Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Le Mouton d'Ouessant Elevage des Lutins
  • : Le bonheur est dans le pré. Cours-y vite, cours-y vite....... Merci de venir visiter mon blog qui a pour but de vous faire découvrir le mouton d'Ouessant et de partager au moins un instant ma passion pour cet animal singulier et ce qui l'entoure.
  • Contact

Recherche

4 décembre 2010 6 04 /12 /décembre /2010 23:01

 

 

déc 10 001

 

 Qu'il se présente dans son type arbre...

 

déc 10 002

 

...ou dans sa forme mutante pyramidale, l'if a la réputation d'être non seulement toxique mais mortel pour les herbivores. Les morts de chevaux  ou ânes l'ayant consommé sont souvent relatées. A titre de témoignage, mes premiers Ouessant ont fait un festin avec l'if arbuste qui se trouvait sur leur domaine sans montrer d'indisposition. Je connais un groupe de moutons de grande race qui a vécu des années sur un terrain densément planté d'ifs de toutes tailles et accessibles. Certains avancent que les ruminants seraient moins sensibles, je ne saurais et n'oserais le confirmer par ces exemples qui ne ne sont donnés qu'à titre d'observation. D'autres avancent  que les baies (délices des oiseaux d'ailleurs) sont les plus à craindre. Qui croire? On suivra les informations des ouvrages qui présentent bien l'if comme étant mortel pour le mouton, ne serait-ce qu'à titre préventif et prendre ainsi des dispositions pour éviter la catastrophe, trop de témoignages allant déjà dans ce sens pour les équidés.

Partager cet article
Repost0
5 novembre 2010 5 05 /11 /novembre /2010 23:01

 

Celui des hommes, déjà isolé depuis mi-septembre. 

 

 

nov 10 013

 

 

Ils ont droit à leur ration de compléments alimentaires en granulés depuis deux semaines. Non pas pour les consoler de leur séparation d'avec les filles, mais parce qu'ils ont un peu maigri depuis, sur une herbe pauvre faute de pluie. Mieux vaut réagir de suite.

 

Sur Ouessant jadis, seuls les plus résistants auraient survécu, mais d'autres temps d'autres moeurs, d'autres possibilités et d'autres objectifs. Nous n'en sommes plus là...On est responsable de ce qu'on élève.

Partager cet article
Repost0
4 novembre 2010 4 04 /11 /novembre /2010 23:01

 

 

nov 10 010

 

Pas de garçon pour elles.

 Dans ce lot, se trouvent les retraitées et les agnelles 2010. Les premières méritent bien ce repos. Les secondes doivent encore se construire.

La tentation fut pourtant grande d'utiliser certaines pour sauvegarder encore un peu des gènes de certains de mes béliers qui me sont précieux. Mais j'ai privilégié le confort de ces dames (et demoiselles)  tout en espèrant que mes béliers vivront encore longtemps. Et puis, il faut penser à la gestion de toutes ces naissances à venir quand on ne consomme pas ses animaux et que peu de monde s'intéresse à ce petit mouton. 

 

nov 10 009

 

Un plaisir pour moi que de voir et savoir toutes ces mèmères et gamines vivre le bonheur du pré rien que pour vivre leur vie, sans rien devoir en retour. 

Partager cet article
Repost0
1 novembre 2010 1 01 /11 /novembre /2010 18:20

 

 

sept 10 084

 

Présent autant en milieu naturel dans certaines régions qu'en plante d'ornement dans les parcs et jardins, le buis pourrait présenter une certaine toxicité provoquant en particulier des troubles nerveux. Mes animaux en croquent depuis toujours de temps à autre sans problème. En réalité, c'est plus la curiosité qui les pousse à abimer les rameaux car l'amertume de la plante fait qu'ils n'en consomment pas véritablement.

Partager cet article
Repost0
19 octobre 2010 2 19 /10 /octobre /2010 20:20

 

Les Lutins font du gras de par leur grande consommation de glands depuis plusieurs semaines et jusqu'alors toujours sans effets secondaires néfastes apparents. Seules deux brebis sont rentrées un soir avec un mal de ventre à se rouler à terre mais semble-t-il surtout suite à la surcharge de cet aliment. Heureusement, le lendemain matin, tout était rentré dans l'ordre.

 

 

 

oct 10 040

Alors que cette denrée se raréfie à présent, une nouvelle remporte un certain succès. Les châtaignes jonchent le sol mais n'y restent pas très longtemps quand le troupeau arrive sur la parcelle. Selon la taille des graines, les plus petites, sous condition qu'elles soient bien remplies, finissent sous les molaires des moutons et les plus grosses sous celles de l'âne. Ce complément alimentaire naturel est une aubaine pour se constituer un peu plus de graisse avant la mauvaise saison.

 

 

oct 10 041

 

Que ce soit pour les glands ou pour les châtaignes, voilà des Ouessant qui se comportent comme de véritables petits gorets.

Partager cet article
Repost0
12 octobre 2010 2 12 /10 /octobre /2010 18:24

Toujours pas de pluie à l'horizon depuis le mois de juin dernier sur mon secteur, la verdure est devenue rare et un manque d'herbe qui normalement repousse à l'automne se fait sentir.

Malgré le foin à volonté (non consommé), les Ouessant préfèrent tirer le maximum de la végétation de leurs parcelles.

Après une consommation importante de glands, qui dure encore d'ailleurs, pour la première fois ils ont consommé les pervenches, plantes spontanées des bordures de sous-bois. Jusqu'alors je pensais que la plante leur était désagréable. Inappétante, coriace,....?

 

 

sept 10 086

 

 Avant...

 

sept 10 083

 

...et après.

 

Morale: "à défaut de grive on mange du merle".

Partager cet article
Repost0
10 octobre 2010 7 10 /10 /octobre /2010 20:40

 

Au matin, je découvre Willom pris au piège des ronces du dernier coin du parc des mâles qu'il me restait à entretenir. Heureusement, tout semble indiquer qu'il n'a pas passé la nuit ainsi mais que l'incident s'est produit aux premiers vagabondages après le lever. 

 

 

oct 10 020

 

 Pris et bien pris, au point que les tiges d'orties elles-mêmes sont devenues des liens.

 

oct 10 022

 

 Gigoter, se débattre ne font qu'aggraver la situation.

 

oct 10 023

 

 Disparues jusqu'au coeur de la toison, les tiges ne pourront être extraites qu'avec l'aide des ciseaux.

 

oct 10 024

 

 Le groupe des jeunes se montre particulièrement intéressé et intrigué par ce qui est arrivé à leur compagnon et ne perdent rien de l'intervention du secouriste. (Par contre les béliers adultes, en arrière plan, n'en ont absolument rien à faire) 

 

oct 10 025

 

Une fois libéré, mais encore tout  perturbé,  Willom rejoint ses copains de six mois de connivance. Inséparables ceux-là!

 

Bien que je mène une surveillance et une lutte contre les ronces qui lancent leurs tiges tentaculaires hors des haies ou qui s'installent sur les parcelles, parfois je me laisse déborder. Comme quoi, j'ai bien raison de me promener avec un sécateur toujours en poche pour tailler ici ou là.  

Partager cet article
Repost0
4 octobre 2010 1 04 /10 /octobre /2010 09:37

 

C'est la glandée.

C'est l'époque et de bons coups de vent font tomber les glands des chênes comme s'il en pleuvait. Les moutons ne se privent pas de les consommer, connaissant les coins stratégiques des parcs et se ruant au simple bruit de la graine qui tombe. La sécheresse qui sévit toujours sur mon coin de l'hexagone rend cette provende d'autant plus attractive pour mes Ouessant.  

 

 

sept 10 082

 

 Les graines encore vertes semblent les plus appréciées. Problème, ce type de nourriture s'avère un danger potentiel (tout comme les feuilles fraîches de chêne). Les tannins ont la réputation de provoquer de graves problèmes rénaux et digestifs. La quantité et l'exclusivité dans la ration alimentaire font-elles varier les possibilités d'empoisonnement? Les chênes centenaires sont nombreux dans la région et il n'est pas question pour moi de me mettre dans l'idée de les couper...simplement pour élever des moutons. Soigner un mal par un autre, environnemental celui-là, ne serait pas judicieux. Si la toxicité s'avèrait, il serait plus intelligent de déplacer le troupeau sur des espaces pas ou peu soumis aux chutes de glands.

Cela fait bien une quinzaine de jours que dure cette consommation. Elle fut sans doute progressive depuis l'été, la quantité par contre change ces derniers temps. Habitués à consommer des feuilles de chêne toute l'année, je n'ai jamais décelé de problèmes chez mes animaux et à présent aucun signe particulier suite à l'ingestion de glands. Je surveille tout de même leur état dans cette phase de modification naturelle de leur régime alimentaire.  

 

sept 10 073

 

J'ai remarqué que certains animaux se montrent particulièrement gourmands en glands et se spécialisent dans cette quête, délaissant un peu trop (à mon goût ) leurs congénères occupés sur les herbages. C'est le cas de Vénus qui  va et vient, balayant du museau le moindre recoin comme on le ferait d'un détecteur de métaux.

Partager cet article
Repost0
26 septembre 2010 7 26 /09 /septembre /2010 20:18

 

 

 

sept 10 071

 

 Il y a quelques jours encore, avant qu'il ne pleuve enfin de façon conséquente, l'herbe devenait rare sur les parcelles pourtant les plus humides fréquentées par le troupeau.

 

sept 10 072

 

 Est-ce pour cette raison que Promesse se mit à consommer de la fougère verte sur pied?

 

sept 10 078

 

Et pas seulement un peu...Ou bien y cherchait-elle un apport particulier? Quelle qu'en soit la raison, elle en ressentait un besoin et était la seule à s'adonner à cette consommation

 

Pourtant la fougère fraîche est souvent présentée comme toxique! L'ingestion prolongée et en quantité importante pourrait provoquer la cécité ou encore certains cancers digestifs ou urinaires...

 

Pour l'instant, je fais assez confiance à l'instinct de l'animal dans ses choix alimentaires (quand choix il y a) pour définir ce qui peut lui être bon ou néfaste, surtout quand les moutons sont habitués à cotoyer certains végétaux. L'avenir dira... 

Partager cet article
Repost0
20 août 2010 5 20 /08 /août /2010 20:53

 

L'été est bien installé et aussi bien entamé. Les signes du changement sont là autour des Lutins, signes annonciateurs d'un automne qui approche et que la page du renouveau se tourne. 

 

 

août 10 033

 

 Mue chez les oiseaux, comme pour ce geai qui, sur la pâture, a perdu un des petits joyaux de plumes ornant son miroir de l'aile. Pendant ce temps, les bondrées apivores glissent en altitude pour rejoindre l'Afrique, tout comme les premières hirondelles les plus pressées. Mais seul le berger les remarque, les Ouessant ne décelant que les gobe-mouches qui font halte au pré et viennent attraper les insectes jusque sous leur "nez" avant de rejoindre un piquet, sans les contrarier pour autant... 

 

août 10 034

 

 L'herbe clairsemée laisse découvrir le cadavre d'un capricorne, dépouille déshydratée qu'on croirait un instant prête à s'animer...

 

août 10 035

 

 ...ou encore les restes de ces lucanes, modestes ou "géants" qui eux aussi n'ont vécu que le temps de procréer. L'été avance bien...

 

août 10 036

 

 Un été bien sec et bien chaud pour les régions qui, depuis des semaines, n'ont toujours pas reçu une averse digne de ce nom et suffisante pour faire reverdir les sols. La pâture de nuit des Lutins, si verte en temps habituel, n'est plus qu'une paillasse où seules les fougères semblent tenir le coup (et encore les signes de déclin sont là pour certaines)..

 

août 10 038

 

 Heureusement pour mes Ouessant, quelques parcelles au nord, assez ombragées et laissées libres leur apportent la verdure quotidienne qu'ils apprécient. 

 

août 10 047

 

 Tout comme sur la prairie semée et fauchée, véritable oasis, le regain abondant est un régal. Mais cette herbe n'apporte pas pout autant l'hydratation nécessaire et il faut souvent remplir les seaux d'eau. 

 

août 10 052

 

Quand le ventre est rempli, on cherche l'ombre et on s'y installe pour ruminer.

 

A quand un bon arrosage tombé du ciel?

Partager cet article
Repost0