Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Le Mouton d'Ouessant Elevage des Lutins
  • : Le bonheur est dans le pré. Cours-y vite, cours-y vite....... Merci de venir visiter mon blog qui a pour but de vous faire découvrir le mouton d'Ouessant et de partager au moins un instant ma passion pour cet animal singulier et ce qui l'entoure.
  • Contact

Recherche

17 octobre 2021 7 17 /10 /octobre /2021 12:40

Depuis deux jours, les accouplements sont autorisés si le coeur en dit aux différents lots de reproduction de cette saison.

Dans le groupe le plus important ...

La troupe éclatée

Seize brebis pour l'heureux bélier élu de ce groupe, s'il veut bien se laisser tenter.

La troupe éclatée

La nuit précédente, un samedi soir, fut sans doute agitée, au point que les corps préfèrent encore savourer les rayons de fin de matinée, plutôt que s'activer.

La troupe éclatée

Avec un mâle brun, pas mal de possibilités de colorations dans les futures naissances de ce groupe. C'est calculé pour... allant du brun au noir en couleurs de base, en passant par le blanc et le grey, sans oublier l'éventuel effet faded. Chose certaine, tous les jeunes issus de ce lot seront porteurs de brun même s'ils ne l'affichent pas.

Dans le plus petit groupe ...

La troupe éclatée

Cinq brebis seulement pour un mâle blanc.

La troupe éclatée

Futures naissances uniquement noires ou blanches, sans savoir si l'effet faded est possible puisque ce bélier n'est pas connu pour porter cet allèle, pour l'instant.

Dans le groupe intermédiaire ...

La troupe éclatée

Neuf brebis. Elles devaient être huit, mais au moment d'y introduire et libérer une femelle, je me suis aperçu de mon erreur sur son identité. Cette brebis se retrouve "condamnée" à reproduire deux années de suite, contrairement aux prévisions.

Le mâle noir attribué étant homozygote pour l'allèle "faded", il existe donc possibilité de naissances futures identiques si quelques mères porteuses de ce gène voulaient le transmettre. Par contre une chose est certaine, tous les jeunes seront porteurs de cet allèle faded de décoloration, au moins de façon cachée. 

Quant au groupe des non reproductrices...

La troupe éclatée

... elles savourent également pleinement ces superbes journées d'octobre et vont bien profiter d'un an sans souci de procréer.

Partager cet article
Repost0

commentaires

R
Bonjour Dominique, de bien belles naissances possibles avec ce programme. Lieutenant Dan est de nouveau de la partie a ce que je vois ☺ un bien beau bélier. Pourquoi le choix de l'utiliser sur plusieurs années? Un programme d'élevage spécifique ? Je suis curieux... ???? bon dimanche a toi.
Répondre
D
Je vois en Lieutenant Dan effectivement un Ouessant presque ordinaire, sans démesure a quelque niveau que ce soit, disons tout à fait correct présentant les canons d'un bélier Ouessant type tel que beaucoup les conçoivent actuellement dans le micro milieu des éleveurs. Il a ses points forts mais aussi ses points faibles (d'allure j'entends), qualités et défauts selon les attentes de chacun, ses particularités je dirai... et c'est bien ainsi, il serait bien triste que tous les Ouessant, mâles comme femelles, se ressemblent tous. Maintenant je peux comprendre ton intérêt pour cette souche puisque c'est ma souche d'origine en mon troupeau. Il m'est donc logique que d'autres puissent y être sensibles. C'est ton enthousiasme t'amenant à me demander pour la quatrième fois la primeur si je devais me séparer de ce bélier qui m'interpelle. Tu auras compris tout l'intérêt présent et futur à ne pas sortir cet animal. C'est une histoire d'amour dans ma vie avec le Ouessant que transporte Dan.
Tu as raison, un concours ne favorise pas obligatoirement l'apparat au détriment de la rusticité (et inversement en élevage).. mais cela y contribue largement du fait que les animaux primés sont mis en avant et de là plus largement utilisés. Non seulement au présent mais également dans le passé. Je suis bien placé pour en parler, puisque sur ces 25 ans d'élevage j'ai passé 20 ans à me débattre avec les faiblesses apportées par des Ouessant primés acquis. Je parle évidemment des soucis de kératites chroniques ainsi que ceux face à l'herbe grasse ou humide. Si j'ai pu solutionner, en 20 ans tout de même, ces déficiences par sélection et accouplements calculés, parfois en devant sacrifier les sujets concernés, cela m'attriste qu'un quart de siècle plus tard ces sujets soient toujours d'actualité, comme me l'indique divers nouveaux éleveurs qui se lancent avec des animaux "du milieu".
Je suis un peu surpris que tu trouves à mes Ouessant une allure particulière car j'ai bien conscience que cette dernière a bien évolué (sans jugement de quelconque valeur) en une paire de décennies, que j'ai peut-être la particularité d'avoir largement ouvert ma bande à différentes souches et que de là mes animaux ont une certaine individualité d'allure (sans parler critère de coloration). D'ailleurs ce matin encore, devant les Lutins, je me faisais le constat que je trouvais devant une nouvelle image de ma troupe. Les années se suivent et ne se ressemblent pas. Les photographies sont là pour me le confirmer. Il y a bien des périodes révolues qui sont perdues à jamais, l'évolution, nos choix, nos résultats font qu'il en est ainsi (à moins de tomber dans une forte consanguinité non souhaitable à mes yeux).
Je ne suis pas surpris que tu obtiennes de Oriole une agnelle qui te séduit (si je me réfère à tes critères que je crois connaître) davantage, avec Helmut. J'ai constaté également chez moi, pour les lignées concernées, l'influence en particulier du caractère corpulence de ce mâle. Cela aurait pu ne pas être le cas, mais certains caractères de certaines souches sont très codants, j'ai remarqué quand il apparaît caractère plus ou moins fixé en certaines souches (j'en ai trois à l'esprit en l'instant). Quant Oriole la gracile, j'ai bien conscience d'où vient cet héritage dans sa généalogie. Les éleveurs oublient souvent que ce ne sont pas seulement les parents, dans ce qu'ils affichent, qui construisent les agneaux, mais également grands parents et au-delà... Je ne sais plus si j'ai rebondi et répondu à tous tes propos. Bon week-end!
R
Tu as résumé l'ensemble des points à l'origine de mon intérêt pour ce bélier : gabarit, allure (morphotype global), et surtout sa génétique. Pour la rusticité, je demande à voir sur plusieurs années, sa souche d'origine n'étant pas réputée pour une diversité génétique importante et une rusticité en rapport. Mais j'avoue, j'apprécie fortement le morphotype de cette souche, et de ce bélier. La sélection est aussi une histoire de préférence de l'éleveur à mon sens...
J'ai parfois du mal à saisir la distinction que tu réalises entre sélection de morphotype (que tu effectues depuis de nombreuses années afin d'obtenir la troupe que tu possèdes à l'heure actuelle, et qui se distingue des autres troupes tout d'abord par un morphotype particulier), et sélection visant à répondre aux points du standard, et que tu assimiles parfois à une sélection conduisant à des animaux "d'apparat", non rustiques. La seconde peut conduire à faire passer la rusticité au second plan, et c'est effectivement le cas dans certaines troupes renommées, mais ce n'est pas obligatoirement le cas à mon sens. Réaliser une sélection visant à répondre aux principaux critères du standard ne conduit pas obligatoirement à évincer la rusticité. Tout dépend des objectifs d'élevage de l'éleveur.
Le concours national du GEMO de cette année t'aurait dans un certains sens plu à la vue des critères principaux pris en compte dans la sélection des animaux, bien que cela soit toujours source de débat, d'un sens ou un autre, et perfectible bien sûr.
Pour en revenir à Lieutenant Dan, son morphotype m'a particulièrement marqué, et sa génétique devient tout de même rare. Oriole, sa fille que j'ai pu acquérir chez toi, m'a fait une magnifique agnelle blanche avec Helmut, bien plus proche du morphotype de son grand père et de son père que de sa mère qui présente un morphotype haut et fluet. J'espère une descendance en rapport, en poursuivant une ouverture de la génétique des descendants la plus large possible, ce qui est loin d’être évident...
La reproduction est lancée également chez moi, avec son lot de spéculations sur l'avenir...
Bon élevage en tout cas!
D
je ne l'ai pas utilisé souvent...et de plus sur peu de brebis...et n'ai pas gardé toute sa descendance forcément, comme pour toute reproduction. c'est mon seul sang mâle extérieur actuellement, je n'ai pas intention de le faire quitter la troupe des Lutins. J'ai un peu de mal à saisir ton enthousiasme récurrent devant ce bélier, qui est correct sans être parfait...mais me convient comme il est ,d'abord pour son gabarit et allure sans prétention comme j'aime, sa souche aussi... ne sachant d'ailleurs pas ce qu'est l'animal idéal et élevant plus en premier lieu dans un souci de sauvegarde du Ouessant, sang et rusticité réelle, et non dans le souci d'animaux d'apparat, sans intérêt pour moi pour ce type ovin. Bonne semaine!
R
Merci pour ces précisons ???? en toit cas, si il doit quitter la creuse un jour... ???? tu n'as conservé que 3 ou 4 descendants sur les quelques années d'utilisation, je suis étonné. Un ou plusieurs "défauts" Récurrents dans la descendance ? Bon lundi à toi.
D
Bonjour Romain, Non pas de programme particulier pour Dan. Je suis simplement pauvre en béliers noirs ces dernières années. Je suis donc contraint de faire l'impasse sur le fait qu'il m'injecte "du faded" plus que je ne voudrais. Ce lot de femelles nécessitait un bélier noir. Dans le même temps, c'est mon seul mâle "non lutin" et je n'ai que 3,4 jeunes en descendance de cet animal. Donc voilà pour le "pourquoi lui". Bon dimanché également (j'imagine que tu as commencé ta repro également)
L
La saison des amours... Toujours aussi réjouissantes tes photos de Ouessant " multicolores " !!!
Répondre
D
merci, mais difficile de faire clichés de groupes sur de grands espaces non surpâturés ...