Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Ouessant-mouton / les Lutins du M.
  • Ouessant-mouton / les Lutins du M.
  • : Le bonheur est dans le pré. Cours-y vite, cours-y vite....... Merci de venir visiter mon blog qui a pour but de vous faire découvrir le mouton d'Ouessant et de partager au moins un instant ma passion pour cet animal singulier et ce qui l'entoure.
  • Contact

Recherche

1 août 2015 6 01 /08 /août /2015 10:35

Il y a un mois disparaissait mystérieusement Nuxi une des deux brebis doyennes au troupeau.

Durant ces dernières semaines, j'ai ratissé chaque mètre carré du domaine des Lutins à la recherche de son cadavre ou d'un quelconque indice, passant et repassant aux endroits déjà parcourus comme si un miracle allait finalement m'éclairer.

Mystère élucidé

J'ai bien fait de ne jamais abandonner car la réponse à cette disparition me fut donnée il y a quelques jours.

Sur le ruisselet traversant les prairies, par le passé, les agriculteurs des lieux avaient installé un système de busage permettant de franchir l'obstacle en tracteur. Le temps avait fait son œuvre. Sous le poids des engins et l'érosion lors des crues, un des éléments avait fini par se disloquer.

En cette période de sécheresse, l'eau coule toujours, mais faiblement et sur une profondeur de cinq centimètres tout au plus. J'avais donc exclu la possibilité de noyade d'une Nuxi doyenne affaiblie

J'ai ausculté les tuyaux bien des fois malgré tout, sans jamais rien déceler.

Et puis dans la semaine.... Trouvé! Enfin! Le cadavre de Nuxi!

Mystère élucidé

Grâce à la décomposition, l'apparition osseuse blanchâtre du crâne me permit de déceler dans la pénombre le cadavre qui devait se trouver là dès le début. Un corps sombre baignant dans une dizaine de centimètres d'eau tout aussi sombre ne pouvait m'apparaître jusque là dans l'obscurité, tout comme toute odeur de putréfaction était bloquée.

Ce cliché sous flash confirma ma trouvaille.

Maintenant comment Nuxi a-t-elle put finir là?

La piste de l'animal qui s'y est glissé par lui-même est peu probable. L'espace est réduit et le mouton n'est pas du genre à se faufiler en telle structure, de plus sans raison.

L'hypothèse de la chute ne tient guère car il n'y a pas de pente importante véritable et la brebis est tournée vers la sortie. Il m'a d'ailleurs fallu écarter et écraser les joncs de l'entrée pour pouvoir y jeter mes regards.

J'imagine plus un renard ayant tiré le cadavre jusque là pour s'assurer provisions, ce carnivore aimant enterrer ou cacher ses restes de proies. Nuxi est sans doute morte à proximité, les abords du ru offrant un peu de verdure attirant les Ouessant.

Au cas où le goupil aurait tué cette brebis doyenne, je ne lui en veux pas. Il n'aurait fait que son travail, et du bon travail, évitant au berger de prendre la difficile décision d'envoyer au paradis une vieille amie pour qui la vie était devenue trop difficile.

Si le renard n'a fait que profiter de cette doyenne déjà morte, merci à lui pour le recyclage d'un cadavre impossible à enterrer en cette période de sécheresse ou impossible à conserver plusieurs jours en l'attente d'un départ pour l'équarrissage en période de canicule...

La fiche Nuxi peut donc rejoindre le classeur des anciens Lutins avec ces annotations sur cette fin particulière.

Partager cet article

Published by dominique morzynski - dans Instants de vie
commenter cet article
31 juillet 2015 5 31 /07 /juillet /2015 12:15

Avec l'âge, l'aspect coloré de la toison évolue.

Ainsi les Ouessant noirs n'apparaissent ou ne demeurent extérieurement vraiment noirs (noir intense) que très rarement.

Exemples, chez des animaux différents, tous habillés d'une toison de fin juillet.

Vieux os et vieux poils

Agneau de l'année noir dont les extrémités de mèches de la toison brunissent sous l'effet des UV du soleil.

Vieux os et vieux poils

Animal de deuxième été, à toison tondue en fin de printemps d'aspect noir encore bien net. (Dans le même temps les poils du museau s'éclaircissent)

Vieux os et vieux poils

Animal de troisième été dont la toison tondue en fin de printemps repousse en présentant de nets signes de canitie (blanchiment des fibres).

Vieux os et vieux poils

Animal de quatrième été tondu en fin de printemps, à qui la canitie donne un aspect argenté.

Les Ouessant noirs conservant une toison vraiment noire toute leur vie sont plutôt peu courants.

Ils peuvent plus souvent présenter une allure noire brunissante comme chez le jeune animal en photo 1.

Ils peuvent également présenter une allure noire argentée de par une canitie se déclarant vers deux trois ans ou plus tard.

Toutes ces formes d'expressions de toisons noires sont normales. Elles sont toutes importantes à conserver dans leur diversité, au nom de la sauvegarde au sein du type ovin Ouessant de forme ancienne.

Partager cet article

Published by dominique morzynski - dans L'animal
commenter cet article
30 juillet 2015 4 30 /07 /juillet /2015 10:02
Contre les nouvelles technologies

Non!

Contre les nouvelles technologies

Non, non et NON!

Dans ce cas, il n'y a plus qu'à attendre car cet opposant est des plus coutumiers de ce genre de manifestation.

Et comme ce pigeon domestique est on ne peut plus flegmatique, il faut être très, très patient....

(Il arrive plus rarement que la nuit, la chouette effraie joue le même tour, empêchant toute réception)

Les oiseaux sont des sages qui savent nous sortir la tête de nos écrans!

Partager cet article

Published by dominique morzynski - dans Clin d'oeil
commenter cet article
29 juillet 2015 3 29 /07 /juillet /2015 20:03
Prise de tête

Ce n'est pas un enlacement amoureux.

Prise de tête

Mais une situation insolite. Une brebis la tête coincée dans le croissant d'une corne d'un antenais (animal d'un an).

Prise de tête

La situation était telle que seule l'intervention du berger pouvait remédier à la chose.

En effet, le fait qu'il aurait fallu à la brebis repasser son corps par dessus celui du bélier rendait la libération sans doute guère possible. Les animaux se seraient plus probablement épuisés dans cette étreinte involontaire.... ce qui commençait à être le cas.

C'est une première chez les Lutins.

Il m'est plus fréquent de devoir, une paire de fois l'an, libérer un bélier prisonnier qui s'est accroché par une corne dans le grillage... ou encore deux mâles piégés par leurs cornages entremêlés.

Comme quoi on ne peut être à la fois à la foire et au champ (au pré)!

Etre éleveur nécessite une présence régulière sinon maximale auprès de ses moutons, pour régler ce genre de mésaventure comme bien d'autres, sans parler des soins d'élevage quotidiens et la nécessité de surveillance de principe.

Avoir ses animaux au plus près sous les yeux et pouvoir les visiter chaque jour est vraiment important pour limiter les soucis (ceci pour répondre aux personnes qui me demandent régulièrement s'il est possible d'avoir des Ouessant et ne les voir qu'une fois par semaine.... suite à quoi je les interroge sur ce qu'il se passera en cas de sécheresse, en cas de gel et/ou neige, d'absence d'eau et/ou de nourriture, de maladie ou de blessure, de passage d'un chien ou d'un Homo sapiens, et tout autre incident...).

Partager cet article

Published by dominique morzynski - dans Elevage
commenter cet article
28 juillet 2015 2 28 /07 /juillet /2015 12:18
Savane

Toujours pas d'eau. Les prairies sont mortes.

Seuls quelques rares criquets, aux populations bien amoindries cette année, survivent encore.

Savane

Et puis il y a les Lutins prisonniers des lieux qui n'ont d'autre option que se remplir la panse de ce qu'ils trouvent à grapiller ici et là.

Heureusement, le berger veille. Foin de l'année à volonté, céréales au petit déjeuner, seau de minéraux à lécher à disposition comme à l'ordinaire et eau propre en permanence pallient aux manques imposés par la sécheresse... pour longtemps encore sans doute.

Partager cet article

Published by dominique morzynski - dans Instants de vie
commenter cet article
27 juillet 2015 1 27 /07 /juillet /2015 16:04
Ouessant des marais

Pour la première fois, la mare est à sec, et cela depuis plusieurs semaines.

Dernièrement, les Ouessant ont enfin osé descendre en ce lieu jusque là inconnu à leurs pattes.

Ce n'est pas pour leur déplaire, la prêle semblant leur être une véritable friandise.

Partager cet article

Published by dominique morzynski - dans Instants de vie
commenter cet article
23 juillet 2015 4 23 /07 /juillet /2015 12:38

Grand mystère chez les Lutins!

Il y a une quinzaine de jours, je remarquai que je ne voyais plus Nuxi, une de mes vieilles brebis en fort déclin physique.

Attentif à cette brebis puisqu'elle était de celles qui glissent doucement vers la fin, je ne peux cependant pas dire exactement quel jour elle a disparu, réalisant simplement à un moment donné qu'elle ne faisait plus partie du paysage du troupeau. Son habitude à dormir près de la maison en coin bergerie sur la paille avec la doyenne me permit de réaliser son absence.

Ma première réaction fut de penser qu'elle était morte subitement quelque part.

Pourtant, malgré mes recherches jour après jour, dans tous les coins et recoins des quelques hectares de prairies, je ne l'ai pas retrouvée. J'ai fouillé les endroits les plus impossibles comme les carrés de joncs ou de fougères, mais rien, même aujourd'hui alors que je viens de faucher justement ces fougères.

Le plus étrange est que si cadavre il y avait, j'aurais dû le sentir depuis longtemps avec cette météo des semaines passées.

Le renard n'a jamais été un souci pour les Lutins, mais en supposant que pour une fois il ait fait son travail en éliminant la moribonde par lui-même ou en profitant simplement de son cadavre, je devrais retrouver lambeaux de laine, ossements.... Or rien!

En supposant encore le cadavre dévoré, il est impossible au prédateur de tirer la carcasse à travers les clôtures ou encore dessous, sans laisser de traces.

Le mystère demeure! Dans l'état actuel de mes recherches, ne pouvant imaginer ptérodactyle emportant ma Nuxi par les airs, je n'ai en tête que la piste du vol comme explication.

Une personne mal intentionnée aurait-elle voulu capturer du Lutin?

Se rendant compte devant les "gazelles" que la chose est impossible en fait, le voleur se serait-il tourné vers la pauvre vieillarde Nuxi devenue faible et vulnérable justement ce jour-là?

Quand on souhaite commettre larcin emporte-t-on un animal devenu un tas d'os plutôt que rien? C'est bien possible, pourtant je n'ai remarqué aucune trace d'effraction sur les parcs!

Faute de ne retrouver pas même une touffe de laine de ma vieille amie, je ne peux que rester dans l'idée du vol de mon animal....

Où es-tu?

Nuxi (élevage Jonker) fut ma brebis souche qui me permit d'introduire le gène brun de coloration en ma troupe, en 2003. C'est donc un animal clé en mon troupeau qui disparait bien mystérieusement.

Si cette disparition est bien l'œuvre d'un abruti (ou une clique d'abrutis), j'ose espérer que ma brebis aura eu une fin rapide si le but était de lui ravir la vie...

Partager cet article

Published by dominique morzynski - dans Instants de vie
commenter cet article
19 juillet 2015 7 19 /07 /juillet /2015 12:28
A la carte

Brassée de noisetier et ses fruits verts en coque.

A la carte

Branchée d'aubépine en baies saveur été.

A la carte

Berceau de la châtaigne en verdure.

A la carte

Charme en rameaux gourmands.

A la carte

Vous prendrez bien une petite prune pour finir!

Voilà quelques unes des friandises du dîner quotidien, fort appréciées par ce régime sec imposé en cette période de sécheresse et de canicule qui semble ne jamais devoir finir.

(Pour des animaux, non vaccinés en particulier ou sous alimentés, au régime alimentaire habituellement pauvre et/ou sec, ATTENTION aux chocs alimentaires lors de distributions trop abondantes ou trop riches qui peuvent être fatales, de par des systèmes digestifs non préparés à ces changements brutaux)

Partager cet article

Published by dominique morzynski - dans Elevage
commenter cet article
16 juillet 2015 4 16 /07 /juillet /2015 15:53

Voilà le cœur de l'été. La situation impose plus d'attention et de travail que cet hiver concernant le troupeau.

41 à l'ombre encore à 18h et déjà des semaines de sécheresse.

Inévitable

L'état des pâtures nécessite de complémenter les Lutins. Depuis ce 14 juillet, la distribution quotidienne d'une ration de céréales est incontournable.

Inévitable

Les râteliers débordent de foin nouveau depuis quarante-huit heures, mais cela ne saurait suffire à reconstruire d'ici l'hiver les animaux les plus diminués.

Inévitable

Les bousculades, ici plutôt inhabituelles aux auges, montrent à quel point la situation est plus grave encore qu'en période hivernale.

Inévitable

Les brebis suitées et les moutons les plus vieux ont besoin plus que les autres d'un régime amélioré.

Inévitable

Les béliers encore bien remplis profitent tout de même de la distribution, comme tout le troupeau d'ailleurs. Ce n'est pas un mal pour eux, surtout s'ils doivent être de la partie pour la reproduction dans quelques mois.

Inévitable

Une fois la ration en céréales, sèche mais énergétique, engloutie, les convives passent se désaltérer.

Ce sont 120l qui chaque jour sont aspirés... pour dire les besoins à s'hydrater.

Inévitable

Les agneaux sont encore en forme, s'activant plus dans leurs occupations habituelles que ressentant le besoin d'engloutir les céréales.

Inévitable

Après ce buffet, repus, quelques béliers se congratulent laissant échapper propos comme quoi il valait mieux être Lutins qu'être, comme d'autres trop nombreux Ouessant, nés sous une mauvaise étoile, délaissés voire en détresse, suite à l'inattention, la négligence ou l'ignorance de leurs éleveurs qui imaginent à tort qu'un mouton (d'autant s'il est dit rustique) n'a pas besoin de boire, se contente de peu en alimentation et se débrouillera bien ainsi (c'est oublier que l'animal domestique quel qu'il soit est toujours un prisonnier sur une surface réduite aux ressources limitées, qu'à l'état libre les ovins se déplaceraient sur des centaines d'hectares si nécessaire, parcourant des kilomètres pour trouver de quoi subsister ou simplement équilibrer leur alimentation).

Inévitable

Repues également, les brebis choisissent de s'installer à l'ombre pour une sieste, afin de ruminer puis digérer.

Bon! Ce n'est pas tout, tout cela c'était au petit matin.

Maintenant, en soirée, il me faut comme chaque jour aller couper des branchages dans les haies, pour donner un peu de verdure à la troupe.

C'est pour dire que la situation est plus que critique en mon secteur, comme en bien des endroits de l'hexagone.

Etre attentifs à nos Ouessant (et ceux qu'on rencontrerait ici et là en difficulté,... sans faire l'autruche) s'impose donc plus que jamais, tout comme nous le ferions en période de grands froids.

Partager cet article

Published by dominique morzynski - dans Instants de vie
commenter cet article
9 juillet 2015 4 09 /07 /juillet /2015 16:33

Le Dieu Soleil fut très généreux ces dernières semaines.

La précédente à température africaine, avec 40 à l'ombre, a transformé le domaine des Lutins en lui donnant un air tout autant africain.

Où est l'herbe?

Il est bientôt 19 h et rares sont les Ouessant qui quittent l'ombre aujourd'hui encore.

Où est l'herbe?
Où est l'herbe?
Où est l'herbe?
Où est l'herbe?
Où est l'herbe?
Où est l'herbe?
Où est l'herbe?

Là on grapille quelques feuilles vertes sur un bras de ronce que le berger négligeant n'a pas sectionné.

Où est l'herbe?

Ici on s'attaque aux chardons, derniers éléments de verdure encore disponible.

Où est l'herbe?

D'autres ont déjà taillé les orties des bordures à hauteur de Lutin.

Où est l'herbe?

Néoténie, la petite dernière d'un mois et demi à présent, faute de végétation grasse pour son entrée dans la phase de consommatrice d'herbe, est un peu constipée... ce que ses légers râles indiquent quand elle fait ses besoins.

Où est l'herbe?

Sa mère se débrouillera mieux face à une végétation déshydratée qui a perdu toute qualité nutritive, rien à voir avec un bon foin.

Le juilletiste est assuré de son coup de soleil annuel pendant que le berger s'inquiète devant la météo prévue.

Il faudrait de l'eau sur plusieurs jours et en quantité, chose qui risque de ne pas arriver avant l'automne... peut-être!

Ne croyant pas au miracle, dans le désespoir, chaque soir me voilà bon pour la danse de la pluie une fois encore...

Partager cet article

Published by dominique morzynski - dans Instants de vie
commenter cet article