant dormir près de leurs congénères, même séparés par le grillage, que de se rendre au sec en cabane pour la nuit.

Pendant ce temps l'herbe diminue bien à nouveau avec seulement une vingtaine de millimètres de pluie à ce jour durant le mois d'octobre....

Partager cet article
Repost0
14 octobre 2015 3 14 /10 /octobre /2015 16:44

Le premier souci pour la sauvegarde du Mouton d'Ouessant de type ancien est la conservation de l'identité de son patrimoine génétique (ce que j'appelle le "contenu").

Le second est son apparence, ses différentes caractéristiques morphologiques (ce que j'appelle le "contenant"). Parmi ces caractéristiques, il y a la taille, bien moindre que chez les autres races, ce qui en fait une particularité première chez le Ouessant.

En souhaitant faire passer le mouton Ouessant d'un type ovin à une race ovine, s'imposa un standard qui définit à l'heure actuelle une taille maximale au garrot (46 cm maxi pour une brebis adulte de plus de trois ans, 49 cm maxi pour un bélier, adulte également).

Aussi chaque année, chez les Lutins, tous les animaux entre un et quatre ans passent sous la toise après la tonte, le moment où ils sont nus garantissant le plus d'exactitude possible.

Les jeunes Lutins de l'année ne sont pas en reste. La taille à six mois est celle qui me permet d'avoir une première idée de l'hypothétique réalité de l'animal quand il sera adulte. En souches Lutins, l'expérience montre qu'un maximum de 38/39 cm garantit en général le respect du standard une fois l'animal adulte, sinon le "meilleur".

Comme en toute chose, il y a les exceptions avec le mouton qui grandira plus tard et plus longtemps ou inversement celui qui a grandi vite mais s'arrêtera plus tôt. Variations aussi selon les souches.

Ceci étant, le gros des naissances se situant en avril chez les Lutins, l'heure était venue pour le berger de toiser les agnelles et agneaux de l'année qui avoisinent maintenant six mois.

C'est chose faite. Ces données sont précieusement conservées pour connaître chaque animal, son troupeau, tout comme le Ouessant de type ancien.

Il y a les bonnes et moins bonnes surprises, mais dans tous les cas, cette phase du toisage n'est qu'une étape pour la connaissance, il est nécessaire ensuite, sinon d'abord, de savoir être patient et laisser ses animaux grandir et se construire quelques années.

Dans le lot des jeunes Lutins, un animal m'intrigue.

Néoténie la dernière naissance, n'a certes que quatre mois et demi, mais ne mesure que 31 cm. C'est la taille d'une agnelle de deux mois appelée à être dans la moitié basse du standard taille.

Née déjà petite, il est vrai, elle a vécu normalement avec sa mère qui semblait bien avoir du lait. La sécheresse de juillet ne fut cependant pas le mieux pour son premier mois d'activité herbivore.

Ses parents sont plutôt dans la moitié haute du standard taille et dans ses ascendants plus lointains, je ne note pas d'animaux particulièrement petits.

Elle n'est pas maigre, est bien vive, mais je m'interroge sur les raisons de son manque de croissance et surtout me demande si elle aura la chance d'atteindre l'âge adulte, en particulier si elle ne rattrape pas son retard.

Encore une qui devra passer ses nuits d'hiver dans mon lit...

Le mystère Néoténie

Néoténie. Ce nom de baptême ne pouvait mieux tomber lorsque je la découvris si petite à la naissance. (Je n'ai pas eu le réflexe de la peser alors car je ne la voyais pas comme un cas extrême.)

En effet, on parle de "néoténie" en zoologie face à certains individus ou espèces qui gardent leurs caractères juvéniles toute leur vie.

Le mystère Néoténie
Partager cet article
Repost0
4 octobre 2015 7 04 /10 /octobre /2015 14:54
Plus blanc que blanc

Deux tons de blanc différents chez ces deux brebis de 18 mois, bien qu'elles soient nées bien blanches toutes les deux et qu'aucune ne soit plus sale que l'autre à présent.

Un blanc jaunâtre à gauche, un blanc plus éclatant à droite (car lavé avec...).

Ces deux animaux sont des blancs hétérozygotes, c'est à dire ayant hérité la coloration blanche d'un seul parent.

En mon troupeau, je me suis toujours demandé si les Ouessant plus blancs que blanc ne seraient pas des sujets homozygotes pour le gène "faded " (gène qui fadit à la base les couleurs noires ou brunes).

Il est difficile de le vérifier si ce n'est en orchestrant programmes de reproduction précis en accouplements sur toute la vie de ces animaux particuliers.... chose que je ne fais pas à ce jour ayant déjà beaucoup à étudier.

Les éleveurs qui élèvent Ouessant blancs et noirs sans ségrégation dans les accouplements ont peut-être des réponses à m'apporter, surtout ceux qui ne possèdent pas le gène "faded" en leur troupeau.

Plus simplement, les personnes qui ne possèdent pas le gène "faded" chez leurs Ouessant, observent-elles des variations d'intensité du blanc pour des sujets n'ayant pas présenté de "bronzage" (blanc roussissant ou brunissant) à la naissance?

L'observent-elles aussi bien entre animaux blancs homozygotes (si elles en possèdent) qu'entre blancs hétérozygotes?

Observent-elles, pour celles qui possèdent des blancs homozygotes (ce que je n'ai pas) des différences entre leurs sujets blancs homozygotes et leurs sujets blancs hétérozygotes?(toujours nés blancs à la naissance)

Compliqué? Pas forcément! On peut me contacter pour mieux me comprendre. Celles et ceux qui souhaitent apporter leur témoignage peuvent le faire pour faire avancer ma connaissance, La connaissance. Merci!

Le blog des Lutins pour les éleveurs, les éleveurs pour le blog des Lutins s'ils le veulent et plus largement pour le Ouessant de type ancien.

Seule l'union fait la force en nos connaissances...

Partager cet article
Repost0
29 septembre 2015 2 29 /09 /septembre /2015 18:38

Malgré de l'eau pour s'abreuver, cet été, trois brebis ont souffert de complications suite à une alimentation trop peu hydratée, en ayant problèmes urinaires et infections...auxquelles le berger a évidemment remédié.

Conséquence de la sécheresse

Comme dernièrement cette brebis de 10 ans touchée pour la première fois de sa vie. Ce n'est pas dû à son âge car une agnelle eut également des soucis d'ailleurs assez graves.

J'ai déjà noté effectivement ce genre de problème par le passé lors d'étés secs et on m'en a signalé d'autres cette année.

Heureusement cela demeure rare chez les Lutins, 4 ou 5 cas en 19 ans d'élevage.

Partager cet article
Repost0
28 septembre 2015 1 28 /09 /septembre /2015 15:27

70 mm (70l au m2) sur quinze jours de septembre.

C'est peu d'eau, mais mieux que rien et déjà suffisant, sur sols totalement déshydratés, pour faire reverdir les pâtures.

Pour combien de temps?

Là où il n'y avait plus aucune végétation vivante, les banques de graines disséminées se sont transformées en plantules nouvelles.

Pour combien de temps?

Cette tendreté végétale régale les palais délicats et les papilles gourmandes.

Bon ce n'est pas tout, il faut qu'il pleuve véritablement à présent, pour humidifier les sols durablement et en profondeur, car ce n'est pas la semaine de beau temps fixe annoncé qui va améliorer les choses sur ce point!

Partager cet article
Repost0
27 septembre 2015 7 27 /09 /septembre /2015 12:16

L'automne est là.

En cette période de transition, certaines formes de vie déclinent, partent ou commencent à se cacher.

Dans le même temps, d'autres n'ont pas fini leur cycle et s'accrochent pour y arriver avant une baisse trop conséquente de la température et une trop grande réduction de l'ensoleillement.

La vie continue

C'est le cas à la mare pour les tardives pontes du triton alpestre. Les dernières larves non totalement métamorphosées s'activent encore à l'eau. Les belles journées annoncées devraient permettre à ces jeunes amphibiens de passer sous peu en une forme apte à l'activité terrestre et donc de pouvoir quitter le milieu aquatique.

La vie continue

Il n'en est pas de même des "pontes" d'août et septembre des alytes dont les têtards devront passer l'hiver dans la mare en attendant de pouvoir se transformer en crapelets terrestres au printemps prochain. Mais rien de grave, il en est souvent ainsi chez cette espèce, le "crapaud accoucheur".

La splendeur de ces observations des jours derniers a pris une dimension plus grande encore quand dans le même temps, le miroir de l'eau me renvoya l'image de deux grands corbeaux, véritables Einstein des airs, volant à leurs occupations tout en laissant chuter quelques croassements puissants mais étouffés par les cris de quémandage d'un jeune faucon crécerelle tout proche qui, bien qu'émancipé, ne semblait toujours pas vouloir grandir dans sa tête.

Il est des instants magiques durant lesquels on ne peut que s'enivrer du bonheur d'être témoin privilégié du miracle du vivant.

Partager cet article
Repost0