Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Le Mouton d'Ouessant Elevage des Lutins
  • : Le bonheur est dans le pré. Cours-y vite, cours-y vite....... Merci de venir visiter mon blog qui a pour but de vous faire découvrir le mouton d'Ouessant et de partager au moins un instant ma passion pour cet animal singulier et ce qui l'entoure.
  • Contact

Recherche

20 janvier 2011 4 20 /01 /janvier /2011 23:01

 

  avril 10 068

 

  Copernic tout juste né le 18 avril 2010 durant l'après-midi. Un agneau qui, bien que mouillé, se montre costaud avec une tête massive. 

  déc 10 036

 

A pourtant huit mois, en décembre, Copernic n'a pas évolué comme je pouvais m'y attendre lorsque je l'ai vu à sa naissance. Demeuré dans les petits gabarits, avec une structure assez légère, il a encore le temps de changer dans les deux années qui viennent. Mais il semblerait que la place dans un ventre d'une mère de 45 cm (la plus grande de mes brebis) lui ait permis d'être un gros agneau alors que son génotype semble le programmer pour une taille bien inférieure à ce que je pouvais craindre. Ouf!

 

janv 11 068

 

  A neuf mois, il a toujours cette allure de "petit capricorne". Aspect de par une pousse de cornes qui monte assez bien au démarrage à la base.

 

janv 11 057

Son cornage s'annonce bien pour ce qui est de l'écartement, passant au-dessus de la pointe des oreilles. La corne ne vrille pratiquement pas sur elle-même donc pas de risque de cornage qui finit avec une grande divergence des pointes. Pas une très grande épaisseur mais ce n'est que la construction de première saison, il devrait prendre plus de solidité dès ce second printemps.

La repousse qui s'opère depuis ce début d'année est bien visible avec les anneaux de croissance tout neufs.

Partager cet article
Repost0
20 janvier 2011 4 20 /01 /janvier /2011 12:58

 

Elaphe, dont je suivais l'évolution en images, arrivant d'une part à ses trois ans et d'une autre étant parti vivre dans un nouvel élevage, je propose de suivre deux nouveaux animaux sur le même principe.

 

Parmi les jeunes béliers de 2010 que je suis certain de garder, voici les deux élus appelés à paraître régulièrement  ( plus fréquemment dans leur jeunesse) dans cette catégorie.

 

Il y a certainement eu des fuites sur cette info avant que je la publie puisqu'ils se sont mis ensemble pour la photo!

 

Pourquoi ces deux là? Parce que je les garde pour leur allure, leur génotype et le fait que leur cornage est appelé à être au moins correct et agréable à regarder. Pour la petite histoire de chez les Lutins, de plus ces jeunes sont les premiers à présenter un cornage sympathique parmi tous ceux que leur père a pu produire à ce jour. 

 

 

janv 11 070

 

 D'abord Copernic.

 

janv 11 076

 

Puis son copain Linné.

Partager cet article
Repost0
30 décembre 2010 4 30 /12 /décembre /2010 18:36

 

Elaphe, photographié aujourd'hui même, a maintenant 2 ans et 8 mois. 

 

 

déc 10 102

 

 Un bien bel animal avec une allure mouflon.

 

déc 10 103

 

 Photographié comme je conseille de ne pas le faire, c'est à dire n'étant pas à son niveau. Ce qui écrase l'animal. Photographiant par dessus la barrière, je fus contraint de ne pas respecter cette règle de prise de vue... Il n'en reste pas moins Monseigneur Elaphe.

 

déc 10 109

 

 Son port de tête naturel en fait bien une altesse. Dernières vues et derniers contacts avec son Altesse qui, suite à l'annonce passée il y a quelques jours sur ce blog, va quitter définitivement les Lutins.

N'ayant plus à l'utiliser dans les dix années qu'il lui reste à vivre, autant qu'il fasse des heureux.

 

déc 10 105

 

Un cornage d'exception comme je le souhaiterais pour tous mes béliers. Epaisseur, section, stries de croissance, bon enroulement, envergure sans excès, pas de divergence....Un cornage qui va encore pousser ce printemps... Un cornage comme j'ai bien conscience que je n'en retrouverai plus jamais sans doute. Mais ainsi va l'élevage et l'obligation de se séparer d'animaux de temps à autre, les parcs n'étant pas extensibles...

Je n'ai plus qu'à souhaiter que ses qualités réapparaissent un jour chez les Lutins grâce aux gènes qu'il a laissés dans certains animaux du troupeau.

Partager cet article
Repost0
24 juillet 2010 6 24 /07 /juillet /2010 21:03

 

 

 

juillet 10 066

 

 

Six mois après les dernières nouvelles, deux clichés d'Elaphe qui poursuit sa croissance. Mais il n'a pas daigné lever la tête, occupé à brouter.

 

 

juillet 10 069

 

 

 

Partager cet article
Repost0
22 février 2010 1 22 /02 /février /2010 21:01

"C'est toi Laurel, c'est moi Hardy. C'est toi le grand, c'est moi le petit ..."

En fait, ce sont Ibex et Golas, les deux extrêmes du moment chez mes béliers.


janvier 10 052

Bélier du type agouti hollandais, produit en grand nombre donc en Hollande et les pays limitrophes,  à côté d'un antenais (jeune bélier) blanc cent pour cent "béret et baguette sous le bras".

janvier 10 051
Un "Goliath" au maximum du standard taille (à bientôt trois ans) et un "David" dans le bas de ce standard malgré son jeune âge (un an en avril)....
Partager cet article
Repost0
12 janvier 2010 2 12 /01 /janvier /2010 23:01
Encore deux mois de plus pour Elaphe. J'irai vite sur ce bélier dont je présente l'évolution durant sa croissance. Il a souvent été aperçu dans d'autres articles durant ces dernières semaines.

décembre 09 031

Dommage qu'il se soit raboté la corne droite cet été...


décembre 09 028

N'empêche que ce cornage représente pour moi un idéal (montée de départ, épaisseur, projection arrière, rayon de courbure, écartement, divergence très faible...) que j'aimerais atteindre pour mes animaux à naître dans les années futures. J'attends de voir ce que sera sa troisième saison de pousse bien qu'il n'a rien qui puisse laisser présager d'une mauvaise évolution.
Partager cet article
Repost0
11 novembre 2009 3 11 /11 /novembre /2009 17:46
Maintenant 18 mois et deux semaines pour Elaphe, bélier brun suivi en images dans sa croissance.


Il ne lui manque que du jabot pour parfaire sa prestance naturelle. Un port de tête haut au-dessus de la ligne du dos est une attitude habituelle chez lui, ce qui n'est pas le cas chez tous les béliers.

Dans son rôle de satyre cornu reproducteur, humant les effluves des femelles, au milieu des brebis spécialement sélectionnées pour lui cette saison.
Partager cet article
Repost0
10 septembre 2009 4 10 /09 /septembre /2009 22:01
Après un an, toiser ses moutons demeure important jusqu'à 3-4 ans âge à partir duquel on peut considérer que la taille adulte est atteinte puisque la croissance est terminée.

La périodicité sera encore régulière entre 1 et 2 ans, l'animal subissant toujours de grands changements dans sa physionomie à cette étape de sa vie.

De 2 à 3 ans, une paire de séances de toise suffisent. Et par la suite, une mesure annuelle après la tonte permet de vérifier le résultat de l'année précédente
sur lequel on était resté.

Pour les anciens des Lutins, de par une confiance totale en leur éleveur et l'habitude d'être manipulés, les choses sont faciles. Besk semble savoir ce que j'attends de lui et adopte une bonne position sous la toise bien placée au garrot.

Mauvaise position. Il faut attendre qu'il redresse la tête (de lui même, c'est mieux) avant de faire le relevé sur la toise et avancer celle-ci plus sur le garrot (bosse quelques centimètres plus en avant) .

Connaître par la suite la taille de chacun des animaux de son troupeau, permet de surveiller, entre les séances de mesures, celle des animaux en croissance par simple comparaison. C'est aussi une façon d'aiguiser son oeil et pouvoir estimer un animal nouveau lors de la visite d'autres élevages.

Pour finir, il faut se méfier, dans le cas d'un animal isolé sans congénères autour de lui, de sa physionomie qui peut amener à une fausse interprètation. Par exemple le longiligne qu'on suppose, à tort, grand, et inversement, l'animal dense qu'on imagine petit. La toise, encore elle, est là pour rétablir la vérité... 
Partager cet article
Repost0
10 septembre 2009 4 10 /09 /septembre /2009 05:08
D'abord, il faut bien considérer que la taille de référence est celle prise sur le garrot de l'animal.
C'est à dire dans le prolongement des pattes avant, à la verticale, sur la petite bosse que forme ce qui correspondrait à nos épaules.
Prise à l'avant ou à l'arrière, la taille annoncée n'aurait alors plus de valeur car il faut en effet que les éleveurs expriment bien entre eux la même chose, lorsqu'ils parlent de la taille de leurs animaux.

Dans le souci de suivre la croissance de mes moutons, je pratique des mesures régulières chez les jeunes, la première année. L'idéal serait de pouvoir le faire chaque mois ou tous les deux mois, à la date anniversaire de naissance. On y trouve alors plusieurs avantages. Connaître bien sûr l'évolution de chacun et définir une courbe de croissance. Pouvoir comparer les courbes des différents individus. Peut-être pouvoir conclure des tendances selon telle souche, telle lignée ou même telle brebis mère. Comme dans toute règle, on rencontre des exceptions pour des raisons qu'on peut supposer (forme de la mère durant la gestation puis l'allaitement, problèmes de santé de l'agneau et parasites, manque de nourriture et carences, résurgence de caractères anciens d'ancêtres côté père comme mère,...)  mais d'autres nous échappent.

Lorsque le jeune se retrouve à être toisé, il est forcément stressé par la capture, la "machine infernale" et la contention ainsi que la nouveauté de ce genre d'expérience. Il faut alors attendre que l'animal se détende puis prenne une position normale: pattes à la verticale, tête non baissée mais relevée (sans l'excès du mouton qui veut fuir)....détendu quoi. Le fait qu'il faut nécessairement être deux pour que cette opération soit fiable ne fait que renforcer la crainte et comme cela dure, l'agneau s'impatiente. Mais là aussi, certains moutons sont coopérants et d'autres de véritables diablotins.
Plusieurs mesures s'imposent et on s'étonnera de trouver des différences notables. Eliminer celles qui s'écartent trop de la moyenne et définir une taille qui nous semble être celle où le mouton se tenait le mieux. Les séances de mesures futures indiqueront si nous étions dans l'erreur.
Attention, il n'est pas question de prétendre donner une taille d'une exactitude rigoureuse mais savoir si son agnelle fait 32, 33 ou 34 cm à deux mois, ce n'est pas la même chose.
Enfin, se méfier d'une tendance à vouloir parfois trouver la taille que l'on souhaiterait selon qu'on préfère les petits animaux ou ceux un peu plus grands.

Pelote maintenue par deux personnes. C'est pour elle une première sous la "guillotine" mais cela se terminera bien.
Ici, l'agnelle se tient encore mal et la barre de mesure est en mauvaise position à l'avant du garrot, donc sur le cou.
Partager cet article
Repost0
9 septembre 2009 3 09 /09 /septembre /2009 15:58

L'été est la période idéale pour mesurer ses Ouessant puisque la toison n'est plus là pour fausser un peu les résultats.

Pour toiser mes moutons j'utilise depuis les débuts un outil inspiré du type présenté par le GEMO.
Pourtant, j'y ai apporté quelques modifications pratiques au fil du temps, percevant certains petits inconvénients.

D'abord, faire en sorte que la partie qui repose sur le garrot de l'animal garde une horizontalité parfaite, en faisant frôler au plus près des montants la barre en T.


Ensuite faire garder une verticalité parfaite à l'ensemble en apposant une câle à angle droit par rapport à ce montant.


Un ensemble suffisamment épais et bien cloué ou vissé permet que le bois ne travaille pas.

L'ensemble doit donc pouvoir tenir seul.

Enfin , on utilisera une surface parfaitement plane et posée à l'horizontale qui ne glisse pas. Ici, ce tapis-moquette à fibres denses permet que le mouton se tienne correctement et également qu'il ne panique pas en se trouvant sur une texture nouvelle.

Le bricoleur passionné peut toujours faire plus beau mais dans son aspect un peu simple cet outil présenté m'apporte la fiabilité recherchée.
Partager cet article
Repost0