Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Ouessant-mouton / les Lutins du M.
  • Ouessant-mouton / les Lutins du M.
  • : Le bonheur est dans le pré. Cours-y vite, cours-y vite....... Merci de venir visiter mon blog qui a pour but de vous faire découvrir le mouton d'Ouessant et de partager au moins un instant ma passion pour cet animal singulier et ce qui l'entoure.
  • Contact

Recherche

15 août 2012 3 15 /08 /août /2012 11:10

 

 

 

Frigidaire, Kleenex,...., Velux et bien d'autres, autant de marques de fabrique qui ont inscrit leur nom dans les esprits au point qu'on les utilise spontanément pour désigner l'objet en question sans qu'il soit pourtant de la marque citée. Ainsi, tout comme la tendance est de parler de Velux pour désigner toute "fenêtre de toit", on parle de Ouessant (mouton d'Ouessant) face à tout ovin de taille inférieure à celle du "mouton ordinaire" et plus encore s'il est noir.

 

 repertoire-11 6217

 

Pourtant pour être Ouessant, encore faut-il l'être génétiquement d'abord, puis par rapport à la construction morphologique et certains points du standard dont la taille. Mais peu d'animaux ont une généalogie connue et suffisamment longue pour être considérés comme tel. C'est donc malheureusement sur la simple apparence qu'un mouton est le plus souvent "baptisé" Ouessant. Parmi les nombreux contacts de personnes à la recherche de ce mouton qui m'arrivent, la chose est flagrante. Je ne décèle un souci de démarche conservatoire et de recherche de qualité face à cet ovin que dans moins d'un cas sur vingt sans doute. (Peut-être suis-je même généreux!) En plus, pour ces personnes, il faut que l'achat soit le moins honéreux possible sans que le souci de qualité (sans allusion à la beauté ici) entre en considération. Et si encore on peut avoir satisfaction en trouvant des dits Ouessant à 1km plutôt qu'à 100, c'est parfait.... Face à cette vague comportementale de grande ampleur qui a dessiné le paysage actuel de cet ovin "tout venant" en quelques décennies, l'avenir du mouton d'Ouessant est aussi sombre que la toison de ses ancêtres.

 

Ayez des exigences d'abord sur l'animal auprès de votre vendeur et pensez à l'aspect conservatoire de votre démarche, si du moins vous envisagez de faire reproduire vos moutons (sinon tout est bien différent évidemment). La responsabilté de chaque nouvel éleveur est importante afin de conserver le fruit de la sauvegarde du mouton d'Ouessant de type ancien. 

Sinon, sans ce désir d'acte conservatoire, pourquoi ne pas vous tourner vers bien d'autres races plus communes qui vous apporteront tout autant.

 

Repost 0
Published by dominique morzynski - dans Vous cherchez un Ouessant
commenter cet article
12 août 2012 7 12 /08 /août /2012 12:36

 

 

Dans le choix de ses reproducteurs, on focalise malheureusement trop son attention sur l'allure générale de l"animal ou encore le cornage (chez un bélier), en oubliant d'autres petits détails qui pourtant risquent parfois d'être transmis. Effectivement c'est par dizaines que les points d'analyse d'un Ouessant devraient nous venir à l'esprit. Mais il suffit que le mouton "en jette" globalement à notre point de vue pour qu'il nous fasse tourner la tête et qu'on oublie certains caractères qui risquent de s'installer durablement dans notre troupeau et qu'on aura bien du mal à éliminer par la suite. Parmi ceux-ci le souci des onglons.

 

  Les onglons sont le genre de détails auxquels peu d'éleveurs prêtent attention, y compris parfois les plus passionnés. Ces sabots sont naturellement plus courts aux membres antérieurs qu'aux postérieurs. Mais au-delà de ce principe, on rencontre une certaine variété de formes allant entre ces deux extrêmes présentés ci-dessous. 

 

repertoire-11 6257

 

Doigts avant d'un Ouessant.

 

repertoire-11 6260

 

Doigts arrières du même mouton.

 

repertoire-11 6255

 

Doigts avant d'un autre Ouessant.

 

repertoire-11 6253

 

Doigts arrières du même animal.

 

La différence est frappante. Les sabots du premier sont dans une tendance courte et arrondie dans la forme. Ceux du second sont nettement dans l'allongement. De plus il est intéressant de noter que les deux animaux ont été parés à la même période et que la corne a déjà repoussé de façon excessive chez le second depuis deux mois.

 

Je n'orienterai pas le choix, mais on devinera facilement ma préférence pour des raisons qui sembleront évidentes à tous. Ceci étant, ces deux animaux sont bien dans mon troupeau. C'était simplement l'occasion d'indiquer que nous n'ouvrons jamais assez l'oeil et que face à tous les compromis que nous devons accepter devant des animaux qui ne sont (heureusement?) jamais parfaits, certains peuvent nous engager sur des voies glissantes... "Héréditaire, héréditaire!" (mon cher Watson).

 

  

Repost 0
Published by dominique morzynski - dans Sélection
commenter cet article
8 août 2012 3 08 /08 /août /2012 12:28

 

repertoire-11 6206

 

 

Les années se suivent et ne se ressemblent pas; il en va également ainsi pour les saisons d'agnelage. En effet, contrairement aux années précédentes, celle-ci voit (enfin!) une forte proportion d'agnelles. Sur les vingt cinq naissances, 8 agneaux mâles ont vu le jour pour 17 agnelles. Un tiers (seulement!) de jeunes béliers pour donc deux tiers de jeunes brebis. Du jamais vu chez Les lutins, alors que ce rapport était allé une certaine saison jusqu'à 10/11 de "garçons"! Sur ces 25 naissances, une seule fut assistée bien que sans doute inutilement. Une agnelle dut être euthanasiée au bout de 48h suite à des complications. Sinon tout ce petit monde se porte bien à l'heure actuelle.

 

Côté brebis, je ne m'explique pas pourquoi trois d'entre elles sont demeurées non fécondées malgré 11 semaines passées avec un mâle qui a pourtant bien oeuvré avec d'autres, puis deux mois passés avec un autre et encore début mars avec tous les béliers. Plus surprenant le fait que, sur ces trois femelles, deux n'ayant jamais eu d'agneau ne soient toujours pas mères à trois ans, se montrant ainsi infécondes deux années de suite. Pour l'une j'ai songé l'an dernier au fait qu'elle est de bien petite taille (mais il y en a bien d'autres comme elle qui reproduisent), pour l'autre je soupçonne un problème hormonal puisque je l'observe chaque hiver "saillir"....le bélier...ou ses consoeurs...

 

Cette saison d'agnelage fut longue, quatre mois et demi. Alors qu'elle était programmée au départ pour ne durer que deux mois et demi pour simplifier les choses. C'était sans compter les farces d'un tout jeune et petit bélier, comme expliqué dans un autre article.

Toujours est-il que les résultats sont satisfaisants dans l'ensemble, la part de hasard ayant plutôt bien fait les choses là où le berger n'avait pas forcément eu possibilité d'orienter ces résultats.

 

A présent, bientôt cinq mois après le premier jeune, l'oeil lit au quotidien la construction de ces nouveaux Lutins et le cerveau bouillonne à songer déjà aux futurs accouplements judicieux tout en considérant la gestion et le bonheur de sa troupe.

 

 

Repost 0
Published by dominique morzynski - dans Naissances 2012
commenter cet article
5 août 2012 7 05 /08 /août /2012 15:45

 

 Il pleut ... et bien. Cela faisait finalement longtemps.

En attendant le retour du soleil, ce contraste avec les chaleurs des jours derniers me laisse un peu songeur et désorienté, impatient à vouloir rejoindre le troupeau.

 

Je sais qu'après la pluie vient le soleil, comme on dit, et que de nouveaux instants à voir les Ouessant ne pas oser sortir de l'ombre se dessinent dans la semaine à venir. Alors patientons!

 

repertoire-11 6278

Repost 0
Published by dominique morzynski - dans Instants de vie
commenter cet article
2 août 2012 4 02 /08 /août /2012 12:08

 

Les témoignages visuels concernant le Mouton d'Ouessant de type ancien sont bien rares. C'est pourquoi joie et excitation sont au rendez-vous quand une vue inconnue jusque là vous arrive. Merci donc à Dominique Leplant pour ce nouvel envoi précieux.

 

ouessant ancien

 

 

Cette dame gardant cette paire de Ouessant blancs au début du 20ième ne fait peut-être acte de présence que pour la figuration face au photographe. En effet, sur l'île, les moutons étaient (et le sont encore par tradition) attachés par deux durant les saisons des cultures. Donc nul besoin de les tenir, il suffisait de déplacer leur piquet régulièrement selon l'herbe encore disponible. De plus il y avait trop à faire sur Ouessant pour perdre du temps à garder des moutons...attachés. Cependant, n'enlevons pas à cette brave dame ce droit si tel était son plaisir réellement. Mais je pense qu'elle était venue pour déplacer ses animaux... ou à l'invitation du photographe. Nous dirons simplement que la légende peut induire en erreur quant à la représentation de la vie et des usages sur Ouessant.

 

Les moutons?  Si la carte n'est pas datée, son aspect et sa qualité la rapprochent des tirages d'avant 1920. Ces moutons sur Ouessant sont blancs une fois encore et d'une taille bien au-dessus du standard actuel. D'ailleurs, il n'y a pas cette impression d'être devant des animaux de petite taille. La laine aussi, bien qu'encore en pousse, témoigne des métissages en cours alors avec de plus grandes races modernes devenant plus intéressantes. La queue entrevue à gauche semble plus longue que celle de nos animaux dans nos élevages. D'une allure haute sur pattes avec croupe surélevée, ces Ouessant n'auraient aucune chance de prétendre être primés en concours actuellement, ni même de prétendre pouvoir concourir tout simplement. Ils sont "hors standard". Rien de séduisant en ces ovins métissés.

Mais par le passé on n'a jamais élevé les petits moutons d'Ouessant pour leur beauté. Ils étaient simplement là depuis bien des générations, survivaient aux conditions du milieu et aux pratiques d'élevage tout en apportant ce qu'on en attendait: un peu de viande et leur laine. L'évolution de la société ouessantine qui se tourne vers l'extérieur amène aux métissages des ovins anciens avec de plus grandes races devenant plus intéressantes.

Cette  vue avec ces deux moutons témoigne de cette évolution vers un nouveau mouton d'Ouessant sur cette île, au début du siècle dernier.

 

 

 

Repost 0
Published by dominique morzynski - dans historique
commenter cet article
1 août 2012 3 01 /08 /août /2012 12:13

 

repertoire-11 6280

 

 

Il y a 48h naissait Kilda, fille de Sonnaille et d'un bélier indéterminé des Lutins suite aux retrouvailles mâles /femelles en ce début mars. Cependant plusieurs indices en cette agnelle me font dire qui est le père.

 

repertoire-11 6281

 

Une belle taille et de la solidité en cette agnelle pour une mère au bas du standard taille. Tout s'est bien passé malgré tout. Le duo est en forme.

 

repertoire-11 6284

 

La petite bien curieuse.

 

 

Kilda devrait être la dernière et bien tardive naissance de cette saison 2012. L'heure du bilan est arrivée.

 

 

 

 

Repost 0
Published by dominique morzynski - dans Naissances 2012
commenter cet article
28 juillet 2012 6 28 /07 /juillet /2012 20:04

 

repertoire-11 6279

 

80% cacao ou café liègeois? Mâle ou femelle? Le dernier agneau brun né, à gauche, encore assez sombre à côté de l'agnelle à droite plus âgée.

 

L'étoile blanche sur leur crâne est un bon indicateur de la composante concentrée en gènes Lutins bretons d'une certaine souche pionnière du Ouessant. Un petit indice parmi d'autres qui fait plaisir à découvrir cette année et qui permet de savourer le chemin parcouru dans la construction de ce morphe brun en une génétique toujours plus bretonnante que néerlandaise (d'un ancêtre de plus en plus lointain). Ceci étant, un Ouessant brun hollandais est bien en partie un Ouessant déjà, mais malheureusement fruit de la reproduction de métis entre eux. Tout mon travail depuis des années est de ramener ce gène brun dans le droit chemin, celui de la composante génétique des souches pionnières du Ouessant continental. On avance, on avance...

 

 

 

Repost 0
Published by dominique morzynski - dans L'animal
commenter cet article
26 juillet 2012 4 26 /07 /juillet /2012 12:35

 

 

  Pas celle des cultures mais des pâtures.  

 

 

repertoire-11 6195

 

 

 

     Les Lutins ont donc gagné la prairie de fauche pour profiter du regain.

Les ânes se retrouvent ainsi sur celle des moutons. Ils se font un plaisir de consommer ce qui a pu être délaissé par un ovin et qui fait festin pour un équin.

 

En comparant ces deux vues, on comprend que les deux espèces n'exploitent pas leur milieu de la même façon.

 

repertoire-11 6187

 

Prairie que les Ouessant viennent d'abandonner.

 

repertoire-11 6186

 

Prairie que les ânes viennent d'abandonner. Les moutons pourraient être dirigés sur celle-ci, mais les ronces y sont encore trop nombreuses pour de petits Ouessant qui s'y piègeraient.

Enfin, l'idéal serait d'avoir quelques (petites) vaches qui permettraient par leur type de pression sur le milieu de compléter la gestion des parcelles en prairie.

 

  

Repost 0
Published by dominique morzynski - dans Elevage
commenter cet article
25 juillet 2012 3 25 /07 /juillet /2012 15:39

 

 

repertoire-11 6276

 

 

Le placenta de la dernière naissance fait bien des heureuses. Des milliers de fourmis se réunissent pour le banquet de leur vie.

 

 

Repost 0
Published by dominique morzynski - dans Autour des Lutins
commenter cet article
25 juillet 2012 3 25 /07 /juillet /2012 14:15

 

repertoire-11 6274

 

 

Pandie est issue d'une brebis Agouti gris dont elle a hérité ce gène qui s'est exprimé en (sur) elle. Sa toison noire va au fil des mois s'éclaircir, seuls membres et face demeurant sombres.

 

 En quelques lignes, je vais tenter d'expliquer une nouvelle fois ma démarche face à ce type qui peut étonner.

Trente cinq ans d'errances et de flottements des divers groupements d'éleveurs de Ouessant ont construit ce type de toison chez cet ovin. Cela, pourtant, nullement en secret, mais bel et bien avec l'accord tacite par le silence des dirigeants des divers milieux associatifs qui s'intégraient d'ailleurs régulièrement aux manifestations (ainsi qu'au Conseil d'Administration) des uns et des autres et se trouvaient en contact avec des Ouessant Agouti gris à ces occasions. C'est essentiellement dans les groupements allemand, belge et néerlandais que ces animaux étaient produits. Cependant ce type est implanté de longue date dans l'hexagone.

 Ce type de toison peut surprendre la personne habituée à un petit mouton noir. Ma démarche conservatoire est la suivante. D'abord ne pas jeter car la diversité a son intérêt. Cette toison est d'abord un témoignage de l'histoire continentale du petit mouton d'Ouessant, tout comme ce dernier en transporte et présente bien d'autres  après un siècle passé hors de son île. Par contre, pour ne pas dériver vers la construction d'une autre "race", il convient de ramener année après année ce type, en construction de sa matière génétique, vers la constituante des souches pionnières du renouveau du Ouessant des années 70.

Je ne travaille à cela que depuis quelques années. Je sais qu'il m'en faudra une dizaine au moins. Il y aura toujours des détracteurs à un tel projet. Incompréhension de par principe, par méconnaissance, par jalousie, par fausse représentation de ce que sont les races (y compris anciennes, souvent sous l'influence de bien des métissages au cours des siècles d'histoire de leur construction) . Donc plutôt que jeter (comme le Ouessant ancien lui-même a failli l'être), je pense qu'il faut conserver mais rectifier le tir. Pour cela, je ramène donc peu à peu ce type de toison en morphologie Lutins (troupeau construit en souches pionnières du Ouessant, il est bon de le rappeler). Je ne crée que des animaux porteurs du gène  marquant (exprimé). Je ne construis pas d'animaux qui en seraient porteurs sans qu'il ne soit visible (à l'exemple d'accouplements avec des moutons blancs, ce qui est interdit chez les Lutins). C'est donc un travail de longue haleine qui n'est qu'à son balbutiement. Pas question non plus, d'accoupler entre eux deux sujets Agouti gris. Cette possibilité, ne verra le jour que lorsque les moutons produits en ce type seront revenus à une composante globale "souche pionnière du Ouessant".

Un temps viendra où un tel Ouessant pourra être bien plus de matière Ouessant que certains moutons noirs dits Ouessant. Tel est mon travail (à ce niveau) dans cette initiative privée, qui ne peut être que fort louable...

Après avoir vu il y a quelques années, en concours national, une brebis brune de souche hollandaise directe (avec pendeloques) être primée championne des championnes parmi les brebis en compétition, cela me conforte et je me dis que mon travail saura être apprécié des générations futures c'est certain, si parfois il ne l'est pas encore totalement actuellement.

 

Cet article est l'occasion de lancer un appel. En naviguant sur le net, il m'arrive de découvrir des moutons de ce morphe fortement typé Ouessant et de belle qualité apparente. Si donc vous possédez de tels animaux merci de rentrer en contact avec moi pour pouvoir m'en apprendre plus encore.

 

   

Repost 0
Published by dominique morzynski - dans Elevage
commenter cet article