Overblog
Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Ouessant-mouton / les Lutins du M.
  • Ouessant-mouton / les Lutins du M.
  • : Le bonheur est dans le pré. Cours-y vite, cours-y vite....... Merci de venir visiter mon blog qui a pour but de vous faire découvrir le mouton d'Ouessant et de partager au moins un instant ma passion pour cet animal singulier et ce qui l'entoure.
  • Contact

Recherche

13 juillet 2016 3 13 /07 /juillet /2016 10:50
Regain, quand tu nous tiens!

Depuis fin juin, les foins sont faits chez les Lutins.

Les parcelles qui ont subi la fauche, malgré un temps chaud et sec depuis, offrent un regain apprécié des Ouessant grâce à l'humidité encore bien présente dans le sol depuis les déluges du printemps.

Petit reportage au fil des rencontres...

Regain, quand tu nous tiens!

En cette occasion, bien que tous les animaux soient réunis en un seul troupeau, ce dernier éclate, chaque animal faisant ses courses personnelles selon ses goûts ou ses besoins, n'hésitant pas à s'isoler totalement de la bande pour satisfaire sa panse.

Regain, quand tu nous tiens!

Pour d'autres, se voir, même de loin, est plutôt rassurant.

Regain, quand tu nous tiens!

On rencontre encore des couples mère/agneau, à présent de moins en moins soudés bien longtemps sur la journée quand les jeunes ont déjà quelques mois.

Regain, quand tu nous tiens!

Les habitudes quotidiennes sont assez précises et on peut constater qu'à telle heure tels ou tels animaux seront localisables à tel ou tel endroit.

Regain, quand tu nous tiens!

Mais le gros de la troupe se trouve, comme je le pensais, sur la parcelle basse, la plus éloignée de son dortoir, celle au sol demeurant le plus longtemps humide, celle donc plus profitable au regain, cette herbe nouvelle tendre et goûteuse qui, parfois, peut cependant perturber quelques systèmes digestifs.

Regain, quand tu nous tiens!

Ici, on se trouve bien, on s'attarde, on s'y plaît (comme les bipèdes actuellement sur certaines plages) et inévitablement on finit par s'agglutiner..

Regain, quand tu nous tiens!

Quand on observe le mouton qui s'alimente, on perçoit que son odorat et son expérience alimentaire lui font dédaigner certains brins à nos yeux appétants et qu'il n'hésite pas à les piétiner pour aller en croquer d'autres situés à plusieurs mètres. Variété végétale, maturité, aspect gustatif mais aussi diététique font que le mouton ne consomme pas au hasard comme le pense parfois naïvement certaines personnes imaginant en ce quadrupède une simple tondeuse vivante, un simple aspirateur d'herbe. Même en "crevant de faim", comme on le voit malheureusement parfois ici ou là dans des élevages douteux, le Ouessant ne consomme pas tout jusqu'au dernier millimètre et surtout pas toutes les plantes non plus, ne pouvant ainsi jamais totalement remplacer une tondeuse qui elle ne sélectionne pas et tranche tous les végétaux à même hauteur.

Regain, quand tu nous tiens!

Les mâles ont bien profité de ce régime estival.

(On notera à gauche un de ces animaux que j'appelle "Ouessant de château", c'est à dire d'origine de ces Ouessant continentaux d'il y a cinquante ans, élevés sur les parcs sans réel souci conservatoire ni de sélection. Et à droite des animaux en standard taille, basse cependant, issus de 40 ans de sélection dont 20 en travail dans l' Elevage des Lutins.)

Regain, quand tu nous tiens!

Des instants durant lesquels le troupeau envoûte. Des moments que l'on fait durer au maximum en demeurant encore et encore à ses côtés, autant que possible.

Regain, quand tu nous tiens!

Côté femelles, les mères les plus jeunes n'ont pas trop perdu en poids. Les autres, quand elles sont taries, se refont une santé, délaissées par leur agneau qui ne tète plus.

La jeunesse profite bien également, comme Ecume le petit tonneau à gauche, elle pourtant si longiligne en ses tout premiers pas sur les prairies.

Regain, quand tu nous tiens!

Ainsi va la vie chez les Lutins, juillet et l'été dans son ensemble correspondant à une période de plénitude, généralement sans gros soucis côté élevage.

Merci le regain!

(La présence de balles de foin mesurant 1,20 m de hauteur, permet de réaliser que le Ouessant de type ancien dans le standard taille est bien un très petit ovin.)

Published by dominique morzynski - dans Instants de vie
commenter cet article
10 juillet 2016 7 10 /07 /juillet /2016 18:50

Pas d'Ouessant, pas même moutons le plus souvent les acteurs à quatre pattes de ce documentaire, mais une belle leçon de vie avec cette bergère "de l'extrême".

A voir jusqu'au 17/07 seulement....

Published by dominique morzynski
commenter cet article
25 juin 2016 6 25 /06 /juin /2016 14:18

Avec le retour du soleil, elles ont osé.

Naturisme

Les minces.

Naturisme

Les rondes.

Naturisme

Les doublement rondes.

Naturisme

Les antenaises impudiques.

Naturisme

Les vieilles brebis libérées.

Naturisme

Les vieilles timides.

Toutes les Lutines majeures se sont mises à poil pour leur berger.

Ou plutôt, c'est lui qui les a déshabillées car c'est bien ainsi qu'il les préfère.

De leur côté, sous la chaleur revenue, les Lutines préfèrent également la tenue d'été.

Leurs guenilles étaient devenues puantes et crasseuses, leur créant démangeaisons.

Naturisme

D'ailleurs!

Naturisme

Qu'on est bien ainsi!

Naturisme

Le corps exulte.

Naturisme

A l'ombre sur un carré de terre nue.

Naturisme

Vautrée dans l'herbe fraîche.

Naturisme

Sur ses pattes pour mieux profiter de la brise sur son corps.

Naturisme

Dans la pénombre car il faut se méfier des premiers soleils.

Naturisme

Raciste la Lutine?

Naturisme

Noooon!!

Naturisme
Naturisme
Naturisme

De toute façon, on peut être atypique et pour autant bien dans sa toison (même tondue).

Naturisme

Déjà bronzée.

Naturisme

La jeunesse devra garder et supporter son pull un an encore avant de connaître à son tour les joies du naturisme.

Naturisme

Les Lutins, côté garçons majeurs, ont subi le même sort.

Naturisme

Et si cela convient bien au berger là encore, cela semble bien leur convenir également.

Naturisme
Naturisme
Naturisme

Les béliers blancs auraient-ils davantage besoin de soleil en leur nouvelle tenue?

Naturisme

C'est ce que semble confirmer ce groupe de mâles noirs qui se prélassent à l'ombre.

Naturisme
Naturisme

Un peu logique puisque le noir absorbe la chaleur alors que le blanc la renvoie ...

Naturisme

Mais toute règle a ses exceptions!

Voilà, la tonte 2016 est faite, comme le montre cette partie de la troupe qui a bien voulu se laisse photographier.

Le début de l'été est la meilleure période pour s'y attaquer et une fois encore cette année, la météo pourrie de tout le printemps a incité à ne pas se précipiter et savoir attendre le bon moment, en particulier pour les animaux qui risquaient de grelotter.

Chez les Lutins, le berger étant contraint de tondre à l'extérieur, il fallut saisir les beaux jours de cette semaine pour attaquer cette corvée.

Une bonne chose de faite une fois encore, d'autant que cette année, les toisons et les encolures en particulier ont feutré à cause des pluies et d'une végétation haute continuellement trempée, rendant l'exercice difficile et dangereux pour chaque cou à dénuder.

Published by dominique morzynski - dans Tonte
commenter cet article
20 juin 2016 1 20 /06 /juin /2016 12:14

La jeunesse 2016 a pris quelques semaines voire quelques mois et de fait quelques centimètres et kilos.

La jeunesse

En cet instant, une partie de cette jeunesse s'est retrouvée à la butte aux Ouessant, le tas des extractions suite au curage de la mare durant l'été dernier.

La jeunesse

Plaisirs du soir...

Monter, descendre, sauter, se bousculer, recommencer, ....

L'expression du bonheur.

La jeunesse

Petite pause pour la photo. Un sourire pour le photographe.

La jeunesse

Atèle, plus d'un an, n'a pas pu résister aux appels de la cour de récréation.

La jeunesse

Le joli ton brun de Cochlée s'est exprimé.

La jeunesse

La blancheur d'Ecume et Alba contraste avec le noir de Biniou.

Et puis il y a les autres, ailleurs en l'instant, qui doivent tout autant considérer que la vie peut vraiment être un chouette truc et qu'il faut en profiter.

Au total cette année, vingt deux petits de Lutins préparent l'avenir du troupeau et rappellent que le bonheur est bien dans le pré.

Published by dominique morzynski - dans Agnelage 2016
commenter cet article
7 juin 2016 2 07 /06 /juin /2016 09:21
Le der des ders?

Il y a presque une semaine à présent, naissait Noé, en pleine période de déluge.

Le der des ders?

Ce qui fait une Hermeline heureuse.

Il semblerait que ce soit la dernière naissance du printemps. A vérifier ....

Published by dominique morzynski - dans Agnelage 2016
commenter cet article
6 juin 2016 1 06 /06 /juin /2016 20:45
Lève-toi et marche!

Il y a un mois, Calliope se retrouvait avec une atèle suite à une fracture ouverte du tibia gauche.

Elle avait alors 5 semaines. La véto avait tenté ce bandage, la patte se retrouvant prise sur la face externe dans une atèle en plastique, trop grande pour sa patte.

Au bout de deux semaines, lors de la vérification du bandage, pour éviter étranglement des muscles et de l'abdomen suite à la croissance de l'agnelle et dans l'intention de le refaire, j'eus la confirmation que le système n'avait pas tenu ses promesses. L'ensemble avait glissé à force d'être traîné et les onglons se retrouvaient alors à dix centimètres à l'intérieur de la gangue, le pied occupant la place du tibia.

Je constatai également, bon signe, que l'ossification réparatrice s'était faite, mais par contre sans que les deux segments du tibia se retrouvent correctement dans le prolongement l'un de l'autre emboîtés, mais légèrement côte à côte. Toujours est-il que ce tibia était à nouveau rigide, malgré tout avec tout de même en conséquence un petit centimètre de moins en longueur.

Cependant, il restait alors encore trois semaines de contention prévues par la prescription de la vétérinaire.

Je décidai de ne pas remettre en place l'atèle mais de refaire le bandage de sorte que le membre ne repose pas au sol, afin de lui permettre de poursuivre sa consolidation.

En fin de troisième semaine, je libérai totalement la patte, afin de lui permettre une rééducation précoce, rapide et efficace.

Et il en fut ainsi puisque quelques jours après, Calliope utilisait sa patte tout autant pour se gratter que se déplacer et qu'aujourd'hui, à quatre semaines de son accident mystérieux, elle marche normalement.

Du moins, presque normalement, en boitant légèrement, du fait d'une patte cassée se retrouvant un peu plus courte que l'autre. Mais cette patte est tout à fait fonctionnelle à tous les niveaux.

Lève-toi et marche!

Difficile de faire des photos à présent que la savane des Lutins est en tiges d'épiation.

Voilà tout de même Calliope qui commence une nouvelle vie. J'avoue ne pas savoir si ce type de consolidation offre des garanties de solidité pour le reste de sa vie, mais c'est déjà un miracle qu'il en soit ainsi.

Lève-toi et marche!

Voilà une petite brebis redevenue un mouton à quatre pattes.

Published by dominique morzynski - dans Soins
commenter cet article
31 mai 2016 2 31 /05 /mai /2016 16:25
Même décor, changement d'acteurs

Depuis avril dernier, les Lutins profitent de nouvelles parcelles à leur disposition.

Même décor, changement d'acteurs

Contraste de taille avec les locataires des lieux encore présents à l'automne dernier.

Même décor, changement d'acteurs

Des bêtes à cornes également.

Même décor, changement d'acteurs

De bien grosses bêtes!

Même décor, changement d'acteurs

Même décor!

Même décor, changement d'acteurs

Changement d'acteurs!

Published by dominique morzynski - dans Instants de vie
commenter cet article
29 mai 2016 7 29 /05 /mai /2016 17:09

Chaque jour, j' analyse l'évolution du vivant sur les mares creusées cet hiver.

Il y a deux semaines, c'est sur la berge de l'une d'elles, là où l'argile avait été dispersée, que mon regard fut attiré par cette drôle de feuille brune en surface du sol.

Pas encore berger

Insolite, étrange que cette feuille ne présente pas de signes de début de dégradation, décomposition. Je pense à un morceau de plastique en me baissant pour le ramasser.

Pas encore berger

Grosse surprise alors que de découvrir en réalité un éclat de silex obtenu par percussion.

Remarquable, d'autant que le silex n'existe pas sur la région.

Aussitôt, après la joie de cette petite découverte abandonnée, perdue par un très très ancien habitant sur les terres des Lutins, mon esprit vagabonde, fantasme, rêve, s'interroge.... Belle émotion!

Qui? En quelles circonstances? Quand très précisément?

Et de là, rêver de connaître la vie de cette personne, son entourage, le paysage d'alors, etc ...

Certes pas un berger du néolithique, mais encore un chasseur-cueilleur ....

Je suis évidemment passé et repassé depuis sur le lieu en quête d'un autre trésor, mais rien.

C'est déjà une chance que durant les travaux de la pelleteuse, cet éclat se retrouve en affleurement des extractions et que je le trouve avant que la végétation ne repousse.

Pas encore berger

Il y a 25 ans, il y avait bien eu déjà cette pierre taillée trouvée, en une autre vie et une autre région, en travaillant la terre de mon potager.

Pas encore berger

Puis il y a bientôt 20 ans, cette pierre polie qui m'attendait sur un talus le long d'une ancienne voie en forêt.

Comme quoi, avoir le regard sans cesse à l'affût du monde qui nous entoure permet à l'occasion de bien belles découvertes, y compris préhistoriques, ne serait-ce que pour la charge émotionnelle qu'elles déclenchent.

Jamais trois sans quatre?

En savoir plus sur un simple éclat dans le lien ci-dessous:

Published by dominique morzynski - dans Autour des Lutins
commenter cet article
27 mai 2016 5 27 /05 /mai /2016 12:24

Il arrive qu'on ne retrouve pas le placenta après une naissance.

Enfoui dans la litière, perdu sur la prairie, emporté par un animal....

Mais parfois, c'est la brebis qui l'a elle-même consommé totalement.

Elle l'a fait
Elle l'a fait
(Photos Thomas Szabo)

(Photos Thomas Szabo)

Merci à l'éleveur qui m'a transmis ces/ses clichés, car en fait je n'ai encore jamais pu observer ce comportement chez les Lutins, même si une fois une brebis a commencé cette consommation sans la mener en sa totalité.

On explique que l'animal adopte ce comportement pour éliminer traces de naissance face aux prédateurs ou/et pour emmagasiner calories après l'effort de la mise bas.

Il faudrait en réalité prendre le problème à l'envers. Concevoir que ce n'est pas une volonté véritable, mais un prolongement à l'extrême du comportement instinctif de léchage-nettoyage du petit par la femelle, ce qui en conséquence aboutit à faire disparaître le placenta en le consommant... ce qui peut effectivement s'avérer alors utile encore une fois en conséquence face aux risques de prédation ou encore d'un point de vue apport calorique pour la mère (d'ordinaire végétarienne).

Pour les moutons à deux pattes que nous sommes, ci-dessous un lien amusant....

Published by dominique morzynski - dans Ethologie
commenter cet article
22 mai 2016 7 22 /05 /mai /2016 11:56
Analyse.

Analyse.

Vérification.

Vérification.

Décision.

Décision.

Capture.

Capture.

Dégustation.

Dégustation.

Et on recommence.

Et on recommence.

Façon ballerine.

Façon ballerine.

Ainsi chez les Lutins, la végétation n'est pas taillée à hauteur de vache, comme dans les parcs ... à vaches forcément, mais à hauteur de Ouessant ... qui fait des pointes.

Published by dominique morzynski - dans Ethologie
commenter cet article