Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Le Mouton d'Ouessant Elevage des Lutins
  • : Le bonheur est dans le pré. Cours-y vite, cours-y vite....... Merci de venir visiter mon blog qui a pour but de vous faire découvrir le mouton d'Ouessant et de partager au moins un instant ma passion pour cet animal singulier et ce qui l'entoure.
  • Contact

Recherche

12 avril 2014 6 12 /04 /avril /2014 17:29

Courant mars, dans la semaine suivant Carnaval, mon attention fut attirée par un scintillement blanc agité au haut d'un arbuste d'une haie, dans un parc des Lutins.

Mon intuition première fut la bonne. C'était un petit carton pendu à une ficelle emmêlée dans les branches. Le ballon gonflé qui l'avait amené jusque là avait par contre disparu ou éclaté; je ne l'ai pas retrouvé dans la végétation.

Comme j'ai pu le lire sur le carton, un lâcher de ballons avait donc eu lieu dans le 92 et l'un d'eux, celui d'une petite fille, était venu se poser jusque dans le 23.

J'ai bien entendu communiqué ma trouvaille à l'envoyeuse (ce n'était pas la première de la sorte).

Il y a des signes...

Rien de bien extraordinaire en soi, si en septembre dernier, dans le même arbuste mais deux mètres plus bas, je n'avais observé un rare gobe-mouche nain mâle en halte (première donnée régionale).

Je n'ose imaginer ce qu'une troisième coïncidence pourrait m'apporter un jour par la voie des airs encore en ce même arbuste...

Partager cet article
Repost0
7 avril 2014 1 07 /04 /avril /2014 08:38

Le berger arpente ses prairies parfois accidentées, plusieurs fois par jour, essayant de déceler des signes de mise bas proche chez une brebis qui se serait isolée.

Fausse alerte

Beaucoup de pas parfois, un peu de transpiration et d'essoufflement, ... pour rien.

Ce que le regard avait pris de loin pour le flanc d'une brebis noire couchée pour accoucher...

Fausse alerte

... est en fait la masse (couleur Ouessant noir) de milliers de fourmis qui profitent des rayons d'un soleil bénéfique à leurs activités.

Fausse alerte!

Profitez en bien mes belles, avant que les agneaux espiègles ne passent par là et s'amusent à escalader votre maison quand vous vous y terrerez.

Partager cet article
Repost0
5 avril 2014 6 05 /04 /avril /2014 11:39
Manque de soleil ces derniers jours...

Manque de soleil ces derniers jours...

..., mais il est bien là.

..., mais il est bien là.

Partager cet article
Repost0
27 février 2014 4 27 /02 /février /2014 23:36
Point d'eau

La vie reprend au point d'eau.

Alors qu'ailleurs aux alentours les pontes de grenouilles rousses sont parfois déjà écloses depuis deux semaines, la mare des Lutins attend le retour des grenouilles agiles en reproduction.

Par contre, tritons palmés, alpestres et marbrés y sont déjà en parade nuptiale.

Plus insolite par ce mois de février un peu fou, une rainette verte déambulait une nuit de la semaine passée et un crapaud accoucheur chantait bien précocément ... et avant hier soir flûtait de nouveau alors que la température ambiante était descendue "étrangement" à seulement quatre degrés en l'instant.

Bref, suivront sans doute bientôt à ce rythme, crapaud commun et grenouille verte. La salamandre tachetée a quant à elle libéré ses larves depuis un mois et plus.

La vie reprend donc bien au point d'eau si le regard se porte sur les batraciens, mais les insectes aquatiques et araignées n'y sont pas en reste.

Mais rien de quoi, en tout cela, désorienter un Lutin assoiffé qui préfèrerait l'eau au naturel à celle du seau.

Partager cet article
Repost0
18 janvier 2014 6 18 /01 /janvier /2014 22:33

Nous approchons du cœur de l'hiver et pourtant depuis plusieurs semaines c'est un temps printanier qui règne sur le domaine des Lutins. Il y a bien longtemps qu'il a gelé. Ce n'est pas même le cas la nuit et les journées quotidiennement ensoleillées affichent 17 degrés et alentours.

La nature ne s'y trompe pas. Pas mal de migrateurs à plumes sont demeurés sur des quartiers plus nordiques. Depuis quinze jours de nombreux oiseaux d'espèces locales chantent régulièrement. Même une "scandinave" grive mauvis en hivernage s'est laissée aller à quelques humeurs lyriques, alors que divers pics tambourinent ici et là. Quelques papillons s'autorisent régulièrement de petites sorties aux heures les plus chaudes et le lézard des murailles quelques séances de bronzage.

Insolite et impressionnant tout cela, tout comme les pieds de violettes qui osent fleurir en cette mi-janvier!

Chaque découverte étonnante de ce genre m'amène à me pincer bien des fois pour vérifier que je ne rêve pas.

Chaque découverte étonnante de ce genre m'amène à me pincer bien des fois pour vérifier que je ne rêve pas.

Avril en janvier

Et les Lutins dans tout cela, ils savourent. Toujours pas de consommation de foin.... c'est pour dire. D'ailleurs un regain de type de fin d'hiver pousse et verdit en une période bien inhabituelle assurément.

Partager cet article
Repost0
3 janvier 2014 5 03 /01 /janvier /2014 21:01
Lendemain de réveillon

Tombée sous le coup de vent dans la nuit de Noël, la chandelle de chêne mort couvert de lierre offre aux Lutines reproductrices un festin pour célébrer leurs retrouvailles en ce 1er janvier.

Dommage pour cette chandelle qui, outre sa valeur paysagère, présentait une belle richesse des lieux, offrant gîte et couvert à toute une faune liée à cet écosystème miniature qu'est l'association bois mort et lierre.

Elle sera cependant préservée des dents des Ouessant sur sa partie de tronc gisant dans la haie (la bouchure comme on dit par ici).

Si elle a perdu sa verticalité, son horizontalité à présent n'en est pas moins une richesse naturelle qui va profiter des années et des années encore à toute la petite faune "de l'ombre" étonnante, précieuse, la plupart du temps ignorée et sacrifiée sous le règne du "propre" (à comprendre: simplification et "stérilisation" de l'environnement humain par l'humain).

Au travail, champignons, insectes et autres bestioles, le Dieu Eole vous fait ce cadeau et le berger ne saurait vous le ravir.

Partager cet article
Repost0
18 novembre 2013 1 18 /11 /novembre /2013 18:10

Le nombre idéal de chats dans un foyer est de 0.

Ou du moins de 0,5; c'est à dire un vieux matou qui passe sa journée sur le fauteuil ou le bord de la fenêtre à sommeiller. Car il faut bien l'avouer, une maison sans chat est une maison sans âme.

Pourquoi l'idéal se situe-t-il entre 0 et 0,5?

Parce que le chat domestique est un redoutable prédateur, tout particulièrement dans sa jeunesse et que programmé pour capturer il assouvit ses besoins sur tout ce qui bouge autour de lui: du campagnol au lérot, du lapereau à l'écureuil, du rouge gorge à la tourterelle turque, de la mésange au pic épeiche, du moineau à la perdrix, ...., du lézard à la couleuvre, .... du papillon à la libellule .... C'est à dire toute la petite faune qui peut entourer sa demeure.

Une véritable catastrophe!

Catastrophe pour cette petite faune. Catastrophe pour l'environnement. Catastrophe pour celui qui apprécie le vivant. Catastrophe pour celui qui a une conscience et un intérêt naturalistes.

Qu'on ne m'accuse pas de ne pas aimer les chats. Une bonne douzaine a déjà partagé ma vie et six l'enrichissent de leur présence actuellement. D'ailleurs j'apprécie le monde animal dans son ensemble, sans exception.

Cependant, il y a trois ans, quand la dernière chatte de dix-huit ans vint à mourir, je me dis que j'entrai dans une nouvelle ère, m'étant juré depuis longtemps ne plus jamais reprendre de chat.

Malheureusement, si vous ne choisissez pas le chat, c'est souvent lui qui vous choisit ou du moins vous tombe dessus comme si votre destin et le sien étaient intimement liés. Ainsi, trois ans après quelques mois sans plus aucun minou, ils sont six à me glisser à présent entre les pieds au risque de me faire tomber, à se disputer mes genoux ou venir se lover contre moi durant la nuit.

4+2.... 6 de trop! mais 6 qu'il faut bien assumer.

4+2.... 6 de trop! mais 6 qu'il faut bien assumer.

Pourquoi avoir 6 chats quand on considère que son bonheur serait d'en avoir 0?

A cause de tous les bipèdes irresponsables qui font ou qui laissent se reproduire leurs animaux. J'ai déjà évoqué la misère que la surpopulation canine provoque chez cette espèce. Celle dont est victime le chat est bien plus grande encore car ce dernier est bien plus difficile à gérer. Le chat est épris de liberté s'il n'est pas emprisonné, et comme pour le chien, trop peu de propriétaires d'animaux ont compris que le bonheur de leur compagnon et celui de ses "frères" qu'il pourrait engendrer passe par la stérilisation.

A cause des irresponsables, le domaine des Lutins accueille ainsi cinq chiens actuellement (au lieu de deux ou trois dans l'idéal) et six chats (au lieu de 0 ou 0,5 dans l'idéal). Les limites sont atteintes et la générosité du cœur, celle du porte-monnaie, de la disponibilité et de l'espace ne sauraient aller au-delà. Se pose ainsi le douloureux problème des inévitables prochaines rencontres de malheureux.....

Petite histoire des 4+2...

Il y a le Tigrou, trouvé par un enfant. De l'accueil provisoire, on passe à l'adoption en se disant que comme on n'en avait plus ce sera la seule exception.

Et puis le ciel vous dépose un jour Tigri, Titmiss et Titeuf sur votre foin. Le paquet cadeau que vous décidez d'élever au biberon car si vous les y laissez, ils finiront par grossir la population de chats harets avec les problèmes qui sont les leurs et ceux qu'ils posent. Inutile donc d'en rajouter. Les tuer? Toujours la facilité, et puis se prendre pour une sorte d'être suprême qui peut s'autoriser à jouer du destin des autres, je préfère éviter. Et puis on se dit, ou plutôt on se ment à penser qu'on trouvera adoptant, alors qu'on sait très bien que trouver personne sérieuse qui assumera correctement votre protégé durant quinze ans est mission impossible. Ainsi donc 1+3 font 4.

Une autre fois, Timimi et Titnours, juste sevrables, débarquent dans le parc des moutons. Faire l'autruche n'étant pas mon truc, le 4+2 est atteint. 6 de trop mais 6 aimés.

La semaine dernière, deux jeunes au milieu de la route. Vous arrêtez. Ils montent dans la voiture. Que faire? Sociabilisés, vous reculez à l'habitation à cent mètres et les déposez à la grange pensant que logiquement ils viennent (peut-être?) de là.

Et les exemples passés sont nombreux, et les exemples futurs également.

Pourquoi cet article? Pas pour raconter mon petit univers personnel.

Mais pour faire réfléchir. Pour faire prendre conscience. Pour faire réagir et agir....

Si vous aimez vos chiens, vos chats, si vous aimez tous les chiens, tous les chats, faîtes stériliser vos animaux qu'ils soient mâles ou femelles. Sensibilisez votre entourage, vos voisins, votre famille. C'est la seule solution pour un jour enrayer la surpopulation de nos compagnons et la misère qui accompagne tous les sans foyers. Ne pas les faire se reproduire est un acte responsable.

A ceux qui feraient un transfert à leur propre sexualité, je ferai la remarque que puisque de toute manière on ne peut laisser nos animaux avoir la leur, autant qu'ils n'en aient pas. Le drame n'est d'ailleurs pas de ne pas avoir de sexualité; le drame est par contre d'en avoir une mais inassouvie ....

Epilogue:

Engoulevent capturé et tué par un chat de la maison.

Engoulevent capturé et tué par un chat de la maison.

Le chien est bien plus contrôlable que le chat concernant son impact de prédation, bien que le canidé mal géré en promenade ou en divagation puisse se transformer en chasseur sur la faune ou le bétail (les moutons, d'Ouessant y compris, en faisant les frais régulièrement).

Le chat libre de ses mouvements, quand il ne dort pas, chasse. Personne ne se désole vraiment quand matou revient avec un mulot entre les dents (bien qu'on pourrait disserter sur cette réaction de l'Humain). Mais chacun peste quand il s'agit d'une mésange.

Les espèces capturées énumérées en début d'article représentent quelques unes des proies de ma "saloperie" de bande des 6. Comme d'ailleurs l'engoulevent présenté en cliché, victime à l'automne. Si à chaque capture je peste, je peste doublement quand il s'agit d'espèces rares. Je n'avais encore jamais contacté l'engoulevent sur mon domaine. C'est fait. Merci le chat qui me permet d'ajouter cette espèce à mon carnet naturaliste!

Humour noir, bien évidemment! J'aurais de loin préféré que mes chats n'aient jamais existé et ne jamais avoir eu connaissance de cet oiseau chez moi.

Un exemple parlant du niveau de prédation du chat domestique sur la petite faune. Sur la partie de mon domaine que j'appelle les jardins (autour de la maison), prospérait, il y a encore quatre ans, une population d'une centaine de lézards des murailles. A présent, avec mes "saloperies" de chats, le nombre de lézards des murailles est de 0 à 0,5, selon les quelques individus erratiques qui osent passer par là, taxés de leur queue quand ce n'est pas de leur vie. On comprendra mon désir de voir vieillir les matous de la maison pour les voir et savoir dormir toujours plus et laisser la vie s'épanouir pleinement autour de moi. En effet je préfère 100 lézards chez moi et 0 chat que 6 chats et 0 lézard. Si la nature et le sauvage sont légitimes autour de nous, le domestique que l'on y greffe ne l'est pas et doit donc impacter le moins possible sur les premiers.

Maintenant, c'est vrai, il faut également relativiser. Le nombre de merles passant sous les voitures, celui des grives criblées de plombs (comme des millions de volatiles d'ailleurs parfois spécialement lâchés pour cela dans l'hexagone) sont bien supérieurs aux méfaits des chats libres. Tout comme ce que les diverses pollutions et empoisonnements dus aux activités humaines provoquent, sans oublier les conséquences de la destruction des milieux et bien d'autres choses provoquées par le fameux Homo sapiens. Que les amoureux inconditionnels du chat se rassurent, je condamne tout cela également et bien plus encore.

Je les aime mes "saloperies de chats", n'empêche que ...

Au fait, c'est promis, vous faîtes stériliser tous vos chats (et tous vos chiens). Merci d'être responsables, pour eux.

Ici mes 5 chiens et 6 chats sont infertiles pour toujours et bien heureux de bien d'autres façons....

Partager cet article
Repost0
5 novembre 2013 2 05 /11 /novembre /2013 12:01

 

Depuis 21 ans, le loup se réinstalle naturellement en France.

 

 "Au loup!" crie-t-on le plus souvent dans les campagnes de plus en plus de départements et de régions. On, d'abord les médias qui, en la circonstance, perdent leur supposé professionnalisme pour tomber dans le style de la presse à sensations, n'en faisant pas autant face aux multiples attaques de chiens errants chaque semaine sur les troupeaux ici et là, les propriétaires victimes ne réagissant d'ailleurs pas le plus souvent.... 

 

Massacré durant des siècles, parfois méthodiquement, pour être finalement exterminé en France au milieu du siècle dernier, le loup a décidé de reconquérir les terres de ses ancêtres. C'est en 1992 que les premiers individus sont découverts dans le Mercantour. Ces pionniers du renouveau de l'espèce sont issus de la population de loups italiens qui n'a jamais cessé d'exister de l'autre côté des Alpes. Depuis, le canidé se reproduit sur le sol français, dans les Alpes seulement jusqu'alors, mais cette année 2013 voit la découverte d'une portée dans les Vosges. Les autres massifs montagneux, Jura, Massif Central et Pyrénées accueillent également quelques loups  de passage ou installés sans constat de reproduction pour autant. Enfin, le front de prospection de l'espèce vers d'autres territoires s'étend un peu plus chaque année hors de ces massifs, vers l'ouest et le nord. Selon les sources et le regard porté sur le loup, sa population française annoncée est de 250 à 300 individus. 

 

 L' absence du loup dans notre pays ne fut finalement pas bien longue, seulement quelques décennies après des dizaines de millénaires de présence.  Mais cette absence devint très vite considérée comme normale, l'Humain, faute de connaissances et de réflexion, ayant d'ailleurs la particularité de considérer son présent et le monde qu'il s'est construit comme normalités.

 

En deux décennies, le loup est devenu le grand carnivore le mieux représenté en France alors que dans le même temps la population du lynx s'y meurt depuis sa réintroduction, à cause de l'hostilité de certains, et que les deux derniers ours bruns pyrénéens(des mâles!) risquent de ne jamais pouvoir transmettre leurs gènes depuis l'assassinat de la dernière femelle. La disparition programmée de l'ours brun et celle possible du lynx, laissent les pouvoirs publics plutôt indifférents alors que le retour du loup les agite comme jamais ne l'a fait une espèce animale. Cherchez l'erreur! Un site à consulter, Ferus:http://www.ferus.fr/

 

Le loup ... l'ours, le lynx et les divers petits carnivores ... ne sont pas un problème. Ils existent tout simplement et sont essentiels dans les rouages du monde du vivant dans lequel le système, le rapport, prédateur/proie fonctionne et fonctionne même plus que bien pour avoir fait ses preuves au sein du vivant depuis l'origine des espèces.

 

Le loup n'est pas un problème mais l'Homme en fait un problème. Du moins essentiellement deux noyaux particuliers des activités humaines en font un problème alors que la majorité de la population française n'est pas hostile au canidé.

D'abord celui des éleveurs (ovins surtout), ce qui peut en partie se comprendre puisque pour simplifier: l'activité consiste à "déverser" dans l'espace rural "de la viande vivante", proie potentielle pour tout carnivore. L'augmentation de la taille des troupeaux de moutons, la perte de l'habitude de gardiennage et ses techniques, voire l'absence de ce gardiennage ont rendu le mouton vulnérable face au retour du loup. Malheureusement, il faut que les éleveurs se rendent à l'évidence, seuls des changements au niveau des pratiques d'élevage et des moyens de protection à mettre en oeuvre avec l'aide parfois de personnel supplémentaire sont les réponses pour éviter ou limiter les pertes dues au prédateur. Des contraintes assurément et des soucis supplémentaires dans une filière en difficultés diverses bien avant le retour du loup, espèce protégée. Pour aborder le problème en long et en large, un site, la buvette des alpages:http://www.buvettedesalpages.be/

Ensuite, plus surprenant (bien que!) celui du monde cynégétique (de la chasse, pour faire plus simple) qui voit dans le loup un concurrent à ses pratiques ludiques de tir, alors que ces chasseurs présentent souvent, pour justifier leur activité, la chasse des grands ongulés (cerf, chevreuil, mouflon... sanglier) comme moyen de réguler ces animaux. L'allié qu'est le loup dans cette nécessité de régulation devient bizarrement l'ennemi de la faune herbivore... et de la chasse. Cherchez l'erreur! En fait, n'acceptant toujours pas au 21ème siècle les mammifères carnivores plus petits comme le renard ou la belette tout comme les rapaces , les chasseurs (j'aimerais pouvoir dire, une partie de ceux-ci) voient d'un mauvais oeil le retour du loup sur leurs territoires de chasse.  Le site de l'Aspas:http://www.aspas-nature.org/

 

Pour revenir à nos moutons, les Ouessant, oui le retour du loup peut devenir parfois un souci sur le continent. Qu'on élève un poney, un âne, ... quelques chèvres ou quelques moutons....(ou mieux des Ouessant!), cette activité d'élevage de pur loisir peut un jour ou l'autre être perturbée par le retour du loup et son expansion dans l'hexagone, selon l'endroit où on habite et le niveau de tolérance, la place que la société française aura laissé à Canis lupus.

Le Ouessant, proie potentielle du renard (pour l'agneau).... comme du loup, mais d'abord des chiens errants, et même victime du vandalisme des humains ou de la négligence de certains éleveurs.

Le Ouessant, proie potentielle du renard (pour l'agneau).... comme du loup, mais d'abord des chiens errants, et même victime du vandalisme des humains ou de la négligence de certains éleveurs.

La rubrique "Autour des Lutins" de ce blog verra-t-elle un jour venir s'y ajouter un article sur la visite d'un loup.

La probabilité est faible car la progression de ce prédateur risque d'être contrariée par les politiques de gestion de cette espèce protégée, pourtant détruite de façons plus ou moins légales (Sic!) et plus encore par braconnage (resic!)

Si le loup devait venir visiter un jour le troupeau des Lutins, je ragerais bien évidemment, regrettant mes animaux et leur sort, me désespérant des années de travail de sélection anéanties..... Ce serait un véritable drame pour eux comme pour moi. Cependant, au-delà de l'émotion et l'intérêt personnel, tout comme je sais que le renard peut me prendre un jeune agneau (ce qui n'est encore jamais arrivé), je conçois que ce sera alors à moi de protéger mon troupeau par de nouvelles pratiques d'élevage (nuit en bergerie par exemple), sans chercher à détruire l'adversaire, tout comme je l'ai toujours fait dans mes divers élevages, de volailles en particulier malgré les centaines de pertes subies. Comme j'ai coutume de dire: si on a choisi d'élever, quelle que soit l'espèce domestique, cela ne doit pas se faire au détriment de la faune sauvage chez qui on installe ses pensionnaires. Le sauvage, le naturel doivent primer sur l'univers artificiel du domestique, nouveau et provisoire assurément tout comme l'Homme dans le fleuve du vivant.

Vivre avec le loup (qui n'est pas un danger pour l'humain), tout un symbole. Ce défi qui se pose à la société française et au monde rural en particulier et ses différents acteurs permettra de mesurer la réelle importance que l'espèce humaine donne à la nature qu'il reste.

J'ai déjà bien mon idée du résultat quand je vois les réactions des uns et des autres face à un simple frelon sur la poire du verger... Mais bon! Sensibiliser, éduquer, faire passer les messages, ouvrir la réflexion, c'est ainsi que l'on construit le monde. Essayons!

On a le monde que l'on se construit.

N'oublions pas que nos 250 loups ne font que ce pour quoi ils sont programmés, puiser sur les sangliers (autre espèce problématique pour les humains), les chevreuils et autres proies, dont quelques ovins vulnérables mis à leur disposition. Pendant ce temps 65 millions d'humains labourent, bitument, bétonnent l'espace, tronçonnent, s'amusent à tirer sur la faune ou la pêcher, empoisonnent l'air, les sols et les eaux, envahissent le ciel et les mers ... bouleversent les écosystèmes, réduisent la biodiversité, en veulent toujours plus y compris le superflu et continuent à se multiplier.... Et On voudrait refuser à quelques centaines de loups d'exister alors qu'ils devraient être des milliers. Cherchez l'erreur!

C'est bien un amoureux du Ouessant qui tient ces propos. Etre passionné par ce mouton, proie potentielle du loup comme tout animal domestique, ne m'autorise pas à ne pas demeurer lucide et honnête. Pour moi la raison doit toujours primer sur le mimétisme culturel ou les intérêts personnels. A ceux qui croiraient voir en moi un passionné du loup, ils se trompent. Ce carnivore n'est qu'un prédateur parmi d'autres... !

Partager cet article
Repost0
29 septembre 2013 7 29 /09 /septembre /2013 22:20

"J'ai toujours préféré aux voisins mes voisines ..."

Les voisines

Celles des Lutins étant également les miennes, je confirme: "J'ai toujours préféré aux voisins mes voisines ..."

Partager cet article
Repost0
20 août 2013 2 20 /08 /août /2013 16:15
Qui a fait ça?

Qui a osé faire ça?

Qui a fait ça?

Une pie assurément.

Les oiseaux espiègles aiment s'amuser à se percher sur le dos des Lutins. A moins qu'ils ne cherchent quelque insecte prisonnier dans les toisons.

J'observe quotidiennement les dames bicolores dans ce manège bien sympathique.

Je rêve de pouvoir figer un jour l'image d'une de ces chipies en action. Mais en dehors de l'affût préparé longtemps à l'avance et la chance de l'événement au bon moment et sa proximité, les chances sont bien maigres avec ces volatiles des plus malins. Cela restera un rêve.

Partager cet article
Repost0