Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Le Mouton d'Ouessant Elevage des Lutins
  • : Le bonheur est dans le pré. Cours-y vite, cours-y vite....... Merci de venir visiter mon blog qui a pour but de vous faire découvrir le mouton d'Ouessant et de partager au moins un instant ma passion pour cet animal singulier et ce qui l'entoure.
  • Contact

Recherche

21 octobre 2011 5 21 /10 /octobre /2011 22:01

 

En ce 19 octobre, la journée fut belle encore. 

 

 

oct 11 037

 

Un ver luisant (mélampyre) festoyait sur le cadavre d'une limace (peut-être écrasée involontairement sous le pas du berger). Le repas continua le lendemain. Une des dernières scènes de vie des invertébrés du secteur puisqu'après le coup de gel de la nuit suivante, le petit peuple de sous nos pieds risque de s'être calfeutré pour de longs mois.

 

 

Partager cet article
Repost0
4 octobre 2011 2 04 /10 /octobre /2011 22:01

 

 

 

sept 11 039

 

En cette période d'équinoxe, la nuit approche à l'heure du dîner. Sur le seuil de la porte de la cuisine, un crapaud accoucheur semble vouloir s'inviter.

Dans son vagabondage crépusculaire, un poil de chien s'est entortillé à ses pattes, prenant la place des chapelets d'oeufs qui il y a quelques semaines pouvaient encore s'y accrocher. En effet ce minuscule crapaud est appelé "accoucheur" du fait qu'au moment de l'accouplement terrestre, le mâle récupère les oeufs pondus par la femelle qu'il féconde, en en enrubannant ses membres postérieurs. Batracien des milieux secs et caillouteux, à lui ensuite de veiller sur la future progéniture qu'il ne manque pas d'aller régulièrement humidifier en un point d'eau lors de ses expéditions nocturnes. A cette occasion, les têtards arrivés à terme finissent par naître pour mener alors leur vie puis leur métamorphose en milieu aquatique.

 

Avertissement aux intégristes du culte de l'isolation, les lignes qui vont suivre ne sont pas pour eux, au risque de tourner de l'oeil.

Ce n'est plus l'époque de la romance. Ce crapaud n'imitera pas un de ses confrères accoucheurs qui un printemps, se glissant sous la porte, vint une nuit entonner son chant flûté dans la cuisine, berçant mon sommeil...Pour dire qu'il est petit ce crapaud et qu'il sait se faufiler.

Mais peut-être avait-il su profiter d'une irrégularité de la porte blessée par la détresse et le saccage d'une martre enfermée par mégarde dans la maison durant deux mois une certaine année et qui n'eut ,la pauvre, comme confort que de mourir sur le lit où elle fut retrouvée momifiée en son dernier sommeil....C'est une autre histoire.

 

  

 

 

Partager cet article
Repost0
31 août 2011 3 31 /08 /août /2011 22:01

 

 Dans le pré d'à côté, la grenouille veut se faire plus grosse que le boeuf.

 

août 11 044

 

Mais dans celui des Lutins, c'est le crapaud qui veut se faire plus gros que le bélier, forcément. Surtout quand les moutons approchent.

 

Chaque soir, entre chien et loup, Madame Crapaud commun sort de sa caverne du mur de pierres.  Pas loin de la taille de la paume d'une belle main, c'est bien une dame, monsieur ne pouvant jamais prétendre atteindre ce gabarit, même adulte. Un gringalet à côté d'elle; c'est ainsi dans le monde du crapaud commun.

Commun ce crapaud car on le trouve pratiquement dans tout l'hexagone et en des milieux les plus divers, sachant passer ses journées dans un terrier de lapin des dunes du littoral aussi bien que sous une souche dans la plus profonde des forêts.

 

On ne jointe ni ne cimente chez le berger des Lutins, pour accueillir crapauds et autre ribambelle de petits locataires. Ce petit coup de pouce pour ces espèces protégées est largement récompensé par leur compagnie et le spectacle qu'offrent leurs activités.

Entre un univers propret et aseptisé  ou celui  baigné du vivant, mon choix est tout de suite fait.

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
19 août 2011 5 19 /08 /août /2011 22:01

 

 Cela faisait plusieurs jours que je devais photographier l'entrée d'un nid de guêpes sur la pâture. Les habitantes avaient fait preuve d'une prouesse architecturale des plus réussies après avoir extrait grain après grain des centaines de morceaux pierreux. Trop lourds pour être emportés très loin, elles les avaient abandonnés près de leur issue, formant ainsi un véritable chemin de grève sur une vingtaine de centimètres. Mais....

 

août 11 006

 

 ...losque je fus enfin disposé à immortaliser cette superbe voie guêpière, je découvris en arrivant que tout avait été détruit.

 

août 11 008

 

 La jolie allée dans la prairie n'existait plus et tout témoignait qu'un drame s'était joué durant l'après-midi. L'entrée de la cavité avait été comme méticuleusement rognée pour l'agrandir. La terre n'était éparpillée qu'à proximité du nid et s'y mêlaient des débris des alvéoles en papier. Ce n'était pas le travail d'un mammifère qui aurait rageusement gratté le sol. Au contraire, il y avait là un travail presque chirurgical.

 

août 11 007

 

L'auteur ne pouvait être qu'un spécialiste. Tout m'amena à conclure qu'il s'agissait même d'une spécialiste à plumes, la bondrée.

Oiseau rapace de la taille d'une buse variable avec qui elle est souvent confondue à tort, la bondrée s'en distingue en vol par une allure plus longiligne de par ses ailes et queue ainsi qu'un cou plus proéminent. Mais seul l'oeil averti saura faire la différence entre ces deux oiseaux. Si la buse est une spécialiste des taupes et petits rongeurs sur les prés, la bondrée est celle des guêpes et leur couvain. Présente en Europe quelques mois seulement pour se reproduire, régime alimentaire oblige, elle est en cette période sur le chemin de retour la menant jusqu'en Afrique. En passant au-dessus de la prairie des Lutins, elle a sans doute repéré le manège des insectes en habit de forçat...être bondrée est tout un métier...et a profité du petit festin disponible.

 

Les habitantes de la cité en étaient encore sous le choc, certaines découvrant le coup dur à leur retour de vagabondages.

 

 

août 11 010

 

 

Une jeune guêpe entrant dans la vie et encore sur son berceau, s'interrogeant sur cet univers impitoyable qu'elle découvre.

 

Ni bien ni mal en ce bas monde. Ainsi va la vie, ainsi va la mort.

Bon vent la bondrée! Au travail les survivantes!

 

 

Partager cet article
Repost0
15 août 2011 1 15 /08 /août /2011 10:35

 

Il y a quelques semaines la pluie est enfin revenue un soir. Le petit monde qui apprécie l'eau et l'humidité n'en croyait pas les pores de sa peau et sut très vite profiter de ce miracle après des mois de sécheresse. Alors que je planchais sur mes dossiers concernant le troupeau, à analyser les résultats des jeunes de l'année et commencer un peu à prévoir l'avenir des Lutins, mon regard porté vers la fenêtre me fit découvrir que j'étais espionné. 

 

 

août 11 004

 

A la vitre la plus haute, une rainette arboricole, devenue vitricole en la circonstance, adhérait dans une aisance étonnante grâce aux ventouses de ses doigts. Elle resta ainsi à naviguer plus d'une heure sur le vitrage avant que je ne la quitte, la laissant à ses activités nocturnes.

Fabuleuse minuscule grenouille qui m'émerveille toujours dans toutes les situations où je l'observe ou la contacte...Vivre dans les arbustes, se chauffer au soleil, émettre son chant automnal dans un bel arbre, se déplacer jusqu'à plus de douze kilomètres,.... faire des acrobaties sur les vitres....et j'en passe...

Bravo la rainette!

 

 

 

Partager cet article
Repost0
3 août 2011 3 03 /08 /août /2011 15:22

 

Le soleil se couche. Les pâtures des Ouessant accueillent alors pour la nuit des visiteurs qui ont du piquant, les hérissons. Les déjections des moutons attirent toute une petite faune d'invertébrés entrant dans le menu de ces mammifères. Et puis la prairie regorge de lombrics qui viennent en surface en dehors des périodes de sécheresse et qui sont pour eux un régal.

Animal sympathique, le hérisson ne devrait plus avoir d'ennemis parmi les humains d'autant que l'espèce est intégralement protégée de longue date et que de ce fait, sa destruction, sa capture, sa détention... sont interdites.

Dans le secteur des Lutins, les hérissons ne craignent pas trop, comme souvent ailleurs, les pneus des voitures ou les substances toxiques utilisées dans les jardins. Cependant le moment des foins fait tout de même régulièrement ses victimes.

Avant tout animal des campagnes, il est  toujours étonnant de voir les populations de hérissons des agglomérations survivrent, jusqu'à un certain point, dans le maillage des jardins, rues et parkings, malgré tous les dangers dont ces animaux sont victimes. 

 

 

juillet 11 169

 

Le hérisson héberge souvent dans son pelage (dont les piquants) des puces qui lui sont spécifiques ou encore (comme derrière l'oreille de celui-ci) des tiques, parfois en grand nombre. Résistant, il n'est pas rare que le hérisson mal en point traîne sa carcasse dans une longue agonie de plusieurs jours lorsqu'il est blessé, couvert de larves de mouches et tous ces parasites.

Mais ce visiteur du soir est en bonne forme et s'accommode fort bien de ses hôtes clandestins.

 

C'est l'occasion de tordre le cou à une croyance populaire qui a la vie dure et qui est encore colportée ... elle arrive de temps à autre à mes oreilles. Il s'agit de l'existence supposée de deux formes de hérisson...le "nez de chien" ...et le "nez de cochon"... D'où vient cette idiotie? Personne ne le sait exactement. On avance parfois que l'état d'embonpoint ou la maigreur de l'animal sont à l'origine de cette tradition orale qui ne repose en fait sur aucune réalité scientifique. J'imagine plus une erreur d'interprétation selon que l'on observe un hérisson détendu et pointant son museau ou un autre qui montre une face renfrognée prêt à se mettre en boule sans le faire pour autant... Il n'existe qu'une forme du hérisson d'Europe. 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
7 juillet 2011 4 07 /07 /juillet /2011 21:42

 

 ...me donner le nom scientifique de ces petites merveilles de coléoptères du genre cétoines miniatures d'un bleu métallique à reflets violacés?

 

juillet 11 010

 

J'imagine qu'ils n'ont pas de nom "courant". Je n' avais jamais vu ces joyaux et n'ai rien trouvé à leur sujet pour en savoir plus. Merci.

 

  (Merci à Gilles qui depuis ces lignes a apporté la précision attendue, consultable dans les commentaires de cet article.)

 

 

Partager cet article
Repost0
8 juin 2011 3 08 /06 /juin /2011 22:01

 

Ce mardi en fin de journée, sont tombées de fortes pluies bienvenues pour les sols, les plantes,( gastéropodes, batraciens ...) et indirectement les moutons. 

 

 

juin 11 018

 

 Par contre, le lendemain, je découvre que ces intempéries ont accéléré la mort d'une jeune mésange nonnette de l'année venue se réfugier dansl'abri des Ouessant. Une tique plantée à la base du cou avait déjà amoindri l'oiseau. Une perte parmi beaucoup d'autres dans cette classe d'âge chez cette espèce.

Ici les tiques sont nombreuses. Agaçantes, ce sont surtout les conséquences de leur piqûre que l'on redoute car elles peuvent véhiculer la piroplasmose ou encore la maladie de Lyme parmi d'autres maux chez les moutons.

 

juin 11 045

 

Mais la magie de la vie continue et dans une éclaircie, une cigogne noire est venue prendre les ascendances qui se forment au-dessus du parc des Lutins. Depuis cet ascenseur aérien naturel, elle pourra regagner plus aisément son nid qui peut se situer à plusieurs dizaines de kilomètres de là, alors qu'elle est venue pêcher sur les rus des environs.

 

 

Partager cet article
Repost0
27 mai 2011 5 27 /05 /mai /2011 21:01

 

 

Sous les pas des Lutins, le petit peuple de l'herbe sauve sa peau en sautant, trottinant, rampant, se faufilant...

 

 

avril 11 059

 

...ou, comme le grillon, en se glissant dans sa loge, petit tunnel qu'il a su préparer depuis février dans mes contrées.

 

 

Partager cet article
Repost0
8 mai 2011 7 08 /05 /mai /2011 20:59

 

J'y faisais allusion il y a peu Attendre, toujours attendre.  et cet après-midi, je découvre que Dora est accompagnée d'une superbe (forcément) petite Zèbrine. Bien sèche, ainsi que le cordon.

 

 

zebrina 010

 

 Hier au soir, rien ne m'avait alerté et je pensais même devoir attendre encore pas mal de temps, les mamelles ne me semblant pas énormes et mon inexpérience en âne ne me permettant pas de conclure quoi que ce soit.

 

zebrina 004

 

 Un truc à savoir tout de même, à la palpation,  j'avais remarqué  les glandes mammaires qui s'étoffaient peu à peu depuis un mois, habitué tout de même à ces étapes chez les brebis.

 

zebrina 008

 

 Bien vive et alerte, la Zèbrine! Mon souhait a été réalisé. Une ânesse pour éviter la séparation avec la mère quand le jeune sera en âge de reproduire. Un animal d'une couleur autre que celles des deux adultes. Une jolie grise comme je pensais fort en voir venir dans la logique de la gènétique.

 

zebrina 026

 

Alerte? Bien que du repos fasse du bien durant une première journée de vie au plein air et sur quatre pattes.

 

zebrina 028

 

 On se laisse même aller à dormir debout.

 

zebrina 030

 

Bienvenue dans notre monde, Zèbrine.

 

 

Partager cet article
Repost0