Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Le Mouton d'Ouessant Elevage des Lutins
  • : Le bonheur est dans le pré. Cours-y vite, cours-y vite....... Merci de venir visiter mon blog qui a pour but de vous faire découvrir le mouton d'Ouessant et de partager au moins un instant ma passion pour cet animal singulier et ce qui l'entoure.
  • Contact

Recherche

20 février 2021 6 20 /02 /février /2021 17:17
Le renouveau

Sauf cas ponctuel et localisé, il n'y a plus vraiment d'hiver à présent. Mars voire avril arrivent même dès février de plus en plus souvent.

Ainsi le printemps météorologique est bien là chez les Lutins depuis une semaine. Papillons actifs, hérissons en vadrouille, batraciens en nombre aux points d'eau, concert des oiseaux au lever, violettes sur les lisières, ... Il n'y a pas, l'ambiance printanière succède au dernier coup de froid. 

Les Lutins sont ravis. D'autant qu'avec les températures l'herbe redémarre. Elle n'avait jamais vraiment disparu cependant.

D'ailleurs, cette année encore, les Ouessant n'ont absolument pas consommé de foin, contrairement aux biquettes toujours avides de matière ligneuse et il est vrai, peu hardies pour s'aventurer en extérieur les jours de pluie. Et de la pluie il y en a eu pas mal, 640 mm ces cinq derniers mois depuis son retour après la sécheresse estivale.

Cinq mois, c'est également l'âge des naissances d'automne à présent. Toutes ont bien vécu cette phase de croissance à contre saison. Le plus dur est assurément passé pour elles.

Les petits mâles sont partis chez d'autres éleveurs. Les agnelles demeurent chez les Lutins. Ces quatre femelles non attendues sont finalement une chance. Une belle occasion de retrempe en une souche des plus anciennes, grâce à ce farceur de Hubot (bélier de "château" comme je l'appelle). En effet, je pense que deux voire trois des quatre filles sont de ce mâle. Une belle bouffée d'oxygène pour la masse des Ouessant en sélection.

Bella actuellement.

Bella actuellement.

Savane actuellement.

Savane actuellement.

Téna actuellement.

Téna actuellement.

Peluche actuellement.

Peluche actuellement.

Cette météo du moment est agréable également pour moi qui avait délaissé l'appareil photo ces derniers mois.

Toute la beauté animale magnifiée par la lumière. Le Ouessant est vraiment un beau mouton! (Brebise des Lutins)

Toute la beauté animale magnifiée par la lumière. Le Ouessant est vraiment un beau mouton! (Brebise des Lutins)

L'occasion d'un peu de bon temps parmi le troupeau, en piégeant quelques instants magiques en images.

Lutins du soir, espoir... dans les ventres. Encore un mois d'attente...

Lutins du soir, espoir... dans les ventres. Encore un mois d'attente...

Partager cet article
Repost0
9 février 2021 2 09 /02 /février /2021 17:17

Depuis fort longtemps, j'apprends ou je découvre à l'occasion que tel ou telle Ouessant des Lutins parti(e) fouler l'herbe d'autres prairies en d'autres élevages a été rebaptisé(e).

Les Lutins ne sont d'ailleurs pas les seuls à subir ce sort.

Si l'animal est appelé à vivre pour toujours sur une pelouse, comme animal de compagnie, sans espoir d'avoir un jour descendance, pourquoi pas... si cela satisfait un rêve du nouveau propriétaire ou amuse les enfants de la maison lorsqu'ils l'appellent au moment de la distribution de biscottes. Cela n'engendre aucun problème particulier.

Combien de Lutins rebaptisés sous d'autres cieux?

Combien de Lutins rebaptisés sous d'autres cieux?

Quand par contre le nouvel éleveur souhaite faire de la reproduction et même entrer dans les rangs des éleveurs attentifs qui constituent généalogies pour leurs animaux, je suis bien plus hostile à ce genre de pratique.

Certes un nom peut déplaire pour une raison ou une autre, mais cela n'a en aucun cas incidence quelconque.

Un nom n'est qu'une musique sur laquelle on va calquer image ou paysage émotionnel selon imaginaire, culture ou névrose de chacun. Qu'une personne décide de changer de prénom de façon usuelle ou auprès de l'état civil, c'est une démarche tout à fait acceptable, compréhensible si tel est son désir, et en cela aucun jugement extérieur ne serait le bienvenu.

Concernant nos Ouessant par contre, je n'ai jusqu'alors aucun témoignage de mouton qui aurait fini sur le divan du psy à cause du nom qu'il aurait reçu à la naissance, avant même d'ailleurs son matricule d'identification par la suite. Qu' il s'appelle Couscous ou encore Navarin, certes ce n'est pas forcément sympa et plutôt déplacé ... mais l'important pour un Ouessant, c'est d'abord de se retrouver entre les mains d'une personne qui sera attentive à la vie qu'elle lui offre et qui prodiguera tous les soins divers nécessaires.

"Bon comment je vais l'appeler?"

"Bon comment je vais l'appeler?"

Je n'ai jamais changé le nom d'un Ouessant acquis chez un collègue éleveur.

Aucune utilité et simple marque de respect pour la personne qui me l'a confié. 

Entourloupe des Burons pour la vie! même chez les Lutins.

Entourloupe des Burons pour la vie! même chez les Lutins.

Enfin pour l'aspect pratique et le sérieux des choses, changer le nom d'un animal n'aide en rien au suivi des Ouessant au sein de la population et pour la sélection tout autant que la sauvegarde à mener. 

Bref, changer le nom d'un Ouessant, c'est contribuer à semer le trouble et les erreurs dans les généalogies et l' histoire de cette population ovine, c'est alimenter la pagaille qui existe déjà ne serait-ce que par les étourderies de retranscriptions. Ces dernières ne sont pas rares comme je le constate régulièrement: fausses paternités ou maternités, fausses origines, faux génotypes de coloration ...

des branches entières de généalogie s'avérant fausses et amenant à construire sur du faux, l'intérêt d'une généalogie n'étant plus au rendez-vous.

Tout cela est bien dommage alors que les choses pourraient être si simples. Pourquoi les complexifier?

"Pardon Madame ou Mademoiselle, il me semble qu'on se connait. Rappelez-moi votre nom!"

"Pardon Madame ou Mademoiselle, il me semble qu'on se connait. Rappelez-moi votre nom!"

A nous de faire en sorte qu'une brebis y retrouve son agneau, qu'un bélier y retrouve une relation féconde d'un automne, l'éleveur-naisseur son animal, le nouvel éleveur un historique fiable de l'animal nouvellement acquis ... 

Le vrai nom et l'affixe de l'élevage naisseur, l'identité première d'un Ouessant, avant le numéro de boucle électronique qui ne permet en rien de mettre une image sur un animal dont on parle.

Le vrai nom et l'affixe de l'élevage naisseur, l'identité première d'un Ouessant, avant le numéro de boucle électronique qui ne permet en rien de mettre une image sur un animal dont on parle.

Qu'ensuite chez cerains éleveurs, il puisse y avoir volonté de malveillance ou falsification, là c'est absolument condamnable... et bien plus encore regrettable ...

Partager cet article
Repost0
1 février 2021 1 01 /02 /février /2021 10:51

Qui eut cru ...

Seule la photo assure la véritable mémoire.

... que ça ...

Blou

Blou

... deviendrait ça ...

Seule la photo assure la véritable mémoire.

... à partir de ça ...

photo Pépin

photo Pépin

... et ça?

Ou encore ...

Seule la photo assure la véritable mémoire.

... que ça ...

Hobbit

Hobbit

... deviendrait ça ...

Clarice

Clarice

... à partir de ça ...

Grichka

Grichka

...et de ça.

Tout cela pour dire qu'il est passionnant de voir le vivant se construire et qu'heureusement que la photo existe, car notre mémoire, aussi bonne soit-elle, demeure bien modeste en fait. La photographie permet de partager cette mémoire et de l'assurer pour les générations futures.

Alors photographions encore et encore, avant d'oublier. Cela est particulièrement vrai en élevage conservatoire, pour comprendre et construire.

Quel regret de ne pas avoir à disposition de véritable banque d'images des vingt ans de travail autour du Ouessant qui ont précédé le mien! 

Partager cet article
Repost0
29 janvier 2021 5 29 /01 /janvier /2021 13:15

Ces allèles de coloration de la toison chez le Ouessant sont encore rares dans cette population ovine.

Ces deux patrons du locus Agouti apparus, réapparus dans un troupeau on ne peut plus "originel" (sous forme de boutade en rapport à certains qui utilisent ce qualificatif, pour sans doute indiquer une souche continentale des plus anciennes(?)), sont travaillés dans la bande des Lutins depuis quelques années.

Brebis Ouessant de type ancien, de patron Agouti swiss, sur couleur de base brune.

Brebis Ouessant de type ancien, de patron Agouti swiss, sur couleur de base brune.

En possédant cette richesse génétique du Ouessantin de type ancien, mon but n'est pas de me faire plaisir ou en tirer une certaine gloriole.

Non, une fois de plus, tout le travail chez les Lutins s'oriente vers la sauvegarde du patrimoine de ce type ovin.

Les résultats sont pour l'instant lents faute d'un nombre important d'animaux porteurs de ces allèles, d'autant que de simple forme hétérozygote.

Swiss et rusty

Mais il n'y a pas, pour moi, on ne sauvegarde bien qu'en multipliant et ... en diffusant . Cette évidence doit en être véritablement une, d'évidence.

Aussi, dès que possible, selon les possibilités, il m'importe que ces patrons de coloration rejoignent les troupeaux d'autres éleveurs motivés, là encore dans l'optique de vouloir multiplier et diffuser, sauvegarder, et non s'approprier exclusivité.

Le vivant est fragile. Le vivant peut être vite perdu. La seule solution pour le sauvegarder donc, le multiplier et le diffuser largement, tout nouvel élevage possédant alors telle ou telle richesse devenant à son tour une banque génétique pour l'avenir de ce type ovin (et les générations futures si elles le méritent(?)). La dispersion géographique d'allèles précieux permet d'en garantir la protection, face aux vols, épizooties, attaques de chiens.... Le principe de "ne pas mettre tous les oeufs dans le même panier" 

C'est ainsi qu'une démarche conservatoire se construit. Malheureusement, rares sont les éleveurs dans un souci de conservation, mais aussi de partage, pour construire un bien commun, celui du Ouessant de type ancien. Heureusement, comme en d'autres domaines, ce sont les initiatives privées qui permettent qu'il en soit autrement. Les Lutins y travaillent...

Alors, je croise les doigts, pour que le prochain printemps d'agnelage soit riche de ces merveilles chez les Lutins. 

Brebis Ouessant de type ancien, de patron Agouti rusty midsides, sur couleur de base noire.

Brebis Ouessant de type ancien, de patron Agouti rusty midsides, sur couleur de base noire.

Partager cet article
Repost0
28 janvier 2021 4 28 /01 /janvier /2021 10:52

Bravo à ce député pour son discours! Justesse et cohérence.

Ce qui est rassurant c'est que la parole de l'intelligence se fasse de plus en plus entendre.

Ce qui est inquiétant, c'est que l'intelligence ne soit toujours pas contagieuse, elle... les méandres des intérêts divers et les esprits rabougris devant être perpétuellement malmenés à défaut d'être réveillés, éveillés, quels que soient les partis qui les rassemblent.

Partager cet article
Repost0
23 janvier 2021 6 23 /01 /janvier /2021 08:01

Nouvelle (longue, plus d'1h30) vidéo des Lutins ... donc choisir un bon fauteuil.

Loin d'être une conférence ou un cours sur le Ouessant (il y aurait encore beaucoup à raconter et parfois précisions à apporter), un moment de rencontre, de partage avec le réalisateur, éleveur ami également passionné, qui me "tire les vers du nez" pour que je dessine le Ouessant, mais aussi mes Ouessant et mon intérêt pour ce type ovin. 

Un immense merci, une fois de plus, à Dominique Leplant et son fils Gwendal, pour leur démarche, leur talentueux travail et le superbe résultat qui, c'est certain, prendra (prend déjà) une place privilégiée dans mes souvenirs quand je regarderai en arrière, ne pouvant plus alors mener cette passion.

Translation of the vidéo possible!!!

Comme toujours, les commentaires sont bienvenus ... au moins pour parler Ouessant et échanger à ce sujet. 

Partager cet article
Repost0
21 janvier 2021 4 21 /01 /janvier /2021 12:02

Les ragots ont toujours existé, il font partie intégrante du phénomène de l'humanité dès l'émergence de la capacité de langage. C'est une nourriture qui semble essentielle à la nature humaine. Personne n'y échappe; tout le monde en colporte. 

Le ragot se colporte par un processus incontrôlable et, si on n'en casse pas l'élan, il finit par devenir réalité pourtant sans fondement, dans les plus petits des esprits où il aurait chuté. 

Il n'y a pas si longtemps encore le phénomène était fécond au lavoir du village ou au bistrot du coin. Aujourd'hui on pense inévitablement au net et en particulier aux réseaux sociaux, les ragots pouvant toucher l'intime de chacun ou être de portée internationale, mais la technologie n'a pas pour autant le monopole en ce domaine et les ragots entre proches, à l'ancienne, de bouche à oreille, ont encore de beaux jours devant eux.  

"Et moi dans tout ça?"

"Et moi dans tout ça?"

Tout cela pour quoi?

Simplement parce que des ragots à mon sujet en tant qu'éleveur de Ouessant, il m'en arrive à ma connaissance de temps à autre. Le plus souvent, au pire ils agacent ou encore consternent, au mieux ils font sourire, d'autant quand j'en connais la source et que je considère alors que mieux vaut laisser couler. "ça ne vole pas haut" comme on dit ...

Cependant, parfois il est bon de réagir et de remettre les pendules à l'heure.

"Attendez! On y arrive"

"Attendez! On y arrive"

C'est ce que je souhaite faire par cet article, puisque, dernièrement, me sont arrivés aux oreilles propos suivants colportés sur la place nationale et internationale semble-t-il, ... "qu'il faut se méfier de mes Ouessant du fait que j'importe des animaux".

Importés les Lutins?

Importés les Lutins?

Que les choses soient claires. Non, je n'importe pas de Ouessant.

D'une part, je n'en ai aucunement nécessité ni même simple désir. Tout comme je n'exporte pas plus de Ouessant, même si on m'en demande aux quatre coins du monde, n'étant pas marchand d'animaux et ne souhaitant pas me plonger dans les tracasseries administratives nécessaires, je n'importe donc pas plus de Ouessant. Ce qui d'ailleurs ne me serait absolument d'aucune utilité, la substantifique moëlle du Ouessant se trouvant déjà dans mon élevage et chez une poignée d'éleveurs amis de l'hexagone.

Bêtise humaine donc, ignorance, jalousie? Peut-être un peu tout cela sans doute à l'origine, pour aboutir ensuite à de tels ragots.

Ma simplicité naturelle fait que je me mets rarement en avant (si ce n'est ici ma passion pour le Ouessant par ce blog), préférant demeurer le plus souvent silencieux, scotché sans voix même par les énormités que je vois ou entends ici et là en bien des situations depuis des décennies.

Mais pour une fois ne soyons pas humble et rappelons ce qui suit.  

Ni importés ni exportés les Lutins!

Ni importés ni exportés les Lutins!

Non, je n'importe pas de Ouessant. Par contre ...

Oui, depuis 25 ans, je m'attache à comprendre ce type ovin.

Oui, il y a 25 ans que j'élève cet animal.

Oui, il y a 25 ans, je commençais à compiler écrits sur cet ovin.

Oui, il y a 25 ans, je commençais à constituer une banque d'images du passé représentant ce mouton (ce que personne n'avait fait jusqu'alors) pour en cerner une image réelle non seulement fondée sur le "on dit" qui pose bien des soucis d'authenticité.

Oui, il y a 25 ans, je commençais à m'intéresser au paysage génétique des colorations touchant les animaux du Gemo (ce qui alors n'intéressait personne) et décidais de multiplier celles délaissées, conscient d'une richesse que certains voulaient détruire.

Oui, il y a 25 ans, je commençais à m'attacher à travailler en direction de la sauvegarde de cette composante ovine.

Oui, il y a 25 ans, je commençais un travail de sélection dans mon troupeau.

Oui, il y a 25 ans, je m'attachais à une composante en souches Ouessant avec origines et issues de la population continentale, relique éclatée, utilisée pour relancer ce type ovin (en 1976 seulement).

Oui, il y a 25 ans, je m'attachais à mener reproduction calculée pour un suivi précis des paternités (ce qui n'était que rarement pratiqué alors).

Oui, il y a 25 ans, je m'attachais à me constituer généalogie en branche maternelle comme paternelle pour chacun de mes Ouessant (ce qui n'était que rarement pratiqué alors).

Oui, il y a 18 ans, j'ai travaillé à un futur déménagement, faute de prairies pour mener à bien mes travaux d'étude et conservatoires sur le Ouessant et pouvoir prendre retraite anticipée le moment venu dans ces perspectives.

Oui, de 55 moutons en 2010, j'ai pu ainsi ensuite monter à une centaine, toujours en élevage conservatoire à titre de particulier... ce qui perdure.

Oui, il y a une douzaine d'années, j'ai entamé ce blog pour faire connaître le Ouessant, sa réalité, partager mon expérience... briser certaines erreurs d'alors le concernant.

Oui, j'oublie sans doute bien des points encore de mon vécu d'un quart de siècle avec le Ouessant pour le Ouessant, mais sur tous ces points confondus, il me faut reconnaître que je ne connais personne qui a autant servi et apporté à sa cause et qui connaît aussi bien cet animal.

Non, les chevilles vont très bien, merci. Quand je suis à mon ordi, j'enlève mes bottes... 

"Remonté le berger!"

"Remonté le berger!"

Ce n'est pas fini ... Profitons en pour aller plus loin encore.

Non, je ne possède pas de Ouessant "pure race" du fait que personne au monde n'en possède par ailleurs.

Non, je ne possède pas de moutons d'Ouessant "pure race", du fait que le Ouessant n'est pas une race mais un type ovin.

Non, je ne possède pas de moutons d'Ouessant "pure race", du fait que ce dernier n'a jamais été élevé sur Ouessant pour en faire une race.

Non, je ne possède pas de moutons d'Ouessant "pure race", du fait que la population Ouessant insulaire du type ovin ancien supposé nous intéresser a disparu de son île, il y a plus de 120 ans (comme nous l'indiquent les documents photographiques les plus anciens).

Non, je ne possède pas de moutons d'Ouessant "pure race", du fait que tous les Ouessant actuels sont issus en fait de noyaux d'ovins simplement de type Ouessant, continentaux depuis des dizaines et des dizaines de générations, avec leur propre histoire.

Non, je ne possède pas plus de Ouessant dits originels, bien que je possède des animaux de même sang que les Ouessant de ceux qui anoblissent leurs moutons par ce qualificatif, mes animaux se retrouvant qualifiés par ce terme à l'occasion quand ils intègrent leurs élevages. (Si quelqu'un sait ce qu'est un Ouessant originel, je suis intéressé qu'il vienne nous l'expliquer sur ce blog, cela intéressera tout le monde également).

Oui, par contre, je possède bien, depuis toujours, des animaux issus des premières souches dites Ouessant continental retrouvées et utilisées depuis plus de 45 ans en suivis et sélections en milieu associatif. A ce titre, je peux garantir comme tels tous mes Ouessant et même affirmer que le travail des plus pointus que je mène depuis 25 ans me permet de produire animaux bien plus intéressants dans ce sens que bien des Ouessant décorés ou anoblis ailleurs par manque de rigueur.    

"Nous en valions bien la peine!"

"Nous en valions bien la peine!"

Messieurs (Mesdames?) les colporteurs de ragots, venez vous informer directement auprès du principal intéressé plutôt que raconter n'importe quoi. Il vous accueillera, vous expliquera bien des choses et vous pourrez apprendre et échanger. L'ignorance glisse vite dans la malveillance pour tomber dans la diffamation.

Je me doute bien que vous n'aurez pas le courage de le faire, mais sinon il serait profitable pour tous et pour le Ouessant en premier, que vous veniez commenter, prendre la parole sur ce blog pour expliquer vos propos, vos idées, vos connaissances, argumenter, partager et aussi apprendre sur le Ouessant de type ancien et ses descendants de l'élevage des Lutins. Ce serait tellement constructif. Ce blog est là pour cela et je suis personne ouverte au dialogue n'ayant rien à cacher...

Ceci étant, j'espère que les pendules, qui auraient eu besoin d'être remises à l'heure, le sont désormais.

Partager cet article
Repost0
17 janvier 2021 7 17 /01 /janvier /2021 23:29
Une fin compliquée

Une fin compliquée pour Phaeo.

Cette vieille petite brebis fut gestante durant l'été puis allaitante ces trois derniers mois.

Elle s'en est bien sortie.

Mais voilà que la dentition restante est à présent bien usée pour pouvoir correctement ruminer.

Par là-dessus, la toison a à présent un faible pouvoir de pousse face à l'hiver.

Mais le plus inquiétant encore, c'est que la voilà en difficulté pour se déplacer. Avec l'âge, les articulations des dernières phalanges, au niveau des onglons, sont déformées et gonflées.

Cette brebis a toujours été un cas particulier concernant la pousse de corne de ses sabots. Normalement, un parage au printemps puis un autre à l'automne suffisent pour entretenir les onglons d'un Ouessant. Il en fut ainsi pour elle plusieurs années malgré une morphologie d'onglon assez en longueur, mais au fil du temps, ce furent trois, puis quatre, puis cinq ... six interventions par an qui furent nécessaires tant la pousse était devenue rapide et importante. Phaeo, une Ouessant à corne!

Tout cela a joué sur ses articulations, surtout postérieures.

Je viens de tenter ce qui sera sans doute le dernier parage pour me rendre compte si cela lui redonne plus de confort et surtout de mobilité.

J'en doute et en considérant tous les éléments exposés, je crains devoir prendre d'ici peu la meilleure décision qui s'impose si aucune amélioration globale n'est envisageable. Toujours difficile, mais dans le même temps, une satisfaction d'être là pour elle dans l'ultime aide. 

Sur ce point de la pousse de la corne et du souci d'articulations, Phaeo est un cas unique en 25 ans d'élevage.

Partager cet article
Repost0
16 janvier 2021 6 16 /01 /janvier /2021 14:05
Splatch!

Bel abcès découvert par hasard sur Ratousik, il y a quelques semaines.

C'est parce qu'il venait d'éclater et que s'écoulait le jus rosé sur la face, que je l'ai vu. Depuis combien de temps le souci se posait-il pour cette brebis? Je n'en ai pas la réponse.

La grosseur frontale était-elle conséquence d'une piqûre de tique, d'une épine...? Mystère.

Toujours est-il qu'il m'a fallu tout vider plusieurs fois. De quoi remplir un petit pot de mayo. Impressionnant! D'autant qu'à la place demeurait un beau trou ayant creusé l'os du crâne.

Traitement interne et externe contre l'infection qui a bien fonctionné, le pouvoir réparateur du corps faisant le reste. La reconstruction semble faite mais cette femelle doit demeurer sous surveillance pour s'assurer d'un retour à la normale et que le mal n'est pas tout simplement caché pour récidiver de plus belle.

 

Heureusement, Ratousik n'a jamais été diminuée par ce mal, bien grasse, s'activant et mangeant normalement.

En 25 ans d'élevage et des centaines d'animaux côtoyés, c'est la première fois que je rencontre ce souci ...

Partager cet article
Repost0
5 janvier 2021 2 05 /01 /janvier /2021 13:22

Il y a parfois confusions sur ce terme concernant l'origine d'un Ouessant.

L'origine véritable doit revenir au naisseur, c'est à dire l'élevage où il est né et non au propriétaire précédent avant qu'il soit introduit en son propre élevage. 

En effet, certains animaux peuvent passer entre les mains de cinq ou six  propriétaires au cours de leur vie (voire plus), en particulier pour les béliers. S'il n'y a pas de suivi précis de toutes ces étapes, pas de connaissance précise de l'histoire de l'animal, on s'y perd et parfois il y a conclusions hâtives loin de la réalité.

Bélier Ouessant affiché parfois à tort par certains comme d'origine Lutins, alors qu'acheté à une éleveuse du Cher qui l'a fait naître à partir de parents qu'elle disait allemands mais en fait nés aux Pays Bas. Ce bélier a connu deux propriétaires ensuite après moi.

Bélier Ouessant affiché parfois à tort par certains comme d'origine Lutins, alors qu'acheté à une éleveuse du Cher qui l'a fait naître à partir de parents qu'elle disait allemands mais en fait nés aux Pays Bas. Ce bélier a connu deux propriétaires ensuite après moi.

On pourrait penser que, théoriquement, lorsque les animaux portent une identité (ce qui concerne par ailleurs assez peu de Ouessant), on peut s'y référer et retrouver avec précision le naisseur. Théoriquement oui, on dira le plus souvent, mais il ne faut pas exclure manipulations toujours possibles à ce sujet pour une raison ou une autre, n'allant pas forcément dans le sens d'une quelconque tricherie.

A titre d'exemple, lors du passage obligatoire à l'identification électronique de mon troupeau, normalement la législation prévoyait que ces boucles électroniques reprennent pour chaque animal sa numérotation précédente. Mon administration ne s'est pas ennuyée et pour simplifier m'a demandé de reboucler tout le monde avec la nouvelle numérotation électronique fournie. Tous les Lutins du moment se sont donc retrouvés entamer administrativement une seconde vie avec une nouvelle identité, faisant évaporer toute la traçabilité antérieure. Tout cela m'a bien fait sourire, puisque dans le même temps on nous demande rigueur à notre niveau pour cette fameuse traçabilité. Dans cette opération, il n'y a pas eu rigueur de l'administration qui ne montrait pas l'exemple, c'est le moins qu'on puisse dire. Bref la rigueur semble être à géométrie variable selon les besoins de ceux qui nous l'imposent.

Prunelle des Lutins, née sous le matricule 150 022 90012, par un coup de baguette magique administrative, est à présent identifiée sous 227484 61041 ...

Prunelle des Lutins, née sous le matricule 150 022 90012, par un coup de baguette magique administrative, est à présent identifiée sous 227484 61041 ...

Pour revenir à l'origine d'un animal...

L'identité faisant référence au naisseur, il ne faut pas forcément conclure pour autant que l'animal né chez tel éleveur correspond au fruit de son travail, à sa souche. En effet l'animal en question peut correspondre à une naissance chez l'éleveur obtenue à partir d'une brebis extérieure introduite gestante en son élevage. Dans ce cas, l'origine papier ou boucle ne correspond donc pas pour autant à l'origine troupeau réelle. Que penser également de la naissance obtenue chez un éleveur à partir de deux parents extérieurs introduits en son élevage? Sur le papier, sur la boucle, l'origine numérotation ne correspond pas alors à l'origine "sang" réelle...

On comprend ainsi que derrière le mot origine comme celui de naisseur, il y a quelques subtilités à considérer pour rétablir une certaine vérité, en ne confondant pas origine "naisseur" et origine "sang" qui ne se superposent pas de façon systématique. 

Jeune bélier né chez les Lutins, j'en deviens le naisseur, éleveur d'origine. Pourtant cet animal était né de deux parents non Lutins introduits dans mon troupeau.

Jeune bélier né chez les Lutins, j'en deviens le naisseur, éleveur d'origine. Pourtant cet animal était né de deux parents non Lutins introduits dans mon troupeau.

Souvent, dans l'élevage, associé à cette aventure humaine, le Ouessant se trouve porter un nom. C'est plus sympathique et plus facile de désigner l'animal ainsi que par son numéro. Cela tout autant pour soi que lorsqu'on parle entre éleveurs pour désigner un Ouessant précis.

Mais, là encore, attention! Il convient de rajouter l'affixe de l'élevage pour être précis, comme Vienetta des Lutins par exemple. En effet, depuis ma Vienetta et bien d'autres, de nombreux animaux ont été baptisés ainsi en d'autres élevages. De la même façon qu'il m'est arrivé de donner un nom à une de mes naissances et m'apercevoir par la suite qu'un autre Ouessant avait été baptisé à l'identique, en un autre élevage, avant que je le fasse pour le mien. 

Châtaigne... des Lutins, à préciser, d'autres Châtaigne étant nées chez d'autres depuis.

Châtaigne... des Lutins, à préciser, d'autres Châtaigne étant nées chez d'autres depuis.

L'idéal semblerait donc d'apporter le plus de précisions possibles pour identifier un mouton d'Ouessant. Par sa numérotation de naissance et son nom d'usage associé.

 

Farine des Lutins est également la FR 227484 81024.

Farine des Lutins est également la FR 227484 81024.

Pour aller plus loin, il est intéressant et plus rigoureux encore d'identifier en plus un Ouessant par sa généalogie. Ce qui va exclure les confusions.

Le plus important est de se référer aux parents et grands parents, mais pouvoir aller plus loin est intéressant, permettant d'en savoir toujours plus et découvrir les parentés éventuelles, même lointaines, avec d'autres animaux connus ou possédés.

Depuis 25 ans d'élevage, les Ouessant des Lutins actuels possèdent, dans les deux branches parentales, généalogies parmi les plus longues, d'autant que pour certains branches il est possible de remonter bien au-delà grâce à de rares éleveurs d'alors qui ne laissaient pas leurs animaux s'accoupler au hasard.

Depuis 25 ans d'élevage, les Ouessant des Lutins actuels possèdent, dans les deux branches parentales, généalogies parmi les plus longues, d'autant que pour certains branches il est possible de remonter bien au-delà grâce à de rares éleveurs d'alors qui ne laissaient pas leurs animaux s'accoupler au hasard.

Tout cela ne demande pas un réel effort pour l'éleveur quand il est ne serait-ce qu'un minimum intéressé, même sans être forcément passionné. Par contre cela exige de la rigueur car il est vite arrivé de construire en fait du faux sur du affiché vrai.

Il importe que l'éleveur soit en mesure d'attribuer la bonne maternité et la bonne paternité pour chaque naissance et qu'il puisse continuer à identifier chacune durant sa croissance jusqu'à la fameuse identification auriculaire électronique (et obligatoire). Face à un trop grand nombre de petits ou faute de capacités d'observation fiables, certains éleveurs mettent aux agneaux boucles provisoires ou colliers.

Agnelle blanche qui, avec une autre noire, fait exemple d'un cas de permutation d'agneaux à la naissance, les mères ayant agnelé proches l'une de l'autre dans le même temps. Dans ce cas, la supercherie put être décelée grâce à la coloration et les lois de la génétique en rapport aux reproducteurs. L'ordre fut rétabli pat le berger, mais combien d'autres cas passent inaperçus quand rien ne permet de suspecter l'erreur?

Agnelle blanche qui, avec une autre noire, fait exemple d'un cas de permutation d'agneaux à la naissance, les mères ayant agnelé proches l'une de l'autre dans le même temps. Dans ce cas, la supercherie put être décelée grâce à la coloration et les lois de la génétique en rapport aux reproducteurs. L'ordre fut rétabli pat le berger, mais combien d'autres cas passent inaperçus quand rien ne permet de suspecter l'erreur?

Cependant, même avec toutes ces attentions, certains éleveurs n'ont pas forcément découvert les permutations d'agneaux toujours possibles entre deux brebis mettant bas l'une près de l'autre au même moment ... ou n'ont pas noté ou ont oublié d'en tenir compte, la visite surprise d'un bélier du voisin ou de chez soi ayant sauté la clôture pour visiter les brebis.

Bien évidemment, on ne peut certifier la généalogie paternelle d'un jeune que si un seul et unique bélier a pu s'accoupler aux femelles durant la lutte précédente. Lorsque plusieurs béliers étaient présents, même de cinq ou six mois, il est impossible de savoir qui a pu féconder (sauf particularités comme la coloration, liées aux règles de la génétique).

Perspicace, j'avais pu établir qu'un des ancêtres de ce bélier n'était pas indiqué comme étant issu du bon élevage, sans quoi l'erreur aurait perduré dans les généalogies l'incluant.

Perspicace, j'avais pu établir qu'un des ancêtres de ce bélier n'était pas indiqué comme étant issu du bon élevage, sans quoi l'erreur aurait perduré dans les généalogies l'incluant.

On comprend aisément que, malgré rigueur, et plus encore sans, une erreur (sans oublier également étourderie d'écriture) a pu se glisser à un moment ou un autre dans le plus long, dense et bel arbre généalogique d'un Ouessant et que sa réalité n'est parfois pas totalement celle qui peut être affichée, même sans intention de malhonnêteté. Il y a donc certaines limites à prétendre connaître origines précises à un certain niveau, mais toute généalogie demeure mieux que rien comme c'est le cas pour la plupart des Ouessant qui existent .

Brebis dont un des ancêtres ne pouvait pas être le bon, question de génétique, et qui logiquement devait céder la place à son fils.

Brebis dont un des ancêtres ne pouvait pas être le bon, question de génétique, et qui logiquement devait céder la place à son fils.

Cela me fait penser au phénomène autour de la généalogie humaine qui certes me fait également rêver et qui transporte dans l'histoire, mais je n'y prête pas trop d'intérêt tant on serait surpris de savoir tous les béliers voisins qui ont sauté la clôture à un moment ou un autre ...

Partager cet article
Repost0