Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Le Mouton d'Ouessant Elevage des Lutins
  • : Le bonheur est dans le pré. Cours-y vite, cours-y vite....... Merci de venir visiter mon blog qui a pour but de vous faire découvrir le mouton d'Ouessant et de partager au moins un instant ma passion pour cet animal singulier et ce qui l'entoure.
  • Contact

Recherche

1 novembre 2018 4 01 /11 /novembre /2018 12:11

Novembre est arrivé.

Le départ de la reproduction est donc donné.

Etape numéro un, s'accoupler.

Que la fête commence!

C'est mon Hobbit chouchou (mâle Non agouti en base noire) qui a l'honneur de participer à la conservation, à la multiplication des nouveaux gènes de coloration arrivés chez les Lutins grâce aux quatre brebis qui en sont porteuses.

La probabilité est d'une chance sur deux, lors de chaque fécondation d'une brebis concernée (de forme Agouti swiss marking ou Agouti rusty midsides),  d'obtenir ensuite une naissance exprimant le gène voulu.

Hobbit étant assez bien typé, il a également la tâche de construire une descendance de ces formes plus en accord avec la taille et le profil des Lutins.

Dès les premières secondes de rencontre, "Miss Rusty" (dite Molly) acceptait Sieur Hobbit sur son dos… et pas qu'une seule fois...

Mais la phase de fécondation possible durant ces chaleurs de la dame était peut-être passée de peu.

L'avenir dira ... dans trois petites semaines si nouvelles chaleurs il y a? … ou dans cinq mois si la chance était bien au rendez vous?

Sinon d'autres brebis de formes colorées Agouti blanc bronzé ou encore Non agouti en base noire et même Non agouti en base brune côtoient Hobbit pour d'autres programmes de reproduction menés en parallèle avec ce mâle.

Que la fête commence!

Second lot, composé uniquement de brebis Non agouti en base noire et placé avec un mâle, lui, Agouti blanc bronzé (mais comme toujours chez les Lutins, hétérozygote pour cet allèle et Non agouti par ailleurs).

Que la fête commence!

Un troisième petit groupe de six brebis va servir à favoriser diffusion voire expression du gène "faded" dans les naissances (coloration devenant un peu rare ces dernières années chez les Lutins). Cela, grâce à un bélier Non agouti en base noire, homozygote pour cet allèle "faded" et exprimant donc cet effet de décoloration touchant tout individu homozygote.

Que la fête commence!

Le dernier groupe de brebis reproductrices, le plus conséquent, réunit pour cause plusieurs programmes de travail, grâce à l'utilisation d'un bélier Non agouti en base noire répondant à plusieurs attentes en ce sens. 

La constitution des lots de reproduction est toujours un casse-tête durant des mois de préparation et la veille encore, parfois, des remaniements de dernière minute peuvent s'opérer sur le papier.

Il n'est pas simple d'œuvrer dans le sens de la multiplication quand se mêlent en parallèle soucis de conservation de tous les allèles colorés, de celle des diverses souches et lignées, sans oublier les critères sur la taille et la morphologie, tout en devant considérer la compatibilité entre les pedigrees associés.

On est bien loin de la démarche qui consisterait à mettre  plusieurs béliers avec l'ensemble des brebis pour simplement faire des petits... dont on ne saura rien, sinon pas grand chose. D'autant plus quand les mâles sont nés dans le troupeau en question sur ce même principe; ce qui aboutit alors à un flou artistique qui n'aide en rien la démarche de conservation face aux gros soucis de consanguinité que cela engendre (degrés de parenté demeurant inconnus entre les animaux).

Ce principe n'est concevable que sur les troupes de plusieurs centaines, milliers de têtes, tel qu'il s'imposait sur l'île d'Ouessant quand cet ovin de type ancien y gambadait en toute liberté. S'opérait alors un réel brassage génétique. Mais ce n'est plus envisageable chez les éleveurs actuels du continent qui ne possèdent le plus souvent, au mieux, que quelques dizaines de brebis.

Que la fête commence!

De son côté, une partie du lot des béliers célibataires est venue assister jalousement au spectacle donné par un de leurs chanceux copains, élu pour contribuer à l'avenir du troupeau.

Que la fête commence!

Voilà enfin une partie du groupe des brebis terminant leur vie tranquillement ou prenant une année de repos côté maternité, sans oublier les agnelles de l'année attendant d'être adultes pour pouvoir être mères.

Ces deux derniers mois de l'année sont ceux qui demandent le plus de travail au quotidien, avec six troupes à gérer. D'autant que, cette année, il n'y a pas d'herbe pour cette période.

Partager cet article
Repost0

commentaires

L
Une quarantaine de reproductrices?! Il va pleuvoir des agneaux au printemps !
D
Je ne sais pas s'il va en pleuvoir, tout dépendra des fécondations réelles....