Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Le Mouton d'Ouessant Elevage des Lutins
  • : Le bonheur est dans le pré. Cours-y vite, cours-y vite....... Merci de venir visiter mon blog qui a pour but de vous faire découvrir le mouton d'Ouessant et de partager au moins un instant ma passion pour cet animal singulier et ce qui l'entoure.
  • Contact

Recherche

22 décembre 2010 3 22 /12 /décembre /2010 17:46

 

Il était une fois dans le Berry proche de chez moi, une chèvre de type local dont certains se sont inquiétés, il y a quelques années,  de ne plus la rencontrer dans les campagnes. Cette chèvre était même considérée comme étant définitivement disparue. Pourtant, dans son film "Jour de fête", Jacques Tati l'avait immortalisée dans ce plan où on  voit un jeune animal tenu par une grand-mère sur la place du village de Sainte Sévère. C'était la "chèvre à cou clair du Berry" ainsi nommée communément de par son morphe caractéristique.

Et, comme heureusement parfois dans d'autres situations similaires pour d'autres "races" anciennes, quelques exemplaires furent miraculeusement retrouvés pour pouvoir prétendre constituer un noyau d'élevage et de sauvegarde  de ce type qui faillit partir aux oubliettes... 

Comme un peu partout en France, les races caprines Saanen et Alpine avaient supplanté les types locaux dans une perspective de politique agricole nouvelle et de rendement durant le 20ième siècle.

Et pourtant...à y regarder de plus près "la chèvre à cou clair" n'est pas le type local encore antérieur, lui, mais le fruit d'un métissage de celui-ci avec la "chèvre alpine". Sacrilège! Jetez-moi tout cela ! Non, heureusement, certains se sont intéressés à ce type qui avait prospéré au point de devenir durant des décennies le "nouveau" type local et qui faillit disparaître de peu.

 

Tout cela pour revenir à nos moutons.

Voilà un bon exemple pour comprendre que ce qui fut un temps une nouveauté est aujourd'hui un témoignage du passé. Les divers types domestiques de quelque espèce que ce soit se doivent d'être conservés, d'abord à titre patrimonial et de témoignage, ensuite...j'avoue que ce n'est plus tellement mon affaire, un animal m'intéressant pour ce qu'il est et non pour ce qu'on en fait.... Le présent d'hier est notre passé d'aujourd'hui, et notre présent est le passé de demain.

 

Tout cela pour une fois de plus présenter si nécessaire ma démarche au sein de mon troupeau de moutons d'Ouessant. Je ne reprendrai pas ce que j'ai maintes et maintes fois pu écrire dans divers articles pour ne pas lasser, mais tiens à en présenter encore les axes principaux.

Les Lutins du Montana, un élevage pur plaisir et donc de loisir, mais un élevage conservatoire du Mouton d'Ouessant type ancien et d'amélioration dans le cadre du standard actuel.

Conservatoire des souches anciennes retrouvées (par les initiateurs du GEMO uniquement) et de la diversité qui peut s'exprimer au sein de ces souches, en particulier pour les colorations des toisons.

Conservatoire des influences avérées dans l'histoire de ce type ovin Ouessant ancien, que sont les conséquences du métissage avec des animaux blancs extérieurs à l'île à la charnière 1900 et avant. Mais aussi conservatoire des influences sur le continent par la suite durant le 20ième (qui d'ailleurs souvent nous échappent mais sont bien là). Ainsi que, pour finir, ces influences externes de ces dernières décennies en milieux associatifs (exemple de métissages avec d'autres ovins primitifs), pour la raison qui rejoint l'histoire de début d'article de cette"chèvre à cou clair", c'est à dire que la nouveauté d'aujourd'hui sera l'ancienneté de demain. Mais pas question pour moi de créer des nouveautés, mon travail ne voulant qu'être le témoignage d'une partie de l'histoire du petit Ouessant de type ancien, de ce qu'on en connaît dans le passé à nos jours, dans ses aventures et mésaventures.

D'ailleurs, je me fais un principe de conserver au maximum la génétique des souches pionnières du GEMO. Les influences externes citées ne sont introduites qu'à dose homéopathique, à titre de témoignage visuel, dans une reproduction calculée et gérée (m'interdisant par exemple l'accouplement de certains individus entre eux selon leur patrimoine)  afin de pouvoir prétendre que mes moutons sont bien possesseurs à 99,9 % ou encore 99,99 ...% du patrimoine génétique de ces souches pionnières du GEMO qui servent de référence Ouessant. Il en faut forcément une.

Amélioration? A comprendre du point de vue des caractéristiques physiques déterminées par le standard. Caractéristiques qu'aucun élevage, à ce que j'ai pu en voir, n'a pu globalement atteindre à ce jour ( le mien y compris).

 

Voilà. Tout cela est bien compliqué et est un travail de longue haleine avec de très nombreux critères de sélection. Mais tout cela est bien passionnant,  fait tout l'intérêt de mon travail d'éleveur et sans doute l'unicité... 

  

 

 Dans le cours du grand fleuve de l'histoire de la domestication ovine et l'évolution des animaux dits d'Ouessant, le travail du berger des Lutins est d'en conserver les différents méandres et confluents que nous pouvons en connaître ...

    

avril 10 064

 

 ...conserver le Ouessant dans son aspect d'avant hier....

 

 

avril 10 036

 

... conserver le Ouessant dans son aspect d'hier...

 

mai 10 037

 

...et aussi dans ses aspects d'aujourd'hui.

 

A quand un groupe de personnes pour s'intéresser également par la suite à la sauvegarde du type nouveau élevé actuellement sur l'île d'Ouessant et qui représente une étape tout aussi importante que d'autres dans l'évolution du cheptel ouessantin? Un Ouessant moderne certes mais un véritable mouton d'Ouessant avec les pieds sur Ouessant, lui.  

Partager cet article
Repost0
8 novembre 2010 1 08 /11 /novembre /2010 23:02

   

Tous les Ouessant du troupeau des Lutins qui ont sept ans ou plus détiennent très certainement le record de km parcourus sur route durant leur vie au sein de leur race. Je me hasarderais même à avancer la chose pour le monde des ovins, jusqu'à preuve du contraire.

 

Ceux-ci ont  fait environ 35 000 km, au rythme de 5000 km par an. Les moins de 7 ans en ont fait moins mais pas mal également (5000 de moins par année de moins, c'est logique.). Un jour viendra l'explication de ce record fort possible. 

 

 

novembre 08 013 

 

Castille (ici en photo) a dépassé les 37 000 km; alors que sa consoeur Esmeralda, autre doyenne dans le  troupeau, a franchi quant à elle la barre des 36 000 km au  compteur...Heureusement pas sur pattes! 

Partager cet article
Repost0
6 novembre 2010 6 06 /11 /novembre /2010 23:01

 

 

Casser la rumeur qui pourrait courir, ou avant qu'elle ne naisse, peut s'avérer nécessaire.

 

Il existe toujours quelqu'un quelque part qui a un avis sur tout, qui sait tout sur tout et forcément sur vous et finit par colporter sur votre vie ce que vous ne savez pas vous-même.  De l'impression, en passant par le raccourci mental, certains ont vite fait de véhiculer de fausses informations à votre sujet. Si en plus ils l'ont appris de Madame ou Monsieur "De source sûre", cela ne peut que conforter leur idée.  Ainsi, vous découvrez alors un jour l'image qui vous colle à la peau simplement à cause de la bêtise humaine.

 

Donc avant que la rumeur ne prenne racine, NON je ne suis pas Eleveur de moutons,... par contre j'élève des moutons.

Quand je dis que j'élève des moutons d'Ouessant, certains m'imaginent en professionnel de l'élevage qui vit de cette activité et se constitue un revenu suite à cette activité.

Et bien non, l'élevage de mes Ouessant (Elevage des Lutins du M.) n'est que pure perte financière. Cela ne me rapporte rien, si ce n'est le plaisir de mener un acte conservatoire vis à vis de cet ovin, d'améliorer par sélection mon cheptel unique dans son ensemble à plusieurs titres et vivre le plaisir de ce pur loisir.

 

 

 

 Aucun bénéfice financier dans l'opération. Par contre le total des frais est gigantesque, mais passion oblige. 

 

  Pour les Lutins, depuis quatorze ans d'élevage, ce sont quelques dizaines de milliers de kilomètres parcourus pour mener à bien mon projet. Il me faudrait calculer précisément, mais plusieurs années à déplacer régulièrement le troupeau, faire des milliers de km pour trouver l'animal qui m'intéresse ou aller le récupérer, rouler pour approvisionner en foin et autres aliments...tout cela fait tourner le moteur. (Après calcul, les 40 000km sont largement dépassés)

 

Il faut compter l'achat  des moutons de base ou introduits au cheptel.... Et puis, il a fallu investir dans un fourgon pour le transport. 

 

Les aliments complémentaires à l'herbe ont un coût. Combien de tonnes de foin, de luzerne, de betteraves, de granulés, de céréales,...sans oublier les seaux de minéraux?

 

Les Lutins, c'est aussi l'achat de plusieurs hectares de prairies, d'une petite maison, de 900 piquets d'acacia et de châtaigner (dont 700 enfoncés seul à l'huile de coude),  de près de 2 km de clôture (posés manuellement et également seul)...Les intérêts d'emprunt à rembourser... 

 

Toujours des dépenses en matériaux pour construire et aménager les différents abris, du plus simple au "trois étoiles" ...et encore du travail.

 

On n'oubliera pas le petit matériel, râteliers, auges... tondeuses...  Les produits vétérinaires de base (des vermifuges aux vaccins en passant par ceux pour soins exceptionnels).

 

Si je suis contraint de me séparer d'une poignée d'animaux par an (trois en 2010), ce qu'on m'en offre ne couvre même pas, justement, ne serait-ce que les frais vétérinaires: produits cités, interventions (actes et déplacements) qui sont césariennes, remise en place d'agneau, hypothermie, prise de sang obligatoire, deux vaccinations obligatoires, autre vaccination volontaire de ma part... Frais multipliés par le nombre d'animaux.

 

Y ajouter les dépenses pour l'identification obligatoire: matériel et cotisation.

 

Sans vouloir les réduire uniquement à des animaux-outils , il y a aussi les chiennes qu'il faut acheter, nourrir, vacciner, stériliser, tatouer, vermifuger, ...asperger chaque mois de produits hors de prix contre les puces et tiques.

 

Je pense normalement ne rien avoir oublié (si ce n'est tout de même le coût en temps, fatigue physique et parfois soucis). Si je devais donc faire la somme de tout cela...non je ne préfère pas...on comprendra que seule la passion peut animer cette activité et à aucun moment une démarche mercantile; ce serait d'ailleurs faire fausse route.

 

Alors! L'Elevage des Lutins du M. , une pure perte? OUI...

 

  mai 09 137

 

Mais aussi avant tout un pur plaisir (qui a son prix)...

   

Partager cet article
Repost0
8 juin 2010 2 08 /06 /juin /2010 19:29

 

N'importe quelle surface d'herbe (au moins 1500-2000 m2) est la bienvenue quand il s'agit de contribuer au bonheur de ses Ouessant et en particulier de satisfaire leurs désirs de cavalcades ainsi que l'élémentaire droit de pouvoir paître.

 

Néanmoins, au-delà  de ces aspects, j'apprécie que la pâture ne se limite pas à un simple enclos de détention dont le seul horizon n'est que la clôture qui emprisonne.

La présence d'arbres ou arbustes est tout autant un plus pour le regard qu'une aubaine pour la petite faune. Et pour les moutons, ils peuvent ainsi s'abriter du vent, d'une petite pluie tout comme d'un soleil de plomb.

 

mai 09 031

 

La prairie autour des bâtiments, celle qui subit habituellement la tondeuse mécanique, convient très bien pour accueillir quelques Ouessant (en nombre variable selon sa superficie et la production en herbe).

 

 

mai 09 029

 

Ces mêmes prairies correspondent souvent aux anciens vergers qui entouraient les maisons. Si ce n'est le cas, rien n'empêche de planter de nouveaux fruitiers à condition de protéger leur tronc des dents des moutons.

 

mai 09 027

 

Les vieux fruitiers qu'on y trouve, quand la tronçonneuse ne les a pas exterminés justement parce qu'on les trouvait trop vieux, procurent l'ombrage en belle saison. Leurs branches basses sont méticuleusement effeuillées et constituent une petite gourmandise. Les fruits qui tombent au sol sont une aubaine pour les Ouessant et ne présentent pas un risque majeur de problèmes digestifs si les animaux sont habitués à vivre en permanence (ou régulièrement) sur cette même parcelle. 

Partager cet article
Repost0
1 juin 2010 2 01 /06 /juin /2010 19:40

 

Du Ouessant à la prairie ou de la prairie au Ouessant?

 

Que ce soit l'un qui amène à l'autre ou inversement, pour moi les deux sont indissociables en situation d'élevage, pour ce qui les lie dans l'aboutissement de leurs existences réciproques.

De plus, dans cet univers pastoral, le saupoudrage d'éléments de nature que l'oeil peut découvrir ne fait que caresser davantage ma fibre naturaliste.

Quelques exemples dans l'émerveillement quotidien, quand l'appareil se trouve en bandoulière.   

 

mai 09 043

 

 Chaque année, au bord d'une des sentes du troupeau, un pied d'une graminée étale ses feuilles qui semblent dépourvues de chlorophylle.

 

été 09 040

 

 Sur le muret du talus, un coléoptère de belle taille (non identifié...merci au spécialiste qui lirait...) me fait déjà rêver à un fameux insecte qu'il me plairait savoir être présent sur le domaine des Lutins.

 

juin 08 005

 

 Du coin de l'oeil, un mâle lézard des souches observe les pelotes de laine sur pattes accompagnées d'un drôle de bipède.

 

creuse mai 08 015 colvert

 

Le couple de colverts du coin profite des ornières gorgées d'eau à l'entrée d'un parc.

 

Chaque jour apporte ses observations plus souvent imprimées dans la mémoire tout court que dans la carte mémoire. 

Partager cet article
Repost0
20 mars 2010 6 20 /03 /mars /2010 08:56
Le printemps s'installe; la douceur est là et quelques pluies sont attendues. Avec l'augmentation du temps de lumière sur les journées, tout est là pour faire redémarrer la pousse de l'herbe là où elle n'existait plus guère.

Une nouvelle ambiance sonore va renaître également lorsque les graminées pourront atteindre une certaine hauteur, permettant alors aux Ouessant de saisir à pleine gueule de plus copieuses bouchées d'herbe tendre à souhait.

Se placer au milieu du troupeau en action ou à défaut à proximité, permet de profiter pleinement de la "mélodie de la restauration". Herbe pincée, arrachée, rapidement mastiquée et avalée ou encore qui glisse sur des gencives édentées, respirations, souffles , gargouillis, gargarismes de contentement ou de surcharge de la panse...toute une ambiance, un petit concert de la vie où chaque musicien joue plus d'un instrument que d'un autre selon son âge, sa vitalité, sa gourmandise...
Par là-dessus un peu de ciel bleu, un soleil caressant, une légère brise pour capter l'odeur douceâtre de la laine, quelques notes de merle chanteur, et le bien-être émane de la prairie. Le bonheur est bientôt dans le pré... 



tonte 08 022
On y va, lentement mais progressivement vers ces instants attendus de tous et qui valaient bien de patienter dans la grisaille et le froid des longs mois d'hiver. Le printemps, une récompense. (Quelques Lutins, juin 2008)
Partager cet article
Repost0
19 mars 2010 5 19 /03 /mars /2010 20:38

La passion c'est vibrer pour le sujet de cette passion.
En ce qui concerne celle qui m'anime envers le Ouessant de type ancien, elle reste intacte malgré les années.
 Je me surprends même à être encore surpris et interpelé quand, après avoir quitté mes animaux quelques heures accaparé par la vie et les avoir oubliés, j'ai une fraction de seconde ce choc qui me fait dire au fond de moi, au moment des retrouvailles: << Ouahh!! Superbe! J'aimerais bien avoir des moutons comme ceux-là !>> Ne réalisant qu'ensuite qu'ils sont déjà bien à moi.

La passion c'est aussi, le soir venu, se réjouir d'avance de leur présence, de leur spectacle et leur compagnie à vivre le lendemain.  

été 09 207
Des Ouessant que j'aimerais bien avoir s'ils n'étaient pas déjà miens, les Lutins du M. (troupeau 2009)
Partager cet article
Repost0
27 décembre 2009 7 27 /12 /décembre /2009 23:01
Par les quelques soirées ensoleillées de journées de redoux, après la vague de froid, le troupeau laisse exploser son énergie dans le jeu, comme happé par l'espoir de jours meilleurs qui renaît avec le lent mais certain rallongement du jour qu'apporte enfin l'hiver.

Ce ne sont que courses poursuites en sautant, ruant, rebondissant autour de la mare en une farandole qui entraîne jeunes et moins jeunes. Seules les deux plus vieilles brebis ignorent parfois cette agitation, préférant se remplir la panse de foin une fois encore avant la nuit.
Cette ronde donne le tournis, on s'arrête yeux exorbités, gueule ouverte haletante, tête dressée et puis sous l'impulsion de l'un ou l'autre, on n'y résiste pas et la frénésie reprend en un mouvement qui semble ne plus vouloir finir...

Dans ces instants forts, leur bonheur est contagieux et m'envahit à mon tour. Si j'ai un peu perdu l'habitude de courir et sauter (ils apprécient beaucoup, il faudra que je m'y remette), la magie est bien là et je songe une fois de plus à la chance du spectacle qui m'est offert et que j'aurais pu ne jamais connaître.
De nouveau, je remercie en moi-même, tout autant, les quelques particuliers qui avaient su conserver ce petit mouton d'Ouessant sur leurs propriétés durant le 20ème siècle alors qu'il disparaissait de l'île, que M. Abbé et ses amis qui ont eu l'heureuse initiative de le remettre sur le devant de la scène pour la "race" elle-même comme pour les générations futures. Un double et grand merci à eux par ce blog et cet article.
Dans les débuts de mon élevage, j'avais pu renconter une première fois M. Abbé au Salon de l'Agriculture et dialoguer au sujet de son protégé. Il m'avait expliqué qu'il avait découvert la race au Jardin des Plantes de Paris, était lui-même tombé sous le charme et s'était bien plus tard intéressé à retrouver l'animal. Quelques années après, devenu également passionné, je prenais le stylo pour lui manifester toute ma reconnaissance à avoir sauvé ce mouton primitif que je ne me lassais pas de contempler au quotidien. A ma plus grande grande surprise, quelques jours après, il me contactait par téléphone touché par ma lettre et heureux de pouvoir parler Ouessant un bon moment...Merci encore par ces quelques lignes.



Pour illustrer le bonheur du Ouessant, notre reporter est allé leur rendre visite, espèrant les surprendre dans ces instants. Mais la grisaille de la nuit tombante emplissait le ciel et les esprits n'étaient plus  à s'amuser.
 
décembre 09 047

Alors le berger a poussé le cri "spécial ralliement des Lutins" pour  faire venir la bande.


décembre 09 045

Le temps de faire l'appel et attendre les retardataires.....


décembre 09 041

...expliquer à la troupe ce qu'on attend d'elle et hop, tournez manège....


décembre 09 044


Dans un sens,....


décembre 09 038


...plus vite derrière...


décembre 09 035

...puis dans l'autre. Finalement, le troupeau  s'éclate un bon moment pour me faire plaisir.


décembre 09 050

Quand la brebis meneuse sur deux pattes que je suis finit par se fatiguer de sauter en exemple (à moins que ce ne soit par crainte de voir arriver l'ambulance alertée par les voisins...), les Lutins semblent bien déçus que cela soit déjà terminé.

"C'est pas grave Docteur, mais je confirme: le bonheur est bien dans le pré." 
Partager cet article
Repost0
24 décembre 2009 4 24 /12 /décembre /2009 23:02
Elever tout en faisant reproduire amène à devoir sélectionner faute de ne pouvoir garder tous ses animaux.
 
Les premiers dont je me sépare sont ceux que je ne ferais pas reproduire sur mon élevage s'ils devaient y rester, conservant en toute logique ceux qui présentent un intérêt pour l'avenir de mon troupeau. Ce sont des moutons pas toujours avantagés par la nature mais qui pour moi méritent tout autant de vivre que les autres.
 Je trouve tout à fait logique d'avoir la même attention et "loger à la même enseigne" chacun de mes Ouessant. Le manque de beauté n'est pas un délit qui mérite la peine de mort. Mes moutons n'ont pas à être victimes de mes caprices d'éleveur parce qu'ils ne rentrent pas dans mes orientations de sélection. S'il devait en être ainsi, j'arrêterais immédiatement mon élevage malgré toute la passion que je voue à cette race et qui m'anime. Tout comme il n'y a pas chez moi le chien qui rentre au salon et celui qui croupit enchaîné à sa niche, il n'y a pas le Ouessant qu'on vénère et celui qui n'est bon qu'à finir en ragoût....
Ce type de mouton moins bien conformé peut tout simplement être écarté de la reproduction (pouvant même être castré pour un mâle) et finir sa vie comme animal de compagnie pour le plus grand plaisir de ceux qui l'accueillent.
    
rotshild 001

Hir des Lutins du M., l'exemple même de cette première catégorie, petit bélier au mauvais cornage parti comme animal de compagnie dans une famille pouvant l'élever dans de bonnes conditions (mais malheureusement tué involontairement par cette famille suite à un excès de distribution de pain...).


Les seconds dont il m'arrive de me séparer sont ceux qui, pourtant corrects (ou même très bons), finissent par partir à cause du nombre et du manque de place. Il faut savoir donner des limites à sa passion pour qu'elle ne vous déborde pas elle-même. Dans ce cas, je les réserve plutôt aux personnes soucieuses d'élever pour la race, avec un désir de construction et de conservation qui pourrait prolonger mon travail.

Mérinos 004

Mérinos des Lutins du M. (futur vainqueur du concours 2008) parti du troupeau vers d'autres horizons, malgré toute sa beauté.


Pour finir, il est fort rare que je me sépare d'animaux de quelques années, préférant casser le lien quand mes moutons sont encore jeunes et conserver ceux qui ont une histoire déjà bien écrite chez les Lutins, avec le souci de leur assurer une bonne fin de vie.
 Se séparer d'un animal est toujours un petit ou grand déchirement car on n'est jamais assuré que le nouvel éleveur aura autant d'attention et de soin pour ce mouton que ceux qu'on lui prodiguait, et donc une part d'incertitude demeure sur la qualité de vie qui l'attend véritablement dans l'avenir. 
Partager cet article
Repost0
3 décembre 2009 4 03 /12 /décembre /2009 16:54
Merci à celles et ceux qui font de la pub pour le blog des Lutins.
Hier, un nouveau record de fréquentation s'esr affiché avec 95 visiteurs différents sur cette seule journée.
A quand le passage symbolique de la barre des 100?

Les Lutins du M. ( ambassadeurs par ces pages d'une race qui vaut plus qu'un détour, le mouton d'Ouessant) vous remercient vivement de l'intérêt que vous leur portez. 
Partager cet article
Repost0