Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Le Mouton d'Ouessant Elevage des Lutins
  • : Le bonheur est dans le pré. Cours-y vite, cours-y vite....... Merci de venir visiter mon blog qui a pour but de vous faire découvrir le mouton d'Ouessant et de partager au moins un instant ma passion pour cet animal singulier et ce qui l'entoure.
  • Contact

Recherche

10 octobre 2017 2 10 /10 /octobre /2017 12:04

Il n'y a pas de sevrage forcé chez les Lutins.

J'apprécie de pouvoir laisser mes animaux vivre leur vie au maximum à leur guise. Que ce soit leur vie par rapport à l'espace du domaine des Lutins et son exploitation, leur vie dans la structure du troupeau, mais aussi celle face aux liens qui peuvent exister entre individus dont celui en particulier mère/jeune.

Ainsi à l'automne, les liens de l'agneau/agnelle avec leur mère sont toujours forts. D'abord dans le fait de ne jamais brouter bien loin l'un de l'autre, de dormir encore toison contre toison, de s'inquiéter et pleurer quand ils se perdent de vue,...

Bref, une vie au naturel bonne pour l'épanouissement de chacun, une vie en fait normale, correspondant aux besoins et au fonctionnement de l'espèce "mouflon mutant".

Malheureusement, en fin de semaine, ce sera le début de la saison de reproduction et pour commencer celle des accouplements.

Cet événement va imposer de découper l'espace de vie et le cloisonner, mais aussi de créer séparations d'avec leurs jeunes de certaines mères entrant dans les programmes de lutte.

 

Moment désagréable pour le berger, mais plus encore pour les moutons concernés.

Si donc il n'y a pas de sevrage forcé chez les Lutins, répondant à des traditions d'élevage de rente ne s'imposant pas en élevage de conservation, il va bientôt y avoir séparation contrainte pour plusieurs animaux (mais pas sevrage, ce dernier s'étant fait naturellement depuis longtemps, même si lien existe bien encore pour d'autres raisons qu'alimentaires entre le jeune et sa mère).

Tout ce qui nous unit.

Voilà par contre un duo qui, comme d'autres chanceux, pourra vivre encore de longs mois les liens qui les unissent. En effet Cytosine prenant sa retraite, sa grande fille de six mois, Bouloche, pourra de temps à autre continuer à simuler l'acte de téter pour le plus grand bonheur de l'une et de l'autre. Même sans ce rituel, les liens de contact et de présence seront encore existants et perceptibles au printemps prochain. 

Partager cet article
Repost0
6 octobre 2016 4 06 /10 /octobre /2016 12:42

...."le fait que les moutons se reconnaissent entre eux : des scientifiques britanniques leur ont appris à différencier 25 paires de visages de leur propre espèce : dans chaque paire, un choix était récompensé et l'autre non. Les moutons ont appris les 25 différences et les ont retenues pendant 2 ans. Ce faisant ils ont activé les mêmes régions du cerveau et les mêmes circuits neuronaux que les humains, notamment certains neurones qui réagissent spécifiquement aux visages et pas aux autres stimulus.Ces neurones spéciaux s'activaient quand le mouton regardait des photos de compagnons dont il se souvenait ; de fait, il les appelait en bêlant, vers l'image comme s'ils étaient là.. Ce qui veut dire que mêler les troupeaux, comme on le fait parfois, parce qu'on les considère comme des masses indifférenciées, doit causer plus de stress que nous le pensions."

Ceci est un extrait concernant le mouton, tiré d'un ouvrage qui vient de paraître:

Frans de Waal, "Sommes nous trop "bêtes" pour comprendre l'intelligence des animaux ?

les liens qui libèrent, 408 pages, 24 euros.

Si l'espèce humaine n' est bien souvent pas apte à différencier deux moutons, entre eux les ovins ne s'y trompent pas...

Si l'espèce humaine n' est bien souvent pas apte à différencier deux moutons, entre eux les ovins ne s'y trompent pas...

Pas pour autant centré sur le mouton, ce livre devrait intéresser tout curieux du vivant et des autres espèces que la nôtre.

Merci à Marie Christine pour l'info de cette parution!

Partager cet article
Repost0
27 mai 2016 5 27 /05 /mai /2016 12:24

Il arrive qu'on ne retrouve pas le placenta après une naissance.

Enfoui dans la litière, perdu sur la prairie, emporté par un animal....

Mais parfois, c'est la brebis qui l'a elle-même consommé totalement.

Elle l'a fait
Elle l'a fait
(Photos Thomas Szabo)

(Photos Thomas Szabo)

Merci à l'éleveur qui m'a transmis ces/ses clichés, car en fait je n'ai encore jamais pu observer ce comportement chez les Lutins, même si une fois une brebis a commencé cette consommation sans la mener en sa totalité.

On explique que l'animal adopte ce comportement pour éliminer traces de naissance face aux prédateurs ou/et pour emmagasiner calories après l'effort de la mise bas.

Il faudrait en réalité prendre le problème à l'envers. Concevoir que ce n'est pas une volonté véritable, mais un prolongement à l'extrême du comportement instinctif de léchage-nettoyage du petit par la femelle, ce qui en conséquence aboutit à faire disparaître le placenta en le consommant... ce qui peut effectivement s'avérer alors utile encore une fois en conséquence face aux risques de prédation ou encore d'un point de vue apport calorique pour la mère (d'ordinaire végétarienne).

Pour les moutons à deux pattes que nous sommes, ci-dessous un lien amusant....

Partager cet article
Repost0
22 mai 2016 7 22 /05 /mai /2016 11:56
Analyse.

Analyse.

Vérification.

Vérification.

Décision.

Décision.

Capture.

Capture.

Dégustation.

Dégustation.

Et on recommence.

Et on recommence.

Façon ballerine.

Façon ballerine.

Ainsi chez les Lutins, la végétation n'est pas taillée à hauteur de vache, comme dans les parcs ... à vaches forcément, mais à hauteur de Ouessant ... qui fait des pointes.

Partager cet article
Repost0
26 avril 2015 7 26 /04 /avril /2015 13:44

Depuis ce 1er avril, voilà presque quatre semaines que les béliers ont retrouvé les brebis.

Chaque année, je choisis cette date symbolique pour réunir à nouveau les deux clans filles et garçons, séparés depuis sept mois.

Cela fait quatre semaines

Cinq trop courts mois d'un troupeau réuni que le berger savoure, mais en premier chaque Ouessant.

Cela fait quatre semaines

L'équilibre dans les esprits enfin retrouvé!

Des mâles beaucoup plus calmes et détendus.

Des femelles sereines, moins inquiètes, qui, du jour au lendemain s'autorisent à se disperser largement, ne formant plus un seul groupe mais des petites bandes éparses.

Cela fait quatre semaines

Qui veut l'épanouissement de ses moutons, doit pouvoir leur offrir conditions de vie qui se rapprochera autant se peut vers leurs rythmes sociaux naturels.

Cela fait quatre semaines

On s'autorise l'éclatement, au sens propre comme au sens figuré.

Cela fait quatre semaines

On s'autorise la dispersion à plus de cent mètres les uns des autres. Dans les fonds....

Cela fait quatre semaines

... jusque sur les hauteurs.

Cela fait quatre semaines

Le petit nouveau qui pourrait sembler perdu....

Cela fait quatre semaines

... ne l'est pas pour bien longtemps.

Cela fait quatre semaines

Le repos se prend où on veut, quand on veut, avec qui on veut.

Cela fait quatre semaines

La sérénité se lit dans le jeune mâle qui a su s'entourer,...

Cela fait quatre semaines

... tout autant que dans celui qui a préféré s'isoler un peu.

Cela fait quatre semaines

A chaque retrouvaille annuelle, je suis sidéré par le changement de comportement global en moins de vingt-quatre heures.

Cela fait quatre semaines

C'est réellement un plaisir de retrouver ses animaux épanouis après les avoir vus contraints à patienter et se languir durant de trop longs mois.

Cela fait quatre semaines

Etre agneau dans une structure sociale avec mâles n'est pas un souci.

Cela fait quatre semaines

Ces derniers ont bien d'autres choses à faire que taquiner le bambin.

Plus il aura d'espace et une vie sociale riche, moins le bélier manifestera de troubles et de tensions intérieures.

Oui, mais ça c'était avant.

Depuis la vie est encore plus belle. L'herbe a reverdi et les arbres se sont couverts d'un vert tendre. Le soleil est revenu. Le Lutin est un Ouessant heureux, comme ils devraient tous l'être si leur berger est attentif à leurs besoins.

Partager cet article
Repost0
12 avril 2015 7 12 /04 /avril /2015 16:04

Maintenant presque huit mois que les glands avaient commencé à tomber. Ils sont devenus rares, engloutis quotidiennement par les moutons.

Pourtant....

Addiction

... quand il n'y en a plus....

Addiction

....il y en a encore.

Il suffit de bien chercher....

Addiction

... et pourquoi pas creuser...

Qui cherche trouve. Dans le cas présent, je le vérifie à chaque fois.

Partager cet article
Repost0
21 mars 2015 6 21 /03 /mars /2015 06:14

Dans un article des mois passés, j'avais promis de mentionner le lien du site de Pierre Jouventin dès qu'il serait remis à neuf et accessible.

Rien sur le mouton, mais ceux qui déjà ne voient pas dans le Ouessant seulement un ovin mais un animal d'abord, ne pourront que se délecter dans les méandres de l'univers de ces autres êtres du vivant dont l'animal humain voudrait se démarquer, bien que non vraiment différent dans sa nature même, mais seulement dans le degré sous certains angles.

Pour les autres, peut-être l'occasion de découvrir cet univers sur lequel ils ne se sont jamais penchés.

Bon voyage!

Partager cet article
Repost0
2 octobre 2014 4 02 /10 /octobre /2014 12:02

Le constat est le même chaque automne, mais c'est tellement parlant qu'il est difficile de ne pas... en parler.

Vies en parallèle

Au parc des mâles, presque toute la vie s'écoule en la formation de deux groupes bien distincts.

Les "plus de 18 ans" et les "moins de 18 ans".

Vies en parallèle

Les "moins de 18 ans", comprendre les "moins d'un an" ou encore les jeunes de l'année, mènent leurs activités à se nourrir, puis de repos pour ruminer, en un groupe homogène, comme si un certain cap pour entrer dans l'âge adulte devait être passé.

Il est vrai que les préoccupations de scooter et l'imaginaire partagé sur les brebis ne peuvent intéresser que des jeunes de leur âge.

Vies en parallèle

Les "plus de 18 ans", comprendre plus d'un an et adultes, échangent bien davantage durant ce temps sur la météo et les incidents climatiques vécus durant leur vie, mais bien plus encore sur leurs aventures avec celles qu'ils ont fait mères ou qui ont eu le toupet de les ignorer, s'interrogeant en la circonstance sur leur avenir de reproducteur choisi ou pas pour la nouvelle saison des amours.

Les jeunes avec les jeunes; les vieux avec les vieux!

C'est ainsi chez les béliers.

Il y a bien quelques regroupements à l'occasion mais cette tendance à la ségrégation est bien nette la plupart du temps.

La nuit semble être plus propice au regroupement.... peut-être parce que l'union fait la force!

Partager cet article
Repost0
22 mai 2014 4 22 /05 /mai /2014 11:49

A ce jour, neuf semaines d'écart entre les plus vieux agneaux et les derniers nés.

Comme en récré.

Comme en récré, les groupes se forment en fonction des affinités et donc de l'âge, puisqu'à chaque âge ses préoccupations.

Les petits avec les petits, de par leurs soucis de niveau de classe maternelle.... beaucoup de repos, étonnement ou affolement pour un rien, curiosité et exploration du monde nouveau.

Les grands avec les grands, on ne rêve plus de faire comme papa ou comme maman, on le fait, en passant ses journées à brouter et ruminer.

Partager cet article
Repost0
8 avril 2014 2 08 /04 /avril /2014 22:14
Zen attitude chez Monsieur.

Fin mars les béliers se trouvaient encore isolés des brebis.

Comme chaque année désormais, je prévoyais d'autoriser les retrouvailles à la date symbolique du 1er avril.

Mais les chenapans en décidèrent autrement... Après sept mois de séparation, le grillage malmené finit par céder et la bande des cornus retrouva d'elle-même les filles avec 48h d'avance. Pas bien grave.

Zen attitude chez Monsieur.

Tout le monde s'en trouve épanoui, moi y compris à voir la troupe qui l'est véritablement pour cinq mois.

Zen attitude chez Monsieur.

Agneaux, brebis, béliers, chacun vit sa vie selon les priorités de son âge, son sexe, son caractère, son humeur, ses besoins...

Zen attitude chez Monsieur.

Même si un pervers aux pieds pointus, face à la situation nouvelle, vient encore parfois vous renifler le derrière avant de comprendre que l'heure des festivités est malheureusement passée pour lui...

Zen attitude chez Monsieur.

Déçus, les mâles préfèrent se congratuler...

Zen attitude chez Monsieur.

... confessant que le bonheur est bien dans le pré avec les brebis et leurs agneaux et qu'ils vont en abuser encore et encore jusqu'à la fin de l'été...

Zen attitude chez Monsieur.

... à l'occasion près d'une belle, rien que pour le plaisir des yeux, et aussi dans la bonne entente.

Zen attitude chez Monsieur.

L'épanouissement des béliers...

Zen attitude chez Monsieur.

... une nécessité à leur équilibre en une zen attitude.

Mutant, mais toujours mouflon, le bélier qui peut vivre pleinement une vie sur le modèle de celle de ses ancêtres n'a aucune raison de développer des troubles comportementaux problématiques (parfois dirigés vers les humains qu'il côtoie).

Partager cet article
Repost0