Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Le Mouton d'Ouessant Elevage des Lutins
  • : Le bonheur est dans le pré. Cours-y vite, cours-y vite....... Merci de venir visiter mon blog qui a pour but de vous faire découvrir le mouton d'Ouessant et de partager au moins un instant ma passion pour cet animal singulier et ce qui l'entoure.
  • Contact

Recherche

5 août 2021 4 05 /08 /août /2021 12:24

Le mouton a peur du loup ou même du chien mais suit pourtant plus dangereux encore, le berger, dont il ne se méfie moins, alors qu'un jour, tôt ou tard, il le trahira. C'est un fait.

Ce n'est pas de cette mort là dont je veux parler car, chez les Lutins, cette trahison n'a pas lieu.

Je ne souhaite pas non plus lancer le débat sur "Manger ou pas ses Ouessant?", sachant qu'en ce domaine comme bien d'autres, le mimétisme culturel est déjà en soi souvent un frein à toute pure réflexion et à un débat dépassionné mais argumenté.

Non, je veux poser le souci de la gestion de la fin de vie de ses animaux quand elle se présente. Que ce soit suite à accident, maladie, vieillesse ...

Un jour viendra où il faudra peut-être t'aider dans tes derniers instants...

Un jour viendra où il faudra peut-être t'aider dans tes derniers instants...

L'éleveur qui élève depuis moins de dix ans n'a généralement pas encore été confronté au problème de devoir gérer la détresse d'un animal quand aucun soin n'est envisageable( gros handicap, souffrance, détresse physiologique de fin de vie...)

Ne rien faire n'est pas très humain et indigne d'un éleveur soucieux de ses animaux, faiblesse, lâcheté et politique de l'autruche s'opérant au détriment de l'animal .

La question qui se pose à l'éleveur devant un animal à sacrifier: "Suis-je à même d'intervenir personnellement?...et si oui, comment?"

Quand on a peu de moutons, la mort ne se présentant que ponctuellement, il est possible de faire venir le vétérinaire pour euthanasier en douceur son protégé, si on peut consacrer un budget à ces derniers "soins". Transporter le mouton jusqu'au cabinet est je pense un stress supplémentaire pour l'ovin se trouvant isolé et en situation nouvelle, autant lui épargner tout cela.

En cas d'urgence où si on se sent capable d'intervenir soi-même, il reste la méthode ancestrale pratiquée depuis la nuit des temps, des millénaires. Violente, elle nécessite expérience pour être efficace et exige d'opérer en deux temps, perte de conscience puis traumatisme létal. J'évite volontairement les détails et autres précisions pour conseiller ce qui suit.  

Pour ceux qui sont confrontés à ce souci de fin de vie de leurs animaux, surtout quand on a beaucoup de moutons, je conseille l'utilisation d'un étourdisseur ("pistolet" d'abattage) comme je le fais. Cet outil est efficace. La perte de connaissance instantanée précède une mort très rapide. De plus la méthode met un peu plus de distance dans le geste d'apporter la mort libératrice.

Pour le coût d'un ou deux Ouessant, l'appareil rend ce service en une situation qui sinon met souvent dans l'embarras.

Je n'ai aucun intérêt dans l'affaire, ne souhaitant qu'aider des moutons trop souvent laissés dans leur agonie, leur souffrance de fin de vie. Aussi, il est possible de me joindre en "contact" si vous voulez que je vous oriente vers le matériel que j'utilise.

Prunelle des Lutins ainsi vient de partir ...

Prunelle des Lutins ainsi vient de partir ...

Tout cela n'est pas bien gai et souvent on évite d'en parler, mais personnellement, si ce n'est jamais un plaisir, c'est par contre à chaque fois une grande satisfaction pour moi d'être là, de pouvoir accompagner dans ces derniers instants, soulager un Lutin qui a partagé 10 à 14 ans de ma vie et que bien souvent j'ai vu naître. Donner la mort est parfois la dernière intervention possible et nécessaire... le dernier geste d'attention.

Partager cet article
Repost0

commentaires

A
Bonsoir Dominique,
Merci pour cet article. Je dirai que donner la mort est le dernier geste de soin et d'affection.
Je pense que la mort doit être à l'image de la vie que l'on donne à nos animaux : la plus douce et la plus paisible, tant pour eux que pour moi.
En cas de maladie, je tente tout ce qui est possible, à partir du moment où il n'y a pas de souffrance et une chance de les sauver. Chat, poule, mouton... tous égaux à la maison.
J'ai réussi à sauver ma petite brebis de la maladie du muscle blanc. Cela a été difficile de la sauver. Elle n'a pas de séquelle. J'ai une véto top. Après discussion, elle l'a laissé une dose de sédatif, au cas où il aurait fallut intervenir pour abréger les souffrances de ma petite Suzie. Je n'ai pas eu besoin de m'en servir, mais j'étais prête, avec une solution pour la délivrer.
Affronter leur mort, c'est les accompagner jusqu'au bout, ces petits êtres qui nous ont tant donné...
Mais après la mort de nos animaux, que faire? Il est dur de les savoir partir à l'équarissage... et pas prudent de les enterrer au jardin. Je pense que beaucoup de propriétaires ne se pas projetés à cette étape, surtout lors de l'adoption de petits...
J'ai régularisé mon troupeau, payé ma taxe d'équarissage.... mais je redoute de vivre ce moment...
Chaque situation est différente selon l'animal. Pour moi, l'objectif est de les faire partir en douceur, avant qu'ils ne souffrent... être en accord avec eux m'aide aussi à apaiser la peine de perdre un animal.
Je me pose toujours la question de ce que je souhaiterais si j'étais à leur place...
Merci pour cet article et d'ouvrir l'echange sur un sujet pas si facile et souvent ignoré.
Bonne soirée à vous.
Aurélie
Répondre
D
Bonjour Aurélie, vous avez tout dit (ou presque). Concernant le service équarissage c'est je pense la meilleure solution pour les éleveurs déclarés. Personnellement quand un être est mort, je considère que ce n'est plus lui et le départ en camion m'est devenu habituel avec le temps. Je suis bien plus à défendre le fait que c'est le vivant qui mérite attention particulière. Quand on a rarement une mort du fait d'un nombre restreint de moutons, il possible de prolonger son attachement en l'enterrant au fond de son terrain, mais encore faut-il que cela n'arrive pas en période de gel ou de sécheresse car pour creuser... Sur ce dernier point, chacun fait au mieux selon sa situation. Par contre je me me désole toujours devant les élevages où on laisse des animaux qui ne peuvent plus vivre mais luttent dans leur détresse, devoir traîner leur corps ou au contraire se recroqueviller dans un coin épuisés... Bonne suite avec vos protégés!
D
Bonjour, Est notre civilisation occidentale qui nous rend le sujet si douloureux ? Il est certainement primordiale de réfléchir au sujet de la mort, à savoir comment y faire face, afin de leur éviter une longue agonie. Sujet bien difficile c'est vrai. Merci de l'avoir évoqué.
Répondre
D
Bonjour, il est vrai que s'entourer de vivant c'est devoir un jour gérer la mort, ce que à quoi on pense rarement au départ. Et plus on a de vivant ...
S
Bonsoir Dominique,
Je dirais que votre article tombe à point pour moi. Mon troupeau de Ouessant commence à vieillir et l'état de santé d'un de mes anciens moutons commence à me préoccuper. Je l'observe beaucoup, et tant qu'il se nourrit encore dans le champs et trouve l'énergie pour venir vers moi sans trop de difficulté, je suis rassurée. Mais, je souhaite me préparer au mieux à cette épreuve, qui s'approche à grand pas et sera une première pour moi. Pour cette raison, je souhaiterai recevoir les quelques indications que vous évoquez dans cet article. Je n'exclus pas, bien sûr, l'intervention d'un vétérinaire. Mais je souhaite m'informer et me préparer au mieux.
Merci encore pour votre mission d'accompagnement, d'éclairage et de connaissances partagées...
Sophie
Répondre
D
Bonjour Sophie, si vous pouvez me joindre en "contact" en colonne de gauche du blog, je vous enverrai lien vers le matériel en question. Plus utile quand on a beaucoup de pensionnaires et que la question de la mort se pose forcément régulièrement, mais vous verrez... A chacun de choisir le mieux pour ses animaux selon sa situation.
D
Bonjour Dominique,
Merci pour vos précieux conseils, y compris ceux auxquels on n'aurait pu s'attendre.
Amitiés,
Denis
Répondre
D
Bonjour Denis, eh oui, le vivant nous confronte aussi à la mort et au devoir de la gérer au mieux ...