Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Le Mouton d'Ouessant Elevage des Lutins
  • : Le bonheur est dans le pré. Cours-y vite, cours-y vite....... Merci de venir visiter mon blog qui a pour but de vous faire découvrir le mouton d'Ouessant et de partager au moins un instant ma passion pour cet animal singulier et ce qui l'entoure.
  • Contact

Recherche

25 avril 2009 6 25 /04 /avril /2009 22:01

 

 

 

Du type agouti hollandais.

 

 

Partager cet article
Repost0
23 avril 2009 4 23 /04 /avril /2009 22:01

 

 

Garlode des Lutins du Montana, née de Castille et Grichka (24 heures sur la photo)

 

 

Golas des Lutins du Montana, né de Promesse et Grichka (4 jours sur cette photo)

 

 

Eponyme des Lutins du Montana, née d'Esmeralda et Grichka (une semaine sur la photo)

 

 

Partager cet article
Repost0
21 avril 2009 2 21 /04 /avril /2009 22:01

 

 

Dans les jeux des agneaux, bien sûr également ceux qui préparent à leur vie d'adulte. Mais ici n'est pas le noir celui que l'on supposerait.
Il faut comprendre la noire et le blanc, et non pas le noir et la blanche...

Partager cet article
Repost0
19 avril 2009 7 19 /04 /avril /2009 22:01

Au delà du mouton en lui-même, l'élevage du Ouessant, activité d'extérieur, permet de faire des observations naturalistes parfois insolites, rares ou surprenantes.

L'histoire d'eau qui suit est assez insolite en soi et en est une preuve parmi d'autres.
 L'an dernier, courant juin, en m'approchant du seau  dont disposaient mes animaux, je fus surpris de découvrir  une eau assombrie et nauséabonde alors que je l'avais renouvelée deux jours avant. Je renversai donc le tout pour y mettre de l'eau claire, mais en jetant un coup d'oeil, je m'aperçus qu'au sol, parmi les feuilles et l'herbe, se retrouva une patte de taupe...Intrigué, je pris un peu de temps pour y voir de plus près et récoltai tout un petit "trésor": lambeaux de peau avec fourrure toujours de taupe, morceaux de pain désagrégés, derniers segments de queue d'une jeune couleuvre à collier d'un an et aussi, patte et morceau d'abdomen d'une femelle lézard des souches avec sa grappe d'oeufs (!!!).

Le mystère n'en était plus un. Je compris que les corneilles qui nichaient dans le grand frêne du parc voisin venaient humidifier, dans ce seau, la nourriture qu'elles destinaient à leurs jeunes. Les jours suivants, la récolte fut moins riche avec quelques morceaux de pain seulement.
La réussite de cette nidification fut d'ailleurs assez remarquable avec six jeunes à l'envol. Ce qui témoignait d'ne ponte plus conséquente car l'ordinaire, avec un succès total de l'élevage de la nichée. Cette dernière bien nourrie, la preuve en est.

Le seau, une source de decouvertes?

PS: Malgré, à mon grand regret, la mauvaise réputation dont jouissent les corneilles, les restes de photographe avec son appareil que l'on aperçoit au fond du seau ne sont pas un méfait de ces oiseaux. Inutile de leur mettre cela sur le dos, elles en supportent bien assez ainsi de la part des humains...

Partager cet article
Repost0
18 avril 2009 6 18 /04 /avril /2009 22:01

Un cornage conséquent.

Partager cet article
Repost0
17 avril 2009 5 17 /04 /avril /2009 22:01

Si les jeunes aiment grimper (Escalade ), les adultes ne s'en privent pas non plus car il ne faut pas oublier que l'ancêtre du mouton (et donc du Mouton d'Ouessant) est un mouflon, et que ce dernier , bien que moins moins coutumier des parois abruptes que la chèvre ou le bouquetin, est un habitué des éboulis et pentes rocheuses dans ses habitats d'origine.
Cela reste en vous, et...

que ce soit sur le moindre relief, entre filles,

ou en garçon solitaire (Troll des Lutins du Montana),
le Ouessant aime escalader par simple plaisir.

Partager cet article
Repost0
16 avril 2009 4 16 /04 /avril /2009 22:01
Difficile en cette période d'échapper aux agneaux...

Mais....

que ce soit seul sur touradon

à plusieurs sur ces mêmes laîches

sous l'oeil inquiet de maman

en bandes enhardies

sur souche

sur bloc ferreux

sur aménagement (Merveille et Scorpio, saison 2008)

sur une "vieille branche"

ou pour se reposer,
les agneaux aiment grimper par jeu, ce qui construit réflexes, musculature, locomotion, coordination.
Partager cet article
Repost0
15 avril 2009 3 15 /04 /avril /2009 22:01
J'avais convenu, il y a quelques jours, d'alimenter régulièrement ce blog par l'évolution du phénotype dit gris dont j'essaie de consolider le cheptel Ouessant."Gris"

Voici donc quelques éléments visuels supplémentaires.

Eponyme des Lutins du Montana (moins de douze heures) présente les caractères très nets  d'une future brebis grise avec les lèvres et naseaux ainsi que le tour des yeux d'un gris doux cendré et non noirs comme chez les agneaux appelés à être noirs une fois adultes. Par expérience, je dois faire remarquer que tous les futurs gris ne sont pas aussi nettement marqués que cette agnelle dès le jour de naisssance.Mignon

Toujours une future grise à l'âge de deux semaines, Bigoudène des Lutins du Montana. A remarquer le grisonnement qui s'étend un peu plus sur la face ainsi que la sous-laine qui s'éclaircit et qui est perceptible dans les plis du cou qui s'entrouvrent.

Pour comparaison, une agnelle noire type, Io des Lutins du Montana.

Mêmes remarques à deux semaines également pour Vénus des Lutins du Montana, future grise.

Toujours Io des Lutins du Montana, bien noire et appelée à être une brebis noire.

Toutes ces photos ont été prises le même quart d'heure, avec la même lumière, pour pouvoir être dans des conditions de comparaison optimales.
Partager cet article
Repost0
14 avril 2009 2 14 /04 /avril /2009 22:01
"Dis...papy! Tu nous racontes quand tu étais petit au "Montana".
--- Ah!!!... mes Lutins, je m'en souviens comme si c'était hier. Je devais avoir votre âge, pas plus, et comme vous j'ai eu un papy. Mais, moi, je ne l'ai pas pas connu bien longtemps.
--- Pourquoi?
--- Parce qu'il est mort.
--- Mort?
--- Oui, il était vieux. Plus beaucoup de dents, les pattes arrières qui ne pouvaient plus le porter...L'usure quoi...Heureusement, le maître a fini par l'aider à quitter ce monde, un jour où la fin s'annonçait...
--- C'était qui?
--- C'était mon papy Dakné... Mais allez donc jouer ailleurs. C'est pas possible! Dans mon temps, je me serais permis le quart de ce que vous vous permettez que j'aurais déjà reçu un coup de tête. Allez  voir vos grandes tantes, Castille et Esmeralda, les doyennes; elles ont grandi  avec Dakné. Elles vous en parleront...
 

Ouranos, en fait, bien impassible aux cabrioles de la marmaille 2009.
Partager cet article
Repost0
13 avril 2009 1 13 /04 /avril /2009 22:01
C'est un vétérinaire qui m'apprit ce terme alors que je consultais pour une météorisation d'une agnelle, il ya une dizaine d'années.
Femelles comme mâles, il peut arriver que les moutons brumixent, c'est à dire qu'ils grincent des dents. Je n'ai pas trouvé ce mot dans le dictionnaire et l'ai rencontré sous une autre orthographe dans un éctrit. Je pense qu'il s'agit d'un terme du milieu de l'élevage. Si quelqu'un connait l'origine de ce vocabulaire, merci de m'éclairer.

Après quelques recherches, j'ai trouvé que la bruxomanie correspond aux grincements de dents. On peut donc supposer que le mouton bruxime et non brumixe. (Merci à Francesca pour ses précisions sur l'éthymologie).

Quenouille grince des dents (mais cela ne s'entend pas ici) à cause de son mal de ventre, conséquence de diarrhées d'herbe de printemps.

Ouranos bruxime également, comme souvent en fin d'après-midi, après s'être laissé aller à son appétit gargantuesque toute la journée.

Le mouton grince des dents généralement quand il n'est pas très bien. Cela peut être à cause d' un mal plus ou moins important: une maladie, une blessure, une digestion laborieuse, une fin de gestation,....mais aussi une simple impatience dans une situation inconfortable: transport, animal parqué en attente...Toujours est-il, la manifestation d' un mal être léger voire plus grave si cela persiste.
Partager cet article
Repost0