Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Ouessant-mouton / les Lutins du M.
  • Ouessant-mouton / les Lutins du M.
  • : Le bonheur est dans le pré. Cours-y vite, cours-y vite....... Merci de venir visiter mon blog qui a pour but de vous faire découvrir le mouton d'Ouessant et de partager au moins un instant ma passion pour cet animal singulier et ce qui l'entoure.
  • Contact

Recherche

2 février 2017 4 02 /02 /février /2017 11:08
Pause forcée

Pour les abonnés au blog des Lutins....

le berger n'ayant plus qu'un bras (provisoirement), une petite pause s'impose un certain temps.

Mais la vie continue et bientôt, j'espère, le plaisir et surtout la possibilité de partager sur le merveilleux Ouessant seront de nouveau au rendez-vous. 

Repost 0
Published by dominique morzynski
commenter cet article
18 janvier 2017 3 18 /01 /janvier /2017 15:53
Glacé

Deux jours de gel continu.

Moins huit seulement, et pourtant...

Cela suffit pour que l'eau, transformée en glace dans le coffrage d'urne funéraire gallo-romain du deuxième siècle (servant d'abreuvoir pour les pigeons), soit contrainte à trouver chemin plus aérien en une augmentation de volume chaotique.

Glacé

Etrange phénomène résultant de la pression de la glace, de force inférieure à la résistance du granit.

Un abreuvoir en un vestige archéologique de presque 2000 ans?

Ce n'est pas pire et bien plus utile que les géraniums qui fleurissent à la belle saison dans tous ces autres coffrages assez communs sur la région et qui décorent à présent les pelouses...

Glacé

Heureusement! Pas de neige. Les Ouessant peuvent vaquer à leurs occupations habituelles.

Glacé

Il convient cependant de distribuer de l'eau au moins une fois par jour car, comme elle est bien vite gelée, les moutons ont d'autant plus soif.

Glacé

Soif après la consommation de minéraux.

Glacé

Soif de par une herbe peu hydratée en cette sécheresse hivernale et "grillée" par les coups de gel réguliers depuis début janvier.

Glacé

Soif après la consommation de leur ration de céréales au lever. (120g d'orge et avoine, dose maxi depuis plusieurs semaines).

Rappel: ne jamais donner de céréales subitement aux moutons, mais les habituer progressivement à cette complémentation, sur le temps et en quantité.....tout comme les granulés d'ailleurs.

Ici, l'artillerie des auges est prête pour demain matin au lever la rituelle distribution.

Soif suite à une consommation de foin plus importante.

Tout cela pour dire que non seulement les moutons mangent beaucoup plus par temps froid, besoin énergétique en conséquence oblige, mais aussi que le besoin d'eau est alors particulièrement important à cause du gel et qu'il faut penser y remédier au quotidien.

Glacé

Enfin, cette nuit comme les deux précédentes, les brebis ont choisi de ne plus dormir à la belle étoile mais de réintégrer le coin bergerie. (Chaque soir les doyennes sont les premières à prendre leur place à l'abri, sur la paille, protégées du vent.)

 

Les épisodes de froid sont des épreuves qui imposent d'aider ses animaux à les surmonter. 

Repost 0
Published by dominique morzynski - dans Elevage
commenter cet article
10 janvier 2017 2 10 /01 /janvier /2017 10:53
Ils me rendent marteau

Oh les gars! Oh les gars!

Ils me rendent marteau

Heureux de vous retrouver vous aussi tous réunis.

Ma banque génétique mâle du moment regroupée.

Ils me rendent marteau

Les mâles ont grand plaisir à vivre ensemble et donc à se retrouver également (comme les femelles) depuis le 1er janvier.

 Qu'on n'en doute pas, ils se reconnaissent après séparation de quelques mois. 

Ils me rendent marteau

Comme toujours, malgré la vie en groupe, des tendances à demeurer proches entre animaux d'une même classe d'âge demeurent.

Ils me rendent marteau

Les anciens avec les anciens. Les jeunes avec les jeunes.

Ils me rendent marteau

Le plus vieux des adultes avec le plus petit des adultes. Le premier guère plus grand que le second.

Ils me rendent marteau

Accepté parmi la bande, je m'autorise à être au plus proche, savourant l'ambiance et piégeant les images qui défilent sous mes yeux selon les déplacements des béliers et selon les miens. 

Ils me rendent marteau

Le pied des châtaigniers est très fréquenté. Tout autant pour les escalades sur l'ourlet de greffe pluri centenaire que pour les marquages du front sur les rejets.

Ils me rendent marteau

Le plus grand mâle dénote un peu à côté du plus petit adulte, mais souci de conservation oblige à passer au-dessus de ce genre de considération.

Ils me rendent marteau

Le doyen actuel, un sage bien sympathique, amène à songer au jour où il ne sera plus.

Ils me rendent marteau

Différences de cornage, mais de précieux mâles tous deux. D'ailleurs ils seront pères au printemps prochain.

Ils me rendent marteau

Les jeunes de l'année passée grandissent et se construisent. Ces deux compères devraient être autorisés à être pères à leur tour l'an prochain.  

Ils me rendent marteau

Se fondre dans le groupe, se mettre au niveau des Ouessant, permet de sentir le privilège d'être accepté par les animaux qui me considèrent comme étant (presque) des leurs.

Ils me rendent marteau

La jeunesse me jette parfois un regard plus interrogateur, la confiance étant moindre.

Ils me rendent marteau

Mais pour les anciens, qui se frottent d'ailleurs chaque jour contre mes bottes, aucun signe d'inquiétude dans le regard.

Ils me rendent marteau

On grimpe, on dépose son odeur sur les rejets.

Ils me rendent marteau

Et on recommence encore et toujours. Il est des plaisirs dont on ne se lasse pas quand on est Ouessant.

Ils me rendent marteau

 Certains ont des affinités particulières et je les retrouve souvent ensemble.

Ils me rendent marteau

Au milieu des gars, c'est l'occasion pour le berger de mesurer le travail accompli dans toutes les directions d'élevage qui sont suivies depuis 20 ans et de songer à celui à mener encore à l'avenir.

Ils me rendent marteau

Car comme je dis toujours, s'il est difficile d'atteindre ne serait-ce qu'un seul objectif de ceux que l'on a pu se fixer, il l'est encore plus, difficile, de pouvoir s'y maintenir sur la durée. Alors quand ils sont nombreux ces objectifs...!

 Tout l'enjeu de la sélection associée à la conservation.

Ils me rendent marteau

Le bonheur est bien dans le pré!

Pour lui comme pour moi....

Repost 0
Published by dominique morzynski - dans Instants de vie
commenter cet article
6 janvier 2017 5 06 /01 /janvier /2017 19:39
Elles me rendent marteau

Oh les filles! Oh les filles!

Elles me rendent marteau

Quel plaisir de vous retrouver toutes à nouveau réunies!

Elles me rendent marteau

Fini (depuis le 1er janvier) l'éclatement d'automne du groupe, pour les accouplements.

Elles me rendent marteau

L'appel de la colline... et la bande des brebis reprend ses habitudes, décidée à la rejoindre.

Elles me rendent marteau

Ce n'est pas le berger qui décide, mais bien le troupeau qui, comme une seule brebis, s'est mis en mouvement depuis le coin bergerie qui disparaît au loin.

Elles me rendent marteau

Le berger s'est effacé, se transformant en mouton sur deux pattes, se fondant dans la troupe. 

Et c'est bien ainsi que les filles le perçoivent en ces instants.

Elles me rendent marteau

La magie du troupeau (sans les mâles jusqu'en avril) opère à nouveau.

Elles me rendent marteau

Vivre au rythme de la troupe, observer l'une des brebis, comprendre l'autre, se fondre dans le mouvement, se laisser téléguider, se nourrir de l'instant...sentiment de plénitude.

Elles me rendent marteau

Un froid sec et pénétrant, mais quelle lumière!

Elles me rendent marteau

Le givre de la nuit sur les pairies a disparu tard en fin de matinée. Les corps engourdis ont préféré se réchauffer longuement, immobiles aux premiers rayons du soleil, avant de monter là-haut, conscients d'autre part qu'il était inutile de s'empresser.

Elles me rendent marteau

Etre mouton, quand on y regarde bien, tout un "métier".

Elles me rendent marteau

Maintenant l'insolation est forte. L'activité a repris. L'herbe est consommable.

Elles me rendent marteau

Pourquoi la colline?

Si on raisonne mouton... la douceur s'y installe en premier.

Sur les pentes à l'adret, le dégel s'y amorce plus vite. Comme tout ovin, le Ouessant préfère l'herbe des zones ensoleillées à celle des zones d'ombre. Cette herbe est plus goûteuse pour eux, plus nourrissante, plus riche en vitamines...et comme elle y est largement pâturée, le regain, bien que plus rare en cette saison et durant cet épisode météorologique hivernal, y repousse, plus tendre, tout neuf, apprécié.

Elles me rendent marteau

Sans toison, les pieds gelés sous le caoutchouc, mon extase devant tant de beauté finit au bout de quelques heures par laisser place au sentiment d'inconfort sous le froid mordant.

A pas de loup, pour ne pas créer de réaction de mouvement, je m'éclipse. Les filles n'ont pas besoin de moi pour vivre leur activité du moment.

Comme leur culture et leurs rites ancestraux orchestrent leurs journées depuis "toujours" chez les Lutins, elles sauront rejoindre, le moment venu, cet espace près des bâtiments où nos vies réciproques se mêlent presque. Elles dans leur bergerie me regardant, alors que moi-même dans la mienne je les observerai me demandant au final qui regarde qui.

Regards croisés entre deux espèces domestiques toujours troublants en leur point de rencontre!

 

Repost 0
Published by dominique morzynski - dans Instants de vie
commenter cet article
31 décembre 2016 6 31 /12 /décembre /2016 17:10

De beaux agneaux à toutes et à tous pour 2017....

et du bonheur, dans le pré ou ailleurs!

Merci à Jordi, fidèle visiteur, pour cette oeuvre supplémentaire, toujours aussi réussie!

Merci à Jordi, fidèle visiteur, pour cette oeuvre supplémentaire, toujours aussi réussie!

Repost 0
Published by dominique morzynski
commenter cet article
21 décembre 2016 3 21 /12 /décembre /2016 12:03

Pour M. Estrosi et bien d'autres qui, comme lui, voient dans le retour du loup depuis 1992 à partir du Mercantour, un "complot" de réintroduction, puisse ce document, à travers quelques exemples de suivis scientifiques, les instruire sur la grande capacité de dispersion de l'espèce.

Je ne sais si le loup est déjà passé non loin des Lutins, mais dans le phénomène d'expansion géographique de ce carnivore depuis son retour naturel, c'est du domaine du possible malgré la guerre faite à l'espèce par les pouvoirs publics sur pressions des éleveurs en particulier.

Si ce n'est fait, cela sera peut-être pour "demain".

Il y a un peu plus de cent ans, sur les vingt dernières années du 19ème siècle, il a été tué officiellement 310 loups sur mon département de la Creuse et 285 sur le département voisin de l'Indre. C'est pour dire...., alors que les milieux campagnards étaient encore plus anthropisés que de nos jours et que la population humaine rurale était bien plus importante.

Pourtant, une trentaine d'années plus tard, le loup était pratiquement exterminé du territoire français après des siècles de destruction.

Cependant, comme peuvent le laisser penser quelques destructions officielles (sans parler des autres) à l'occasion jusqu'encore dans la seconde moitié du 20ème siècle, sans doute des animaux isolés ont-ils continué à rejoindre l'hexagone depuis d'autres noyaux européens de survivants, comme ceux d'Italie en particulier.

C'est d'ailleurs ce à quoi on peut songer quand on connait la biologie du loup ou la découvre dans cet intéressant documentaire.

Repost 0
Published by dominique morzynski - dans Autour des Lutins
commenter cet article
17 décembre 2016 6 17 /12 /décembre /2016 16:47

Il existe un standard taille pour le mouton d'Ouessant de type ancien.

Il est de 46 cm maximum au garrot pour la brebis adulte (3 ans et plus).

Et pour le bélier 49 cm maximum au garrot une fois adulte (3 ans et plus).

Je ne sais sur quels critères il fut établi, personne ne pouvant dire ce que pouvait être véritablement ce mouton en sa forme insulaire dans les siècles précédant le 20ème, tout autant quant à une taille moyenne vérifiée (faute d'études d'alors évidemment et de documents photographiques) que quant à d'autres caractères d'ailleurs.

Faut-il y voir simplement estimation d' une barre théorique des 50 cm symboliques à ne pas dépasser pour faire "petit", la plupart des Ouessant rencontrés autrefois (et aujourd'hui encore) dépassant largement cette taille ... donc 49 pour un mâle et alors 46 pour une femelle, cette dernière se présentant logiquement plus petite que son compagnon?

Mais peut-être quelqu'un peut-il me renseigner? Je suis toujours preneur de connaissances qui peuvent ensuite nourrir la réflexion.

Toujours est-il que le berger des Lutins, qui s'est lancé dans l'aventure de l'élevage il y a plus de vingt ans à présent, bête et discipliné, s'est appliqué à ce que son travail cadre bien avec le standard taille.

Dans ma rigueur, je ne conserve et n'utilise d'ailleurs que des béliers reproducteurs de 45 cm maximum (46 à l'occasion en cas de nécessité)).

Disons que cette marge de sécurité aide à ne pas dépasser ces limites maximales du standard pour les animaux produits. Ensuite, il m'est plus agréable de constituer une troupe dans laquelle une tendance à la moyenne basse s'exprime, évitant ainsi les gros écarts, sans que je cherche pour autant à homogénéiser, dans le sens de "standardiser" (en sa signification négative) une taille précise.

Et puis, comme je l'ai toujours pensé, si le Ouessant de type ancien était véritablement petit (très petit?) autant qu'il le demeure, même si le "petit comment?" restera pour toujours un mystère.

Conservation et contraintes.

Alors pourquoi garder et vouloir utiliser un bélier de 52 cm, comme Hubot ci-dessus, trois centimètres au-dessus du maximum du standard et donc sept/huit au-dessus de mes autres mâles (douze au-dessus du plus petit)? Voilà la question de certains visiteurs étonnés.

La réponse du berger ... les réponses sont les suivantes.

D'abord parce que chez les Lutins, le but n'est pas de construire des Ouessant d'apparat, mais de fonctionner, malgré la sélection en standard, dans un souci permanent de sauvegarde, de conservation.

Ensuite, un bélier plus grand qu'il ne faudrait, pas assez comme-ci ou comme ça, peut avoir (pas toujours non plus forcément) un grand intérêt et même un intérêt majeur pour la dite conservation.

La conservation ne va pas dans une unique direction à privilégier le plus "beau", ce qui est d'ailleurs très subjectif, l'apparence donc, mais bien au contraire, s'exerce également et normalement prioritairement dans le souci de sauvegarder le "contenu" de l'animal, sa spécificité génétique comme également sa diversité, et l'enrichissement du patrimoine qui en découle.  

Conservation et contraintes.

Ainsi, ce bélier, si on peut lui regretter sa taille (son poids également!), un cornage à l'opposé de ce qui peut être recherché, est une mine.

Une composante de deux souches de "Ouessant de château", de celles rencontrées sur le continent, le plus souvent dans les parcs de châtelains, bien avant les années 1970 et la naissance à cette époque d'une association s'intéressant à ce type ovin, en fait un bélier précieux.

Sa caractéristique "dark tan" (bronzage foncé...et persistant) en sa toison blanche, pas si courante, d'autant que longtemps les nouveaux éleveurs ont cherché ces dernières décennies à éliminer ce caractère, correspond par contre tout à fait au type de coloration d'une agnelle blanche observable sur une carte postale ancienne de début 1900 prise sur l'île d'Ouessant.

On reconnaîtra la belle solidité de ce mâle, ses caractéristiques primitives, comme une queue courte d'une qualité bien difficile à trouver à présent dans le cheptel Ouessant des passionnés.

Conservation et contraintes.

Bref, un diamant à l'état brut dont les descendants, par travail de sélection, diminueront en taille en quelques années tout en ayant hérité partie de cette richesse génétique globale du passé. Patrimoine génétique qui essaimera, permettant de plus d'ouvrir celui de mon cheptel pour commencer, tout en le détournant du péril de la consanguinité observée régulièrement dans le milieu. Consanguinité qui certes a le mérite de fixer éléments de quête en une morphologie idéalisée mais qui, toujours cette redoutable consanguinité, dans le même temps, appauvrit le patrimoine global de cet ovin, allant alors tout à l'encontre d'une véritable démarche de conservation.

Pour la petite histoire, l'utilisation de ce mâle, programmée dès cet automne, dut être malheureusement annulée suite à un problème technique ainsi qu'à un souci personnel. Dommage!

Ce n'est que partie remise. L'an prochain, je ne manquerai pas d'organiser un lot de femelles pour ce bélier. L'élevage est un travail de patience et l'élevage en sélection doit passer inévitablement par des étapes pouvant sembler ingrates qui justement imposent cette patience. Alors je le suis....patient!    

Un jour le même avec six centimètres de moins et un cornage présentant plus d'envergure et moins enroulé?

Un jour le même avec six centimètres de moins et un cornage présentant plus d'envergure et moins enroulé?

Conservation et contraintes.
Le hasard, en une naissance tardive non programmée issue de dit bélier de cet article, m'a déjà permis de vérifier que ce mâle transmet bien un "tan" (bronzage) foncé et surtout persistant une fois l'animal adulte, bien qu'ici le "tan" sur une toison blanche ne recouvre pas totalement le corps....

Le hasard, en une naissance tardive non programmée issue de dit bélier de cet article, m'a déjà permis de vérifier que ce mâle transmet bien un "tan" (bronzage) foncé et surtout persistant une fois l'animal adulte, bien qu'ici le "tan" sur une toison blanche ne recouvre pas totalement le corps....

Repost 0
Published by dominique morzynski - dans Sélection
commenter cet article
13 décembre 2016 2 13 /12 /décembre /2016 12:14

Un documentaire qui devrait intéresser tout un chacun puisque nous sommes tous concernés par ce sur quoi se pose cette interrogation.

En effet, quel que soit notre rapport à l'animal, ce dernier fait partie de notre vie directement ou indirectement.

L'existence même de l'humanité et d'abord son évolution sont intimement liées à l'animal. Sans ce dernier, l'humain n'aurait jamais pu se construire et je ne serais pas là moi-même.

Toutes nos sociétés incluent l'animal d'une façon ou d'une autre, dans leur construction, dans leur fonctionnement.  

Un reportage qui sans doute irritera certains alors qu'il en réjouira d'autres.

Toujours est-il, convaincu que, comme en toute chose, la réflexion devrait primer sur le simple mimétisme culturel afin de faire avancer le monde à tous niveaux, je ne peux que conseiller de voir ou revoir cette émission qui sera rediffusée, car elle va bien au-delà de son titre en faisant découvrir certaines facettes insoupçonnées de quelques animaux autres que l'espèce humaine.

Repost 0
Published by dominique morzynski
commenter cet article
10 décembre 2016 6 10 /12 /décembre /2016 12:33

Chaque Ouessant est un livre dans lequel on peut lire ses ancêtres.

Ceci est d'autant plus vrai si on dispose pour chaque animal d'une généalogie fine tout autant du côté maternel que paternel, ainsi que d'un suivi conséquent en photothèque pour se remémorer les disparus.

En effet chaque mouton se construit d'une part pour moitié sur le patrimoine génétique de sa mère et de l'autre pour moitié sur celui de son père. Parents qui eux-mêmes...

Ainsi tout comme au-dessus du chérubin dans son berceau, les humains ont pour habitude de lui chercher ressemblances avec maman, papa, grand-mère Augustine, grand-père Alfred, tante Séraphine ou oncle Oscar, l'éleveur peut déceler influences d'ancêtres connus quand il cherche à comprendre certaines caractéristiques physiques (et autres) de ses moutons.

Chaque animal est ainsi susceptible de marquer plus ou moins durablement ses descendants sur plusieurs générations, de façon régulière ou irrégulière. Ce qui dans le cas de caractères appréciables réjouit, mais ce qui dans le cas de caractères moins séduisants peut décevoir.

D'où la plus haute importance en premier lieu à choisir ses reproducteurs et en second, si on ne laisse pas se pratiquer "l'amour libre", concevoir ses accouplements.    

Chaque Ouessant est un livre.

Dior des Lutins.

Un bélier tout à fait construit dans le style global "Lutins" qui s'est dessiné avec le temps.

Pourtant pour qui est attentif et observateur, il est possible d'y observer encore traces d'influences d'un grand-père ( côté maternel), en photo ci-dessous.

Chaque Ouessant est un livre.

Kerouat, élevage Patrick Carré (photo Laurent Wynant)

Chaque Ouessant est un livre.

Alors que dans le même temps, pour d'autres caractères (comme l'aspect plus ramassé), le père de Dior, Willom des Lutins, y a laissé autres traces.

Ainsi quand on s'interroge devant son animal pour savoir pourquoi il est plus comme ci ou comme ça, il est bon pour le comprendre de se pencher sur ses ancêtres, des deux sexes d'ailleurs...

Maintenant, il semble apparaître parfois des morphologies "nouvelles" en sa troupe, pour lesquelles on ne trouve pas une explication particulière même en remontant assez loin dans les albums des ancêtres. Morphologies qui a leur tour peuvent marquer durablement le troupeau si on les utilise en reproduction.

S'il demeure (et heureusement!), des parts de mystères sur le pourquoi de l'apparence de tel ou tel animal, il est passionnant de chercher à les comprendre, en voulant découvrir tout ce que les héritages génétiques successifs ont pu construire. 

Repost 0
Published by dominique morzynski - dans Sélection
commenter cet article
27 novembre 2016 7 27 /11 /novembre /2016 17:06
Une belle journée

Ce 27 novembre fut une belle journée.

Une belle journée

Très belle journée.

Une belle journée

La passion du Ouessant déborde du simple fait de l'élever et amène à consacrer du temps à cet animal pour le plaisir de la contemplation et de l'observation plus constructive.

Une belle journée

Aussi, l'occasion était trop belle pour ne pas consacrer cette journée à son troupeau, même un dimanche, même si c'est déjà l'ordinaire du quotidien du berger, du matin au soir, chaque jour de la semaine.

L'occasion également, sous cette belle lumière automnale, de prendre quelques photos pour le plaisir de les partager sur ce blog.

A propos de ces clichés, aucun n'est pris avec flash. Tous sont en lumière naturelle. Cette précision a toute son importance pour montrer à quel point les variations de luminosité peuvent jouer quant à la perception d'un même animal, en particulier dans l'expression de sa toison.

Petite démonstration avec les deux images suivantes.

Bélier Non agouti Noir fade (dit aussi noir faded) à l'ombre.

Bélier Non agouti Noir fade (dit aussi noir faded) à l'ombre.

Le même bélier en plein soleil.

Le même bélier en plein soleil.

Pour qui ne craint pas de s'endormir, voilà donc une longue galerie d'images du jour en guise d'article.

Un autre bélier Non agouti Noir fade (dit aussi noir faded)

Un autre bélier Non agouti Noir fade (dit aussi noir faded)

Brebis Non agouti Noir fade (dit aussi noir faded)

Brebis Non agouti Noir fade (dit aussi noir faded)

Puzzle ouessantin ou Picasso inconnu?

Puzzle ouessantin ou Picasso inconnu?

Brebis Non agouti Noir

Brebis Non agouti Noir

Brebis Non agouti Noir fade (dit aussi noir faded) et brebis Non agouti Noir, pour comparer.

Brebis Non agouti Noir fade (dit aussi noir faded) et brebis Non agouti Noir, pour comparer.

Bélier Agouti blanc bronzé

Bélier Agouti blanc bronzé

Brebis Agouti blanc bronzé (bronzage très limité)

Brebis Agouti blanc bronzé (bronzage très limité)

Bélier Non agouti Noir (avec canitie)

Bélier Non agouti Noir (avec canitie)

Agnelle Non agouti Noir

Agnelle Non agouti Noir

Agnelle Non agouti Noir (brunissement sous l'effet UV)

Agnelle Non agouti Noir (brunissement sous l'effet UV)

Bélier Agouti gris Noir

Bélier Agouti gris Noir

Une belle journée
Une belle journée
Brebis Non agouti Noir (avec canitie intense)

Brebis Non agouti Noir (avec canitie intense)

Bélier Agouti blanc bronzé (sans bronzage apparent)

Bélier Agouti blanc bronzé (sans bronzage apparent)

Brebis Agouti blanc bronzé

Brebis Agouti blanc bronzé

Brebis Non agouti Noir (avec légère canitie)

Brebis Non agouti Noir (avec légère canitie)

Une belle journée
Brebis Non agouti Noir

Brebis Non agouti Noir

Agneau Non agouti Noir

Agneau Non agouti Noir

Brebis Agouti blanc bronzé (avec bronzage très très limité)

Brebis Agouti blanc bronzé (avec bronzage très très limité)

Une belle journée
Agnelle Non agouti Brun

Agnelle Non agouti Brun

Agneau Non agouti Noir

Agneau Non agouti Noir

Brebis Non agouti Noir fade (dit aussi noir faded)

Brebis Non agouti Noir fade (dit aussi noir faded)

Brebis Agouti blanc bronzé

Brebis Agouti blanc bronzé

Brebis Non agouti Noir (avec brunissement sous UV)

Brebis Non agouti Noir (avec brunissement sous UV)

Brebis Non agouti Brun

Brebis Non agouti Brun

Agneau Non agouti Noir

Agneau Non agouti Noir

Une belle journée
Une belle journée
Une belle journée
Brebis Non agouti Brun fade (dit aussi brun faded)

Brebis Non agouti Brun fade (dit aussi brun faded)

Bélier Agouti blanc bronzé (sans bronzage)

Bélier Agouti blanc bronzé (sans bronzage)

Brebis Non agouti Noir fade (dit aussi noir faded)

Brebis Non agouti Noir fade (dit aussi noir faded)

Brebis Non agouti Noir (avec légère canitie et brunissement sous UV)

Brebis Non agouti Noir (avec légère canitie et brunissement sous UV)

Agneau Non agouti Noir, au milieu des "grands"

Agneau Non agouti Noir, au milieu des "grands"

Une belle journée
Brebis Non agouti Noir

Brebis Non agouti Noir

Brebis Non agouti Noir (léger brunissement sous UV)

Brebis Non agouti Noir (léger brunissement sous UV)

Quant à celui-là, il n'était pas bien pressé pour une fois...comme quoi ce fut vraiment une bien belle journée.

Quant à celui-là, il n'était pas bien pressé pour une fois...comme quoi ce fut vraiment une bien belle journée.

Voilà la fin de cette galerie du jour. Tous les Lutins n'y sont pas, seules les vues les moins mauvaises ayant fini sur le net. J'espère que les amateurs de Ouessant auront autant de plaisir à "voir du mouton" que je peux en avoir moi-même par ailleurs à l'occasion.

Voilà la fin de cette galerie du jour. Tous les Lutins n'y sont pas, seules les vues les moins mauvaises ayant fini sur le net. J'espère que les amateurs de Ouessant auront autant de plaisir à "voir du mouton" que je peux en avoir moi-même par ailleurs à l'occasion.

C'était pour le plaisir des yeux. L'image permettant de prolonger déjà mon propre plaisir de la contemplation du bien bel animal qu'est le Ouessant de type ancien.

Repost 0
Published by dominique morzynski - dans Instants de vie
commenter cet article