Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Le Mouton d'Ouessant Elevage des Lutins
  • : Le bonheur est dans le pré. Cours-y vite, cours-y vite....... Merci de venir visiter mon blog qui a pour but de vous faire découvrir le mouton d'Ouessant et de partager au moins un instant ma passion pour cet animal singulier et ce qui l'entoure.
  • Contact

Recherche

21 janvier 2021 4 21 /01 /janvier /2021 12:02

Les ragots ont toujours existé, il font partie intégrante du phénomène de l'humanité dès l'émergence de la capacité de langage. C'est une nourriture qui semble essentielle à la nature humaine. Personne n'y échappe; tout le monde en colporte. 

Le ragot se colporte par un processus incontrôlable et, si on n'en casse pas l'élan, il finit par devenir réalité pourtant sans fondement, dans les plus petits des esprits où il aurait chuté. 

Il n'y a pas si longtemps encore le phénomène était fécond au lavoir du village ou au bistrot du coin. Aujourd'hui on pense inévitablement au net et en particulier aux réseaux sociaux, les ragots pouvant toucher l'intime de chacun ou être de portée internationale, mais la technologie n'a pas pour autant le monopole en ce domaine et les ragots entre proches, à l'ancienne, de bouche à oreille, ont encore de beaux jours devant eux.  

"Et moi dans tout ça?"

"Et moi dans tout ça?"

Tout cela pour quoi?

Simplement parce que des ragots à mon sujet en tant qu'éleveur de Ouessant, il m'en arrive à ma connaissance de temps à autre. Le plus souvent, au pire ils agacent ou encore consternent, au mieux ils font sourire, d'autant quand j'en connais la source et que je considère alors que mieux vaut laisser couler. "ça ne vole pas haut" comme on dit ...

Cependant, parfois il est bon de réagir et de remettre les pendules à l'heure.

"Attendez! On y arrive"

"Attendez! On y arrive"

C'est ce que je souhaite faire par cet article, puisque, dernièrement, me sont arrivés aux oreilles propos suivants colportés sur la place nationale et internationale semble-t-il, ... "qu'il faut se méfier de mes Ouessant du fait que j'importe des animaux".

Importés les Lutins?

Importés les Lutins?

Que les choses soient claires. Non, je n'importe pas de Ouessant.

D'une part, je n'en ai aucunement nécessité ni même simple désir. Tout comme je n'exporte pas plus de Ouessant, même si on m'en demande aux quatre coins du monde, n'étant pas marchand d'animaux et ne souhaitant pas me plonger dans les tracasseries administratives nécessaires, je n'importe donc pas plus de Ouessant. Ce qui d'ailleurs ne me serait absolument d'aucune utilité, la substantifique moëlle du Ouessant se trouvant déjà dans mon élevage et chez une poignée d'éleveurs amis de l'hexagone.

Bêtise humaine donc, ignorance, jalousie? Peut-être un peu tout cela sans doute à l'origine, pour aboutir ensuite à de tels ragots.

Ma simplicité naturelle fait que je me mets rarement en avant (si ce n'est ici ma passion pour le Ouessant par ce blog), préférant demeurer le plus souvent silencieux, scotché sans voix même par les énormités que je vois ou entends ici et là en bien des situations depuis des décennies.

Mais pour une fois ne soyons pas humble et rappelons ce qui suit.  

Ni importés ni exportés les Lutins!

Ni importés ni exportés les Lutins!

Non, je n'importe pas de Ouessant. Par contre ...

Oui, depuis 25 ans, je m'attache à comprendre ce type ovin.

Oui, il y a 25 ans que j'élève cet animal.

Oui, il y a 25 ans, je commençais à compiler écrits sur cet ovin.

Oui, il y a 25 ans, je commençais à constituer une banque d'images du passé représentant ce mouton (ce que personne n'avait fait jusqu'alors) pour en cerner une image réelle non seulement fondée sur le "on dit" qui pose bien des soucis d'authenticité.

Oui, il y a 25 ans, je commençais à m'intéresser au paysage génétique des colorations touchant les animaux du Gemo (ce qui alors n'intéressait personne) et décidais de multiplier celles délaissées, conscient d'une richesse que certains voulaient détruire.

Oui, il y a 25 ans, je commençais à m'attacher à travailler en direction de la sauvegarde de cette composante ovine.

Oui, il y a 25 ans, je commençais un travail de sélection dans mon troupeau.

Oui, il y a 25 ans, je m'attachais à une composante en souches Ouessant avec origines et issues de la population continentale, relique éclatée, utilisée pour relancer ce type ovin (en 1976 seulement).

Oui, il y a 25 ans, je m'attachais à mener reproduction calculée pour un suivi précis des paternités (ce qui n'était que rarement pratiqué alors).

Oui, il y a 25 ans, je m'attachais à me constituer généalogie en branche maternelle comme paternelle pour chacun de mes Ouessant (ce qui n'était que rarement pratiqué alors).

Oui, il y a 18 ans, j'ai travaillé à un futur déménagement, faute de prairies pour mener à bien mes travaux d'étude et conservatoires sur le Ouessant et pouvoir prendre retraite anticipée le moment venu dans ces perspectives.

Oui, de 55 moutons en 2010, j'ai pu ainsi ensuite monter à une centaine, toujours en élevage conservatoire à titre de particulier... ce qui perdure.

Oui, il y a une douzaine d'années, j'ai entamé ce blog pour faire connaître le Ouessant, sa réalité, partager mon expérience... briser certaines erreurs d'alors le concernant.

Oui, j'oublie sans doute bien des points encore de mon vécu d'un quart de siècle avec le Ouessant pour le Ouessant, mais sur tous ces points confondus, il me faut reconnaître que je ne connais personne qui a autant servi et apporté à sa cause et qui connaît aussi bien cet animal.

Non, les chevilles vont très bien, merci. Quand je suis à mon ordi, j'enlève mes bottes... 

"Remonté le berger!"

"Remonté le berger!"

Ce n'est pas fini ... Profitons en pour aller plus loin encore.

Non, je ne possède pas de Ouessant "pure race" du fait que personne au monde n'en possède par ailleurs.

Non, je ne possède pas de moutons d'Ouessant "pure race", du fait que le Ouessant n'est pas une race mais un type ovin.

Non, je ne possède pas de moutons d'Ouessant "pure race", du fait que ce dernier n'a jamais été élevé sur Ouessant pour en faire une race.

Non, je ne possède pas de moutons d'Ouessant "pure race", du fait que la population Ouessant insulaire du type ovin ancien supposé nous intéresser a disparu de son île, il y a plus de 120 ans (comme nous l'indiquent les documents photographiques les plus anciens).

Non, je ne possède pas de moutons d'Ouessant "pure race", du fait que tous les Ouessant actuels sont issus en fait de noyaux d'ovins simplement de type Ouessant, continentaux depuis des dizaines et des dizaines de générations, avec leur propre histoire.

Non, je ne possède pas plus de Ouessant dits originels, bien que je possède des animaux de même sang que les Ouessant de ceux qui anoblissent leurs moutons par ce qualificatif, mes animaux se retrouvant qualifiés par ce terme à l'occasion quand ils intègrent leurs élevages. (Si quelqu'un sait ce qu'est un Ouessant originel, je suis intéressé qu'il vienne nous l'expliquer sur ce blog, cela intéressera tout le monde également).

Oui, par contre, je possède bien, depuis toujours, des animaux issus des premières souches dites Ouessant continental retrouvées et utilisées depuis plus de 45 ans en suivis et sélections en milieu associatif. A ce titre, je peux garantir comme tels tous mes Ouessant et même affirmer que le travail des plus pointus que je mène depuis 25 ans me permet de produire animaux bien plus intéressants dans ce sens que bien des Ouessant décorés ou anoblis ailleurs par manque de rigueur.    

"Nous en valions bien la peine!"

"Nous en valions bien la peine!"

Messieurs (Mesdames?) les colporteurs de ragots, venez vous informer directement auprès du principal intéressé plutôt que raconter n'importe quoi. Il vous accueillera, vous expliquera bien des choses et vous pourrez apprendre et échanger. L'ignorance glisse vite dans la malveillance pour tomber dans la diffamation.

Je me doute bien que vous n'aurez pas le courage de le faire, mais sinon il serait profitable pour tous et pour le Ouessant en premier, que vous veniez commenter, prendre la parole sur ce blog pour expliquer vos propos, vos idées, vos connaissances, argumenter, partager et aussi apprendre sur le Ouessant de type ancien et ses descendants de l'élevage des Lutins. Ce serait tellement constructif. Ce blog est là pour cela et je suis personne ouverte au dialogue n'ayant rien à cacher...

Ceci étant, j'espère que les pendules, qui auraient eu besoin d'être remises à l'heure, le sont désormais.

Partager cet article
Repost0
17 janvier 2021 7 17 /01 /janvier /2021 23:29
Une fin compliquée

Une fin compliquée pour Phaeo.

Cette vieille petite brebis fut gestante durant l'été puis allaitante ces trois derniers mois.

Elle s'en est bien sortie.

Mais voilà que la dentition restante est à présent bien usée pour pouvoir correctement ruminer.

Par là-dessus, la toison a à présent un faible pouvoir de pousse face à l'hiver.

Mais le plus inquiétant encore, c'est que la voilà en difficulté pour se déplacer. Avec l'âge, les articulations des dernières phalanges, au niveau des onglons, sont déformées et gonflées.

Cette brebis a toujours été un cas particulier concernant la pousse de corne de ses sabots. Normalement, un parage au printemps puis un autre à l'automne suffisent pour entretenir les onglons d'un Ouessant. Il en fut ainsi pour elle plusieurs années malgré une morphologie d'onglon assez en longueur, mais au fil du temps, ce furent trois, puis quatre, puis cinq ... six interventions par an qui furent nécessaires tant la pousse était devenue rapide et importante. Phaeo, une Ouessant à corne!

Tout cela a joué sur ses articulations, surtout postérieures.

Je viens de tenter ce qui sera sans doute le dernier parage pour me rendre compte si cela lui redonne plus de confort et surtout de mobilité.

J'en doute et en considérant tous les éléments exposés, je crains devoir prendre d'ici peu la meilleure décision qui s'impose si aucune amélioration globale n'est envisageable. Toujours difficile, mais dans le même temps, une satisfaction d'être là pour elle dans l'ultime aide. 

Sur ce point de la pousse de la corne et du souci d'articulations, Phaeo est un cas unique en 25 ans d'élevage.

Partager cet article
Repost0
16 janvier 2021 6 16 /01 /janvier /2021 14:05
Splatch!

Bel abcès découvert par hasard sur Ratousik, il y a quelques semaines.

C'est parce qu'il venait d'éclater et que s'écoulait le jus rosé sur la face, que je l'ai vu. Depuis combien de temps le souci se posait-il pour cette brebis? Je n'en ai pas la réponse.

La grosseur frontale était-elle conséquence d'une piqûre de tique, d'une épine...? Mystère.

Toujours est-il qu'il m'a fallu tout vider plusieurs fois. De quoi remplir un petit pot de mayo. Impressionnant! D'autant qu'à la place demeurait un beau trou ayant creusé l'os du crâne.

Traitement interne et externe contre l'infection qui a bien fonctionné, le pouvoir réparateur du corps faisant le reste. La reconstruction semble faite mais cette femelle doit demeurer sous surveillance pour s'assurer d'un retour à la normale et que le mal n'est pas tout simplement caché pour récidiver de plus belle.

 

Heureusement, Ratousik n'a jamais été diminuée par ce mal, bien grasse, s'activant et mangeant normalement.

En 25 ans d'élevage et des centaines d'animaux côtoyés, c'est la première fois que je rencontre ce souci ...

Partager cet article
Repost0
5 janvier 2021 2 05 /01 /janvier /2021 13:22

Il y a parfois confusions sur ce terme concernant l'origine d'un Ouessant.

L'origine véritable doit revenir au naisseur, c'est à dire l'élevage où il est né et non au propriétaire précédent avant qu'il soit introduit en son propre élevage. 

En effet, certains animaux peuvent passer entre les mains de cinq ou six  propriétaires au cours de leur vie (voire plus), en particulier pour les béliers. S'il n'y a pas de suivi précis de toutes ces étapes, pas de connaissance précise de l'histoire de l'animal, on s'y perd et parfois il y a conclusions hâtives loin de la réalité.

Bélier Ouessant affiché parfois à tort par certains comme d'origine Lutins, alors qu'acheté à une éleveuse du Cher qui l'a fait naître à partir de parents qu'elle disait allemands mais en fait nés aux Pays Bas. Ce bélier a connu deux propriétaires ensuite après moi.

Bélier Ouessant affiché parfois à tort par certains comme d'origine Lutins, alors qu'acheté à une éleveuse du Cher qui l'a fait naître à partir de parents qu'elle disait allemands mais en fait nés aux Pays Bas. Ce bélier a connu deux propriétaires ensuite après moi.

On pourrait penser que, théoriquement, lorsque les animaux portent une identité (ce qui concerne par ailleurs assez peu de Ouessant), on peut s'y référer et retrouver avec précision le naisseur. Théoriquement oui, on dira le plus souvent, mais il ne faut pas exclure manipulations toujours possibles à ce sujet pour une raison ou une autre, n'allant pas forcément dans le sens d'une quelconque tricherie.

A titre d'exemple, lors du passage obligatoire à l'identification électronique de mon troupeau, normalement la législation prévoyait que ces boucles électroniques reprennent pour chaque animal sa numérotation précédente. Mon administration ne s'est pas ennuyée et pour simplifier m'a demandé de reboucler tout le monde avec la nouvelle numérotation électronique fournie. Tous les Lutins du moment se sont donc retrouvés entamer administrativement une seconde vie avec une nouvelle identité, faisant évaporer toute la traçabilité antérieure. Tout cela m'a bien fait sourire, puisque dans le même temps on nous demande rigueur à notre niveau pour cette fameuse traçabilité. Dans cette opération, il n'y a pas eu rigueur de l'administration qui ne montrait pas l'exemple, c'est le moins qu'on puisse dire. Bref la rigueur semble être à géométrie variable selon les besoins de ceux qui nous l'imposent.

Prunelle des Lutins, née sous le matricule 150 022 90012, par un coup de baguette magique administrative, est à présent identifiée sous 227484 61041 ...

Prunelle des Lutins, née sous le matricule 150 022 90012, par un coup de baguette magique administrative, est à présent identifiée sous 227484 61041 ...

Pour revenir à l'origine d'un animal...

L'identité faisant référence au naisseur, il ne faut pas forcément conclure pour autant que l'animal né chez tel éleveur correspond au fruit de son travail, à sa souche. En effet l'animal en question peut correspondre à une naissance chez l'éleveur obtenue à partir d'une brebis extérieure introduite gestante en son élevage. Dans ce cas, l'origine papier ou boucle ne correspond donc pas pour autant à l'origine troupeau réelle. Que penser également de la naissance obtenue chez un éleveur à partir de deux parents extérieurs introduits en son élevage? Sur le papier, sur la boucle, l'origine numérotation ne correspond pas alors à l'origine "sang" réelle...

On comprend ainsi que derrière le mot origine comme celui de naisseur, il y a quelques subtilités à considérer pour rétablir une certaine vérité, en ne confondant pas origine "naisseur" et origine "sang" qui ne se superposent pas de façon systématique. 

Jeune bélier né chez les Lutins, j'en deviens le naisseur, éleveur d'origine. Pourtant cet animal était né de deux parents non Lutins introduits dans mon troupeau.

Jeune bélier né chez les Lutins, j'en deviens le naisseur, éleveur d'origine. Pourtant cet animal était né de deux parents non Lutins introduits dans mon troupeau.

Souvent, dans l'élevage, associé à cette aventure humaine, le Ouessant se trouve porter un nom. C'est plus sympathique et plus facile de désigner l'animal ainsi que par son numéro. Cela tout autant pour soi que lorsqu'on parle entre éleveurs pour désigner un Ouessant précis.

Mais, là encore, attention! Il convient de rajouter l'affixe de l'élevage pour être précis, comme Vienetta des Lutins par exemple. En effet, depuis ma Vienetta et bien d'autres, de nombreux animaux ont été baptisés ainsi en d'autres élevages. De la même façon qu'il m'est arrivé de donner un nom à une de mes naissances et m'apercevoir par la suite qu'un autre Ouessant avait été baptisé à l'identique, en un autre élevage, avant que je le fasse pour le mien. 

Châtaigne... des Lutins, à préciser, d'autres Châtaigne étant nées chez d'autres depuis.

Châtaigne... des Lutins, à préciser, d'autres Châtaigne étant nées chez d'autres depuis.

L'idéal semblerait donc d'apporter le plus de précisions possibles pour identifier un mouton d'Ouessant. Par sa numérotation de naissance et son nom d'usage associé.

 

Farine des Lutins est également la FR 227484 81024.

Farine des Lutins est également la FR 227484 81024.

Pour aller plus loin, il est intéressant et plus rigoureux encore d'identifier en plus un Ouessant par sa généalogie. Ce qui va exclure les confusions.

Le plus important est de se référer aux parents et grands parents, mais pouvoir aller plus loin est intéressant, permettant d'en savoir toujours plus et découvrir les parentés éventuelles, même lointaines, avec d'autres animaux connus ou possédés.

Depuis 25 ans d'élevage, les Ouessant des Lutins actuels possèdent, dans les deux branches parentales, généalogies parmi les plus longues, d'autant que pour certains branches il est possible de remonter bien au-delà grâce à de rares éleveurs d'alors qui ne laissaient pas leurs animaux s'accoupler au hasard.

Depuis 25 ans d'élevage, les Ouessant des Lutins actuels possèdent, dans les deux branches parentales, généalogies parmi les plus longues, d'autant que pour certains branches il est possible de remonter bien au-delà grâce à de rares éleveurs d'alors qui ne laissaient pas leurs animaux s'accoupler au hasard.

Tout cela ne demande pas un réel effort pour l'éleveur quand il est ne serait-ce qu'un minimum intéressé, même sans être forcément passionné. Par contre cela exige de la rigueur car il est vite arrivé de construire en fait du faux sur du affiché vrai.

Il importe que l'éleveur soit en mesure d'attribuer la bonne maternité et la bonne paternité pour chaque naissance et qu'il puisse continuer à identifier chacune durant sa croissance jusqu'à la fameuse identification auriculaire électronique (et obligatoire). Face à un trop grand nombre de petits ou faute de capacités d'observation fiables, certains éleveurs mettent aux agneaux boucles provisoires ou colliers.

Agnelle blanche qui, avec une autre noire, fait exemple d'un cas de permutation d'agneaux à la naissance, les mères ayant agnelé proches l'une de l'autre dans le même temps. Dans ce cas, la supercherie put être décelée grâce à la coloration et les lois de la génétique en rapport aux reproducteurs. L'ordre fut rétabli pat le berger, mais combien d'autres cas passent inaperçus quand rien ne permet de suspecter l'erreur?

Agnelle blanche qui, avec une autre noire, fait exemple d'un cas de permutation d'agneaux à la naissance, les mères ayant agnelé proches l'une de l'autre dans le même temps. Dans ce cas, la supercherie put être décelée grâce à la coloration et les lois de la génétique en rapport aux reproducteurs. L'ordre fut rétabli pat le berger, mais combien d'autres cas passent inaperçus quand rien ne permet de suspecter l'erreur?

Cependant, même avec toutes ces attentions, certains éleveurs n'ont pas forcément découvert les permutations d'agneaux toujours possibles entre deux brebis mettant bas l'une près de l'autre au même moment ... ou n'ont pas noté ou ont oublié d'en tenir compte, la visite surprise d'un bélier du voisin ou de chez soi ayant sauté la clôture pour visiter les brebis.

Bien évidemment, on ne peut certifier la généalogie paternelle d'un jeune que si un seul et unique bélier a pu s'accoupler aux femelles durant la lutte précédente. Lorsque plusieurs béliers étaient présents, même de cinq ou six mois, il est impossible de savoir qui a pu féconder (sauf particularités comme la coloration, liées aux règles de la génétique).

Perspicace, j'avais pu établir qu'un des ancêtres de ce bélier n'était pas indiqué comme étant issu du bon élevage, sans quoi l'erreur aurait perduré dans les généalogies l'incluant.

Perspicace, j'avais pu établir qu'un des ancêtres de ce bélier n'était pas indiqué comme étant issu du bon élevage, sans quoi l'erreur aurait perduré dans les généalogies l'incluant.

On comprend aisément que, malgré rigueur, et plus encore sans, une erreur (sans oublier également étourderie d'écriture) a pu se glisser à un moment ou un autre dans le plus long, dense et bel arbre généalogique d'un Ouessant et que sa réalité n'est parfois pas totalement celle qui peut être affichée, même sans intention de malhonnêteté. Il y a donc certaines limites à prétendre connaître origines précises à un certain niveau, mais toute généalogie demeure mieux que rien comme c'est le cas pour la plupart des Ouessant qui existent .

Brebis dont un des ancêtres ne pouvait pas être le bon, question de génétique, et qui logiquement devait céder la place à son fils.

Brebis dont un des ancêtres ne pouvait pas être le bon, question de génétique, et qui logiquement devait céder la place à son fils.

Cela me fait penser au phénomène autour de la généalogie humaine qui certes me fait également rêver et qui transporte dans l'histoire, mais je n'y prête pas trop d'intérêt tant on serait surpris de savoir tous les béliers voisins qui ont sauté la clôture à un moment ou un autre ...

Partager cet article
Repost0
1 janvier 2021 5 01 /01 /janvier /2021 16:54

C'était l'heure des retrouvailles pour toutes les filles, en ce symbolique premier jour de l'année.

Les lots de reproduction n'avaient plus grande raison à êtres maintenus, un peu plus de deux mois après avoir été constitués.

Ce rituel annuel est un véritable plaisir également pour le berger, heureux de revoir la troupe des brebis reconstituée et de la savoir disposer à nouveau de la totalité de son territoire pour dix mois. 

Un beau jour pour elles

Comme à chaque fois, d'abord les premiers contacts entre bandes après une si longue attente, les brebis étant véritablement contrariées par les séparations.

Un beau jour pour elles

Puis une fois les premières émotions passées, de nouvelles envahissent le troupeau face aux espaces habituels retrouvés.

On se précipite et ce ne sont que des "youpi!" (en langage mouton) qui résonnent.

Un beau jour pour elles

Enfin, le calme revient et on se délecte de la bonne herbe du ailleurs retrouvée, comme pour fêter tout cela.

Il est bien connu que l'herbe est toujours supposée plus verte et plus délicieuse dans les parcs des voisines...

Un nouveau cycle s'installe pour trois mois, avant les naissances.

Partager cet article
Repost0
29 décembre 2020 2 29 /12 /décembre /2020 08:01

Nostalgie!

C'était le bon temps

En fouillant dans mes archives, je me disais...

"Y a pas! Qu'il était beau le Ouessant avant de devoir se retrouver avec sa quincaillerie d'identification électronique obligatoire ! La beauté animale dans son intégrité."

Je ne m'y ferai jamais. De plus je crois bien que mon administration départementale a changé de modèle de boucle auriculaire pour petits ruminants, plus volumineux forcément ...

Je serai fixé l'été prochain lors de ma nouvelle commande.

Partager cet article
Repost0
20 décembre 2020 7 20 /12 /décembre /2020 16:30

Assez rare pour être signalé car habituellement ce sont des gars extérieurs qui intègrent leur génétique à celle des Lutins, quelques nouvelles filles de "sang" en grande partie Lutins sont arrivées.

Chatouille, Non agouti brune, toison décolorée en surface par les UV.

Chatouille, Non agouti brune, toison décolorée en surface par les UV.

Gigi, Non agouti noire, décoloration externe de la laine par les UV et la canitie.

Gigi, Non agouti noire, décoloration externe de la laine par les UV et la canitie.

Bouclette, Non agouti noire, effet des UV sur la partie externe de la toison.

Bouclette, Non agouti noire, effet des UV sur la partie externe de la toison.

Paprika, Non agouti brune, décoloration externe de la toison par les UV.

Paprika, Non agouti brune, décoloration externe de la toison par les UV.

Des femelles possiblement gestantes assez tôt ... qui pourraient bien donner naissances précoces en hiver ou fin d'hiver. A surveiller donc...

Partager cet article
Repost0
19 décembre 2020 6 19 /12 /décembre /2020 14:29

Fidèle parmi les fidèles, comme chaque année, Jordi nous fait partager son talent et son regard sur le Ouessant.

Toujours splendide

Toujours aussi bien saisi. Ambiance et émotion sont au rendez-vous. Un regard précis porté sur les Lutins depuis l'Espagne. 

Merci Jordi pour cette superbe aquarelle!

Partager cet article
Repost0
16 décembre 2020 3 16 /12 /décembre /2020 19:06
Il est vrai qu'il n'y a rien de plus beau qu'un chaton, sinon deux chatons. Mais quelle plaie!

Il est vrai qu'il n'y a rien de plus beau qu'un chaton, sinon deux chatons. Mais quelle plaie!

Les années passent. Pour moi, mais heureusement également pour mes sales chats d'amour.

Je ne souhaite pas leur mort, mais il faut être réaliste. Si leur allure est envoûtante, leur compagnie agréable et magique, ils représentent une véritable plaie.

Mes séduisants sérials killers sont tous âgés de plus de dix ans à présent. Campagnols et mulots finissent toujours dans leur estomac, comme je le constate lorsqu'ils les vomissent au milieu de la gamelle de croquettes, mais ils sont globalement bien moins acharnés à capturer la petite faune que dans leur jeunesse. Plus guère d'oiseaux rapportés ou dont je découvre la dépouille, et indicateur de leur baisse d'acharnement à chasser, quelques lézards des murailles arrivent à nouveau à s'installer durant l'été, après dix ans d'absence, alors qu'ils étaient plus de cent sur mes bâtiments avant l'arrivée des matous. Pour quelques semaines seulement au mieux, mais c'est un signe.

Le lézard vert (baptisé à présent lézard à deux raies) exterminé depuis 2012 dans le quartier pourra-t-il revenir en joyau de bord de haie?

Le lézard vert (baptisé à présent lézard à deux raies) exterminé depuis 2012 dans le quartier pourra-t-il revenir en joyau de bord de haie?

J'ai toujours eu des chats. Qu'on ne m'accuse pas de ne pas les aimer. D'ailleurs la dernière équipe de six fait partie de la famille et se vautre sur mon lit, me laissant peu de place. Elle n'a jamais été désirée pour autant, mais fut accueillie faute d'autre issue. Tous des animaux errants pris en pitié. En 2008, à la mort de ma dernière mémère, je n'en voulais plus, sachant bien que s'il fallait choisir entre la petite faune locale ou le félin domestique, mon choix était vite fait, la première étant légitime et le second un intrus non sans incidence sur la première. Et puis ...

Le chaton, victime lui-même de sa beauté et de l'inconséquence des humains.

Le chaton, victime lui-même de sa beauté et de l'inconséquence des humains.

Donc pour revenir à mes premiers mots: Ouf? Ils vieillissent!

Ouf? Je le pensais. Mais voilà que depuis quelques mois, un nouveau chat (chatte?) adulte s'est installé dans la grange. Et cette semaine, ce sont deux jeunes chats d'âge différents qui se hasardent au restaurant familial. Il est vrai que dans les fermes des alentours et chez des propriétaires aux profils psychologique et intellectuel particuliers, on ne se préoccupe guère de ses matous.

Ce sont ces nouveaux arrivants chez moi qui m'amènent à cet article. Pour dire stop!

Pour dire et redire une fois encore: 

Faîtes stériliser vos chats! Les mâles comme les femelles.

Sensibilisez autour de vous à ce besoin. 

Ne vous autorisez pas les portées pour vous faire plaisir ou espérer vous faire de l'argent sur la progéniture. Peu d'élus peuvent espérer un avenir enviable assuré et bon nombre iront grossir le rang de la population féline livrée à elle-même, ne faisant qu'amplifier les nombreux problèmes que cela pose, dans les campagnes comme dans les villes.

Les véritables amoureux des chats sont conscients du souci qu'ils représentent et ont à coeur de lutter contre, en prônant la stérilisation. Dans le même temps, pour les plus chanceux terminant en refuges, l'adoption n'est pas assurée et ces structures sont perpétuellement débordées. 

En lien ci-dessous, un excellent article qui n'irritera que les inconditionnels du chat malhonnêtes qui se voilent la face et préfèrent être dans le déni, en effet il va au-delà de l'impact du félin domestique sur la faune.

Oui je sais les problèmes posés par le phénomène de l'humanité sont bien plus nombreux et globalement plus importants encore.

Cependant les premières victimes dans tout cela, ce sont les chats eux-mêmes. Le phénomène chat domestique est d'ailleurs uniquement une des conséquences au phénomène de l'humanité lui-même.

Le premier responsable dans tout cela n'est pas le chat mais bien l'humain...

Partager cet article
Repost0
13 décembre 2020 7 13 /12 /décembre /2020 23:54
Bueno

Bueno

Les agneaux de cet automne à toison phéomélanique demeurent encore assez bien pigmentés pour certains, à maintenant 2 à 3 mois.

(Rappel: phéomélanine, jaune... orangé... roux terreux vineux, et eumélanine, noire ou brune, sont les deux formes de mélanine qui pigmente peau et poils chez les mammifères)

Téna

Téna

La pigmentation en toison s'estompe peu à peu et la fibre finira décolorée chez cette agnelle la plus âgée.

Savane

Savane

La toison de cette agnelle finira-t-elle totalement blanche? Dans combien de temps?

Peluche

Peluche

Pour celle-ci, la phéomélanine demeure encore soutenue.

Dodu

Dodu

Ce gars est encore bien contrasté également.

Bella

Bella

La fibre décolorée, blanche, transparaît de plus en plus en cette agnelle.

Epargnés par la laine (la bourre), on notera l'aspect différent des secteurs en poils, face et pattes des agneaux.

Que révèlera la tonte prochaine sur la pigmentation réelle à la racine des fibres?

Qu'en sera-t-il également de la coloration des pattes et de la face, une fois ces Ouessant "blancs" (Agouti white tan, Agouti blanc bronzé) devenus adultes?

La construction de tels Ouessant est toujours passionnante.

 

Titouba, eumélanique brune

Titouba, eumélanique brune

Tout comme Pralin qui n'est pas coloré par la phéomélanine mais l'eumélanine brune.

Tout comme Pralin qui n'est pas coloré par la phéomélanine mais l'eumélanine brune.

De par leurs aspects assez proches bien que différents, il y a souvent confusion entre le pigment phéomélanique roussâtre (dit aussi "rouge") et la mutation eumélanique brune (et non noire).

Ainsi les éleveurs non avertis vendent ou achètent pour des bruns, de jeunes Ouessant en fait "blancs" et annoncés "noisette", "caramel", "miel", ... voire "bruns".

Cette confusion face aux moutons est fréquente, tout comme je l'observe également dans l'univers de la chèvre.

(Autres rappels: s'il peut y avoir à la fois présence de phéomélanine et d'eumélanine dans le dessin de certaines robes,  il n'y a pas à la fois eumélanine noire et eumélanine brune sur une même robe, c'est l'une ou l'autre.)

Sur ce mouflon, présence d'eumélanine noire et de phéomélanine (pas d'eumélanine brune) en divers tons. Les zones apparaissant blanches correspondant à une absence de coloration en ces endroits.

Sur ce mouflon, présence d'eumélanine noire et de phéomélanine (pas d'eumélanine brune) en divers tons. Les zones apparaissant blanches correspondant à une absence de coloration en ces endroits.

Partager cet article
Repost0