Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Ouessant-mouton / les Lutins du M.
  • Ouessant-mouton / les Lutins du M.
  • : Le bonheur est dans le pré. Cours-y vite, cours-y vite....... Merci de venir visiter mon blog qui a pour but de vous faire découvrir le mouton d'Ouessant et de partager au moins un instant ma passion pour cet animal singulier et ce qui l'entoure.
  • Contact

Recherche

29 septembre 2011 4 29 /09 /septembre /2011 12:48

 

On n'est jamais trop attentif et pour preuve.

 

J'essaie toujours dans la mesure du possible de veiller à une certaine propreté des moutons et plus particulièrement lorsqu'ils sont en laine. Les toisons ont maintenant quatre mois chez les Lutins.

 

Depuis plusieurs jours, avec la chute des glands et le festin permanent, une des brebis plus fragile au niveau digestif s'est retrouvée avec la diarrhée. J'attends habituellement que le problème se résolve de lui-même plutôt que médicamenter systématiquement, finissant par intervenir si la situation est grave et dure.

 

Le problème calmé, j'entrepris donc de couper la laine souillée pour le confort de l'animal et l'hygiène. Je découvris alors que ma Ouessant était atteinte d'une myiase bien avancée. La laine souillée attire les mouches qui peuvent venir pondre à proximité des salissures. Les pontes se localisent souvent (mais pas seulement) sur la croupe, au-dessus de la queue. La chaleur de l'animal (plus celle de la météo des jours derniers) a vite fait de faire éclore les centaines voire milliers de larves qui grossissent vite. 

 

 

sept 11 030

 

 Des asticots déjà de belle taille qui entre les fibres profitent bien et attaquent la peau, créant des humeurs qui colorent et humidifient les zones atteintes.

 

sept 11 031

 

Une seule solution, couper la laine et enlever toutes les larves, ce qui est plus délicat quand elles sont jeunes et encore de petite taille. Il faut veiller à tondre et scruter bien au-delà de la zone atteinte car il y a toujours quelques asticots pionniers qui étendent leur restaurant.

La peau, peu lésée à ce stade, fut désinfectée (en évitant vulve et anus puisqu'heureusement aucune attaque n'avait eu lieu à ce niveau.) ainsi que la toison sur le pourtour de la surface grignotée. L'air sec et le soleil du moment vont assainir la peau. Une antibiothérapie est menée sur quelques jours pour limiter toute éventuelle surinfection bactérienne.

 

Cela faisait plusieurs années que ce genre de problème n'était pas arrivé au troupeau. Hier, en voyant ma brebis qui se montrait embarrassée, je n'ai pas eu le réflexe de songer de suite à une myiase puisque tranquille avec ce mal depuis longtemps; cela ne m'a pas effleuré l'esprit, pensant simplement que le moment était venu de faire un nettoyage de l'animal.

 

On n'est donc jamais trop attentif. Un animal atteint se montre nerveux, agacé, piétine ou encore se frotte. On peut observer à un stade avancé une coloration brune et humide de la zone infestée.

Attention également aux toisons trop denses et souillées simplement par l'urine qui attirent les attaquantes ailées.

Saisons et périodes chaudes sont forcément les plus redoutables à ce niveau...mais même en hiver je fais des toilettes régulières de mes protégés....sans oublier la laine salie autour du fourreau (sexe) des béliers où des myiases s'installent parfois.

 

 

   

Partager cet article

Repost 0
Published by dominique morzynski - dans Soins
commenter cet article

commentaires

play 29/09/2011 16:09


merci pour les conseils ( à surveiller )laurence


dominique morzynski 29/09/2011 16:15



Ce blog est là pour servir ...ce qui semble chose faite. Merci d'apprécier.