Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Le Mouton d'Ouessant Elevage des Lutins
  • : Le bonheur est dans le pré. Cours-y vite, cours-y vite....... Merci de venir visiter mon blog qui a pour but de vous faire découvrir le mouton d'Ouessant et de partager au moins un instant ma passion pour cet animal singulier et ce qui l'entoure.
  • Contact

Recherche

27 janvier 2010 3 27 /01 /janvier /2010 17:59
Je ne m'autoriserai pas à avancer un prix pour ne pas influencer et en quelque sorte officialiser un montant. Je ne fais qu'analyser la situation de par diverses observations (particulier, éleveur qui s'est fait un nom ou encore parc animalier).

Le rapport des prix rencontrés est de 1 à 10 et au delà.
J'observe des annonces à 15, 20 , 30 euros pour des jeunes mais encore faudrait-il voir ces animaux pour savoir s'ils sont bien dans le standard et de plus non croisés. Si les animaux sont corrects, à moins d'une réelle méconnaissance de l'éleveur d'une certaine rareté du mouton d'Ouessant type ancien, on peut supposer qu'il y a un fort désir de se "débarrasser" des moutons en question.
J'avais acheté, normalement sur des bons conseils, mon premier jeune bélier pour 300 francs (environ 50 euros). Novice que j'étais, ce n'était pas ce prix ridiculement bas qui m'avait attiré mais l'opportunité de pouvoir acquérir ce que je cherchais. Ce bélier une fois adulte mesurait plus de 55 cm au garrot, donc bien plus grand que le maximum correct de 49 cm.Alors... méfiance...
A celui qui voudrait acheter un Ouessant pour la consommation, je lui conseille de se tourner vers une autre race car le prix au kilo (pour un animal non bradé) est des plus exorbitants si on considère que la carcasse ne pèse qu'environ la moitié de l'animal vivant et qu'ensuite sans les os il ne reste que quelques kilos de viande sur un si petit ovin.
Les béliers sont parfois vendus moins chers; c'est surtout parce que les acheteurs se tournent bien plus vers les brebis du fait qu'il ne faut (mathématiquement) qu'un mâle pour féconder 10, 20, 30 femelles chaque hiver. Pourtant je ne conçois pas forcément  cette différence de prix puisqu'une brebis (avec son jeune unique annuel) ne donnera dans sa vie que 6 à 8 agneaux selon qu'elle vieillit mal ou bien, alors que le bélier pourra être père de dizaines et dizaines de rejetons.
Comme en toute chose, je trouve normal que la qualité se paie. J'ai acheté un bélier intéressant, après l'anecdote citée précédemment , à un prix bien des fois supérieur à celui de ce "mauvais" grand mouton, sans aucun regret bien au contraire. Devenu moins naïf, je percevais que tout (ou presque) y était dans ce que je recherchais.
Un mouton adulte doit-il être moins onéreux qu'un agneau parce que son espèrance de vie est réduite? Si l'âge est très avancé pourquoi pas, cela se comprend, mais il faut considèrer qu'avec un animal de trois ans par exemple, on n'aura plus de surprise puisque la croissance est terminée alors qu'avec un agneau, on ne sait jamais véritablement ce que deviendra réellement l'animal d'un point de vue physique.
Si l'éleveur est en droit de demander un prix assez élevé  pour le mouton de grande qualité qu'il souhaite vendre, il est acceptable que de son côté l'acheteur demande une réduction si au contraire l'animal présente quelques défauts évidents. Mais encore faut-il se mettre d'accord sur ce qu'est une qualité ou un défaut. Taille, laine, couleur, aplombs, cornage, souche, lignée,...et toute autre considèration peut logiquement réduire ou augmenter la valeur du sujet en question.
Le prix d'un mouton d'Ouessant est donc aussi celui qu'on lui donne, que l'on soit acheteur ou vendeur. C'est aussi le prix qu'on peut... ou qu'on est prêt à mettre.
Certains trouvent qu'un Ouessant c'est cher. Je leur dis alors de comparer avec le prix d'une volaille de race qui fera des oeufs et des poussins en veux-tu en voilà, ou encore celui d'une chienne (toujours de race) qui donnera en une portée le nombre de jeunes que donne une brebis Ouessant dans sa vie. Comme on dit "il n'y a pas photo".
Enfin certains trouvent qu'un Ouessant ce n'est pas cher; oui cela existe, et pas forcément les plus fortunés....Tout est question d'objectifs et de motivation.

Et puis donner une valeur marchande pas trop basse au mouton vendu, c'est aussi dans certains cas favoriser l'espoir d'un bon traitement chez ses nouveaux propriétaires, car malheureusement certains ne respectent que ce qui  leur a coûté pour ne pas avoir le sentiment de perdre de l'argent s'ils perdaient l'animal (ce comportement est assez perceptible dans le phénomène chien et autres animaux dits de compagnie dont on se débarrasse d'autant plus facilement qu'ils ne coûtent rien). Cette dernière remarque me semble importante pour la personne qui ne souhaite pas, si tel est son désir, que le Ouessant qu'elle a élevé finisse en côtelettes dès que la porte sera franchie, ou encore que sa vie finisse dans un élevage mouroir, sans qu'on lui porte grande attention. Le gratuit ou presque, tout le monde en veut puisque cela ne coûte rien, mais pas forcément du bon monde.


mai 09 127   
Quel prix  pour cette agnelle? (qui n'est pas à vendre, Blanche des Lutins)
Partager cet article
Repost0

commentaires

P
Bonjour,<br /> Un voisin/ami m'a donné il y a deux ans un bélier (ouessant) âgé, pour lui assurer une retraite confortable dans un pré qui nous appartient. Quelque temps plus tard, une brebis, âgée elle aussi est venu le rejoindre. A la surprise générale, le jour du 14 juillet j'ai entendu pleurer un bébé dans le voisinage et c'était une agnelle qui venait de naître. Elle est désormais sevrée et se porte comme un charme; malheureusement la mère vient de mourir. La petite est désormais seule avec le bélier. La surface du pré peut convenir à 4 ou 4 ouessants mais on me conseille de ne pas reprendre un mâle car il y aurait bagarre. D'un autre côté, je n'ai pas l'intention de faire un élevage aussi je me demande si un bélier castré ferait l'affaire? Et puis que se passe-t-il si le père fait des enfants à sa fille? Ce sont des questions qui doivent vous sembler ridicules mais j'ai été embarquée un peu sans réfléchir dans cette affaire . Je sais qu'un bélier de quatorze ou quinze ans ne va pas durer très longtemps mais je tiens à ce qu'il soit heureux jusqu'au bout et la petite qui vient de naître aussi. Je tombe sur votre blog par hasard mais en vous lisant, j'ai compris que vous étiez soucieux du bien-être de vos moutons aussi je me suis permis de vous poser ma liste de questions.<br /> Cordialement<br /> P
D
Bonjour<br /> Si votre bélier s'accouple avec sa fille, ce n'est pas un drame, sauf si vous aviez décelé une tare particulière chez vos animaux qu'il ne serait pas judicieux de favoriser par la consanguinité. Sinon la consanguinité ponctuelle n'est pas une carastrophe, même s'il ne faut pas la rechercher dans l'idéal. C'est sur le long terme et de façon répétée dans un groupe d'animaux que ce serait grave.<br /> Dans votre cas c'est surtout que vous allez avoir une naissance consanguine chaque année et que vous devrez à chaque fois songer à les sortir elles. Sinon votre bélier s'accouplerait sur ses petites filles etc... ou un de ses fils consanguin serait amené à pouvoir féconder sa propre mère.<br /> Un bélier castré est une bonne solution...et vous pouvez même voir avec un véto pour castrer votre mâle et reprendre ensuite autre bélier castré ou brebis pour ne oas avoir à gérer le souci des naissances et en particulier consanguines.<br /> Bonne réflexion!
L
<br /> Je ne sais pas chez vous, mais ici, c'est rare de trouver des béliers adultes à vendre. Ce sont plutôt des jeunes de l'année, donc on ne peut pas savoir à l'avance ce qu'ils deviendront.<br /> La différence de prix devrait être la même qu'entre un chien avec pédigrée et un bâtard. Malheureusement, comme vous l'avez souligné vous même, on ne peut pas définir un Ouessant " pure race ", et<br /> les standards de taille, en particulier, sont récents et basés sur les obtentions de ceux qui les ont fixés, pas sur une documentation précise... On pourrait même se demander si le Ouessant n'est<br /> pas un exercice de style. On en voit des minuscules qui n'ont plus rien à voir avec le standard, mais on dirait que ça choque moins.<br /> <br /> <br />
D
<br /> Les béliers adultes sont certainement plus rares car s'ils sont arrivés à cet âge c'est qu'ils pouvaient intéresser et sont donc gardés ou déjà placés. Les jeunes béliers "embarrassent" souvent<br /> leur propriétaire et sont proposés à la vente....avant de souvent passer à la casserole s'il n'y a pas eu preneur (ce qui n'est pas la politique chez moi, chacun bénéficiant du même<br /> respect)<br /> Le beau Ouessant est en effet un exercice de style, il suffit de comparer le cheptel des groupements étrangers avec celui plus français pour comprendre que les sensibilités dans l'esthétique<br /> ne sont pas les mêmes. Ce qui s'exprime également d'un éleveur à l'autre dans l'hexagone y compris, chacun ayant des préférences morphologiques. Je suis d'accord avec vous d'autant que sur Ouessant<br /> la beauté n'a jamais été un élément d'orientation car pas un besoin de base. Le Ouessant était bien plus un type (pas fixé pour autant et malléable selon les introductions sur l'île et le choix<br /> desreproducteurs) plus qu'une race comme on emploie le terme maintenant pour divers animaux. Le terme race est bien plus restrictif que celui de type qui s'ouvre sur bien plus de posibilités, ce<br /> que montre le peu de documentation disponible ainsi que la réflexion dans laquelle je m'engage souvent au fil du blog. <br /> Par contre, personnellement je n'en vois jamais des miniscules qui seraient hors standard alors que par contre ils sont légion à l'inverse dans des tailles trop grandes. Cedernier point ne choquant<br /> pas forcément la personne non avertie qui les voit petits puisque plus petits que des races traditionnelles.<br /> Merci d'engager régulièrement remarques et discussions. <br /> <br /> <br />