Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Le Mouton d'Ouessant Elevage des Lutins
  • : Le bonheur est dans le pré. Cours-y vite, cours-y vite....... Merci de venir visiter mon blog qui a pour but de vous faire découvrir le mouton d'Ouessant et de partager au moins un instant ma passion pour cet animal singulier et ce qui l'entoure.
  • Contact

Recherche

16 novembre 2014 7 16 /11 /novembre /2014 17:35

Certains Ouessant de couleur noire (ou brune) peuvent être porteurs d'un gène dit "faded".

Seuls les animaux dits homozygotes pour ce gène (Ff Ff), c'est à dire l'ayant hérité de leur père tout comme de leur mère, voient leur toison soumise à l'effet de ce gène qui alors s'exprime en créant une décoloration progressive de la toison durant leur croissance des premiers mois.

C'est ce qu'explique l'article publié au dernier congrès sur les moutons de couleurs, en lien ci-dessous (traduction Diane Falck).

Cet article présente essentiellement le Locus concerné...et donc l'effet de l'allèle Ff pour les animaux porteurs homozygotes.

Ce rapide tour d'horizon ne fait qu'effleurer l'expression sur les moutons en base brune et ne présente que peu de documents photographiques illustrant le phénomène sur la durée de la croissance de l'animal ou encore le montrant tondu. Mais le visiteur trouvera dans les diverses colonnes du blog de quoi se faire une représentation plus précise de ce type de coloration (sur base noire comme sur base brune).

De même, ne sachant plus si j'ai déjà fait la remarque, j'en profite par le cliché suivant pour présenter une observation complémentaire concernant les béliers.

Deux jeunes béliers de deuxième printemps; la toison est de couleur de base noire (ce que la face confirme) mais sous l'action de la dite décoloration d'origine génétique, accentuée par les effets des UV.

Deux jeunes béliers de deuxième printemps; la toison est de couleur de base noire (ce que la face confirme) mais sous l'action de la dite décoloration d'origine génétique, accentuée par les effets des UV.

On notera pour les mâles porteurs de ce type de toison, que les cornes ne sont pas noires mais d'un gris/beige. L'effet de décoloration est donc notable également au niveau du cornage.

Par contre, comme on réussit à le percevoir sur cette vue, les onglons demeurent sombres sinon noirs.

Partager cet article
Repost0
14 novembre 2014 5 14 /11 /novembre /2014 10:11
Portrait

Le rôle du berger est de veiller en permanence sur ses moutons, pour les protéger de tout danger, pour déceler toute aide dont ils auraient besoin.

Portrait

On m'a souvent fait remarquer qu'on ne voyait pas le berger des Lutins dans les colonnes du blog. Ma réponse est toujours que ce sont les Ouessant les vedettes et non moi.

Mais bon!....

Voilà qui sera fait une bonne fois pour toutes,... je m'affiche.

Partager cet article
Repost0
13 novembre 2014 4 13 /11 /novembre /2014 10:51
Sans gêne, avec un ^

Comment voulez-vous vous concentrer en plein travail sur troupeau quand ceux qui ont décrété qu'ils étaient vos amis viennent vous le signifier?

Il en faut de la patience avec ces "sales chats"!

Partager cet article
Repost0
11 novembre 2014 2 11 /11 /novembre /2014 10:48

Suite à cet article...

..., on me demande:

" Et si la couleur de base était brune et non noire, comme sur cette photo, qu'en serait-il?"

Palette de noirs (2)

Ma réponse est que ce n'est pas si compliqué que cela.

En effet, au lieu de raisonner en couleur de base noire, c'est à dire avec des animaux à face noire, aux pattes noires et à la toison noire à sa racine au moins lors de la naissance, il faut raisonner avec des animaux en couleur de base brune, c'est à dire à face brune (et non plus noire), aux pattes brunes (et non plus noires) et à la toison brune (et non plus noire) à sa racine au moins lors de la naissance.

Que ce soit sur base brune ou sur base noire, les règles des gènes acteurs concernés dans cette palette demeurent les m^^emes.

Ainsi le premier animal de gauche dit "Agouti blanc" appara^^itrait toujours blanc. (C'est pourquoi devant un animal blanc, uniquement en le regardant, on ne peut savoir si la couleur de base est noire ou brune, bien que la noire soit la plus répandue).

Le second mouton dit "faded" de par le gène qui décolore sa toison, subirait la m^^eme action de ce gène, mais pattes et face seraient brunes.

Le quatrième dit "Agouti gris" verrait à ce stade toutes les parties sombres noires remplacées par la couleur brune.

Enfin, il faut concevoir que les toisons brunes, comme ce qui est évoqué chez les noires dans l'article premier, peuvent subir également l'éclaircissement avec l'^^age (phénomène de canitie) mais aussi de par l'agression des UV du soleil.

Maintenant, point important, il faut comprendre par le mot brun chez le mouton, non pas le brun pour désigner une chevelure humaine, mais une couleur d'un "roux marron orangé". C'est là que des confusions peuvent naître dans les esprits.

Pour plaisanter, mais bien insister pour faire mémoriser, le fantasme de la brebis pour un beau brun est en réalité celui pour ...un beau "roux marron orangé".

J'espère avoir répondu aux interrogations des personnes qui m'ont contacté, et par là m^^eme avoir apporté révélations à d'autres, particuliers ou éleveurs plus investis dans le monde du Ouessant de type ancien, qui comme j'ai pu l'observer régulièrement depuis bientôt 20 ans commettent des erreurs d'identification et de classification face à la coloration (ou simplement la couleur de base) d' animaux observés.

Pour résumer et construire sur une réflexion solide:

Agneau en base noire exprimée (certains animaux noirs peuvent être également porteurs de la base brune non exprimée car récessive)

Agneau en base noire exprimée (certains animaux noirs peuvent être également porteurs de la base brune non exprimée car récessive)

Agneau en base brune exprimée (la base noire n'est pas cachée en ce genre d'animal car dominante elle se serait exprimée

Agneau en base brune exprimée (la base noire n'est pas cachée en ce genre d'animal car dominante elle se serait exprimée

Palette de noirs (2)

Agneau de coloration blanche. Dans cette coloration, rien ne permet de dire si l'animal est de couleur de base noire ou de couleur de base brune (si ce n'est parfois la connaissance du génotype couleur des parents et autres ascendants... ou à l'âge de la reproduction certains résultats de naissances selon les accouplements).

Les marques brunissantes d'étendue variable dont sont décorés certains agneaux blancs et que conservent certains adultes de même coloration tiennent au fait qu'un mouton dit "blanc" est génétiquement porteur du gène dominant "Awt", c'est à dire "Agouti white tan" ou encore dans notre langue "Agouti blanc bronzé", ce qui est d'ailleurs plus rigoureux que de dire "Agouti blanc" par paresse.

En effet, en disant "Agouti blanc bronzé", on insiste bien sur le fait que les "blancs" peuvent porter traces de "bronzage", que c'est quelque chose de normal, et m^^eme une richesse de diversité sur l'originalité de l'expression de ce gène "Awt".

Oui, je sais, je radote.

Mais je radoterai encore longtemps comme je le fais depuis des années, afin que ces éléments finissent par rentrer dans les esprits et que ne se mènent pas/plus ici ou là de dramatiques politiques du Ouessant de type ancien "plus blanc que blanc" (bien que ces sujets méritent d'exister également), déjà que se mène depuis longtemps, parfois ici et là, une autre dramatique politique de ségrégation entre les animaux de coloration blanche et ceux de coloration noire lors des accouplements orchestrés par l'éleveur.

Puisse cet article de plus faire en sorte que, quarante ans après la redécouverte du petit mouton d'Ouessant de type ancien, se construise un réel désir de curiosité, de connaissance, de réflexion, de conservation des particularités et de sauvegarde de cet ovin relique descendant des peuplements primitifs.

J'imagine le visiteur du blog des Lutins de plus en plus motivé dans ce sens, mais je dois bien avouer que je rencontre des passionnés tombés bien plus souvent (sinon systématiquement) dans une motivation d'élevage orientée vers la compétition à produire des animaux dits de "beauté" (un sport nouveau?) et exceptionnellement des conservateurs motivés.

Bonne réflexion face à vos Ouessant!

(tout un chacun peut me contacter en message privé s'il le souhaite, si un commentaire en public fait peur)

Partager cet article
Repost0
7 novembre 2014 5 07 /11 /novembre /2014 13:08

En novembre, certains jeunes béliers du printemps peuvent exhiber un cornage que des animaux d'un an leur envieraient.

Pour d'autres, la pousse commence seulement.

Tardif

C'est le cas de Myrmidon qui comme je m'y attendais (du moins l'espérais), voit ses cornes enfin croître depuis l'arrivée de l'automne.

Un bélier qui n'a pas de cornes (ou une brebis, cas des femelles Ouessant) est dit "motte"; ce qui est un caractère fixé en bien des races modernes.

Type ovin primitif, le Ouessant de type ancien peut cependant être motte à l'occasion (question d'ascendants). Caractère dominant génétiquement, la sélection vers ce caractère n'est pas souhaitable, la conservation de ce type ovin allant à l'opposé vers la construction de béliers cornus (sans pour autant aller vers l'excès de cornage, ce qui est un autre problème).

Sans devenir sans doute un fier animal, le bélier Myrmidon ne sera pas motte, ce qui est le plus important, le berger des Lutins n'étant pas un éleveur tombé dans la course au cornage.

Le cornage n'est pas tout pour le bélier et l'ancienne population ovine ouessantine a dû probablement présenter une certaine variabilité dans cet attribut, comme de trop rares documents le laissent deviner (et comme c'est généralement le cas chez le mouflon mutant domestique qu'est un mouton, dans les types encore cornus).

Partager cet article
Repost0
3 novembre 2014 1 03 /11 /novembre /2014 17:16
Machin chape de laine

Machin, agneau de l'année, dont la toison d'environ sept mois révèle sa structure, se distingue par sa chape de laine sur l'encolure et le garrot.

Voilà un caractère "qui se balade" selon les accouplements et qui concerne une lignée chez qui on retrouve cette tendance à l'abondance de toison sur ces parties du corps (sans compter une toison globalement à longues mèches).

Héritage d'un bélier souche, Ocelot, une des briques de base du troupeau des Lutins, cette caractéristique se retrouve chez divers descendants de ce bélier: Promesse, Golas, Dame Hersant,...

On peut aimer ou pas. Personnellement, je ne suis pas un amateur de laine, mais sur ce point j' apprécie la diversité, cette diversité qu'on peut encore rencontrer chez des ovins correspondant encore (heureusement!) plus à un type qu' à une race standardisée. Donc, chez les Lutins, on s'attache également à la conservation de la diversité de l'allure des toisons, ne cherchant rien à supprimer ou à l'inverse favoriser.

Caractère associé à ce type de toison, un important recouvrement de la queue très dense en laine également.

Partager cet article
Repost0
2 novembre 2014 7 02 /11 /novembre /2014 14:25

L'influence du journalisme (et aujourd'hui plus largement des médias), dans la construction des idées et des représentations du monde chez les lecteurs, n'est pas nouvelle ni complètement anodine, de par le contenu des écrits et ses informations, le poids des mots, ... le choix des photos...

Pour preuve, cette mésaventure autour du Mouton d'Ouessant de type ancien (il y a plus de cent ans) au travers d'un cliché de G. Toudouze illustrant un de ses articles sur cet animal.

La preuve par l'image

Soyons précis!

Toute l'affaire commence avec le cliché ci-dessus de Georges Toudouze donc,illustrant son article "Petits moutons d'Ouessant" publié p 745 dans La Revue Mame en son numéro 620 du 19 août 1906.

La première réaction, suite aux propos de l'article, est de considérer voir sur la photo correspondante un Ouessantin (endimanché!) soulevant deux de ces fameux petits moutons... sur l'île d'Ouessant.

La vérité est pourtant autre comme le soupçonne et le précise judicieusement Eusa, un visiteur du blog des Lutins, dans son commentaire sous la publication en lien ci-dessous.

D'après Eusa,notre visiteur, cette vue correspondrait, en arrière plan, à la Pointe du Touliguet à Camaret sur Mer, Presqu'île de Crozon dans le Finistère et le cliché pourrait être pris depuis le Manoir de Coecilian (dit Manoir Saint Pol Roux, du nom du premier propriétaire, le poète ami de G. Toudouze). Eusa, notre visiteur, considère même que c'est ce poète ami qui porte les Ouessant.

Pour en avoir le cœur net, il n'y avait qu'une chose à faire et grâce à nos envoyés spéciaux Céline Josset et Gwendal Leplant, en mission sur place... la chose à faire fut faite.

La preuve par l'image
La preuve par l'image

Tout porte à croire que c'est bien cela.

De fait, nous ne nous trouvons pas devant un des rares clichés pris sur l'île d'Ouessant et nous permettant de découvrir ses moutons d'il y a plus d'un siècle.

Voilà par contre un cliché de mise en scène pris par G. Toudouze lui-même sur le continent, en l'endroit précisé auparavant, afin de représenter les dits petits moutons et illustrer son article.

Cliché que nous pouvons situer pris au plus tard vers 1905 ou 1906, avec des Ouessant de type ancien ....élevés sur le continent en pointe Finistère.

Merci à Eusa pour son regard critique et précis, ainsi qu'à notre reporter de là où finit la Terre.

Les choses ont le mérite d'être claires à présent. Cela nous aide à ne pas nous construire de fausses représentations sur ce document, même si cela ne change rien sur le type ovin lui-même.

(Pour la petite histoire, personnelle, mais comme quoi le monde est petit, suite à la lecture du commentaire d'Eusa, j'ai reconnu le lieu pour avoir photographié sur la plage de l'anse en question, une mouette pygmée épuisée, et à l'emplacement même du cliché un faucon crécerelle à patte cassée en son vol en Saint Esprit.... il y a 35 ans!

J'étais loin d'imaginer à l'époque cette anecdote en ce lieu autour du Ouessant de type ancien... que je ne connaissais pas encore alors.)

Plus de précisions:

Le Manoir dit Saint Pol Roux à l'époque.

Le Manoir dit Saint Pol Roux à l'époque.

Ce qu'il en reste.

Ce qu'il en reste.

Une autre vue actuelle de la Pointe du Toulinguet en se déplaçant de plusieurs centaines de mètres.

Une autre vue actuelle de la Pointe du Toulinguet en se déplaçant de plusieurs centaines de mètres.

La preuve par l'image

Comme le suppose Eusa en son commentaire, G. Toudouze pourrait avoir pris son cliché depuis une autre villa et non vraiment du manoir. Ce dernier cliché semble confirmer cette hypothèse. Pris depuis la villa Ar Mor Braz, avec l'angle du mur à gauche comme sur la vue de Toudouze.

Photos de Céline Josset et Gwendal Leplant. Merci à eux!

La preuve par l'image
Ar Mor Braz

Ar Mor Braz

Partager cet article
Repost0
1 novembre 2014 6 01 /11 /novembre /2014 10:34
Toujours du Jardin des Plantes (1)

Le visiteur du blog des Lutins connaît sans doute bien à présent cette vue des animaux présentés comme Moutons d'Ouessant au début du 20ème au Muséum d'Histoire Naturelle de Paris. Malheureusement l'origine de cette troupe demeure inconnue. Descendants directs d'ovins prélevés à l'époque sur l'île d'Ouessant ou descendants de souches Ouessant importées de longue date sur le continent?

Toujours du Jardin des Plantes (1)

Par contre, le visiteur connaît sans doute moins cet autre cliché sur le même lieu dans la même période. On y retrouve le même type ovin d'assez grande taille (en comparaison à l'image qu'on se fait de ce mouton) et "haut sur pattes" en ces trois animaux.

Je découvre d'ailleurs moi-même cette vue. Tout document tournant de près ou de loin autour du Ouessant est intéressant et précieux. (Merci à Thomas Szabo pour cette découverte)

J'aurai plusieurs remarques à argumenter dans un futur article concernant ces vues...

Partager cet article
Repost0
31 octobre 2014 5 31 /10 /octobre /2014 15:42

Suite à un commentaire très constructif en rapport à l'article "Pourquoi lui?", je vous invite à lire ce commentaire précis qui a le mérite de recadrer notre perception de l'image, et la mienne pour commencer.

Merci à Eusa!

Partager cet article
Repost0
30 octobre 2014 4 30 /10 /octobre /2014 19:15

Chez l'ovin, il faut concevoir qu'il existe deux couleurs de base de la toison: le noir et le brun.

Couleurs sur lesquelles peuvent venir se greffer divers gènes qui y agiront à leur façon , selon les lois de la génétique et l'héritage issu des ascendants de l'animal considéré, pour donner un aspect de coloration de toison ou un autre.

Palette de noirs (1)

Dans cette brochette des six jeunes Lutins de premier automne, tous ces béliers sont construits sur base noire (et non brune), aussi surprenant cela soit-il.

De gauche à droite, faisons la présentation.

1/ un jeune bélier en couleur de base noire, ayant hérité du gène dominant dit "Agouti blanc"... D'où cette coloration blanche (la couleur noire récessive étant cachée)

2/ Un jeune bélier en couleur de base noire, ayant hérité de gènes de décoloration de la toison dits "faded". D'où une laine d'aspect délavé, d'ailleurs accentué par les effets du soleil en surface.

3/ Un jeune bélier en couleur de base noire, sans aucune intervention d'un autre gène, avec une toison qui résiste encore bien à ce stade aux effets du soleil.

4/ Un jeune bélier de couleur de base noire, ayant hérité d'un gène dit "Agouti gris" dominant, lui donnant cette toison juvénile pâlissante peu à peu.

5/ Un jeune bélier en base noire, sans aucune intervention d'un autre gène, mais sur qui le soleil commence à brunir légèrement la toison en surface.

6/ Un jeune bélier en base noire, sans intervention d'un autre gène, mais dont la toison noire est particulièrement sensible aux rayons du soleil, au point de brunir de façon intense la laine en surface.

Palette de noirs (1)

Les quatre noirs (sans aucun gène agouti).

De gauche à droite: 6/ ; 2/ ; 5/ ; et derrière 3/

Palette de noirs (1)

Les mêmes de dos.

D'abord 3/ ; puis de gauche à droite en second plan 2/ ; 6/ ; 5/

Palette de noirs (1)

Nette différence entre ces deux béliers noirs.

A gauche 3/ noir ; à droite 2/ noir ayant hérité des gènes de décoloration "faded"

Palette de noirs (1)

Deux noirs.

A gauche 6/ dont la toison a fortement bruni au soleil; et à droite 5/ sur qui le soleil a moins d'effet à ce stade.

Palette de noirs (1)

Encadrés par 3/ et 5/ ,

4/ le noir ayant hérité du gène dominant "Agouti gris" qui le fait pâlir lentement mais sûrement...

1/ à l'arrière, le bélier en base noire ayant hérité du gène dominant "Agouti blanc", facilement reconnaissable.

Tous noirs donc, mais différents réellement pour certains ou en apparence pour d'autres à cause des UV du soleil et de la réaction de leur toison à cette agression.

Partager cet article
Repost0