Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Le Mouton d'Ouessant Elevage des Lutins
  • : Le bonheur est dans le pré. Cours-y vite, cours-y vite....... Merci de venir visiter mon blog qui a pour but de vous faire découvrir le mouton d'Ouessant et de partager au moins un instant ma passion pour cet animal singulier et ce qui l'entoure.
  • Contact

Recherche

24 août 2021 2 24 /08 /août /2021 12:29

J'imagine que le visiteur suffisamment courageux, curieux, passionné pour entreprendre se plonger dans la catégorie "historique" du blog des Lutins, doit être rare.

Aussi dans un monde où l'humain passe de plus en plus de temps à zapper plutôt qu'à se poser, pour satisfaire un plus grand nombre, voici un rapide panorama du Ouessant du passé parmi quelques unes des plus anciennes vues de cet ovin et les plus représentatives.

J'ai volontairement choisi de me limiter à la période charnière entre le 19ème et 20ème siècle (c'est à dire fin des années 1890 et début des années 1900). Avant les clichés sont fort rares, après le mouton d'Ouessant a très vite perdu alors son allure ancienne (qui intéresse de nos jours en sauvegarde), sous le poids grandissant du métissage avec des grandes races modernes de rente (mais pourquoi pas consacrer un article prochain à ce après).

Vous avez dit Ouessant

Un dessin paru dans un journal en 1909, mais je n'ai plus souvenir dans l'instant si la date de réalisation du croquis est connue.

C'est bien un mouton d'Ouessant sans prétention qui nous est représenté, de ceux qui aujourd'hui n'auraient guère de succès sous l'angle de la sélection vers un Ouessantin idéalisé.

Les marques blanches ne sont qu'un effet de jeu d'ombre et de lumière pratiqué en dessin, ici pour donner du volume à la toison et donner l'effet mèches, tous les animaux représentés étant bien de coloration noire. 

Vous avez dit Ouessant

L'équipage de la Louise, premier vapeur à faire les traversées vers l'île d'Ouessant. L'agneau blanc nous rappelle que cette coloration, bien présente dans le cheptel ouessantin, génétiquement dominante, est en cours d'absorber alors les autres colorations qui pouvaient encore exister dans la population de ce mouton de type ancien, y compris le fameux petit mouton noir.

Vous avez dit Ouessant

Encore le 19ème siècle pour ce cliché publié dans un magazine de l'époque. Très émouvant. Deux brebis, deux agneaux sans que l'on puisse dire à quelle mère ils appartiennent. Si les adultes semblent assez haut perchés dans leur allure, l'agnelle (?) blanche présente une silhouette bien commune avec celle des jeunes d'aujourd'hui et ne déparerait pas parmi mes agneaux actuels (123 ans après). 

Vous avez dit Ouessant

Déjà bien grand en rapport à notre standard actuel ce jeune bélier noir.

Tout comme cette ronde agnelle blanche (encore marquée par un bronzage naturel normal de la fibre à cet âge en cette coloration pour certains animaux).

Je me permets de rappeler qu'une oblitération ne fait qu'indiquer la date d'envoi du courrier carte postale et n'indique en rien la date de prise de vue souvent bien antérieure....

Vous avez dit Ouessant

Ils sont loin, mais ils sont une dizaine les petits moutons d'Ouessant. Difficile de s'en priver, les vues avec leur présence sont si rares ...

Vous avez dit Ouessant

Je m'interroge toujours sur la coloration réelle de ces deux Ouessant ( en réalité de 1902 ou avant).

Noire à canitie? grey? noire faded? autre encore?... le mystère m'agace!

Vous avez dit Ouessant

Blancs, et en masse, depuis bien plus longtemps qu'on ne l'imaginait lors du démarrage de la sauvegarde des derniers Ouessant (continentaux) en 1976... et même vingt ans après encore ...

Le manque de curiosité face à ce que l'on souhaite sauvegarder m'avait toujours surpris... et aujourd'hui encore...

(On appelait foire, le rassemblement annuel des ovins laissés libres sur Ouessant hors période des cultures)

S'y cache, au centre, le plus ancien et le seul bélier (blanc ici) connu en photo sur Ouessant, loin et de dos malheureusement... 

Vous avez dit Ouessant

Géante l'agnelle (en laine), à moins d'une antenaise (un an) non tondue encore.

Belle densité, la brebis tondue. Un caractère associé à cette coloration, caractère que l'on retrouve encore aujourd'hui chez les Ouessant blancs assez souvent, contrairement aux animaux noirs (sauf exception).

Etrange cette mise en scène pourtant en plein air d'après le sol, devant un panneau peint n'ayant rien de maritime!

Jusque là des clichés pris sur l'île d'Ouessant.

Vous avez dit Ouessant

A présent un cliché, bien pris en Finistère mais sur la côte du continent.

Contrairement à ce qui est précisé dans un ouvrage sur le Ouessant, rien n'indique un bélier sur les bases de l'image. En toute logique une brebis et son agnelle tenue en main gauche (c'est à dire à droite). C'est ainsi que ce duo type était attaché sur les landes et pelouses naturelles (sur Ouessant, durant les mois de cultures).

Sans considération de coloration, le morphotype des deux animaux exhibés entre tout à fait dans l'orientation à la mode du moment chez les éleveurs dits passionnés d'aujourd'hui. 

Pour finir, prises assurément en studio, quelques vues d'une bien longue série d'une même ambiance dans laquelle posent les mêmes jeunes gens et les mêmes jeunes moutons.

 

Vous avez dit Ouessant
Vous avez dit Ouessant
Vous avez dit Ouessant

Sans doute également donc du Ouessant continental, conciliant ou apprivoisé, dans cet exercice.

Des animaux bien frêles de par leur construction physique (y compris le blanc). Personne, parmi les éleveurs passionnés, pour se disputer de tels Ouessant de nos jours, si ces moutons pouvaient se présenter à nous. Pourtant ces Ouessant d'il y a cent ans devaient être de phénotype et génotype bien plus "originels" (pour reprendre qualificatif à la mode actuellement) que n'importe quel Ouessant de notre 21ème siècle....

Je suis toujours surpris que dans une démarche de sauvegarde, le "relooking" actuel (entrepris depuis 45 ans en fait) de la seule matière Ouessant du passé qui nous soit parvenue n'interroge personne (sauf moi qui radote à l'occasion...), alors que beaucoup se prennent la tête dans le même temps pour la moindre marque sombre bien dérisoire présente sur un Ouessant blanc par exemple. La notion de sauvegarde semble être à géométrie variable selon les intérêts mis en avant.

Toutes ces vues font rêver, voyager dans le temps. Malheureusement ces traces visuelles sont rares et, bien que des plus précieuses, n'apportent que trop peu de renseignements concrets sur les dizaines et même centaines de milliers de Ouessant ayant trotté sur l'île, ne serait-ce que  durant les années 1800 quelque chose. Bien prétentieux qui prétendrait pouvoir définir un profil moyen de construction du Ouessant type de cette période 19ème!

Quelle belle invention tout de même le piégeage de la lumière!

Partager cet article
Repost0
22 juillet 2021 4 22 /07 /juillet /2021 06:19

Pour aiguiser connaissances et sens de l'observation, amusez-vous à déterminer les colorations de divers Ouessant des Lutins du moment présentés dans cet article .

Pour information, tous les animaux sont des Ouessant issus de sujets avec plus de 40/45 ans d'origines connues et de suivis en reproduction, sans croisement piège depuis avec d'autres ovins.

Il est possible de s'interroger en classant par exemple les Ouessant de couleur noire et ceux de couleur brune.

Ou encore de définir les animaux de patron agouti et ceux Non agouti.

Pour les moutons agouti de déterminer le patron (l'allèle précis du locus Agouti, en considérant que 4 allèles sont possibles)

On peut définir aussi les Ouessant concernés par le gène à effet de décoloration (faded).

Si on raisonne ainsi, il est alors possible de décrire précisément l'ensemble des caractères de coloration de chaque Ouessant en photo.

Sur le sable ou sur le pré, bon amusement à qui a déjà des connaissances sur ce sujet!

Pour qui découvre la réalité colorée chez le Ouessant, c'est peut-être l'occasion d'être curieux et de fouiller dans ce blog pour en apprendre plus sur ce sujet ... 

Bon alors, allons pour les réponses données en jaune en ce même article après chaque photo.

Photo 1

Photo 1

Photo 1

Il s'agit d'un Ouessant en couleur de base noire et dit "faded", c'est à dire dont la toison se trouve décolorée par la présence en double d'un allèle dit "faded" qui a cet effet sur la fibre en l'éclaircissant.

Ce type de toison pose parfois problème d'identification pour certains éleveurs, en particulier ceux de l'étranger qui croient y voir un animal Agouti grey en base noire.

Non, cette brebis en photo est bien "nonagouti".

(Pour les branchés, le génotype précis est AaAaB+B+FfFf. C'est à dire homozygote pour l'allèle nonagouti du locus Agouti, homozygote pour l'allèle B+ donnant une coloration de base noire au locus Brown, et enfin homozygote pour l'allèle faded à effet du locus Fading.)

Il est vrai qu'il existe ressemblance pour cette brebis avec le patron de l'allèle Agouti grey. Mais l'extrémité du museau clair correspond ici à un phénomène de canitie avec l'âge. Le tour des yeux n'est pas véritablement marqué de blanc. Difficile à voir ici mais on ne perçoit pas d'éventuels poils clairs à l'intérieur des oreilles. Les étrangers surnomment les Agouti grey "moisis/schimmel". L'aspect de cette toison tondue pourrait y faire penser, mais il faut savoir qu'il existe une grande variabilité d'expression du "faded" chez le Ouessant pouvant donner des animaux très sombres ou très clairs, intermédiaires forcément ou à nuances comme ici. Globalement sur cet animal, c'est aussi l'aspect des poils de la face et des membres demeurés assez uniformes sans décoloration qui aident à écarter l'Agouti grey.

Une remarque d'un autre ordre, on notera sur cette brebis, la marque blanche de naissance entre les oreilles qui demeure de façon estompée. Ce phénomène de conservation à l'âge adulte de la marque blanche que certains agneaux avaient à la naissance est une tendance chez les animaux soumis à l'effet du "faded", alors que cette même marque disparaît presque toujours chez les Ouessant dits noirs et non touchés par l'effet "faded" de décoloration de leur toison. 

Enfin, malgré le trouble qui persisterait dans certains esprits peu convaincus, j'ajouterai que vous pouvez me croire car chez les Lutins la reproduction se fait par accouplements calculés, c'est à dire que je connais le père de chaque naissance voulue. Ainsi en rapport à chaque mère et sa progéniture obtenue, les règles de la génétique sont également là pour ne laisser aucun doute sur un résultat. Donc, absolument pas d'Agouti grey dans cette situation (d'autant que chez moi cet allèle n'est reproduit que de façon visible et jamais cachée comme dans un animal blanc par exemple...

Photo 2

Photo 2

Photo 2

Comme en photo précédente, nous sommes devant un Ouessant noir mais cette fois il ne s'agit pas d'un animal nonagouti au locus Agouti, mais exprimé grey au locus Agouti. En résumé, cette brebis est Agouti grey sur couleur de base noire. (Pour les branchés, précisément AgAaB+Bb. Hétérozygote au locus Agouti, c'est forcément l'allèle Agouti grey  Ag dominant qui s'exprime sur l'allèle Agouti nonagouti Aa récessif. De même, cette brebis est porteuse de brun mais rien ne permet de le savoir en la voyant; au locus Brown, c'est donc l'allèle B+ dominant qui s'exprime sur l'allèle Bb récessif, d'où l'apparence noire exprimée.)

Sur cet animal, on remarquera que la décoloration habituelle du museau et du tour des yeux chez l'Agouti grey, s'étend très largement en face. On voit aisément l'aspect clair dans les oreilles et même sur. La toison tondue a cet aspect dit "moisi". La position de la brebis ne permet pas de détailler les pattes. Comme toujours, il faut bien garder à l'esprit que pour le patron Agouti grey comme pour tout autre allèle de coloration, il existe une grande variabilité d'expression de cet allèle autour d'un schéma de base.

Photo 3

Photo 3

Photo 3

Un classique Ouessant dit blanc, c'est à dire plus exactement d'un point de vue génétique Awt exprimé (Awt, Agouti white tan, Agouti blanc ou/et bronzé.... dans ce cas précis, le tan/bronzage est pratiquement inexistant.)

Plus précisément, connaissant mes animaux, cette brebis est hétérozygote au locus Agouti. Elle est AwtAa, c'est à dire "blanche" d'apparence mais non agouti en second allèle caché. Extérieurement, rien ne permet de le savoir. De même, concernant le locus Brown dont rien n'est décelable à cause de la coloration blanche (qui est en fait une absence de coloration), cette brebis est B+Bb, donc porteuse également de l'allèle Bb donnant la coloration brune. Tout cela pour rappeler que le Ouessant dit blanc est celui qui peut, éventuellement, cacher le plus de choses ...

Photo 4

Photo 4

Photo 4

Pour aller vite, même coloration qu'en photo 1, Ouessant noir soumis à l'effet "faded".

Je ne reprendrai pas les détails d'écriture génétique et d'aspect. Simplement je ferai remarque d'une toison plus claire et plus uniforme chez ce sujet, le tout donnant un contraste marqué entre toison décolorée et reste du corps de ce Ouessant noir.

Photo 5

Photo 5

Photo 5

Comme en photo 3, un Ouessant blanc. Sur ce sujet, le tan/bronzage (foncé) demeure à l'âge adulte et permet de mieux comprendre que cet allèle de coloration se dise Agouti blanc bronzé, Agouti white tan, Awt.

Photo 6

Photo 6

Photo 6

Comme en photo 2, Ouessant Agouti grey sur base noire. Ici le masque est plus caractéristique avec contraste du bout du museau et du tour des yeux. La toison très uniforme en décoloration et particulièrement claire laisse suspecter une brebis concernée par l'effet "faded" expliqué en d'autres photos précédentes. Pourtant rien n'est certain, seule la naissance de l'an prochain pourrait infirmer la chose si à tout hasard un agneau noir non faded voyait le jour suite à accouplement de cette mère avec un mâle noir faded (le sujet en photo 7). En effet, l'accouplement de deux Ouessant "faded" ne peut produire que "du faded" pour parler simplement. 

Photo 7

Photo 7

Photo 7

Un Ouessant noir soumis à l'effet "faded" (comme en 1 et 4). Pas d'autre remarque à ajouter sur la toison, mais je préciserai que l'aspect clair de la corne est là encore d'une grande variabilité selon les béliers. Certains mâles "faded" peuvent avoir des cornes très sombres, tout comme leur toison, créant ainsi confusion avec des béliers noirs "non faded".

Photo 8

Photo 8

Photo 8

D'abord c'est un Ouessant brun cette fois (BbBb).

Le patron exprimé sur cette couleur brune est celui de l'allèle Agouti grey (Ag). La brebis tourne un peu la tête mais on devine la face brune, le tour des yeux et le bout du museau blanchâtres.

Photo 9

Photo 9

Photo 9

Il fallait au moins un Ouessant classique dit "noir"; ce fut cet agneau de l'année. (AaAa, homozygote pour l'allèle nonagouti du locus Agouti).

Pas d'effet "faded" évoluant. Il ne fallait pas se laisser piéger par le jeu d'ombre et de lumière dans l'instant du cliché

Photo 10

Photo 10

Photo 10

Bon là c'était forcément pas évident.

Déjà pour ce que l'on voit de la pigmentation, c'est un Ouessant noir.

Ensuite, le larmier clair trahit un allèle du locus Agouti.

Maintenant, deux seuls avec larmiers sont possibles parmi le troupeau des Lutins largement présenté dans ce blog. La face ne présente pas de dessin particulier comme sur le patron type du Ouessant Aos(Agouti ouessant swiss).

Il s'agit du patron Agouti rusty midesides (Arm) défini alors par Roger Lundie dans un troupeau d'origine d'Hervé Vaillant.

Cette brebis présente de plus une décoloration importante en toison du fait qu'elle est probablement soumise à l'effet "faded" dans la logique de sa généalogie génétique.   

Photo 11

Photo 11

Photo 11

On n'en voyait que la toison pour ainsi dire, mais oui, c'est bien un Ouessant noir soumis à l'effet faded (AaAa, nonagouti au locus Agouti et FfFf, homozygote pour l'allèle faded de décoloration)

Photo 12

Photo 12

Photo 12

Pas noire mais brune cette agnelle. BbBb, homozygote au locus Brown pour l'allèle récessif brun (Bb).

Le pigment eumélanique brun est une mutation récessive du pigment eumélanique noir.

Cet animal est bien Aa, nonagouti au locus Agouti, n'est pas non plus un futur sujet en construction "faded", contrairement à ce que le tour des yeux pourrait suggérer. Tout comme les agneaux noirs peuvent roussir en face, les agneaux bruns peuvent s'éclaircir en face par dégradation de l'eumélanine.

Photo 13

Photo 13

Photo 13

Encore une brebis "noire faded" (Aa, non agouti au locus Agouti, et FfFf, homozygote pour l'allèle faded de décoloration au locus Fading)

Ce sujet conserve une face particulièrement sombre, évitant ainsi l'hypothèse d'un allèledu locus Agouti autre que le nonagouti.

Photo 14

Photo 14

Photo 14

C'était un piège avec la photo 8, mais non, malgré les similitudes de toison, cette brebis n'est pas Agouti grey (Ag) mais Agouti white tan (Awt), ici le tan persistant intensément à l'âge adulte.

Dans le premier cas, l'aspect roussâtre (en 8) tient à la mutation brune de l'eumélanine qui pigmente la fibre, alors qu'ici en 14, cet aspect tient au pigment phéomélanique.

C'était le principal piège entre ces deux Ouessant.

Il me faudra les photographier côte à côte comme je les ai vus dernièrement pour mieux réaliser encore cette ressemblance troublante.

Bon jeu de détective!

Réponses et réflexions écrites en commentaires pour les courageuses et courageux? N'hésitez pas pour l'intérêt de tous et faire avancer le schimilimili ... 

Bon, je n'ai pas encore pris le temps de comparer vos réponses (ni de me relire), mais merci à celles et ceux qui se sont lancés. Je pense que chacune et chacun saura corriger sa copie si besoin est.

Les plus perspicaces ont peut-être reconnu certains animaux déjà présentés en d'autres articles pour s'aider; ce n'est pas déméritant.

Remarques et questions(si je peux y répondre) sont toujours les bienvenues si vous avez ...

Je ne manquerai pas de vérifier s'il y a un (des?) sans-faute. 

Partager cet article
Repost0
11 juillet 2021 7 11 /07 /juillet /2021 09:01

D'un point de vue génétique, il existe chez le mouton un gène déterminant le patron coloré (dessin symétrique touchant les deux profils pour l'ensemble du corps de l'animal). Ces patrons sont très nombreux et classés par ordre de dominance/récessivité dans un ensemble dit Agouti.

L'allèle de référence est l'Agouti wild (Agouti sauvage) faisant référence au patron coloré du pelage du mouflon (ancêtre des moutons).

Chez le Ouessant, est courant l'Agouti white tan (Agouti blanc ou/et bronzé) correspondant aux animaux dits "blancs" (on le retrouve dans beaucoup de populations ovines).

Chez les Lutins sont sauvegardés également les allèles Agouti grey, Agouti ouessant swiss et Agouti rusty midesides.

Enfin chez le Ouessant, le plus courant de tous, est le patron uniforme de l'allèle Non agouti (en couleur noire, c'est à dire coloré uniquement par le pigment eumélanique noir, patron dit "noir" .... mais ce patron uniforme existe également en couleur brune, c'est à dire coloré uniquement par la mutation brune du pigment eumélanique).

  

Non agouti "pour de vrai"

Tous ces petits rappels étaient importants pour comprendre la face de Mélodie des Lutins.

Cette brebis est bien de coloration Non agouti (AaAa) sur couleur de base noire.

Elle a maintenant quelques années. La canitie (apparition de poils blancs) s'intensifie sur l'ensemble du corps et en particulier le museau qui pourrait devenir "blanc" avec le temps.

Le plus étonnant est que cette année (pas jusque là), elle a maquillé ses paupières de poils roussâtres. Si on observe bien, le haut du museau suit le même chemin.

Malgré décoloration du museau et sans doute altération du pigment eumélanine noir dans les poils autour des yeux, cette brebis ne possède pas les caractères de la coloration Agouti grey qui présente tour des yeux et museau décolorés. Génétiquement elle ne possède pas cet allèle Agouti grey de toute façon.

Non, Mélodie est bien une brebis Non agouti noire, présentant simplement des signes de variations, altérations pigmentaires. Je n'ai pas utilisé le terme "défauts" volontairement car il ne faut pas voir en cela un défaut, mais une des variabilités qu'affiche le vivant. Qui dit variabilité, dit diversité et qui dit diversité, dit richesse...

J'espère que la quête systématique du Ouessant plus blanc que blanc ou plus noir que noir (bien que ces animaux soient extrêmement importants également comme expressions de toisons) est une pratique d'un temps révolu, fruit d'orientations d'élevage réductrices, maladroites et naïves faute de réflexion. L'expression de la particularité a toute sa place dans le paysage ovin du Ouessant de type ancien. Il en va ainsi depuis la nuit des temps.

Nombreux sont les éleveurs qui ont déjà vu la face de leurs Ouessant noirs (Non agouti) roussir, y compris dans les souches les plus anciennes. De même la canitie au bout de quelques années est monnaie courante.

Agneau brun Non agouti (à l'étonnante face plus claire que le corps à la naissance).

Agneau brun Non agouti (à l'étonnante face plus claire que le corps à la naissance).

Série d'adultes noirs Non agouti (au museau devenant blanc avec l'âge et parfois le tour des yeux plus clair)..

Série d'adultes noirs Non agouti (au museau devenant blanc avec l'âge et parfois le tour des yeux plus clair)..

Non agouti "pour de vrai"
Non agouti "pour de vrai"
Non agouti "pour de vrai"

C'était là galerie de quelques uns des Lutins de ces vingt cinq dernières années qui pourraient perturber et faire imaginer animaux Agouti grey ,mais pourtant véritablement Non agouti (pour de vrai).

Si donc vous avez suspecté animal Agouti grey parmi vos animaux et qu'il ne l'est finalement pas, n'ayez aucune honte. L'erreur est humaine et certains Ouessant sont parfois troublants, au point, comme j'ai pu le voir de mes propres yeux et l'entendre de mes propres oreilles devant certains Lutins, de piéger des plus réputés des généticiens en ce domaine ...

Il est bon au contraire d'être observateur et critique (dans le sens de l'analyse) face à un mouton.

Brebis Agouti grey sur base brune (la Eve pour cet allèle Ag pour tous les Lutins l'affichant et leurs descendants)

Brebis Agouti grey sur base brune (la Eve pour cet allèle Ag pour tous les Lutins l'affichant et leurs descendants)

Le plus souvent, l'allèle Agouti grey ne se détermine pas seulement à la face d'un mouton quand celui-ci est adulte ... mais c'est une autre histoire ...

Partager cet article
Repost0
26 juin 2021 6 26 /06 /juin /2021 12:43

L'automne dernier avait apporté une belle série de naissances tardives, en particulier en toisons dites "blanches".

Neuf mois après, les animaux ont forcément bien grandi et ils se retrouvent même tondus.

Sur l'ensemble, je n'avais conservé que les femelles, les mâles faisant des heureux ailleurs.

Au final, sur les quatre filles, j'ai sélectionné les deux brebis les plus intéressantes pour mon travail.

 

Oui blanc!

Il y a d'abord Savane qui, comme on le voit, a su conserver ses zones de bronzage, assez particulières la concernant.

Oui blanc!

En effet Savane présentait une coupure nette entre le bronzage en croupe et un blanc plus pur en thorax.

Oui blanc!

Photo souvenir de Savane à sa naissance pour se remémorer son aspect.

Oui blanc!

La seconde élue est Peluche (qui avait une toison dense dès la naissance).

Oui blanc!

Peluche révèle à la tonte sa belle tenue léopard qu'elle a conservée.

Oui blanc!

Peluche à la naissance pour se remémorer et comparer.

Oui blanc!

Pour rappel, ces deux brebis "blanches", comme tous les Ouessant dits blancs, sont plus exactement d'un point de vue génétique, de toison Agouti blanc bronzé (Agouti white tan, Awt).

Le Ouessant a la particularité d'offrir une grande variabilité de ces toisons, pouvant aller d'un blanc immaculé et pur, en passant par des blancs plus beiges ou encore panachés de tan voire quasi totalement bronzés, même à l'âge adulte.

Oui blanc!

La belle diversité d'expressions des toisons dites blanches chez le Ouessant, avec ou sans tan, est non seulement un réel plaisir pour les yeux, mais d'abord une formidable richesse patrimoniale d'un point de vue génétique pour le type ovin Ouessant de forme ancienne.

Oui blanc!

Savane et sa mère Pica, deux nuances de blanc (version avec et version presque sans pigment phéomélanique donnant cet aspect roussâtre qui faisait appeler ces animaux "rouges" par les anciens)

Oui blanc!

Toutes les naissances blanches de l'automne dernier, du moins celles conservées et que j'ai pu voir évoluer, sont bien de mon bélier dominant d'alors (d'abord par sa taille), Hubot. En effet, durant la croissance, certains caractères dans la construction, dont le crâne, n'ont fait que confirmer ce que je supposais déjà globalement concernant l'énigme de paternité (non calculée).

Hubot, bélier blanc (au magnifique tan persistant).

Hubot, bélier blanc (au magnifique tan persistant).

Hubot est comme je dis "un bélier de château", pour faire allusion à ces Ouessant issus des souches Ouessant continentaux les plus anciennes vivant sur les parcs des châteaux... et ayant permis avec d'autres souches la relance de ce type ovin dit Ouessant de forme ancienne qui malheureusement avait fini par disparaître sur son île d'origine.

Certes ces lignées n'ont pas subi de sélection particulière ces cinquante dernières années, affichant en particulier sur une taille un peu plus grande que dans le standard créé depuis, mais ils n'en sont pas moins précieux du point de vue de la "substantifique moëlle", du "sang" ou du "patrimoine génétique" comme on voudra.

Si le bel Hubot a rejoint à présent un éleveur averti amateur de ce type de souches qui saura lui offrir un bel avenir ainsi qu'à ses gènes, les Lutins en conserve les perles précieuses que sont Savane et Peluche. Ces dernières auront le droit de s'accoupler à l'automne prochain ou 2022, pour enrichir de nouvelles lignées de cette part "Ouessant de château" présentant en particulier une belle rusticité... et participer au brassage des gènes qui construit l'identité d'une population ovine et d'abord celle du troupeau.

Oui blanc!

Si donc un jour quelqu'un s'autorisait à vous faire remarquer que votre Ouessant n'est pas assez blanc(he), maintenant vous savez que vous pourrez vous autoriser à regarder cette personne droit dans les yeux avec un petit sourire en coin pour lui faire comprendre qu'il/elle aurait mieux fait de se taire pour ne pas dévoiler son ignorance, et lui expliquer gentiment mais avec masse de détails ci-dessus exposés, ce qu'est réellement une coloration dite blanche, la diversité rencontrée chez le Ouessant sur cet aspect, et même la renvoyer aux documents photographiques anciens révélant cette diversité existant de longue date dans ce type ovin... le principe du "je ne crois que ce que je vois" prévalant sur tout blabla.

Le Ouessant a tout à fait le droit de présenter zones de "bronzage" (tan), d'intensités, de formes et d'étendues variables, tout autant au stade juvénile qu'à l'âge adulte. Son histoire et sa réalité génétique veulent qu'il en soit ainsi ... 

Partager cet article
Repost0
7 avril 2021 3 07 /04 /avril /2021 05:06
Non sponsorisé

Un dessin sur la joue de Pirouette!

Le logo d'une célèbre marque ou une autre?

Non!

Le blog des Lutins, tout comme le troupeau, n'est pas sponsorisé, ni ne bénéficie d'aucune aide quelconque.

L'élevage passion, conservatoire et d'étude, est totalement aux frais du berger à tous les niveaux.

Aucun bénéfice, que des dépenses! (dont je me refuse de faire le bilan astronomique à présent sur 25 ans, faisant tout simplement ce qu'il faut. Quand on aime, on ne compte pas....)

Une pure perte financièrement parlant ... mais un grand enrichissement intérieur!

Non sponsorisé

Non, Pirouette présente tout simplement deux mèches privées de toute pigmentation, depuis sa naissance.

Phénomène de leucisme qui peut toucher tout mammifère ou oiseau, dans le pelage ou le plumage.

Ici limitée, cette absence de pigmentation peut être d'étendue variable ou dispersée en de multiples endroits du corps.

En 25 ans, sur des centaines d'animaux nés chez les Lutins, j'ai noté ce phénomène quatre ou cinq fois (six peut-être en comptant un animal acquis).

Il ne faut pas confondre cet aspect avec le gène "pie" chez les ovins, ni d'autres aspects génétiques rencontrés chez le Ouessant, comme ici le museau qui blanchit (canitie localisée à un âge variable) ou encore les marques frontales blanches chez certains agneaux (parfois conservées).

Non pas de sponsor!

Partager cet article
Repost0
29 janvier 2021 5 29 /01 /janvier /2021 13:15

Ces allèles de coloration de la toison chez le Ouessant sont encore rares dans cette population ovine.

Ces deux patrons du locus Agouti apparus, réapparus dans un troupeau on ne peut plus "originel" (sous forme de boutade en rapport à certains qui utilisent ce qualificatif, pour sans doute indiquer une souche continentale des plus anciennes(?)), sont travaillés dans la bande des Lutins depuis quelques années.

Brebis Ouessant de type ancien, de patron Agouti swiss, sur couleur de base brune.

Brebis Ouessant de type ancien, de patron Agouti swiss, sur couleur de base brune.

En possédant cette richesse génétique du Ouessantin de type ancien, mon but n'est pas de me faire plaisir ou en tirer une certaine gloriole.

Non, une fois de plus, tout le travail chez les Lutins s'oriente vers la sauvegarde du patrimoine de ce type ovin.

Les résultats sont pour l'instant lents faute d'un nombre important d'animaux porteurs de ces allèles, d'autant que de simple forme hétérozygote.

Swiss et rusty

Mais il n'y a pas, pour moi, on ne sauvegarde bien qu'en multipliant et ... en diffusant . Cette évidence doit en être véritablement une, d'évidence.

Aussi, dès que possible, selon les possibilités, il m'importe que ces patrons de coloration rejoignent les troupeaux d'autres éleveurs motivés, là encore dans l'optique de vouloir multiplier et diffuser, sauvegarder, et non s'approprier exclusivité.

Le vivant est fragile. Le vivant peut être vite perdu. La seule solution pour le sauvegarder donc, le multiplier et le diffuser largement, tout nouvel élevage possédant alors telle ou telle richesse devenant à son tour une banque génétique pour l'avenir de ce type ovin (et les générations futures si elles le méritent(?)). La dispersion géographique d'allèles précieux permet d'en garantir la protection, face aux vols, épizooties, attaques de chiens.... Le principe de "ne pas mettre tous les oeufs dans le même panier" 

C'est ainsi qu'une démarche conservatoire se construit. Malheureusement, rares sont les éleveurs dans un souci de conservation, mais aussi de partage, pour construire un bien commun, celui du Ouessant de type ancien. Heureusement, comme en d'autres domaines, ce sont les initiatives privées qui permettent qu'il en soit autrement. Les Lutins y travaillent...

Alors, je croise les doigts, pour que le prochain printemps d'agnelage soit riche de ces merveilles chez les Lutins. 

Brebis Ouessant de type ancien, de patron Agouti rusty midsides, sur couleur de base noire.

Brebis Ouessant de type ancien, de patron Agouti rusty midsides, sur couleur de base noire.

Partager cet article
Repost0
13 décembre 2020 7 13 /12 /décembre /2020 23:54
Bueno

Bueno

Les agneaux de cet automne à toison phéomélanique demeurent encore assez bien pigmentés pour certains, à maintenant 2 à 3 mois.

(Rappel: phéomélanine, jaune... orangé... roux terreux vineux, et eumélanine, noire ou brune, sont les deux formes de mélanine qui pigmente peau et poils chez les mammifères)

Téna

Téna

La pigmentation en toison s'estompe peu à peu et la fibre finira décolorée chez cette agnelle la plus âgée.

Savane

Savane

La toison de cette agnelle finira-t-elle totalement blanche? Dans combien de temps?

Peluche

Peluche

Pour celle-ci, la phéomélanine demeure encore soutenue.

Dodu

Dodu

Ce gars est encore bien contrasté également.

Bella

Bella

La fibre décolorée, blanche, transparaît de plus en plus en cette agnelle.

Epargnés par la laine (la bourre), on notera l'aspect différent des secteurs en poils, face et pattes des agneaux.

Que révèlera la tonte prochaine sur la pigmentation réelle à la racine des fibres?

Qu'en sera-t-il également de la coloration des pattes et de la face, une fois ces Ouessant "blancs" (Agouti white tan, Agouti blanc bronzé) devenus adultes?

La construction de tels Ouessant est toujours passionnante.

 

Titouba, eumélanique brune

Titouba, eumélanique brune

Tout comme Pralin qui n'est pas coloré par la phéomélanine mais l'eumélanine brune.

Tout comme Pralin qui n'est pas coloré par la phéomélanine mais l'eumélanine brune.

De par leurs aspects assez proches bien que différents, il y a souvent confusion entre le pigment phéomélanique roussâtre (dit aussi "rouge") et la mutation eumélanique brune (et non noire).

Ainsi les éleveurs non avertis vendent ou achètent pour des bruns, de jeunes Ouessant en fait "blancs" et annoncés "noisette", "caramel", "miel", ... voire "bruns".

Cette confusion face aux moutons est fréquente, tout comme je l'observe également dans l'univers de la chèvre.

(Autres rappels: s'il peut y avoir à la fois présence de phéomélanine et d'eumélanine dans le dessin de certaines robes,  il n'y a pas à la fois eumélanine noire et eumélanine brune sur une même robe, c'est l'une ou l'autre.)

Sur ce mouflon, présence d'eumélanine noire et de phéomélanine (pas d'eumélanine brune) en divers tons. Les zones apparaissant blanches correspondant à une absence de coloration en ces endroits.

Sur ce mouflon, présence d'eumélanine noire et de phéomélanine (pas d'eumélanine brune) en divers tons. Les zones apparaissant blanches correspondant à une absence de coloration en ces endroits.

Partager cet article
Repost0
23 novembre 2020 1 23 /11 /novembre /2020 16:33
Larmier et larmier

Le larmier est d'abord le sillon à l'avant de l'oeil qui permet d'évacuer le larmoiement et les poussières qui peuvent l'accompagner. Cette gouttière est pauvre en poils, mais ceux qui la bordent peuvent s'encrasser et former un pinceau. 

Larmier et larmier

Ainsi encrassé ou simplement luisant selon la lumière, ce larmier morphologique peut faire croire à tort à une coloration du pelage à cet endroit.

Larmier et larmier

Ensuite, on utilise également le terme de larmier pour désigner une sorte de virgule de poils décolorés, plus ou moins longue, plus ou moins large, qui borde le véritable larmier sans véritablement l'épouser et qui lui est presque perpendiculaire.

Ce dessin correspond à un élément de certains patrons exprimés chez le mouton, selon son patrimoine génétique de coloration. Il existe ainsi chez l'ovin, dont le Ouessantin, divers gènes qui permettent cette expression. De fait, si l'absence de larmier ne fait pas forcément un mouton d'Ouessant de type ancien, sa présence n'exclut en rien qu'il en est bien un.

Partager cet article
Repost0
23 octobre 2020 5 23 /10 /octobre /2020 13:54

Cet été je lisais une chercheuse travaillant depuis des décennies sur les effets de la domestication sur l'animal.

Elle faisait remarque que, d'après d'autres collègues chercheurs, la marque frontale (dite étoile) blanche en certaines robes de mammifères avait pour origine un retard de deux jours de la migration des cellules concernées au stade embryonnaire, depuis la crête vertébrale vers la zone considérée. Retard provoquant absence de coloration.

Ceci n'est pas tombé sous l'oeil d'un aveugle et de suite je m'interrogeais sur des causes similaires en rapport aux marques frontales de certains agneaux du Ouessant, sans en savoir plus depuis je l'avoue.

Etoile frontale

Cette marque peut être plus ou moins étendue, parfois réduite à quelques poils blancs.

Etoile frontale

Elle peut même être éclatée en deux ou trois marques ...

Etoile frontale

... là encore de tailles variables.

Etoile frontale

Cette marque frontale (prise à tort pour un caractère de toison pie) peut s'exprimer sur toute coloration, y compris sur des animaux blancs, comme on peut le détecter sur cette agnelle blanche de par l'expression généralisée d'un bronzage juvénile provisoire. Belle "casquette"!

Le plus souvent cette marque disparaît chez le Ouessant devenu adulte, mais pas toujours. 

Il semble bien y avoir là un caractère génétique héréditaire d'après mes observations, car élevant avec une assez grande diversité de souches de base, je remarque que cette expression est plus fréquente en certaines lignées que d'autres, quand elle n'est pas totalement absente de certaines.

Quels que soient les phénomènes réels qui déterminent ces variantes, je ne pense pas qu'il soit possible pour l'éleveur d'influer véritablement sur ce caractère, à moins de chercher à le fixer de façon systématique. Pour moi, heureusement, car il m' est plus savoureux de récolter les fruits de ce que nous appelons hasard (sans qu'il en soit véritablement un si nous savions) que d'obtenir des Ouessant tout formatés.

Une fois de plus, c'est là un des nombreux points de diversité qui fait toute la richesse d'un type ovin comme le Ouessant de forme ancienne. Que de choses à conserver!

Partager cet article
Repost0
16 octobre 2020 5 16 /10 /octobre /2020 22:11

Tout allèle de coloration peut s'afficher en une grande variabilité d'expressions selon les animaux (et ce même au sein d'un même paysage génétique global supposé)

C'est particulièrement vrai pour les allèles du locus Agouti, mais pas seulement.

Concernant l'allèle Agouti grey chez le Ouessant, cette variabilité est déjà notable dès la naissance, comme on peut le découvrir au gré des naissances chez les Lutins selon les années. Deux exemples ci-dessous pour des jeunes en couleur de base noire.

Corona ce printemps.

Corona ce printemps.

Saïga ce printemps.

Saïga ce printemps.

Les quatre photos qui suivent ont été prises le même jour fin août.

On retrouvera ainsi d'abord Corona et Saïga âgées de quatre mois environ, Ouessant en base noire donc. La décoloration des fibres depuis la racine (effet de l'allèle en question, Ag) a déjà bien progressé.

Corona cet été.

Corona cet été.

Saïga cet été.

Saïga cet été.

Il est possible que cette dernière (mais Corona également?) soit en plus une brebis homozygote pour l'allèle "faded" au locus Fading, mais cela restera à vérifier (en fait il sera seulement possible de vérifier si c'est Non par accouplement avec un mâle Non agouti noir ou brun faded exprimé qui donnerait un jeune Non agouti noir ou brun non faded exprimé, mais par contre il sera toujours impossible pour l'éleveur d'affirmer avec certitude que c'est Oui, question de loterie génétique qui donnerait un jeune Agouti grey pour toutes les naissances de la même brebis sur laquelle on s'interroge ). Sinon pour bien comprendre cette parenthèse, il faut rappeler que chez les Lutins, on ne construit que des animaux hétérozygotes pour l'allèle Agouti grey (comme pour tout allèle du locus Agouti, afin d'éviter d'être submergé par ces allèles du locus Agouti, de par leur caractère de dominance génétique sur les formes Non agouti).

Juste pour le plaisir des yeux mais avec le même constat de variabilité (et aussi la même interrogation pour l'allèle faded du locus Fading), deux agnelles de quatre mois alors, mais, elles, cette fois en couleur de base brune.

Rosetta cet été.

Rosetta cet été.

Titouba cet été.

Titouba cet été.

L' expression de l'allèle Agouti grey chez le Ouessant diffère d'un animal à l'autre dès la naissance, évolue avec la croissance dans la construction de cette coloration, mais sera de plus assez souvent changeant ensuite, d'une année sur l'autre à l'âge adulte.

Ainsi ce ne sont pas 50 nuances de grey auxquelles il faut s'attendre avec cet allèle, mais bien plus encore.

Partager cet article
Repost0