Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Le Mouton d'Ouessant Elevage des Lutins
  • : Le bonheur est dans le pré. Cours-y vite, cours-y vite....... Merci de venir visiter mon blog qui a pour but de vous faire découvrir le mouton d'Ouessant et de partager au moins un instant ma passion pour cet animal singulier et ce qui l'entoure.
  • Contact

Recherche

28 octobre 2012 7 28 /10 /octobre /2012 23:07

 

 

 

"C'est le temps des bruits insolites et mystérieux dans la campagne. Les grues émigrantes passent dans des régions où, en plein jour, l'oeil les distingue à peine. La nuit, on les entend seulement; et ces voix rauques et gémissantes, perdues dans les nuages, semblent l'appel et l'adieu d'âmes tourmentées qui s'efforcent de trouver le chemin du ciel, et qu'une invincible fatalité force à planer non loin de la terre, autour de la demeure des hommes; car ces oiseaux voyageurs ont d'étranges incertitudes et de mystérieuses anxiétés dans le cours de leur traversée aérienne. Il leur arrive parfois de perdre le vent, lorsque des brises capricieuses se combattent ou se succèdent dans les hautes régions. Alors on voit, lorsque ces déroutes arrivent durant le jour, le chef de file flotter à l'aventure dans les airs, puis faire volte-face, revenir se placer à la queue de la phalange triangulaire, tandis qu'une savante manoeuvre de ses compagnons les ramène bientôt en bon ordre derrière lui. Souvent, après de vains efforts, le guide épuisé renonce à conduire la caravane; un autre se présente, essaie à son tour, et cède la place à un troisième, qui retrouve le courant et engage victorieusement la marche. Mais que de cris, que de reproches, que de remontrances, que de malédictions sauvages ou de questions inquiètes sont échangés, dans une langue inconnue, entre ces pèlerins ailés! Dans la nuit sonore, on entend ces clameurs sinistres tournoyer parfois assez longtemps au-dessus des maisons; et comme on ne peut rien voir, on ressent malgré soi une sorte de crainte et de malaise sympathique, jusqu'à ce que cette nuée sanglotante se soit perdue dans l'immensité."

C'est ainsi que George Sand décrit merveilleusement bien le passage des grues cendrées au-dessus de son Berry d'il y a environ 160 ans. Son style très littéraire empreint d'un certain anthropomorphisme éloigne un peu de la réalité naturaliste de cet évènement migratoire, mais l'émotion perçue en ces instants est bien présente dans ce morceau choisi. 

 

 

repertoire-11 6665

 

 

 

Nous vivons ces jours derniers ce grand moment de la migration des grues venant d'Allemagne et Scandinavie pour rejoindre l'Espagne mais aussi le Sud-Ouest de la France, la Champagne et quelques autres points d'hivernage de l'hexagone. En cette période de pic migratoire, elles déferlent jour et nuit par milliers et dizaines de milliers au-dessus de nos tête offrant ainsi un des plus fabuleux spectacles de la nature en Europe.

 

A condition de ne pas les confondre avec des oies, des cormorans et autres grands hérons, si vous observez des grues, vous pouvez communiquer vos observations à  http://champagne-ardenne.lpo.fr/grues/point_sur_la_migration.htm  afin de contribuer au travail de suivi engagé par les ornithologues depuis plusieurs années, permettant ainsi de mieux connaître l'espèce (population, comportement,...). Vous n'habitez pas sur l'axe NE/ SO qui traverse la France, autoroute aérienne pour ces oiseaux, ouvrez tout de même l'oeil et les oreilles car bandes égarées et marginales, perturbées par des conditions météo parfois contrariantes, se retrouvent  (bien que rarement) jusqu'en Bretagne ou (plus souvent) en région méditerranéenne.

 

 

Partager cet article
Repost0
24 octobre 2012 3 24 /10 /octobre /2012 17:05

 

 

repertoire-11 6635

 

 

Senteur de miel aux abords des lierres éclos, précieusement conservés sur le domaine des Lutins. Les journées douces de ces derniers jours permettent à l'air d'être saturé en ce parfum suave alors qu'à cette ambiance particulière s'ajoute le ronronnement des milliers d'abeilles, domestiques ou pas, et autres butineurs qui profitent de cette aubaine.

 

 

 repertoire-11 6637

 

 

Couleur de miel qui gagne la végétation! ... IL ... est bien là...

 

 

 

Partager cet article
Repost0
3 septembre 2012 1 03 /09 /septembre /2012 22:45

 

 

 

 Symbole de rentrée, pas forcément réjouissante pour beaucoup de monde, Septembre est cependant un superbe mois pour la nature.

C'est l'heure à laquelle elle fait ses comptes. Selon la météo de ce printemps et cet été, le bilan n'est pas le même pour tous partout. Une année sans doute globalement positive sur la région pour les batraciens ... bien dramatique pour les reptiles.... La météo détermine les bonnes ou mauvaises années pour les uns ou les autres. Cycles, fluctuations  en découlent. Toujours est-il que c'est l'heure de l'abondance pour la faune, les populations animales étant les plus importantes en ce moment de l'année après ces mois de reproduction. Pourtant le déclin a déjà commencé pour les espèces qui migrent (oiseaux, papillons) suite aux dangers rencontrés sur leur route. Celles à tendance sédentaire vont devoir affronter un hiver peut-être rigoureux et (si elles n'hibernent pas) se trouver alors confrontées à la disponibilité des ressources alimentaires.

Au verger, le printemps fut catastrophique pour les fruitiers....

 

 

 

 

repertoire-11 6475

 

 Seul le pommier à floraison des plus tardives s'en est sorti par cette stratégie. Mais la canicule de ce mois d'août l'a assommé et ses fruits tombent avec deux mois d'avance ... et encore verts.

Heureusement les arbres et arbustes champêtres s'en sortent un peu mieux, assurant ainsi leur future descendance et d'abord le ravitaillement de nombreuses espèces animales qui vont pouvoir s'engraisser un peu avant l'hiver.

 

 repertoire-11 6474

 

La terrible ronce arbustive qui me fait pester à cause des pièges qu'elle tend aux moutons commence à dévoiler sa face généreuse avec les fameuses mûres. Le renard et la fouine s'en gavent .... tout autant que divers passereaux ..... sans oublier certains insectes, comme cette mouche sous le fruit au plus haut de l'image.

 

 

repertoire-11 6464

 

 Ce vieux houx femelle aux fruits qui commencent à jaunir avant de devenir rouge écarlate verra sans doute en fin d'automne tomber les bandes de grives gourmandes dans ses rameaux.

 

 

repertoire-11 6472

 

 

Abondance de baies sur ces tiges de tamier enlacées à la haie.

 

 

 

repertoire-11 6470

 

 

 

Encore en construction, les châtaignes seront-elles charnues fin octobre?

 

 

 

repertoire-11 6391

 

 

 Abondance sur ce sureau. Toute une faune se gave allègrement de ses minuscules baies noires en grappes..

 

 

 repertoire-11 6463

 

 Les fruits du fusain commencent à rosir.

 

 

repertoire-11 6468

 

 

Depuis un mois, mésanges et sittelles, aidées de leur ami l'écureuil, explosent les noisettes encore vertes comme chaque été. Il en restera probablement pour l'automne.

 

 

 

repertoire-11 6462

 

On ne peut plus acide sur la langue, mais les prunelles trouveront pourtant preneurs à plumes ou à poils.

 

 

 

 repertoire-11 6471

 

 Suspendue comme une lanterne à l'extrémité d'un rameau d'aubépine, cette boule de gui  se prépare comme chaque année pour l'an neuf et fera alors par ses baies le délice de la mésange bleue et de la grive draine.

 

 

repertoire-11 6397

 

 Les fruits de l'aubépine déjà bien mûres finiront très tôt dans les gosiers.

 

 

 repertoire-11 6405

 

 Très peu de glands cette année. Dur hiver en perspective pour les mulots mais fin d'été tranquille pour les moutons qui  n'auront pas l'occasion de s'en faire des ventrées parfois problématiques.

 

 

repertoire-11 6403

 

Protection toute relative pour les baies du genévrier, entre les aiguilles.

 

 

 repertoire-11 6406

 

 

 Les fruits de l'églantier seront-ils encore nombreux pour nourrir le merle au coeur d'un février souvent difficile?

 

 

repertoire-11 6387

 

 

 

Lançant ses tentacules végétaux dans les arbres et arbustes, le chèvrefeuille nous rappelle qu'il produit de jolis fruits rouges.

 

 

 

 repertoire-11 6404

 

 

 

Tout comme la vénérable viorne aubier qui plie sous les ans.

 

 

 

 repertoire-11 6465

 

 

 

 

Comment ne pas s'attarder sur l'original lierre qui comme pour contester les règles habituelles du vivant n'a pas encore fleuri. Une aubaine dans quelques semaines pour les abeilles et autres butineurs. Une aubaine également en fin d'hiver pour toute une faune qui pourra se remplir de ses fruits dans des moments difficiles.

Baies oui!

 

 

Partager cet article
Repost0
28 août 2012 2 28 /08 /août /2012 13:00

HLM

 

 

repertoire-11 6168

 

 

Petite richesse d'autour les Lutins, ce vieux châtaignier qui a accueilli bien des générations de pics puis de mésanges et autres cavernicoles en passant par quelques chiroptères ou précieux frelons. Un intérêt toujours pour pas mal d'espèces.

 Je n'ai encore jamais compté le nombre de logements. De toute façon j'en oublierais c'est certain. Des dizaines assurément!

Portons un autre regard sur l'arbre mort. Evitons la tronçonneuse quand il ne présente pas un réel danger imminent.

 

 

Partager cet article
Repost0
25 août 2012 6 25 /08 /août /2012 14:39

 

 

 

... et la canicule a laissé souvenir de ce passage. Il y a une semaine à la même heure il faisait 40-41 degrés à l'ombre, ce qui laisse songeur quant à l'exposition au soleil. Avec une telle insolation et déjà un mois d'août entamé sous le signe de la sécheresse, la végétion a beaucoup souffert.

 

 

repertoire-11 6395

 

 

 L'herbe grillée se désagrège sous le pas. Seuls les endroits ombragés et aux sols humides ont encore bonne mine. Durant ces journées, le troupeau aspirait ses cinquante à soixante litres d'eau quotidiens.

Sur les sols peu profonds exposés au soleil, même les arbres ont roussi comme passés au four.

 

repertoire-11 6394

 

Certains chênes dont les jeunes feuillages avaient gelé une nuit de ce printemps se remettront-ils de cette nouvelle agression qui a littéralement tué leur végétation?

 

    repertoire-11 6388

 

 

Ces bouquets d'aubépines et pruneliers au coeur du four sur une prairie sont vêtus comme à l'automne.

 

repertoire-11 6389

 

 

 Reverrai-je prospérer l'an prochain le vieux sauvageon de poirier qui s'y loge et pour lequel j'ai un faible? La nature est parfois miraculeuse et a de quoi nous surprendre, mais j'en doute fortement. Il a le plus souffert.

 

 

  

Partager cet article
Repost0
25 juillet 2012 3 25 /07 /juillet /2012 15:39

 

 

repertoire-11 6276

 

 

Le placenta de la dernière naissance fait bien des heureuses. Des milliers de fourmis se réunissent pour le banquet de leur vie.

 

 

Partager cet article
Repost0
22 juillet 2012 7 22 /07 /juillet /2012 16:09

 

 

repertoire-11 6158

 

 

Sur la scène de l'agression, un seul indice. Macabre découverte, une section du corps. La victime vite identifiée, un orvet. Le moignon, la queue. Reste que l'agresseur n'a pas eu le temps d'insérer dans son gosier avec d'autres morceaux? Peut-être! Peut-être pas!

 

L'orvet est bien un lézard (sans pattes) et contrairement aux serpents, comme ses confrères lézards, il possède des paupières (et un système auditif). Et comme ses confrères encore, sa queue possède la faculté de céder dans le mouvement lors de la capture à cet endroit (phénomène d'autotomie).

 

Ainsi ce morceau de queue d'orvet indique qu'il y a eu agression mais pas forcément crime. Bien que reptile pas toujours très vif, cet orvet a très bien pu s'échapper.

 

Corvidé, rapace...chat du quartier, rien pour permettre d'identifier l'agresseur.

 

Pour vivre heureux vivons cachés. C'est ce que fait l'orvet d'ordinaire. Il s'expose bien moins souvent en plein soleil que les autres reptiles. Si cette victime est toujours de ce monde, cette mésaventure ne fera que renforcer ses habitudes.

 

 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
20 juillet 2012 5 20 /07 /juillet /2012 15:32

 

repertoire-11 6157

 

La mauve est une belle plante de nos prairies. Surtout comme ce pied qui forme bouquet lorsqu'elle se ramifie.

 

 repertoire-11 6184

 

 Pourquoi celle-ci n'est-elle pas mauve mais blanche? A noter que seules les fleurs le sont et non tige et feuillage comme dans le cas de l'insolite rumex de la dernière fois De l'oseille, mais pas du "blé"       

Ma curiosité demande réponse et si la science d'un botaniste vient à passer par ce blog, j'apprécierais de mourir (un jour) moins ignorant.

 

 

Partager cet article
Repost0
29 juin 2012 5 29 /06 /juin /2012 22:01

 

 

 

L'an passé avec la sécheresse, elles ont pointé leurs pousses assez tard et ont manqué de vitalité par la suite. La météo m'a ainsi aidé à limiter leur envahissement.

 

  repertoire-10 5910

 

 

Il en fut tout autrement ce printemps avec les pluies.Un coup de gel au printemps n'a cependant pas épargné certaines mal protégées dans leur exposition.

 

 

 repertoire-10 5911

 

Malheureusement, elles ont vite retrouvé leur vitalité. Du coin de l'oeil, inquiet, j'ai surveillé leur évolution. De jour en jour, la lutte s'avérait inévitable.

 

 

 

En effet, si les moutons jardinent leur territoire en croquant ou délaissant certains végétaux selon leurs besoins, leurs goûts et leurs humeurs, le berger se trouve contraint de limiter ceux délaissés qui de ce fait tendent à prospérer. Les fougères en sont un bel exemple.

 

 

 

repertoire-10 6013 

 

 

   Traçant toujours plus loin sur l'espace disponible si on la laisse faire, le corps à corps s'impose le moment venu. Point d'autre solution que d'user sueur et huile de coude en faisant siffler la faux à leurs pieds. 

 

Point de chimie disponible pour envisager d'être vainqueur définitif. Le dernier produit existant sort du marché en août. C'est sans doute tant mieux, on peut imaginer le pourquoi...

Il faut donc monter sur le front plusieurs fois par an en pratiquant une fauche ni trop précoce ni trop tardive. Pas trop précoce car au moment de l'explosion végétale ce serait peine perdue. Pas trop tardive car le but est bien d'affaiblir l'adversaire fauche après fauche, année après année. De plus, j'interviens avant que fauvette ou muscardin y accroche son nid.

 

Au moins 5000 m2 cumulés de cette envahissante à gérer sur les prairies des Lutins.

 

repertoire-10 6014

 

 Ailleurs, vive la fougère qui est une plante superbe et de toute façon bien légitime. D'ailleurs, je devrais dire les fougères car les variétés sont nombreuses et seule la "grand aigle" m'oblige à la contenir en des lieux non exploités par les Ouessant, haies, talus, bois...

 

 

   

Partager cet article
Repost0
27 juin 2012 3 27 /06 /juin /2012 22:01

 

...en passant par le merle blanc... l'insolite rejoint le remarquable. C'est ce que cette observation révèle sur une prairie des Lutins.

 

 

repertoire-10 6015

 

Un jeune chêne de l'année issu d'un gland de l'automne dernier ne pouvait passer inaperçu avec son feuillage blanc. Quelle en est la raison? Je l'ignore. Aucune moisissure sur ses feuilles comme on pourrait le supposer. Il est amené de toute façon à décliner de par son manque de chlorophylle. D'ailleurs il manifeste quelques signes de petite forme.

 

 

repertoire-10 6017

 

 

Ses frères tout proches sont pourtant tout à fait "normaux"... 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0