Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Le Mouton d'Ouessant Elevage des Lutins
  • : Le bonheur est dans le pré. Cours-y vite, cours-y vite....... Merci de venir visiter mon blog qui a pour but de vous faire découvrir le mouton d'Ouessant et de partager au moins un instant ma passion pour cet animal singulier et ce qui l'entoure.
  • Contact

Recherche

19 septembre 2012 3 19 /09 /septembre /2012 12:54

 

Toujours pas de pluie depuis fin juillet. De plus, la canicule est passée par là.

 

repertoire-11 6534

 

  La sécheresse sévit toujours et cause le drame en bien des régions. Les ressources s'épuisent.

 

 

repertoire-11 6518

 

 

Un intérêt inhabituel pour les chardons en vert indique que le moment est venu de changer de pâture.

 

 

repertoire-11 6514

 

 

C'est pourtant maintenant qu'il faudrait qu'il pleuve de façon conséquente pour relancer la végétation sur les prairies avant l'arrivée des premiers froids. Pour les Lutins, heureusement toutes les surfaces n'en sont pas à ce point et certaines zones procurent toujours nourriture.

 

 

repertoire-11 6515

 

 En journée, le soleil tape encore assez pour inciter les moutons à rechercher l'ombre.

 

repertoire-11 6517

 

Seul bénéfice à ce genre de situation, l'herbe rase permet de mettre en valeur l'animal comme la troupe.

 

 

repertoire-11 6519

 

 

 

 Mais bon...! Un peu plus de verdure et quelques centimètres de plus sur les prairies ne seraient pas un luxe. C'est parti pour un changement de pâture.... seulement d'une heure aujourd'hui, plus demain.... Toujours veiller à faire du graduel avec les ovins quand on passe du moins au plus!

 

 "Gypse, viens! On va au travail!"

 

 

 

Partager cet article
Repost0
17 septembre 2012 1 17 /09 /septembre /2012 13:40

 

Sauvegarder le Ouessant se mène (devrait se mener) en deux axes de travail intimement liés:

 

la conservation des caractères morphologiques de ce type ovin, avec en particulier le respect du standard concernant les maxima pour la taille au garrot (en rappel 46 cm pour la brebis et 49 cm pour le bélier, adultes de trois ans)...,

 

mais aussi, ce qu'on oublie trop souvent, la conservation de la "matière Ouessant de type ancien", patrimoine génétique. En effet, il ne suffit pas (plus) qu'un mouton ressemble à un Ouessant pour qu'il soit réellement Ouessant dans sa composante. Donc la seule base réelle de travail actuelle concerne les souches pionnières du GEMO qui font référence (dans l'attente d'éventuelles découvertes de nouvelles souches tout aussi intéressantes historiquement), mais que par honnêteté intellectuelle personne ne peut cependant prétendre être avec certitude de purs animaux issus en ligne directe de la population originelle ancienne insulaire du 19ième siècle, faute d'informations dans ce sens et l'absence d'un suivi précis des méthodes d'élevages de ces noyaux continentaux résiduels durant bien des décénnies avant leur découverte.

 

Ce second aspect est des plus importants puisque sans cette préoccupation le risque est de ne plus se retrouver devant des moutons d'Ouessant de type ancien, ce qui est pourtant l'axe principal d'une démarche conservatoire, mais devant des ovins de petite taille d'allure Ouessant, MAIS  qui risquent d'avoir perdu une partie du patrimoine génétique d'origine tout en ayant été pollués par d'autres races en des proportions inconnues.

 

 Malheureusement,  il est souvent bien difficile pour un éleveur de savoir si ses animaux déjà possédés sont véritablement des Ouessant ou de simples métis. La plupart des acquisitions de cet ovin correspond à ce qu'on pourrait appeler du mouton d'Ouessant "tout venant", c'est à dire sans origine précise connue. Une poignée d'éleveurs seulement peut cependant prétendre avoir un suivi de ses animaux de génération en génération depuis la constitution de ces fameuses souches pionnières.

 

Repartir à zéro n'est pas forcément la seule solution si on souhaite mener un élevage sérieux alors qu'on possède déjà une troupe d'origine non certifiée. Il y a moyen de "rectifier le tir".

 

Petite recette de pure logique à mener alors avec tout animal d'origine inconnue afin de ramener son troupeau dans le droit chemin des souches pionnières. Il importe d'abord d'acquérir un ou des Ouessant de ces souches pionnières (en gardant à l'esprit que se les procurer chez une personne qui se déclare être au Gemo n'est pas une garantie en soi s'il n'y a aucune trace d'origines et de suivis au sein de cet élevage). Cette quête d'acquisition est en fait la seule réelle difficulté puisque la suite n'est que patience dans un travail d'élevage calculé et passionnant.

 

Un Ouessant tout venant qui aurait tout de l'allure de ce type mais aussi une taille correcte peut prétendre être au pire d'une composante 1/2 de race extérieure (non Ouessant) sinon mieux 1/4 selon les éléments en notre possession, dont l'observation des parents.

Il convient alors de convenir d'appliquer rigoureusement le principe suivant:

d'abord accoupler ses animaux à un animal de souche pionnière, puis par la suite, toute naissance obtenue sera elle-même systématiquement accouplée à un individu garanti en souche pionnière et ainsi de suite pour toute nouvelle génération.

Ainsi à chaque nouvelle génération, le ou les jeunes obtenus, voient leur composante génétique en souche pionnière augmenter et celle en une race inconnue (ou connue mais indésirable), réduite de moitié.

Si on imagine ainsi à titre d'exemple un dit Ouessant possèdant 1/4 de Shetland (cas très fréquent), en appliquant les principes exposés ci-dessus, ses descendants au cours des générations suivantes n'auront plus que 1/8, puis 1/16, puis 1/32, puis 1/64, puis 1/128 de cet ancêtre Shetland connu. C'est à dire qu'au bout de la symbolique septième génération, la part indésirable du Non Ouessant est devenue négligeable et que le produit ainsi obtenu peut être considéré revenu en race "pure". En effet, à titre de comparaison, les 1 à 4% d'Homme de Néandertal qui, paraît-il, sommeillent dans mon patrimoine  génétique (et le vôtre) ne seraient pas perceptibles. C'est là que pour revenir au Ouessant de septième génération à intrusion extérieure diluée, il importe tout de même de s'assurer qu'au moins aucun caractère indésirable perceptible n'ait été transmis.

Il convient évidemment d'écarter de la reproduction au fur et à mesure des années les moutons qui ne sont pas de 7ème génération, à moins de les utiliser dans des nouvelles lignées de travail allant dans ce sens de reconstruction.  

 

 

repertoire-11 6530

 

 

C'est ainsi que fut créée Châtaigne des Lutins, première Ouessant brune en patrimoine assuré de souches pionnières, sur ce principe appliqué des sept générations afin d'éliminer de façon certaine la composante indéterminée de l'autre race ayant au début des années 80 contribué à l'apparition de ce morphe brun en Belgique. Tout en oeuvrant durant ces années, il m'importait de conserver la couleur brune, but de ce travail.

 

 

repertoire-11 6531

 

A noter que ce gène étant récessif, il fallait concevoir que les deux branches parentales soient travaillées parallèlement en souches pionnières ayant hérité du gène brun. Si donc le principe des 7 générations de dilution reste de circonstance, dans la pratique face à ce cas précis, il fallut plus que sept années de travail. Dans les faits neuf suffirent bien que la malchance aurait pu décider de devoir attendre plus longtemps encore. J'estimais au moins une dizaine d'années nécesaires quand je me suis lancé dans cette aventure. 

      

Partager cet article
Repost0
17 septembre 2012 1 17 /09 /septembre /2012 12:19

 

 

Si un mouton noir peut cacher bien des diversités de toisons parfois subtiles d'un point de vue génétique, un mouton blanc peut en cacher bien plus encore dans son patrimoine. La richesse des possibilités d'expression d'autres toisons subtiles toujours est vaste chez l'ovin si on prend un peu la peine d'être attentif et surtout animé d'une saine curiosité.

 

Scan0002

 

 

En fouillant un peu mes archives, je retombe sur cette représentation de Mathurin Méheut, que j'ai diffusée autour de moi dans le passé, concernant des Ouessant du début du 20ième siècle. Certaines expressions de toisons ont de quoi nous surprendre mais faisaient bien partie des variantes colorées parfois présentes sur l'île à cette époque.

 

Je ne sais plus si j'ai déjà publié ce document dans mes colonnes.

Toujours est-il qu'une fois encore, je ne peux que conseiller de lire ce superbe ouvrage d'André Savignon (Les filles de la pluie) pour se projeter dans l'ambiance et les moeurs de la vie sur Ouessant en ces temps où la société de l'île se fondait sur la femme. Le mouton y est anecdotique et j'ai publié les extraits le concernant dans d'autres articles, mais cet ouvrage vaut le détour.

 

 

 

Partager cet article
Repost0
16 septembre 2012 7 16 /09 /septembre /2012 13:03

 

Suite au contact de Laurent concernant ce cliché qu'il a également déniché, je prends l'initiative de le publier. Il présente un bélier Ouessant exhibé dans un cirque dans les années trente. A la même période, ce type ovin ancien était déjà bien "digéré" sur l'île d'Ouessant par les races diverses plus grandes et modernes introduites.

 

 

ouessant cirque

 

 

 

J'avais déjà eu l'occasion de contacter le responsable des collections du Muséum d'Histoire Naturelle de Bourges concernant cet animal. En effet l'affichette précise que ce mouton s'y retrouva en 1938. Sous quelle forme? Dépouille ou animal qui rejoignit la ménagerie ? Personne ne sait puisqu'aucune trace de son acquisition fut retrouvée au Muséum. De même, ce document était inconnu des responsables. On notera une fois encore que le côté atypique du Ouessant fut de tout temps remarqué, au point de le faire figurer sur des photos, au zoo.... comme au cirque.

D'après sa hauteur perceptible en rapport à celle du genou de la personne qui le tient, ce bélier n'est pas aussi petit qu'on pourrait s'y attendre. Là encore les dérives sont déjà notables...

 

 Pour la petite histoire concernant ce cirque, une autre vue présentant bien un (plus joli semble-t-il) Ouessant, la légende mentionne un mouton ... de Chypre!!! Similitudes ou simple erreur?

 

Partager cet article
Repost0
14 septembre 2012 5 14 /09 /septembre /2012 18:35

 

 

J'ai pour principe de toujours répondre au visiteur qui me contacte.

Cependant régulièrement je me heurte aux adresses invalides. Mes réponses ne peuvent donc pas vous arriver dans ce cas et me sont retournées. 

Merci de vérifier l'adresse mail que vous communiquez à chaque contact.

C'est peut-être aussi l'occasion de vous interroger si un jour votre sollicitation est restée sans réponse... 

Partager cet article
Repost0
11 septembre 2012 2 11 /09 /septembre /2012 14:25

 

Je considère que le bonheur est bien dans le pré. Non seulement le mien, mais d'abord celui des moutons dont les Lutins.

Aussi une fois n'est pas coutume de dévier de ce principe en ayant accepté d'exposer quelques uns de mes animaux au Comice agricole de ma commune ce week-end.

 

comice

 

 

Heureusement, les organisateurs avaient bien songé à ce que les animaux passent la journée à l'ombre alors que les 30 degrés étaient encore largement dépassés les jours précédents.

 

 

comice 3

 

Simple occasion de faire connaître ce type ovin dans son standard à ceux qui croyaient déjà faussement le connaître et le faire découvrir aux autres visiteurs. Comme souvent, le badaud ne fut pas toujours très curieux, mais quelques échanges plus fructueux permirent d'ouvrir les yeux sur la réalité du Ouessant et la problématique qui le ronge.  En particulier, l'entretien avec le préfet en visite fut intéressant au-delà de sa simple obligation de circonstance. Celui-ci se montra intrigué par ses questions pertinentes et profita de faire quelques clichés de cet ovin qu'il ne connaissait pas jusqu'alors.

 

 

 

comice 2

 

 

 Un bélier, quatre brebis et un agneau, échantillons de la spécificité et de la diversité de cet ovin d'Ouessant de type ancien. Six Lutins qui retrouvèrent leurs prairies au soir.

 

Merci à eux pour leur patience. Et merci aussi à Danièle Godefroy pour ses photos.

 

 

 

;;;

Partager cet article
Repost0
4 septembre 2012 2 04 /09 /septembre /2012 08:47

 

Septembre est donc là et avec lui reviennent ces lumières rasantes magiques d'un soleil déclinant. L'oppression de celles des mois précédents cède la place à la magnificence du quotidien par la douceur lumineuse.

Aimer le mouton, le Ouessant, le troupeau c'est aussi se nourrir de son spectacle. L'approche de l'automne contribue à cette sensation ennivrante par les lueurs particulières de cette saison et le petit matin ou le couchant sont des moments des plus propices à l'émotion.

 

 

   repertoire-11 6496  

 Prémices d'automne en cette soirée de début septembre. Je sens poindre en moi le même agréable vertige qui m'envahit face aux oeuvres champêtres et pastorales de Millet et autres peintres qui ont su si bien par leur talent laisser irradier la splendeur du rural qui nous relie à la terre ... et la Terre.

 

Je me sens bien misérable comparé à ces artistes. Je n'ai que la boîte à images pour faire des conserves de l'instant, de mes instants de magie.

 

 

 

... 

Partager cet article
Repost0
3 septembre 2012 1 03 /09 /septembre /2012 22:45

 

 

 

 Symbole de rentrée, pas forcément réjouissante pour beaucoup de monde, Septembre est cependant un superbe mois pour la nature.

C'est l'heure à laquelle elle fait ses comptes. Selon la météo de ce printemps et cet été, le bilan n'est pas le même pour tous partout. Une année sans doute globalement positive sur la région pour les batraciens ... bien dramatique pour les reptiles.... La météo détermine les bonnes ou mauvaises années pour les uns ou les autres. Cycles, fluctuations  en découlent. Toujours est-il que c'est l'heure de l'abondance pour la faune, les populations animales étant les plus importantes en ce moment de l'année après ces mois de reproduction. Pourtant le déclin a déjà commencé pour les espèces qui migrent (oiseaux, papillons) suite aux dangers rencontrés sur leur route. Celles à tendance sédentaire vont devoir affronter un hiver peut-être rigoureux et (si elles n'hibernent pas) se trouver alors confrontées à la disponibilité des ressources alimentaires.

Au verger, le printemps fut catastrophique pour les fruitiers....

 

 

 

 

repertoire-11 6475

 

 Seul le pommier à floraison des plus tardives s'en est sorti par cette stratégie. Mais la canicule de ce mois d'août l'a assommé et ses fruits tombent avec deux mois d'avance ... et encore verts.

Heureusement les arbres et arbustes champêtres s'en sortent un peu mieux, assurant ainsi leur future descendance et d'abord le ravitaillement de nombreuses espèces animales qui vont pouvoir s'engraisser un peu avant l'hiver.

 

 repertoire-11 6474

 

La terrible ronce arbustive qui me fait pester à cause des pièges qu'elle tend aux moutons commence à dévoiler sa face généreuse avec les fameuses mûres. Le renard et la fouine s'en gavent .... tout autant que divers passereaux ..... sans oublier certains insectes, comme cette mouche sous le fruit au plus haut de l'image.

 

 

repertoire-11 6464

 

 Ce vieux houx femelle aux fruits qui commencent à jaunir avant de devenir rouge écarlate verra sans doute en fin d'automne tomber les bandes de grives gourmandes dans ses rameaux.

 

 

repertoire-11 6472

 

 

Abondance de baies sur ces tiges de tamier enlacées à la haie.

 

 

 

repertoire-11 6470

 

 

 

Encore en construction, les châtaignes seront-elles charnues fin octobre?

 

 

 

repertoire-11 6391

 

 

 Abondance sur ce sureau. Toute une faune se gave allègrement de ses minuscules baies noires en grappes..

 

 

 repertoire-11 6463

 

 Les fruits du fusain commencent à rosir.

 

 

repertoire-11 6468

 

 

Depuis un mois, mésanges et sittelles, aidées de leur ami l'écureuil, explosent les noisettes encore vertes comme chaque été. Il en restera probablement pour l'automne.

 

 

 

repertoire-11 6462

 

On ne peut plus acide sur la langue, mais les prunelles trouveront pourtant preneurs à plumes ou à poils.

 

 

 

 repertoire-11 6471

 

 Suspendue comme une lanterne à l'extrémité d'un rameau d'aubépine, cette boule de gui  se prépare comme chaque année pour l'an neuf et fera alors par ses baies le délice de la mésange bleue et de la grive draine.

 

 

repertoire-11 6397

 

 Les fruits de l'aubépine déjà bien mûres finiront très tôt dans les gosiers.

 

 

 repertoire-11 6405

 

 Très peu de glands cette année. Dur hiver en perspective pour les mulots mais fin d'été tranquille pour les moutons qui  n'auront pas l'occasion de s'en faire des ventrées parfois problématiques.

 

 

repertoire-11 6403

 

Protection toute relative pour les baies du genévrier, entre les aiguilles.

 

 

 repertoire-11 6406

 

 

 Les fruits de l'églantier seront-ils encore nombreux pour nourrir le merle au coeur d'un février souvent difficile?

 

 

repertoire-11 6387

 

 

 

Lançant ses tentacules végétaux dans les arbres et arbustes, le chèvrefeuille nous rappelle qu'il produit de jolis fruits rouges.

 

 

 

 repertoire-11 6404

 

 

 

Tout comme la vénérable viorne aubier qui plie sous les ans.

 

 

 

 repertoire-11 6465

 

 

 

 

Comment ne pas s'attarder sur l'original lierre qui comme pour contester les règles habituelles du vivant n'a pas encore fleuri. Une aubaine dans quelques semaines pour les abeilles et autres butineurs. Une aubaine également en fin d'hiver pour toute une faune qui pourra se remplir de ses fruits dans des moments difficiles.

Baies oui!

 

 

Partager cet article
Repost0
3 septembre 2012 1 03 /09 /septembre /2012 15:13

 

 

 

Qu'est-ce qu'on s'éclate chez les Lutins!

 

repertoire-11 6486

 

 

Pour preuve, le cornage de cet antenais n'a pas très bien résisté aux quelques tensions de l'hiver dernier.

 

 

repertoire-11 6487

 

 

 Le segment tout neuf de cet été repousse peu à peu ces vestiges de conflits de plus en plus loin du crâne. Mais le mal est fait et la nature ne réparera pas les choses.

 

 

repertoire-11 6484

 

Pourtant qu'est-ce qu'on s'aime également entre béliers! C'est promis, cet hiver on arrête nos "conneries".

 

 

Partager cet article
Repost0
2 septembre 2012 7 02 /09 /septembre /2012 13:08

 

Telle mère telle fille (fils)?

 

repertoire-11-6456.JPG 

 C'est le cas! (noir) 

 

 repertoire-11 6450

 

 

 

 C'est encore le cas! (blanc)

 

 repertoire-11 6458

 

 

 C'est toujours le cas! (noir dilué)

 

 

 

repertoire-11 6459

 

 

 

 Changement! Mère noir dilué, jeune brun non dilué.

 

 

 

 repertoire-11 6453

 

 

 

 Mère et fille brun dilué, dans un parfait mimétisme de saison!

 

 

 

repertoire-11 6454

 

 

 Jeune brun et sa mère (elle, brun dilué)

 

 repertoire-11 6455

 

 

 Deux agouti gris, jeune brune, mère noire.

 

 

 repertoire-11 6457

 

 

 Deux agouti gris (noirs).

 

J'ai oublié une paire de combinaisons dans ces duos 2012. A y remédier dès que possible....

 

 

 

Partager cet article
Repost0