Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Le Mouton d'Ouessant Elevage des Lutins
  • : Le bonheur est dans le pré. Cours-y vite, cours-y vite....... Merci de venir visiter mon blog qui a pour but de vous faire découvrir le mouton d'Ouessant et de partager au moins un instant ma passion pour cet animal singulier et ce qui l'entoure.
  • Contact

Recherche

22 mars 2018 4 22 /03 /mars /2018 19:41

Les cris du cœur...

Il n'y a pas d'autres mots pour cette période météo compliquée, du moins qui complique les agnelages et leur réussite.

Encore moins cinq degrés cette nuit passée et des journées précédentes glaciales sous le vent du nord.

De quoi retrouver une naissance en hypothermie voire décédée à cause du froid, n'ayant pas pu sécher et s'étant refroidie.

Heureusement les brebis n'ont pas eu la mauvaise idée de mettre bas durant cet épisode glacé, depuis la première naissance du 17 mars.

Depuis je suis à huit rondes quotidiennes dont quatre nocturnes pour être à même de sauver tout nouveau né.

En effet, type ovin d'herbage, le Ouessant de type ancien, à moins de le contraindre à vivre en bergerie, vit en plein air depuis la nuit des temps, du premier janvier au trente et un décembre. Chez les Lutins, on respecte cette aptitude et même on cherche à la préserver.

De plus, comme il est totalement impossible de savoir qui,( quand, où et comment également), va agneler dans l'immédiat, à moins de surprendre le début de l'événement, je me dois d'être particulièrement attentif. Bien que rustique, le tout jeune agneau n'en demeure pas moins mortel quand les conditions ne sont pas réunies pour une pleine réussite de son entrée dans la vie. A ce titre, cette météo de m... pour la saison est un réel danger.

Donc pour résumer, pas question de laisser souffrir ou mourir des jeunes quand il est possible de leur tendre la main ... Déjà pour eux, ensuite dans l'intérêt de l'avenir de la troupe, même si cette sélection naturelle morbide pourrait avoir du bon d'un point de vue évolutif.

Mais bon, le domestique est prisonnier par principe, donc dépend du bon vouloir de l'éleveur et pour ce dernier il est bien difficile de ne pas faire preuve de compassion, ce qui d'ailleurs le grandit...

Temps de m... Fait ch...

Quatrième jour de vie pour Proxima, l'unique petite nouvelle. 

On n'annonce plus de nuits sous zéro. Elle est à présent démarrée. Il est temps pour elle de retrouver la liberté avec sa mère et vivre une vie de Ouessantin.

Temps de m... Fait ch...

La petite a un certain succès et attise les curiosités. Les commentaires dans le troupeau des dames vont bon train et la nouvelle en fait vite le tour.

Cette nuit tout de même, lors de mes rondes de surveillance d'éventuelles naissances, je ne manquerai pas de jeter un œil sur la plus petite Lutine du moment qui nait un peu pour une seconde fois en cette occasion.

Partager cet article
Repost0

commentaires

M
Ici erreur de débutante , j'ai perdu mon 1 er agneau ( fils de buron ) début mars , un après midi de très grand froid (-8) , ou je n’était pas à la maison .La bergerie était en accès libre mais maman a préféré le faire au milieu du champs en plein vent (son 2ème petit) . Donc je pense que les filles serons maintenant enfermées si je m'absente trop longtemps et que le temps n'est pas vraiment sympa . J'admire ta façon de faire , mais pour le moment je ne sent pas encore assez expérimentée pour risquer le bonheur de mes brebis . En revanche les garçons sont et resterons en accès libre de leur coté .
D
pas de chance! effectivement l'hypothermie est le principal risque pour le nouveau né. D'autant par ce que tu affiches en température.<br /> Le plus dur semble passé côté météo. Hier deux agneaux de plein air nés durant la nuit furent trouvés encore humides au lever alors qu'il ne faisait que deux degrés. Mais le soleil ensuite, malgré seulement 11 degrés en journée, leur a permis de bien démarrer, de les voir jouer le soir même, et aujourd'hui âgés de plus de 24heures ils ont continué à s'engager dans une vraie vie de Ouessant sans aucun souci. Tout est question d'attention et de jauger la situation (il est bon de consulter donc les conditions météo locales annoncées heure par heure sur son coin)...et bien évidemment intervenir si le danger est réel ou possible.
T
Bonjour Dominique,<br /> <br /> Question météo, nous avons connu pire il y a quatre ans ou cinq ans... De la neige et des températures glaciales fin mars-début avril!!! J'avais à l'époque rentré mères et agneaux au sec et au chaud pour éviter toute déconvenue... Mais, le plus clair du temps les brebis, prévoyantes, vont agneler à l'abri... <br /> Je présume que sur l'île d'Ouessant naissaient quelques agneaux avant la fameuse foire au moutons de la mi février et il devait certainement y avoir des pertes, en fonction de la météo... La sélection naturelle était à l'oeuvre. Aujourd'hui, nous tentons d'en réduire les effets par nos contrôles et une surveillance assidue. Pour ma part, je n'ai aucun scrupule à maintenir les femelles gestantes ou ayant déjà agnelé dans la bergerie, durant les épisodes météorologiques de froid, neige ou forte pluie. Cela me permet de diminuer les risques et d'ainsi ne pas avoir de mauvaises surprises... Comme j'ai pris un peu d'avance sur toi, la quinzaine d'agneaux nés batifole dans la bergerie agrandie, en attendant de pouvoir s'égayer dans les vertes prairies normandes. Le berger est ainsi moins stressé et étant encore en activité, cela me permet d'éviter la ronde de milieu de nuit...<br /> Ecume, fille de Brocéliande, semble massive... est-ce uniquement l'épaisseur de la toison ou est-elle réellement plus fort gabarit que sa mère?<br /> Bonne suite dans tes agnelages...
D
je voulais écrire fin "mars" évidemment et non "décembre"... on m'aura compris...
D
Bonjour Thomas<br /> Je n'ai pas souvenir d'une météo de fin décembre si inquiétante, du moins dans mon coin. Si j'ai eu déjà des naissances sous giboulées de neige, c'était ponctuel et vite parti. Ou encore naissance de plein air d'avril par moins quatre. Là c'est l'installation d'un froid conséquent sur plusieurs jours consécutifs qui était le souci. Une vague de froid bien tardive.<br /> Il y avait de grosses pertes sur Ouessant bien qu'il n'y neige et gèle qu'exceptionnellement. Un écrit relate de pertes hivernales par centaines. Manque de ressources pour un cheptel conséquent au 19ème et aussi vent et pluie importante... En effet après le froid excessif, l'humidité durable est une cause de pertes importantes, surtout quand la température n'est pas bien haute. Bref une sélection naturelle (mais pas totalement, les animaux étant prisonniers sur une île qu'ils ne pouvaient quitter), tout comme par ailleurs pour le Soay qui peut voir certaines années le cheptel total perdre 80% des moutons!!! Ce qui au final permettait de construire des souches très rustiques et aux aptitudes liées à cet environnement et ce type de vie.<br /> Je n'ai pas non plus de scrupules à mettre à l'abri des animaux dans le besoin. C'est mon rôle d'éleveur soucieux et cela va également au final dans mon intérêt après celui des sujets en question. Néanmoins j'apprécie pouvoir proposer à mes Ouessant des conditions de vie extensive pour l'intérêt de tous, le leur, le mien, celui des prairies, sans oublier l'intérêt sanitaire. La vie en espace réduit prolongé et de plus fermé est un nid à microbes et cela demande beaucoup de travail pour éviter ce souci et ensuite pour évacuer les litières souillées...<br /> Bref il n'y a rien de mieux que les conditions naturelles (lorsque la météo veut bien coopérer).<br /> Ecume a une toison dense mais c'est également une brebis très lourde. Produit d'un mâle extérieur en lutte chez moi par le passé, produit plus fort (comme les autres naissances issues de ce bélier) que ce à quoi je suis habitué et que je ne recherche pas spécialement. Je garde au moins un peu cette brebis pour la part d'hérédité de Brocéliande qui m'était chère, en espérant que cette part sera codante par la suite dans l'expression de morphotypes de futurs descendants.<br /> Je suis par contre amusé (et un peu déçu) de découvrir que Proxima, son premier jeune, présente une silhouette identique à celle de maman en plus gracile. Mais bon c'est ainsi et je serai fixé dans deux ou trois ans seulement de toute façon, donc patience.<br /> Bonne suite à toi également dans ta saison d'agnelage!<br />