Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Le Mouton d'Ouessant Elevage des Lutins
  • : Le bonheur est dans le pré. Cours-y vite, cours-y vite....... Merci de venir visiter mon blog qui a pour but de vous faire découvrir le mouton d'Ouessant et de partager au moins un instant ma passion pour cet animal singulier et ce qui l'entoure.
  • Contact

Recherche

28 octobre 2011 5 28 /10 /octobre /2011 19:12

 

Une fois n'est pas coutume, honneur aux mâles cette fois puisque les brebis sont les vedettes depuis le début de cette série d'articles.

 

Voici deux béliers de même taille au garrot (45 cm). Pourtant les impressions qui se dégagent devant ces photos sont bien différentes et correspondent bien à la réalité des animaux. 

 

 

août 11 129

 

 Tronc très épais chez Besk le noir, réalité renforcée par le fait que ce bélier est assez court.

 

août 11 131

 

Faible épaisseur du tronc chez Amadeus le gris, réalité renforcée par le fait que ce bélier possède plus de longueur.

 

 

Partager cet article
Repost0
22 octobre 2011 6 22 /10 /octobre /2011 22:01

 

En dehors des critères, jeunes ou âgées, allaitantes ou pas, bien ou peu nourries,.... les brebis (mais on pourrait comparer des béliers) présentent leur propre physionomie en ce qui concerne leur largeur, c'est à dire l'épaisseur de leur carcasse en en visualisant la section.

 

Démonstration en images présentées selon une certaine progression comme on le remarquera. 

 

 

août 11 135

 

 Solide et large.....

 

août 11 137

 

 ...

 

août 11 138

 

 ...

 

août 11 136

 

... à légère et mince.

 

Sur ce point comme pour d'autres caractères physiques, certaines souches ou lignées peuvent présenter leurs particularités, la sélection en  confortant certaines parfois (volontairement ou non).

 

 

Partager cet article
Repost0
5 octobre 2011 3 05 /10 /octobre /2011 22:01

 Rappel:

 Il importe donc de mesurer ses Ouessant, en particulier adultes (trois ans et plus) afin de connaître la réalité de son troupeau et orienter ses reproductions si un désir de sauvegarde de ce type ovin et de respect du standard l'emportent sur une approche d'élevage en simple dilettente.

Si cette dernière approche est fort louable et compréhensible, elle peut devenir parfois condamnable car pour l' éleveur ses animaux sont toujours petits à ses yeux puisque sa seule appréciation se base sur la comparaison simplement visuelle qu'il peut faire en songeant aux "grandes" races habituelles.

C'est ainsi qu'en cas d'échange ou de transaction, l'acquéreur exigeant se trouve généralement déçu (d'autant si les moutons sont hors standard), surtout s'il a fait bien des kilomètres. En fait peu de monde mesure ses moutons et la seule réponse que l'on peut avoir quand on interroge le vendeur, c'est que l'animal est "petit" voire "pur Ouessant pour x raisons" sans obtenir une réponse précise (qui serait d'ailleurs à vérifier tout en s'assurant de l'âge réel pas forcément connu et qui a son importance).

D'où l'utilité de la toise une fois de plus.

 

 

  Après l'article précédent, un autre exemple de piège d'une appréciation uniquement basée sur le visuel, ici pour des animaux dans le standard et suivis depuis leur naissance (Lutins). 

 

sept 11 032

sept 11 033

 

Je pourrais poser la question: "Quelle est la plus grande brebis entre ces deux animaux?"

Piège puisque sur le premier cliché la Ouessant grise apparaît plus grande alors que sur le second on serait tenté d'affirmer que c'est la noire, celle-ci se situant pourtant toujours en second plan sur l'image. Ce n'est pas le physique des animaux qui implique ici telle ou telle réponse, mais l'effet d'optique de par la position des brebis.

En fait ce sont deux Ouessant de même taille (40 cm).

 

Il convient donc une fois de plus de mesurer ses animaux pour en connaître la réalité.

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
28 septembre 2011 3 28 /09 /septembre /2011 15:32

 

La physionomie d'un Ouessant peut être trompeuse quant à la taille réelle du mouton en question.

 

De par son physique au centre de gravité placé assez bas, la première brebis blanche présentée ci-dessous peut paraître plus petite que la seconde, noire et moins ramassée.

Pourtant la réalité est toute différente puisque la Ouessant noire est la plus petite des deux. Trompeur!

 

 

 sept 11 004

sept 11 006

 

Petit rappel, seule la toise correctement construite et étalonnée peut définir la taille réelle, après une série de mesures au niveau du garrot et en prenant soin de pratiquer sur un plan horizontal non glissant sur lequel on aura laissé son Ouessant se détendre un peu.

 

 

Partager cet article
Repost0
22 septembre 2011 4 22 /09 /septembre /2011 14:48

 

Existe-t-il un équilibre parfait dans les proportions d'un Ouessant en ce qui concerne en particulier le rapport longueur/hauteur de l'animal? 

 

On pourrait ête tenté de dire que oui si on raisonne selon un principe moderne d'élevage qui voudrait que les animaux de rente s'inscrivent dans le fameux rectangle parfait pour qu'une impression d'harmonie caresse le regard, mais aussi dans un souci de structure de la carcasse .

 

L'application de cette règle géométrique qu'on trouve très tôt dans l'architecture de l'Antiquité  doit -elle pour autant être transposée sur un animal et le mouton d'Ouessant en particulier?

Cette conception des choses en élevage est assez récente et se dessine depuis environ un siècle pour devenir ensuite une sorte de règle en élevage moderne. Cependant le mouton d'Ouessant, type ovin partiellement primitif, s'est toujours trouvé loin de ces considérations d'harmonie et de rendement. Faut-il donc le réduire à présent au même jugement que l'on pourrait avoir devant des races modernes bouchères?

Ma réponse personnelle serait plutôt négative puisque sauver le Ouessant c'est sauver avant tout un type ancien. A mes yeux, vouloir en faire un animal de rente serait une dérive tout aussi regrettable que de vouloir par exemple améliorer la qualité ou la structure de sa laine. Le Ouessant n'a pas à être amélioré pour satisfaire d'éventuels besoins mais doit être conservé comme relique d'une population ovine du passé...avec sans doute une bonne part de cette hétérogénéité qui devait la caractériser.

 

Cependant, face à un Ouessant, je n'échappe pas au réflexe de trouver l'animal trop comme ci ou pas assez comme ça. Tout en s'inscrivant dans le standard, les goûts de chacun peuvent être bien différents et un mouton peut plaire à l'un mais pas à un autre éleveur.   

 

 

sept 11 003

 

Une brebis des Lutins devant laquelle les visiteurs s'extasient à chaque fois en découvrant mon troupeau (et d'ailleurs primée en concours).

Serait-elle proche du rectangle parfait? Je ne me suis jamais amusé à prendre ses mensurations pour entrer ensuite dans les formules mathématiques.

Certes je l'apprécie, mais pas plus que d'autres aux physionomies d'ailleurs bien différentes.

 

 

  

Partager cet article
Repost0
19 septembre 2011 1 19 /09 /septembre /2011 19:28

 

D'un mouton à l'autre, les Ouessant peuvent donner l'impression de longueur ou pas.

 

Voici quatre animaux présentés dans un ordre croissant de cette sentation de longueur dans leur morphologie. 

 

 

août 11 126

 

août 11 106

 

août 11 098

 

août 11 124

 

 

La longueur plus ou moins importante d'un sujet à l'autre est une réalité. Celle-ci dépend du rapport entre hauteur et véritable longueur de l'animal.

Mais cette perception dépend également de la taille et minceur des pattes par rapport au reste du corps, de celle du cou et du profil du crâne, de l'épaisseur du tronc.

 

Peut-on convenir d'une longueur idéale chez le mouton? Essai de réponse au prochain article de cette série.

 

 

Partager cet article
Repost0
17 septembre 2011 6 17 /09 /septembre /2011 20:17

 

 

Là encore, sans qu'il soit question de taille, ni même d'alimentation, l'ossature du Ouessant lui donnera une physionomie ou une autre. 

 

 

août 11 125

 

 Une brebis gracile et svelte (qui plus est d'une certaine longueur) de par un squelette tout en légèreté. Membres et cou minces.

 

 

août 11 103

 

A l'opposé une autre Ouessant trapue et dense, de par une ossature "solide". L'épaisseur des pattes, du cou et du crâne suffisent à se convaincre que ce n'est pas qu'une question de silhouette.

 

 

 

Partager cet article
Repost0
16 septembre 2011 5 16 /09 /septembre /2011 15:47

 

Sans rapport avec la taille, la silhouette donne des impressions différentes selon divers traits de la physionomie du mouton.  

 

 

août 11 126

 

 Malgré un tronc épais, cette brebis plutôt haute sur pattes possède un centre de gravité assez élevé situé dans la moitié basse de ce tronc. On trouve ce point en imaginant l'intersection des diagonales du corps (en excluant tête et cou) qui s'inscrivent chez cette Ouessant dans un carré.

 

    

août 11 139

 

L'allure plus rectangulaire de cette seconde Ouessant fait que, sur le même principe, le centre de gravité se situe cette fois presque sous le ventre de l'animal. Ce mouton semble plus proche du sol, moins aérien.

 

Sur le premier cliché, la physionomie de la brebis, par un centre de gravité haut placé donne l'impression d'un animal moins stable sur ses appuis .

Alors que sur le second, un centre de gravité plus bas placé donne l'impression d'un animal avec beaucoup plus d'assise et de stabilité, faisant d'une certaine façon corps avec le sol.

 

Ce qui me fait souvent dire sur le ton de la plaisanterie, mais cela résume assez bien la démonstration, que certains Ouessant semblent risquer de basculer au premier coup de vent alors que d'autres emporteront la prairie avec eux si cela devait leur arriver....

 

 

Partager cet article
Repost0
6 septembre 2011 2 06 /09 /septembre /2011 19:38

 

Certes la position du mouton peut influer sur son apparence, cependant, en passant du temps à observer son Ouessant, on en découvrira les tendances morphologiques.

 

Quelques exemples pris dans la bande des Lutins permettent de comprendre les diversités de physiques qui peuvent exister et  de découvrir les petites différences qui font qu'un animal est unique.

 

Dans cette série de photos, on ne regadera que les lignes de dos, sujet de cet article. Il n'est pas question pour moi de décrire chaque animal dans sa totalité.

 

août 11 060 

Voici pour faire le lien avec l'article précédent, la brebis qui y était présentée Apprécier un Ouessant (2) .

Pour ne parler que de la ligne du dos, rapidement, je rappelle qu' elle se caractérise par une tendance à l'horizontalité mais avec un garrot fortement marqué suivi d'une cassure  et d'un dos bombé.

 

 

août 11 099

 

Une belle horizontalité avec une colonne qui tend à être rectiligne chez Neige.

 

 

 

août 11 102

 

 Horizontalité sans garrot marqué, mais avec un milieu de dos légèrement bombé, chez Biche.

 

 

août 11 101

 

 Là aussi absence de cassure derrière le garrot, et un dos bien rectiligne mais faiblement plongeant chez Io (à noter que cette brebis va se construire un an encore et que ce dernier point devrait disparaître, car il s'est déjà bien amélioré depuis sa jeunesse jusqu' à maintenant deux ans).

 

 

août 11 130

 

 Chez Castille, dos légèrement convexe avec ligne plongeante au niveau des antérieurs.

(Bonne tenue encore pour cette brebis de douze ans).

 

 

août 11 128

 

Allure horizontale mais avec un dos légèrement creusé (impression faussement accentuée par une repousse de laine hirsute déjà importante)... à cause d'un embonpoint naturel au niveau du tronc chez Désirée.

 

 

Six portraits différents, en ce qui concerne le dos de ces brebis Ouessant de chez les Lutins. Autant de moutons, autant de portraits...faîtes l'expérience. Un premier réflexe donc à acquérir quand on regarde un animal... observer la ligne vertébrale qui contribue grandement à définir l'allure .

 

Ces types de particularités physiques influent comme bien d'autres caractères (à découvrir au fil des articles) sur la forme de Ouessant que l'on construit dans son élevage. 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
2 septembre 2011 5 02 /09 /septembre /2011 19:54

 

Quand un éleveur se sépare d'animaux, il est légitime pour l'acheteur de se demander pourquoi et d'émettre des doutes sur la qualité des moutons en question. Ce réflexe de méfiance n'est cependant pas forcément fondé. En effet, on peut se séparer de certains de ses Ouessant pour des raisons personnelles qui ne permettent plus d'assurer son élevage, ou encore parce qu'à ces animaux proposés on en préfère d'autres qu'on a trouvés ailleurs ou faits naître, et le plus souvent tout simplement pour cause de surnombre.

 

J'ai un ami éleveur à qui je donnais dans mes débuts certains de mes moutons dont je décidais de me séparer. En plaisantant, je lui disais qu'il récupérait les miettes de mon travail. Avec les années et l'amélioration de la qualité de mon troupeau, je finis par lui dire que les miettes étaient devenues celles de brioche...

Tout cela pour montrer qu'on peut faire une très bonne affaire quand un éleveur se sépare de certains de ses Ouessant. Il y a des opportunités à savoir saisir.

 

Je me souviens ainsi d'une collègue éleveuse débutante à qui j'avais vendu trois béliers (pour cause de surnombre) ces dernières années. Celle-ci décidant de s'inscrire au concours du Mouton d'Ouessant présenta "mes" animaux ... qui furent tous primés et aux meilleures places. Pas mal pour des miettes...

 

 

août 11 145 

 

Nazca des Lutins, jeune bélier de 5 mois, gardé en observation sans doute au moins un an encore....mais peut-être une future miette... de brioche (pure beurre) si mon choix s'oriente finalement vers un autre animal dans la palette de ceux que je laisse évoluer.

 

 

Partager cet article
Repost0