Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Ouessant-mouton / les Lutins du M.
  • Ouessant-mouton / les Lutins du M.
  • : Le bonheur est dans le pré. Cours-y vite, cours-y vite....... Merci de venir visiter mon blog qui a pour but de vous faire découvrir le mouton d'Ouessant et de partager au moins un instant ma passion pour cet animal singulier et ce qui l'entoure.
  • Contact

Recherche

28 décembre 2014 7 28 /12 /décembre /2014 13:35

Je prenais le train en marche dans le mouvement de l'élevage loisir du Ouessant de type ancien, en 1996, en acquérant mes trois premiers moutons et dans la foulée en adhérant au Gemo (Groupement des éleveurs du mouton d'Ouessant).

Pour ceux qui ne le sauraient pas encore, sous l'impulsion de Paul Abbé, en 1976 ce groupement d'éleveurs se donna pour mission de promouvoir et sauvegarder par sélection cet ovin disparu de son île originelle et tombé alors dans l'oubli.

Le troupeau des Lutins, constitué en cette période de l'année de 70 animaux, est le fruit de plus de 18 ans de de travail en mon élevage-passion aux orientations conservatoires calculées.

Ce troupeau, s'il est mon œuvre en quelque sorte, s'est construit à sa base, en amont de ma rencontre avec le Ouessant, sur les briques du travail de tous ces éleveurs qui m'ont permis mes diverses acquisitions.

Je suis un enfant du GEMO

A l'aube de ma dix neuvième année d'élevage loisir, je faisais le point sur les origines entrant dans la construction de ma troupe car désormais il ne reste qu'une poignée d'animaux qui ne soit pas née chez moi.

Voilà donc l'occasion de remercier les personnes suivantes qui m'ont permis de leur acheter quelques Ouessant. Merci également à ceux de même nommés ici qui indirectement par la présence de leurs animaux dans la généalogie de mes acquisitions ont contribué sans le savoir à l'existence des Lutins 2015.

A savoir, les élevages:

Abbé, Billon, Blancher, Carré, Delorme, Du Fou, Ecomusée de Rennes, Falck, Jonker, Leplant, Lion, Masson, Ménard, Motrot, Mutter, Royer, Saint Symphorien, Vaillant, Wynant... et peut-être quelques oubliés ou éleveurs dont je n'ai pas connaissance...

mais aussi initialement les diverses personnes qui avant nous avaient conservé des troupes Ouessant de type ancien sur le continent alors que cette forme ovine disparaissait graduellement de son île dès 1920.

Comme tout un chacun, je ne suis qu'un intermédiaire dans la grande aventure de l'insolite Ouessant de type ancien. Je pense qu'il est bon de ne pas l'oublier et de garder à l'esprit ma reconnaissance à ceux qui m'ont précédé dans ce passage de flambeau.

Repost 0
Published by dominique morzynski - dans Ma passion
commenter cet article
16 mai 2012 3 16 /05 /mai /2012 13:34

 

C'est fait, le parc dit "la colline" figure au domaine des Lutins.

Cent trente quatre ares d'herbe de plus c'est toujours appréciable.

 

Petite balade découverte.

 

 

colline 001

 

 

Partagée en deux par mes soins pour une bonne gestion, cette pâture expose son versant au soleil toute la journée.

 

 

colline 002

 

 

Mais les bras du vieux chêne sont là pour protéger de la canicule ... tout comme de la pluie.

 

 

colline 010

 

Et puis du fond de ce vallon serpente un ru de type de régime torrentiel.

 

 

colline 005

 

Ses eaux descendent du plateau juste au-dessus.

 

colline 003

 

Comme de mémoire d'homme il ne s'est jamais tari, même les années les plus délicates, je lui fais confiance pour m'éviter pas mal de corvées d'eau.

 

 

colline 004

 

Le superbe perchoir de la buse fera également office de joli grattoir naturel pour les dos et mentons laineux ou poilus.

 

 

colline 008

 

Ailleurs, la tête d'un ancien chêne remise au jour sera une belle attraction pour les agneaux acrobates.

 

 

colline 007

 

Si la pente raide des lieux durcit les mollets, l'ancien sentier des lavandières qu'on aperçoit...

 

 

colline 006

 

... permet d'accéder à la lisière de la sapinière...

 

 

colline 009

 

...et de là que de belles soirées en perspective, à méditer au couchant, devenant "Roi du Monde" quelques instants sous le spectacle du troupeau et dans les halètements des chiens couchés à mes pieds.

 

Mais avant cela, il reste bien des points techniques à règler afin que les Ouessant soient autorisés sur les lieux. Depuis pas mal de semaines, on comprend donc que je suis bien occupé....et que je ne peux être à la fois au pré et sur le clavier pour ce blog.

 

colline-012.jpg

 

En attendant, le trio des grandes oreilles me donne un coup de main à sa façon pour qu'un petit mouton d'Ouessant soit plutôt en sécurité sur le parc de "la Colline".

 

 

 

Repost 0
Published by dominique morzynski - dans Ma passion
commenter cet article
8 mai 2012 2 08 /05 /mai /2012 13:33

 

 

 

mars 11 021

 

Ils l'ont souvent rêvée, ils vont pouvoir en disposer. Dans quelques mois, après quelques aménagements et une lutte contre les ronces qui piègent les toisons et leurs propriétaires, les Lutins vont pouvoir profiter de la prairie de la colline en bordure de la sapinière. Un lieu enchanteur qui sera inauguré à sa façon le moment venu.

 

L'herbe, toujours l'herbe. Le véritable premier souci en élevage avant tout autre... Un souci de moins à présent chez les Lutins chez qui le premier devient celui de trouver un bon point d'accueil pour les animaux que je ne peux garder malheureusement.

 

 

Repost 0
Published by dominique morzynski - dans Ma passion
commenter cet article
9 août 2011 2 09 /08 /août /2011 19:22

 

Le GEMO (Groupement des Eleveurs du Mouton d'Ouessant) organise son concours annuel à Saint Rivoal (29-Finistère) le 04 septembre 2011 sur le site de la Maison Cornec.

 

Pour les passionnés du Ouessant ou les simples curieux, n'hésitez pas à vous y rendre pour baigner dans le monde de cet ovin.

 

Personnellement je ne participerai pas au concours par impossibilité, mais je pense également ne pas participer non plus les années futures. Si mes très bons résultats lors de mes deux seules participations m'ont forcément fait très plaisir, je ne suis pas par nature animé d'esprit de compétition.

Par contre, après réflexion, face à l'explosion en nombre et en morphologies de ce type ovin ancien, plus soucieux de la réalité du Ouessant et d'une sauvegarde encadrée, je rêve de journées de confirmation des animaux de tous les éleveurs désireux de se joindre à un tel projet. Chose qui se passe déjà chez nos voisins belges par exemple et principe qui permet de classer les animaux en catégories selon leur qualité et repérer les ovins hors standard. Gros plus pour notre vaste hexagone, je rêve aussi de journées délocalisées dans différents coins de France afin de favoriser un maximum d'éleveurs et de moutons dans un tel projet. En effet, le pauvre éleveur du Var ou celui de l'Aude ne va pas traverser la France avec ses animaux pour présenter ses Ouessant, aussi passionné soit-il.

"J'ai fait un rêve..." a dit avant moi un bien plus grand personnage dans une tout autre cause... Un jour les rêves se réalisent...pourquoi pas les miens!

 

 

concours 10 004

 

 Le concours, le moment fort actuel dans le monde des passionnés du Mouton d'Ouessant (Les Lutins participants, lors du dernier concours, à Cormont).

 

Pensez au 04 septembre à Saint Rivoal (29) !!!!

 (A l'issue de ce type de manifestation, il arrive que quelques participants se séparent de certains de leurs moutons présentés) 

 

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by dominique morzynski - dans Ma passion
commenter cet article
30 mars 2011 3 30 /03 /mars /2011 12:21

 

Dans la vie, il y a ceux qui ont tout pour faire et qui ne feront jamais rien.

Et puis il y a ceux qui n'ont rien et travaillent toute leur vie à atteindre leurs idéaux.

Je m'inscris dans la seconde catégorie.

 

 

mars 11 088

 

Passionné de zoologie et de nature depuis que je suis capable de marcher, je fus happé par le mouton d'Ouessant loisir en 1996. Il y eut bien des étapes pour pouvoir trouver des animaux de qualité ou tout simplement dans le standard. Des milliers de kilomètres furent nécessaires pour acquérir ce qui me convenait.

 

Dans cette construction, je fus vite confronté au drame de tout berger, disposer d'espace et de pâtures suffisantes pour mener à bien cette passion dans une direction de sélection. Car qui dit sélection dit nombre pour pouvoir expérimenter les accouplements jugés les plus judicieux ou encore conserver les animaux qui semblent d'une grande utilité dans l'avenir du troupeau. De plus, gardant mes Ouessant au-delà de leur rôle purement utilitaire, cet attachement demande forcément encore plus d'espace pour permettre à tous de vivre dans de bonnes conditions.

 

C'est ainsi que mes huit dernières années furent consacrées à me construire un ailleurs afin de me préparer un exil choisi devenu nécessaire dans une région autre que celle de mes origines, mais où mes projets pouvaient prendre forme. Des années de labeur, de fatigue, de patience, d'espoirs et déceptions, de sacrifices divers, de joies et de soucis mêlés, d'interrogations, des dizaines de milliers de kilomètres parcourus, des personnes à quitter, .... Tous mes objectifs ne sont pas atteints, il me reste beaucoup à construire au propre comme au figuré, mais une chose est certaine, je ne regrette à aucun moment ce tournant dans ma vie.

Comment pourrais-je regretter mon ancien chez moi, dans une commune où la ruralité n'avait plus sa place, commune enserrée dans l'étau de la pieuvre céréalière qui tend toujours plus ses tentacules pour digérer les dernières prairies, haies, talus, ... grignotée par le bitume et le béton des métastases du mal de la construction venu de la ville voisine sur chaque m2 encore libre pris sur les vergers et derniers espaces vides où personne n'aurait pu imaginer une maison....Repeuplée et vivante pour certains. Ah bon? ... Pas pour moi qui l'ai vue sur plus de vingt ans se défigurer elle-même en se laissant influencer par les courants de la "Grand Ville" proche et les cerveaux citadins venus y habiter, perdant son nom et allure de village pour devenir une simple commune dont les habitants sauront partir en vacances le moment venu, vers d'autres régions dites privilégiées d'un point de vue touristique. Population qui n'avait pas compris qu'on a le monde que l'on se construit...

  

Aucun regret donc, que du bonheur à présent à pouvoir profiter encore de la boue et des bouses, des orties et de l'herbe, des flaques d'eau et des nuits sombres...de traverser la route avec une probabilité de se faire écraser proche de zéro....d'avoir le silence comme ami le plus proche.... et puis surtout de disposer de plus d'espace et d'herbages en un lieu où le mot campagne a véritablement gardé un sens (Mais pour combien de temps encore? Autre problématique) .

 

Si se sentir seul peut être un drame parfois pour certains, pouvoir être seul est véritablement un luxe qu'il faut savoir savourer. Et comme je savoure! La chance de la solitude est de pouvoir la remplir de soi au maximum et de ce qu'on s'autorise à y mettre, tout en étant capable de la rompre quand on le décide.  

Le bonheur est bien dans le pré!   

Repost 0
Published by dominique morzynski - dans Ma passion
commenter cet article
2 mars 2011 3 02 /03 /mars /2011 18:01

 

(Suite de l'article précédent)

 

Au concours du GEMO de l'année suivante, je suis venu prospecter une fois encore et suis parvenu à acheter deux animaux de souches autres que les précédentes. 

 

 

mars 09 009

 

J'ai introduit au troupeau, Ocelot de l'élevage Delorme (ici sur ses vieux jours). Acheté antenais à 41 cm, sa taille ainsi que son cornage étaient des atouts pour continuer à reproduire dans mes directions de sélection choisies.

 

 

noisette claire 

 

J'ai trouvé également une agnelle de 38 cm, Nuxi de l'élevage Jonker (ici adulte) afin de récupérer le gène noisette.

 

Avec 7 souches de base que j'ai retenues sur une dizaine, alors, dans mon élevage, la possibilité d'élever en reproduction fermée pouvait durer un bon nombre d'années par calculs des accouplements sans faire de consanguinité excessive. Tout reposa donc sur les bonnes associations entre brebis et béliers, puis sur les bons choix des animaux produits au fil du temps pour poursuivre le travail, afin d'arriver à la bande des Lutins. 

Repost 0
Published by dominique morzynski - dans Ma passion
commenter cet article
27 février 2011 7 27 /02 /février /2011 18:02

 

(suite de l'article précédent)

 

Si donc mon lot de brebis me satisfaisait alors et que je faisais reproduire depuis quelques années, il me fallait consolider mes choix par des béliers de base allant dans le sens de mes perspectives d'élevage.

Trouver un bélier gris, un noir et un blanc devenait la nouvelle étape à franchir. La chose fut faite l'année suivante. Je passerai un peu vite sur ces animaux trouvés du fait qu'ils ont été présentés à d'autres occasions dans d'autres articles.

 

 

Maout 003

 

  Maout, acheté antenais chez un éleveur qui l'avait obtenu à partir d'une brebis de l'élevage Vaillant et d'un bélier venant d'un autre élevage dont j'ai oublié le nom. Choisi pour sa couleur, ce mâle toisera 48 cm adulte et n'aura pas eu le temps de se reproduire emporté par le tétanos.

 

 

Les Lutins du Montana 001

 

  Dakné, élevage Vaillant. Acheté adulte, il toisait 43 cm. Heureusement ce bélier possèdait le gène gris en couleur cachée, ce qui compensa la perte de Maout. Ce mâle permit d'assurer une transmission génétique du caractère petite taille.

 

 

Les Lutins du Montana 003

 

Ouessantin fut acheté adulte à l'élevage Blancher mais provenait  de chez un éleveur pionnier du GEMO. Il toisait à 46 cm. Ce mâle me permit d'introduire ce type de structure physique de très grande qualité (on notera par exemple la large poitrine)  et du bon cornage.

 

Avec des brebis et des béliers souches me satisfaisant, je pouvais poursuivre mon travail de sélection permettant de récolter les qualités des uns et des autres (et aussi parfois les défauts, selon les priorités qu'on se donne).

 

 Mais il ne faut pas croire qu'il suffit de faire naître car rien n'est jamais garanti dans les résultats des naissances à quelque niveau que ce soit. Les caractères des parents ne font pas tout, les ancêtres ont bien souvent leur dernier mot à dire dans le meilleur comme dans le pire.  

Repost 0
Published by dominique morzynski - dans Ma passion
commenter cet article
26 février 2011 6 26 /02 /février /2011 13:03

 

(suite de l'article précédent)

 

Ayant trouvé une souche dont les qualités répondaient à mes attentes, l'année suivante je visitai l'élevage d'Edmond Vaillant et pouvais y acquérir deux nouvelles agnelles de qualité, une blanche Castille et une grise Esmeralda. J'en profitai pour acheter également Mephisto le meilleur agneau noir dans sa présentation, fils d'une brebis Vaillant et d'un bélier de l'élevage Coutant venant en fait de l'élevage Carré.

 

 

Les Lutins du Montana 012

 Agnelle blanche, Castille. (38 cm à 4 mois 1/2) 

 

 

Les Lutins du Montana 013

 

Castille ici à un an. 43-44 cm adulte.

 

 

esmeralda 1 an

 

 Esmeralda ici antenaise. (36 cm à 4 mois 1/2) 

 

 

esmeralda 1 an 002

 

Esmeralda tondue, 43-44 cm adulte.

 

 

mephisto

 

L'agneau noir, Mephisto (39 cm à 4 mois 1/2) mais antenais sur la photo, qui terminera adulte au maximum du standard et à qui j'ai trouvé alors une bonne maison d'adoption.

Si donc je m'étais constitué un petit noyau intéressant en brebis, je n'étais toujours pas satisfait en béliers encore trop grands pour moi avec Rothschild et Mephisto pourtant au maximum acceptable du standard.

Repost 0
Published by dominique morzynski - dans Ma passion
commenter cet article
25 février 2011 5 25 /02 /février /2011 20:06

 

(suite du précédent article)

 

L'année suivante, je passais au concours du GEMO à Saint Rivoal avec un regard un peu moins naïf sur le Ouessant, d'autant qu'entre temps j'avais pu comprendre, à mon sens, que si un beau bélier de 49 cm était acceptable en concours pour satisfaire le visuel, ce n'était pas ce qu'il y avait de mieux en reproduction pour s'assurer des descendances qui ne dépassent pas le standard taille.

Au matin de cette journée, je fus tout de suite attiré par les moutons présentés par Monsieur Edmond Vaillant et son fils Hervé. Je les avais vus l'année précédente, mais dans ce précédent concours en Bourgogne, découvrant les "vrais" Ouessant, je n'avais pu définir quels animaux appartenaient à qui. Toujours est-il que ces Ouessant de l'élevage Vaillant me séduisirent le plus du fait de leur très petite taille, ce qui à mes yeux demeure toujours le plus important. De plus, j'y trouvai une diversité de toisons avec trois morphes colorés, ce qui dans le cadre de la sauvegarde d'un type ovin représentait une richesse génétique supplémentaire. Je trouvais les cornages des béliers plutôt moyens mais ce n'était (et n'est toujours pas) pour moi le plus important.

Je pus convenir d'acheter une antenaise blanche de 38 cm qui d'ailleurs se trouva être primée l'après-midi durant le concours. Je suis d'ailleurs reconnaissant de l'honnêteté d'Edmond Vaillant qui ne cassa pas pour autant le marché conclu au matin.

 

 

Les Lutins du Montana 007   

Gwen (avec un seul N), élevage Vaillant, ici antenaise de 38 cm qui semble bien fragile dans un gabarit très léger de construction.

 

 

Les Lutins du Montana 008

 

Gwen à deux ans (40 cm définitifs), avec sa première naissance, sa petite Surprise.

 

 

Je pus également acheter à ce même concours, auprès des mêmes éleveurs, une autre antenaise, de couleur roussâtre cette fois, de 39 cm.

 

ouessane 006

Ce fut Ouessane, élevage Vaillant.

 

 

ouessane 004.

Une superbe toison qui pourtant n'avait guère de succès car regardée d'un sale oeil par les esprits formatés (sans connaissances particulières de la génétique ovine) à l'image du petit mouton noir. Pour moi une merveille et une richesse génétique inestimable dont l'acquisition me ravissait.

 

 

ouessane 002

 

 Mon émerveillement ne fut que plus grand, quand à la fin du printemps suivant, lors de la tonte, je découvris la réelle couleur grise de Ouessane que je n'avais pas examinée au plus près à l'achat. Cette brebis fit 41 cm à l'âge adulte. Dès lors j'ai eu pour objectif de conserver, multiplier et introduire ce gène dans presque chaque animal de mon troupeau pour l'intérêt patrimonial évident que cela représente.

Pour la petite histoire, Edmond Vaillant qui, avec ses petits animaux de ce morphe, rejoignit très tôt les pionniers du groupement faisant renaître le Ouessant, eut bien du mal à faire accepter, je devrais dire tolérer, ce type de toison de souche morbihannaise. Aujourd'hui encore, elle reste mise à l'écart. Ce qui est bien dommage ne serait-ce qu'à titre conservatoire. De plus ce morphe est bien plus légitime que le blanc (fruit de métissages) qui, lui, a pourtant été largement multiplié. Heureusement, par mon initiative et celle des personnes que je pus convaincre, en particulier par ce blog, ainsi que par les quelques éleveurs qui faisaient naître ce type Ouessant sans être conscients de ce qu'ils possèdaient, les Ouessant gris se rencontrent un peu plus chaque année. 

C'est vraiment une initiative dont je me permets d'être fier, car il faut savoir que la famille Vaillant faillit ne plus conserver ce type du fait qu'il ne se vendait pas par faute de ne pas être noir...(!!!) Au point que son troupeau ne comporta plus qu'un seul animal gris durant quelques années.

(A titre anecdotique, parfois les novices imaginent que ces animaux gris sont malades, comme j'ai pu l'entendre devant mes animaux. "Oh! Ben! Qu'est-ce qu'il a celui-là? Il est tout bizarre celui-là! Il est malade? ...") 

 

Un grand merci à Edmond, aujourd'hui disparu, et à Hervé, de la part de tous les éleveurs qui me rejoignent dans mes préoccupations, pour ce cadeau magnifique qu'ils ont su sauvegarder contre vents et marées pour le plaisir des éleveurs du futur et la richesse patrimoniale du Ouessant. En espèrant que leur persévérance n'aura pas été vaine et qu'un jour viendra où le Ouessant gris sera sur le devant de la scène avec les autres. 

 

Enfin un énorme merci à eux de ma part, car ce fut pour moi un bonheur immense d'introduire dans mon troupeau ces deux antenaises merveilleuses en taille et couleurs. Ce fut là que "les Lutins du M." purent commencer à vraiment exister...

 

Et ce n'est pas fini.  

Repost 0
Published by dominique morzynski - dans Ma passion
commenter cet article
23 février 2011 3 23 /02 /février /2011 23:01

 

(suite du précédent article)

 

En adhérant au GEMO (Groupement des Eleveurs du Mouton d'Ouessant) peu après l'acquisition de mes premiers animaux, en les toisant et d'après les attentes de cette association pour ce mouton, je m'aperçus que mon problème était bien réel et non le fruit de mon imagination.

 

Mais le choc fut encore plus grand quand à l'occasion du concours annuel du même GEMO à Arnay sous Vitteaux (Côte d'Or), je découvris les moutons des éleveurs venus concourir. Tout petits comparés aux miens. Lors de cette manifestation, se présenta l'occasion d'acheter un antenais (bélier d'un an de l'élevage Billon)) de 46 cm . Cet animal, comme c'était prévisible, arriva au maximum du standard avec ses 49 cm au garrot à l'âge adulte bien que me paraissant toujours minuscule à côté des autres souches que je possèdais.

 

Je pouvais tout de même ainsi prétendre possèder un "réel" couple de Ouessant, bien qu'au standard maximum pour la taille, avec Houston mesurant 46 cm et ce nouveau bélier Rothschild avec ses 49 cm.

 

rotshild  

 

Le faux minuscule Rothschild à gauche et le vrai gigantesque Lewis à droite (même âge). Y a pas photo comme on dit...

 

Et pourtant ce Lewis était peut-être effectivement réellement de souche Ouessant élevée sur le continent depuis bien des générations, bien avant la création du GEMO, mais résultat des dérives et orientations nouvelles par rapport à ce qui s'était passé sur l'île au siècle précédent.

 

(Mes animaux trop grands ont pu trouver maisons pour les accueillir après castration du fameux Lewis)  

Repost 0
Published by dominique morzynski - dans Ma passion
commenter cet article